François Hébrard

président de la FGSPF puis de la FSF

François Hébrard, né le à Lodève (Hérault) et mort le à La Fuye, commune de Ballan-Miré (Indre-et-Loire), est un juriste et dirigeant sportif français. Il est professeur de droit civil puis doyen de l’Institut catholique de Paris. Cette brillante carrière universitaire ne l'empêche pas de s'engager très tôt dans le monde associatif et celui des débats de société.

François Hébrard
François Hebrard.jpg
François Hébrard, président de la FGSPF
Fonctions
Président
Fédération sportive de France
-
Doyen
-
Président
Fédération internationale catholique d'éducation physique et sportive
-
Président
Union gymnique et sportive des patronages de France
-
Président
Union internationale des œuvres catholiques d’éducation physique (d)
-
Président
Centrale catholique du cinéma, de la radio et de la télévision (d)
depuis
Président
Fédération gymnastique et sportive des patronages de France
-
Président
Conférence Olivaint
depuis
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Marie Dumas 1886-1916
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Académie d'éducation et d'entraide sociale (d)
Comité national des sportsVoir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Distinctions
signature de François Hébrard
signature

Fondateur en 1898 d'un patronage paroissial, il s'engage aussitôt à la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France aux côtés de Paul Michaux auquel il succède à la présidence pendant trente-trois ans, de 1923 à 1956. Celle-ci devient Fédération sportive de France en 1947 puis Fédération sportive et culturelle de France en 1968. François Hébrard préside également pendant vingt-quatre ans, de 1931 à 1955, la Fédération internationale catholique d'éducation physique et sportive.

BiographieModifier

François Hébrard est le fils de Charles Hébrard, notaire et de Marie Julien de Lasalle[1]. Après des études secondaires chez les jésuites à Montpellier[G 1], François Hébrard intègre la faculté de droit de l’Institut catholique de Paris (ICP) en 1895[G 2]. À son arrivée dans la capitale, il s'engage dans le monde associatif, assurant à 18 ans la présidence de la conférence Olivaint où il côtoie Paul Michaux dès 1895. L'année suivante, il est aussi président départemental de l'association créée par Albert de Mun pour promouvoir le catholicisme social[J 1]. Il a 21 ans quand il fonde le patronage d’Auteuil et du point du jour en 1898, année de la création de l’Union des sociétés de gymnastique et d’instruction militaire des patronages et œuvres de jeunesse de France (USGIMPOJF). Il en demeure cinquante ans président.

Il obtient la licence de droit cette même année et le doctorat en 1902 avec une thèse intitulée : Le sort des biens des associations en cas de dissolution[H 1]. Nommé maître de conférences de l'ICP en 1903[H 2], puis professeur l'année suivante, il y enseigne d'abord le droit administratif. Il obtient ensuite la chaire de droit civil avant d’être nommé doyen de la faculté en 1947[H 3].

Marié le à Paris avec Marie Dumas (1886-1916), ils ont quatre enfants : Jeanne (Mme Cavroy), Madeleine (Mme de Penfeilhoux), Françoise (Mme de Boisséson) et Geneviève (Mme de Russé)[1].

Mobilisé comme sergent, il est promu capitaine au sortir de la Grande Guerre[J 2].

Il est par ailleurs un soutien constant de Paul Michaux dès 1899[G 3] à la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF) et en 1923, au décès de ce dernier, il lui succède à la présidence, dans un premier temps sous la présidence honorifique du général Édouard de Castelnau[H 4]. Vivement encouragé par Pie XI lors d'une audience privée dès 1925[G 4], il demeure à ce poste jusqu’en 1956, soit trente-trois ans au total. En 1947, c'est donc sous sa présidence que la FGSPF prend le nom de Fédération sportive de France (FSF). Il est nommé au Comité national des sports le [H 5].

Il meurt le à La Fuye en Indre-et-Loire et est inhumé le au cimetière de Montmartre à Paris[LJ 1].

L’activité internationaleModifier

 
François Hébrard en 1941.

