Français de Suisse

variété régionale de français

français de Suisse
Suisse romand
Pays Suisse
Région Suisse romande
Nombre de locuteurs 1 800 000
Classification par famille
Codes de langue
IETF fr-CH
Type vivante

Le français de Suisse (aussi appelé suisse romand[2]) est une variété du français parlée en Suisse romande, partie francophone de la Suisse. La Suisse romande compte sept cantons dont quatre unilingues francophones (Vaud, Genève, Neuchâtel et Jura) et trois bilingues français-allemand (Valais et Fribourg qui ont une population majoritairement francophone, et Berne qui a une majorité germanophone)[3].

La répartition des langues en Suisse.
La Suisse romande fait partie du domaine linguistique de l'arpitan[1], à l'exception du canton du Jura (domaine d'Oïl).

En 2019, le français est parlé par 1,6 million de personnes en tant que langue principale en Suisse (22,8 % de la population du pays)[4]. La Constitution fédérale précise à son article 4 que le français est une des quatre langues nationales de la Suisse avec l'allemand, l'italien et le romanche[5]. Selon un recensement de 1990, 33 % de la population suisse parle français quotidiennement[6] (72 % le suisse-allemand[7]).

Le français en Suisse se différencie quelque peu du français de France ou du français de Belgique. La Suisse est unique du fait de sa situation géographique particulière : les frontières de la Suisse sont limitrophes de la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche et le Liechtenstein. Ceci a permis un brassage des différentes cultures qui se ressent jusque dans la langue locale.

En effet, le français local de Suisse romande se caractérise par quelques termes issus du francoprovençal (arpitan), des emprunts anciens à des dialectes locaux et des dialectes alémaniques, appelés des germanismes. Il a donc tout naturellement intégré, au fil du temps, les divers emprunts faits dans l'une ou l'autre langue. De plus, le français parlé en Suisse romande contient aussi de nombreuses expressions qui ne sont connues que très localement à cause de l’apport des patois régionaux ou des germanismes, rendant ainsi la langue non homogène au niveau national.

Spécificités helvétiquesModifier

MorphosyntaxeModifier

Au niveau de la morphologie, on retrouve des traces des dialectes, des états de langues antérieurs et des germanismes. La conjugaison verbale et la déclinaison n’ont cependant pas de trace d’influence germanique . Pour les adverbes, l’emploi de bon, bonne, vu et entendu par exemple dans ce thé est bon chaud serait une interférence dialectale[8]. En ce qui concerne la dérivation, il n’y a ni suffixes, ni préfixes allemands qui ont été intégrés dans le suisse romand. Pour les articles allemands, les neutres sont vraisemblablement devenus des masculins, à quelques exceptions comme das Trinkgeld (la tringuelte, le pourboire), la landwehr ou encore le landsturm qui, eux, ont respecté le genre de la langue prêteuse puisqu’il n’existait aucun équivalent en français, tandis que la staub s’aligne sur la poussière.

SyntaxeModifier

Au niveau de la syntaxe, on peut citer quelques exemples :

Attendre sur quelqu’un est le calque français de l’allemand warten auf.

Il va déjà bien venir, qui signifie ne t’en fais pas, il va venir, est issu de l’allemand er wird schon kommen.

– Le calque ancien de qu’est-ce que c’est pour une affaire ?, qui signifie quelle est cette affaire ?, viendrait de l’allemand Was ist das für eine Sache?

Outre ces quelques exemples, l’allemand n’a eu que peu d’incidence sur le français de Suisse romande puisqu’il est connu que la syntaxe et la morphologie sont des secteurs très résistants et réfractaires aux influences[9].

LexiqueModifier

Le domaine du lexique est le plus malléable, donc plus ouvert aux emprunts et influences extérieurs. C’est dans ce domaine que les marques régionales sont les plus repérables. Plusieurs champs sémantiques ont été influencés par le germanisme : le vocabulaire militaire (landwehr, stand de tir, ...), le vocabulaire culinaire (rösti, schabsiger, ...), le vocabulaire des jeux et des divertissements (yass, ...), le vocabulaire administratif (Police des étrangers, heure de police, ...)[9].

Un autre mot très utilisé en Suisse est le terme canton, qui provient de l’ancien provençal canton (coin, angle) et n'est donc pas un germanisme[10]. Ce mot désigne chacun des 26 États qui constituent la Confédération suisse, et a donné les dérivés : cantonal, cantonaliser, ....

Des phrases brèves en français oral sont possibles grâce à des formules allemandes car elles permettent de dire le maximum de choses avec un minimum de mots. Par exemple, le terme heimatschutz qui signifie « Ligue suisse pour la protection du patrimoine » se retrouve dans des phrases du type « on a obtenu une subvention du heimatschutz ».

