Maurice Feltin

cardinal de l'Église catholique romaine

Maurice Feltin
Image illustrative de l’article Maurice Feltin
Maurice Feltin vers 1935.
Biographie
Naissance
à Delle (territoire de Belfort)
Ordination sacerdotale
Décès (à 92 ans)
à Thiais (Val-de-Marne)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Pie XII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Maria della Pace
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Henri Binet
Vicaire aux armées françaises
Ordinaire des Orientaux de France
Archevêque de Paris
Archevêque de Bordeaux
Évêque de Bazas
Évêque de Sens
Évêque de Troyes
Autres fonctions
Fonction religieuse

Signature de Maurice Feltin

Blason
« Animam pro ovibus » (Jn 10,11)
(« Donne sa vie pour ses brebis »)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Maurice Feltin, né le à Delle (territoire de Belfort) et mort le à Thiais (Val-de-Marne), est un ecclésiastique français — évêque de Troyes, archevêque de Sens, de Bordeaux puis de Paris — fait cardinal en 1953.

BiographieModifier

Carrière ecclésiastiqueModifier

Fils de Charles et de Marie Haas, Maurice Feltin, après des études classiques chez les bénédictins de Mariastein réfugiés à Delle, puis chez les jésuites de Lyon, reçoit sa formation philosophique et théologique au séminaire de Saint-Sulpice de Paris et est ordonné prêtre le [1]. Jusqu'en 1927, il exerce son ministère dans le diocèse de Besançon.

Âgé de 31 ans quand éclate la Première Guerre mondiale, il sert comme sergent à la 7e section du groupe des brancardiers du 7e Corps d'Armée. Il est "remis" caporal à sa demande le et transféré au 174e régiment d'infanterie. Il est de nouveau nommé sergent le . Il est évacué pour maladie du au . Il est démobilisé en 1919[2] et reçoit de nombreuses décorations militaires. Il est décoré de la Médaille militaire, de la Croix de guerre 1914-1918 et de la Légion d'honneur.

En 1927, le pape Pie XI le nomme évêque de Troyes où il érige canoniquement les Dominicaines missionnaires des campagnes. En 1932, il est nommé archevêque de Sens, en 1935 archevêque de Bordeaux où il incite l'électorat de son diocèse à voter pour les candidats du Front populaire mais se soumet au régime de Vichy. En 1949, il est nommé archevêque de Paris.

Pie XII le crée cardinal en 1953 avec le titre de cardinal-prêtre de S. Maria della Pace. Il prend parti en faveur de Joseph Colomb lors de l'affaire du catéchisme Colomb.

Sous l'OccupationModifier

Archevêque de Bordeaux lorsqu'éclate la Seconde Guerre mondiale, il se rallie au Maréchal Pétain. Il approuve ainsi la Charte du Travail, à laquelle il recommande de participer[3]. Partisan d'un modèle social corporatiste, il invite ses séminaristes à partir pour le Service du travail obligatoire (STO)[4]. Cependant, il reste patriote[évasif] et, sous l'influence du pasteur Marc Boegner, refuse l'antisémitisme[réf. nécessaire]. Il participe à la déclaration des évêques de France du qui condamne : « [les] appels à la violence et [les] actes de terrorisme, qui déchirent aujourd'hui le pays, provoquent l'assassinat des personnes et le pillage des demeures »[5].

À la Libération, il fait partie des prélats que le gouvernement souhaiterait voir écartés pour leur attitude jugée conciliante[6] envers le Régime de Vichy.

Après-guerreModifier

L'épiscopat du cardinal Feltin à Paris, à partir de 1949, est surtout marqué par son soutien à l'Action catholique et par sa préoccupation de l'apostolat en banlieue et dans les quartiers populaires.

En 1950, il accepte la présidence de Pax Christi, Mouvement catholique international pour la paix et en devient le 1er président.

En 1954 et en 1959, il prend la défense du mouvement des prêtres ouvriers, lancé dans les années 1940 par Jacques Loew, sous réserve d'un encadrement de l'Église locale mais s'oppose à un refus de la part du Saint-Siège, qui sera cependant levé en 1965 sous Paul VI.

Le , il est présent à la bénédiction d'une plaque commémorative en l'église Saint-Germain-l'Auxerrois, par le nonce apostolique Angelo Roncalli, pour le souvenir du vœu de Willette[précision nécessaire], réalisé par Pierre Regnault le mercredi des Cendres 1926 avec l'Union des Catholiques des beaux-arts[7].

