Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Jeunes (homonymie).

Les Jeunes
Image illustrative de l’article Les Jeunes (journal)

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Périodique
Format A4
Genre Bulletin sportif fédéral
Prix au numéro 3 € (en 2014)
Diffusion 7 500 ex.
Fondateur Paul Michaux
Date de fondation 1903
Éditeur Fédération sportive et culturelle de France
Ville d’édition Paris

Propriétaire Fédération sportive et culturelle de France
Directeur de publication Gladys Bézier
Rédacteur en chef Marion Lacroix
Comité éditorial en 2015 : Christian Babonneau, Gladys Bézier, Philippe Blanc, Jean Fournier, Marion Lacroix, Caroline Paradis et Laurence Sauvez
Site web http://www.fscf.asso.fr/

Les Jeunes est le titre d'une publication périodique, journal d'information de la Fédération sportive et culturelle de France depuis 1903. Celui-ci prend différents formats et périodicités au cours de son existence.

Sommaire

HistoriqueModifier

Les originesModifier

Le premier numéro du bulletin fédéral de la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF)[N 1] parait le [1],[H 1] sous le titre Les Jeunes[H 2]. Ce n'est alors qu'un simple encart de la revue Patronage, créée en [H 3], qui rend compte jusqu’à cette date de la vie des sections sportives des patronages[2]. Il devient autonome dès le [3] quatre mois avant que la fédération n'emménage dans ses propres locaux au 5 place Saint-Thomas-d’Aquin[H 4] où la rédaction est transférée[H 5]. Léon Lamoureux prend alors en charge l’administration, vite secondé par Charles Simon[J 1]. Ce courrier de quinzaine[J 2] adopte le format journal sur 4 pages et devient hebdomadaire dès le [J 3]. Il parait régulièrement jusqu'à la déclaration de guerre puis reprend avec une périodicité mensuelle sur deux pages seulement[H 6] après une courte interruption de 3 mois[J 4].

Entre les deux guerresModifier

Le Les Jeunes redeviennent bimensuels[H 7] puis hebdomadaires à partir du , le format passant à 12 pages[H 8]. Ils conservent cette forme alimentée par des signatures illustres[J 5] aux côtés de celles de Paul Michaux puis François Hébrard et autres grands responsables fédéraux ou autorités religieuses jusqu'à ce que le secrétaire général Armand Thibaudeau embauche Georges Pagnoud avec mission de transformer la publication en journal grand public à partir du [H 9]. Le journal se maintient contre vents et marées au début des hostilités avec un rythme de publication bimestriel à partir du [J 6], comme en 1914, puis disparaît au mois de mai 1940[H 10]. Il doit se fondre ensuite dans la première édition de la revue officielle vichyssoise, Tous les sports[J 7].

Vers la modernitéModifier

Le Les Jeunes réapparaissent sous forme bimensuelle pour les masculins[J 8] et mensuelle pour les féminines[H 11]. En janvier 1947 les deux éditions sont regroupées en une revue unique[J 9] alors que la FGSPF intègre le Rayon sportif féminin (RSF) et troque son sigle pour celui de Fédération sportive de France (FSF). Les Jeunes ne redeviennent hebdomadaires que 9 ans plus tard, le [J 10] et adoptent un nouvel en-tête le 6 janvier de l'année suivante[J 10]. Robert Hervet, auteur d'une remarquable histoire de La FSF de 1898 à 1948, succède à Georges Pagnoud puis la relève est assurée en 1965 par Jean-Marie Jouaret nouvel adjoint au secrétaire général Robert Pringarbe. L'année suivante le journal redevient bimensuel[J 11]. L'éditorial, les comptes-rendus des comités directeurs et des commissions techniques ainsi que le Carnet de famille complètent chaque exemplaire[J 12] dont certains atteignent le volume d'un véritable magazine. Les articles de fond devenant de plus en plus importants, ce format magazine est adopté pour le no 2448 de septembre 1996 et il passe à la couleur pour aboutir à une revue moderne de qualité[J 13].