Pendant sa présidence, il soutient l’important développement des patronages de l’Algérie française[H 6] et de celui des territoires d’outre-mer. À l’invitation de Mgr Auguste-Fernand Leynaud[G 5], archevêque d’Alger[2], il accompagne avec Armand Thibaudeau, quatre-vingts associations venues des Bouches-du-Rhône, d’Alsace, de la Seine, du Rhône, des Landes et du Maine-et-Loire[3] qui passent la Méditerranée avec 3 000 gymnastes et 500 musiciens pour participer le , à un grand concours fédéral à Alger pour célébrer le centenaire de la conquête de l’Algérie[H 6]. Trois bateaux spéciaux partent de Marseille : le Lamoricière, le duc d’Aumale, l’Espagne.

Les compétitions sont suivies de gestes politiques forts :

  • réception par le gouverneur général Pierre-Louis Bordes et dépôt de deux gerbes au monument aux morts : une par la FGSPF, l’autre par l’Alsace catholique reconnaissante ;
  • déplacement à Sidi-FerruchMgr Auguste-Fernand Leynaud pose la première pierre de l’église locale : deux trains spéciaux et dix-huit autocars sont nécessaires pour transporter les participants[LJ 2].

Élu en 1931 à la présidence de l'Union internationale des œuvres catholique d'éducation physique (UIOCEP)[G 6] — qui devient Fédération internationale catholique d'éducation physique et sportive (FICEP) en 1947 — il y demeure jusqu’en 1955[4], soit durant vingt-quatre ans.

Le rayonnement sportifModifier

Les actions qui ont marqué particulièrement sa présidence sont :

Le lien culturelModifier

Tout au long de son mandat, François Hébrard s’est efforcé d’établir et entretenir des liens étroits avec les organismes catholiques chargés des activités théâtrales et du cinéma : l'Association théâtrale des œuvres catholiques d’éducation populaire (ATOCEP) et la Fédération loisirs et culture cinématographiques (FLECC). Cet intérêt, associé à ses charges à la faculté catholique, l’amène, en 1928, à présider la centrale catholique du cinéma et de la radio[H 7]. Son action dans ce domaine prépare le changement de sigle significatif de la FSF en FSCF en 1968[6].

Ses relations[G 11] — associées à celles du général de Castelnau, président d'honneur de la FGSPF[G 12] — lui permettent d'activer et d'entretenir un important réseau de communication au profit de la fédération[7]. Tout au long de sa présidence, porté par un souci constant d'éducation intégrale[G 13], il assure également les contacts avec le scoutisme[G 14] et accompagne le développement de l'Action catholique[G 15], parfois dans un contexte quelque peu conflictuel[G 16]. En 1928, il est élu membre de l'académie d'éducation et d'entraide sociale[LJ 4].

PublicationsModifier

Il concourt par ailleurs à de nombreuses revues et publications scientifiques spécialisées et publie deux ouvrages :

Distinctions et décorationsModifier

François Hébrard reçoit quatre citations et la croix de guerre 1914-1918[1] pour sa participation à la Première Guerre mondiale[G 19].

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur au titre de ses services militaires par décret du puis promu officier de la Légion d’honneur par décret du , en qualité de président général de la FGSPF[G 20]. Il est promu commandeur de la Légion d’honneur[LJ 5] par décret du [N 1] en qualité de président d'honneur de la FSF et de la FICEP.

Il est titulaire de la médaille d’or de l'éducation physique[H 8] et commandeur de l'ordre du Mérite sportif[1]. Il est également décoré de plusieurs ordres étrangers[H 8] parmi lesquels : Grand-croix de l’ordre de Saint-Sylvestre le [J 6], de l'ordre du Saint-Sépulcre et de l'ordre royal de Saint-Sava[1], commandeur de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand dont l'insigne lui est remis par le cardinal Feltin le [LJ 6] et grand-croix de ce même ordre le [J 7].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. publié au Journal Officiel du