En 1952, il obtient un sursis à l'abbé Jean Boulier, intellectuel catholique de gauche engagé, parmi les fondateurs du Mouvement de la paix[8], accusé de « philocommunisme » et réduit à l'état laïc. Boulier avait soutenu le quotidien de gauche Ouest-Matin, qui avait publié la lettre du soldat Alexandre Lepan, accusant les troupes françaises d'avoir commis un certain nombre d'atrocités lors de la Guerre d'Indochine[9]. Selon lui, son ancien chef de bataillon, Clauzon, commandant le 22e régiment d'infanterie coloniale, poussait ses hommes au meurtre et au pillage[9]. Dix ans plus tard, Boulier sera définitivement privé du droit d'exercer ses fonctions de prêtre en 1962 en raison de son étude laudative sur l'hérésiarque Jan Hus[8].

Le , il introduit le procès en béatification d'Élisabeth de France, sœur du roi Louis XVI[10].

En , il rend facultatif le port de la soutane et autorise le port du clergyman[11],[12].

En 1963, il refuse les obsèques religieuses à Édith Piaf puisqu'elle avait vécu en dehors de l'Église, « en état de péché public »[13].

Maurice Feltin s'oppose[réf. nécessaire] à la doctrine de la guerre révolutionnaire (DGR) forgée par l'armée française[réf. nécessaire], considérant que la torture et l'assassinat d'opposants politiques vont à l'encontre de la religion catholique[14],[15][source insuffisante].

Il prépare avec son coadjuteur, Pierre Veuillot, la fondation des nouveaux diocèses de Créteil, de Nanterre et de Saint-Denis, effective en 1966, peu avant sa démission.

Il meurt le au monastère des Annonciades de Thiais, près de Paris, et est enterré dans le caveau des archevêques de la cathédrale Notre-Dame de Paris[16].

DistinctionsModifier

Maurice Feltin est titulaire de :

Dans la fictionModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Chapitre du diocèse de Fréjus-Toulon : Mgr Maurice Feltin (1883-1975), chanoine d’honneur », sur chapitre-frejus-toulon.fr (consulté le )
  2. « Registre des matricules - Nos 1039-15101 R 257 », sur archives.territoiredebelfort.fr (consulté le )
  3. Jacques Prévotat, article Feltin (Maurice, Mgr), dans le Dictionnaire historique de la France sous l'occupation, sous la direction de Michèle et Jean-Paul Cointet, Tallandier, 2000, p. 299.
  4. François de Lannoy, « L'épiscopat n'est pas épargné », La Nouvelle Revue d'histoire, n°74 de septembre-octobre 2014, p. 55-57.
  5. cité par Michèle Cointet, article Chrétiens, dans le Dictionnaire historique de la France sous l'occupation, sous la direction de Michèle et Jean-Paul Cointet, Tallandier, 2000, p. 159.
  6. Ibidem.
  7. « ÉGLISE SAINT-GERMAIN-L’AUXERROIS (Paris) - Tombes Sépultures dans les cimetières et autres lieux », sur www.tombes-sepultures.com (consulté le )
  8. a et b « MORT DE L'ABBÉ BOULIER COFONDATEUR DU " MOUVEMENT DE LA PAIX " », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. a et b « M. PLEVEN POURSUIT ouest-matin pour allégations diffamatoires envers nos troupes du Vietnam », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Madame Élisabeth, sœur de Louis XVI, bientôt béatifiée ? », sur Aleteia, (consulté le )
  11. Luc Perrin, Paris à l'heure de Vatican II, Editions de l'Atelier, 1997, p. 69
  12. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Monsieur l'abbé sans soutane », sur Ina.fr (consulté le )
  13. (en) « Stuart Jeffries on Jean Cocteau and Edith Piaf », sur theguardian.com, (consulté le )
  14. (es) « Página/12 :: El país :: Fuerzas Armadas y organismos de derechos humanos, una relación impuesta », sur www.pagina12.com.ar (consulté le )
  15. En ceci, il se démarque de certaines tendances de l'Église et de l'Armée, qui vont avoir une influence puissante en Argentine (le cardinal Antonio Caggiano et son successeur Adolfo Servando Tortoloetc.), ce mélange entre la doctrine de la guerre révolutionnaire et le national-catholicisme devenant par la suite un des éléments moteurs de la « guerre sale » livrée par la dictature militaire argentine (1976-1983) à l'encontre de la population civile
  16. Frédéric Le Moigne, 1944-1951 : Les deux corps de Notre-Dame de Paris, in Vingtième Siècle. Revue d'histoire no 78, éd. Presses de SciencesPo, 2003/2, article en ligne

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Xavier François-Leclanché, Les Gens de Villiers-sur-Tholon - Grande guerre et après-guerre - 1914-1939, Perform, 2018 (ISBN 978-2-9527873-4-5)