Évolution des contenusModifier

 
Numéro spécial de juillet 1930 : concours d'Alger

Jusqu’en 1906 le journal est surtout l’occasion pour les dirigeants de fixer le cap[H 5] et les stratégies, Charles Simon insistant à plusieurs reprises sur la nécessité pour les associations de se conformer à la récente loi de 1901. Il reste cependant ouvert à l'actualité et en juillet 1906 une lettre ouverte de Pierre de Coubertin parait simultanément dans La Revue Olympique. Les contenus deviennent plus généralistes à partir de juin 1907 où l'on relève la première publication des records fédéraux d’athlétisme puis en novembre un important article sur les Jeux olympiques[H 12]. La culture historique prend place en avril 1909 avec un intéressant article sur la gymnastique éducative des Athéniens[H 13]. En août 1911 un numéro exceptionnel sur 12 pages grand format donne les résultats complets du concours de Nancy[H 14]. Plus tard, le numéro du reproduit les délibérations du Sénat rendant la préparation militaire obligatoire[H 7].

Après la guerre, Les Jeunes rendent compte de tous les grands évènements de la vie fédérale : remise de la Légion d'honneur puis décès et enterrement du docteur Michaux, reconnaissance d'utilité publique de la FGSPF, grands concours : Paris 1923, Alger 1930. L’édition du lance un concours pour l’élaboration d’un hymne fédéral[H 15] qui parait dans le numéro du [H 16]. Le numéro du fait part du règlement du nouveau certificat d'éducation physique fédéral qui sert de modèle au Brevet sportif populaire national[H 17].

Jusqu'en 1960 les articles de fond des Jeunes relèvent de trois personnes : le président général, François Hébrard, et les présidents des commissions sportives et gymniques, Georges Audebourg et Gabriel Maucurier[J 14]. Alors que le secrétaire général, Robert Pringarbe, fournit le bulletin en matière d'informations administratives, Les Jeunes s'enrichissent d'articles techniques illustrés dus à Paul Massino et Georges Chautemps pour la gymnastique masculine puis à Claude Piard[4] pour la gymnastique féminine[J 15] et à Frédo Garel[5],[6] pour le football[N 2]. Certains numéros sont plus spécialement dédiés à des évènements exceptionnels de la vie fédérale (anniversaires décennaux, congrès) ou à une activité spécifique, en particulier le no 2394 du dont 10 pages ½ sur les 12 traitent de la gymnastique[J 16].

Fin 1998 il est le « seul bulletin des 94 fédérations sportives à parler des organismes génétiquement modifiés (OGM), de la couche d'ozone, de la pollution ... bref de sujets dépassant totalement le cadre étroit du sport et de la culture »[J 17]. La réglementation en vigueur[J 18] conforte cette volonté de passer à une revue culturelle généraliste : la publication des résultats sportifs relatifs aux compétitions classiques est reportée à un numéro spécial annuel et les communications spécifiques aux diverses activités font l'objet de lettres d'information relatives à chaque commission[J 19]. Les articles techniques publiés ne concernent plus que les initiatives exceptionnelles ou émergentes et celles qui font l'objet d'une politique gouvernementale volontariste. À partir du no 2526 de mai 2011 une page, alimentée par la commission Histoire et Patrimoine de la FSCF, est consacrée dans chaque numéro à une rubrique historique régulière qui replace la publication dans son contexte général[7].

ConsultationModifier

En 2016, sur l'incitation de la commission Histoire et patrimoine de la FSCF, 1 845 numéros des Jeunes représentant quatre-vingt-cinq années (de 1923 à 2011) sont numérisées par la bibliothèque nationale de France (BNF) sur le site Gallica et sont ainsi consultables en ligne[8]. Les numéros antérieurs à 1923, fragilisés par l'âge, ne sont pas consultables ; ils sont protégés au siège de la FSCF dans l'attente de trouver une solution pour les restaurer avant numérisation.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. devenue en 1968 Fédération sportive et culturelle de France (FSCF)
  2. Ces deux derniers regroupent leur contributions au sein d'ouvrages publiés aux éditions Amphora

RéférencesModifier

  • Autres références :
  1. Fédération sportive et culturelle de France 1997, p. 8
  2. Claude Piard 2009, p. 15
  3. Laurence Munoz et Jan Tolleneer 2011, p. 36
  4. Claude Piard et Roseline Piard, Gymnastique féminine, Paris, Amphora,
  5. Frédo Garel La préparation du footballeur - 250 séances d'entraînement. Paris, Amphora, 1974
  6. Frédo Garel Football : technique-jeu-entraînement. Paris, Amphora, 1978
  7. Fédération sportive et culturelle de France, « Des visages et des hommes », Les Jeunes, no 2526,‎ , p. 32
  8. « Les Jeunes : courrier de quinzaine du journal le patronage », sur gallica.bnf.fr

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Voir aussiModifier

« Les Jeunes sur Gallica », sur gallica.bnf.fr