RéférencesModifier

  1. Robert Hervet 1948, p. 70.
  2. Robert Hervet 1948, p. 40.
  3. Robert Hervet 1948, p. 168.
  4. Robert Hervet 1948, p. 72.
  5. Robert Hervet 1948, p. 152.
  6. a et b Robert Hervet 1948, p. 80, 144.
  7. Robert Hervet 1948, p. 71.
  8. a et b Robert Hervet 1948, p. 71-72.
  1. Max Éraud, « Les chemins du souvenir : des dates et des hommes », sur gallica.bnf.fr, Les Jeunes, n° 2398, Paris, Fédération sportive et culturelle de France, (consulté le 21 décembre 2016), p. 6
  2. François Hébrard, « À ceux qui reviennent d’Alger », sur gallica.bnf.fr, Les Jeunes, n° 455, Paris, Fédération gymnastique et sportive des patronages de France, (consulté le 21 décembre 2016), p. 401 à 409
  3. Fédération sportive et culturelle de France, « Des visages et des hommes », les Jeunes, no 2526,‎ , p. 32.
  4. « La fédé il y a : 40 ans (1928) », sur gallica.bnf.fr, Les Jeunes, n°2106, Fédération sportive et culturelle de France, (consulté le 20 décembre 2016), p. 12
  5. Fédération sportive et culturelle de France, « François Hébrard sur les traces de Paul Michaux », Les Jeunes, no 2530,‎ , p. 32
  6. « Ce qu'en dit la presse », sur gallica.bnf.fr, les Jeunes,n° spécial, Paris, Fédération sportive de France, (consulté le 21 décembre 2016), p. 3
  • Autres références :
  1. a b c d et e Lafitte-Hébrard 1994, p. 778.
  2. (en) C†H, « Archbishop Auguste-Fernand Leynaud (1865–1953) », The Hierarchy of the Catholic Church:Current and historical information about its bishops and dioceses, sur catholic-hierarchy.org (consulté le 6 janvier 2012)
  3. Léon Ligneau 2003, p. 119.
  4. Laurence Munoz et Jan Tolleneer 2011, p. 316 et 337.
  5. « Tableau historique du Bureau FFBS » [PDF], sur archive.wikiwix.com (consulté le 13 juillet 2016)
  6. Fédération sportive et culturelle de France, Programme fédéral féminin, , p. 1.
  7. Fabien Groeninger, « Sport et propagande en Europe (XIXe et XXe siècles) : Sportifs, gymnastes catholiques et propagande (1918-1939) », sur openedition.org (consulté le 19 mars 2020)

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Fabien Groeninger (préf. Gérard Cholvy), Sport, religion et nation, la fédération des patronages d'une guerre mondiale à l'autre, Paris, L'Harmattan, , 340 p. (ISBN 978-2747569507, notice BnF no FRBNF39244145) .  
  • Robert Hervet (préf. François Hébrard), La FSF de 1898 à 1948, Paris, , 173 p. (OCLC 66302325) .  
  • François Hébrard, les disciplines de l'action, Paris, Spes, , 188 p. (notice BnF no FRBNF32229765).
  • François Hébrard, Soigne ton corps, forme la volonté, Marseille, Publiroc, , 180 p. (notice BnF no FRBNF32229766).
  • Jean-Marie Jouaret (préf. Gérard Cholvy), Petite histoire partielle et partiale de la Fédération sportive et culturelle de France (1948-1998), t. 1, Paris, FSCF (à compte d’auteur, imp. Déja-Glmc), , 646 p. (ISBN 2-952838-70-4, notice BnF no FRBNF41363915) .  
  • Jean-Marie Jouaret, Petite histoire partielle et partiale de la Fédération sportive et culturelle de France (1948-1998), t. 2, Paris, FSCF (à compte d’auteur, imp. Déja-Glmc), , 543 p. (ISBN 978-2-952838-70-2, notice BnF no FRBNF41363915).  
  • Jean-Marie Jouaret, La fédération des sections sportives des patronages catholiques de France (1898-1998), Paris, L'Harmattan, , 245 p. (ISBN 978-2-296-55969-1, notice BnF no FRBNF42598758) .  
  • Lafitte-Hébrard, Qui est qui en France : dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France, Lafitte, , 1799 p. (ISBN 978-2857840312) .  
  • Laurence Munoz et Jan Tolleneer, L’Église, le sport et l’Europe : La Fédération internationale catholique d’éducation physique (FICEP) à l’épreuve du temps (1911-2011), Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces et Temps du sport », , 354 p. (ISBN 978-2-296-54931-9, notice BnF no FRBNF42427985) .  
  • Léon Ligneau (préf. Jean Vintzel), La Jeune France à Cholet : histoire d’un centenaire, Maulévrier, Hérault, , 264 p. (ISBN 2-740701-94-2, notice BnF no FRBNF39055857) .  

Voir aussiModifier

Liens externesModifier