Il existe d’ailleurs des emprunts en nombre limité comme caquelon et catelle qui signifient carreau de faïence. Ces deux termes proviendraient à l'origine de Chachle. Lorsqu'il faut nettoyer, ranger, etc. chez soi, un mot est très souvent utilisé, c'est celui de poutser qui signifie faire le ménage. En ce qui concerne du côté des animaux, le mot pételer, signifiant quémander, proviendrait de bättle pour désigner un animal qui viendrait demander de la nourriture lorsque ses maîtres sont à table. Un autre mot retrouvé en Suisse Romande est celui de Natel. Ce terme viendrait de Nationaltelefon pour désigner un téléphone portable. Ce qui donne lieu à des incompréhensions entre locuteurs francophones quand ils désignent leurs smartphones, un objet que chacun possède mais qui porte différents noms : GSM en Belgique, Natel en Suisse, téléphone portable en France, cellulaire au Québec.

ProsodieModifier

Au niveau de la prosodie, c’est le francoprovençal qui dicte ses règles d’accentuation, l’emportant sur celles du français parlé à Paris. Ce phénomène s’entend dans les affriquées [ts, dz, tʃ, dʒ] qui sont empruntées du patois.

Les Romands font encore la distinction dans l’opposition dans la longueur de la voyelle finale entre le masculin et le féminin apprenti [a.pʁɑ̃.ti]/apprentie [a.pʁɑ̃.ti:]. Cette distinction se faisait encore à une certaine époque sur le territoire français. Cependant, aujourd'hui, elle s'est perdue jusqu'à se neutraliser dans le français parlé en France.

Dans les zones rurales suisses, la prononciation des noms de famille alémaniques reste assez similaire tout en étant francisée. En somme, la forme orale germanique accentue la première syllabe, tandis que la forme orale française accentue la dernière syllabe à cause des règles d’oralisation du français écrit sur l’accentuation. Dans son article, Manno Giuseppe[9] donne un exemple en utilisant le nom de famille Brunner :

Brunner [bRunR] est la forme dialectale alémanique.

Brunner [bRunɛR] est la forme francisée.

L'accentModifier

Un aspect que les Français identifient souvent est l’accent suisse. D’ailleurs, ils le reproduisent autant dans les publicités que dans les films alors que les Romands eux-mêmes ne le perçoivent pas[11]. Toutefois, chaque canton se différencie par des accents qui lui sont propres. Il y a l'accent valaisan, l'accent jurassien, l'accent neuchâtelois, l'accent vaudois, l'accent fribourgeois et l'accent genevois.

Vitesse d'articulationModifier

Les locuteurs francophones de Suisse romande sont souvent associés à un débit de parole lent. Selon cette idée reçue, il est courant de penser que, par exemple, les Vaudois articulent plus lentement que les Parisiens[12]. Afin de confirmer ou d’infirmer ce stéréotype, des chercheurs en linguistique se sont penchés sur ce sujet en abordant notamment la vitesse d’articulation ; c’est-à-dire « la vitesse à laquelle un locuteur articule un énoncé »[13]. Il est important de spécifier également qu’une distinction doit être faite entre le débit et la vitesse d’articulation : le débit inclut les pauses effectuées par le locuteur, alors que la vitesse d’articulation ne tient compte que du temps d’articulation d’un énoncé prononcé, sans les pauses[14].

Plusieurs études se sont intéressées à la vitesse d’articulation de différentes régions francophones telles que la Suisse romande et la région parisienne notamment. Une première étude[15] a pris en compte plusieurs facteurs pour évaluer le potentiel débit lent des Suisses romands par rapport aux Français de la région parisienne. Pour ce faire, les chercheuses ont comparé le débit de la parole, la vitesse d’articulation et la durée des pauses lors d’une lecture d’un texte de locuteurs provenant de deux villes de Suisse romande et de Brunoy (proche de Paris). Leur étude a montré qu’il n’y a pas de différence importante entre les locuteurs suisses romands et ceux de Brunoy concernant le débit et les pauses. Cependant, les résultats ont souligné une différence entre les trois régions quant à la vitesse d’articulation : les participants de Brunoy articulent plus vite que les participants suisses (255 syll/min pour Brunoy, 236 syll/min pour Neuchâtel et 249 syll/min pour Nyon). Aussi, des études postérieures[16],[13],[17] se sont penchées exclusivement sur la vitesse d’articulation de ces différentes régions francophones et leurs résultats confirment l’idée reçue selon laquelle les Parisiens parlent plus vite que les Suisses. En effet, l’étude la plus récente parmi celles citées[17], démontre des résultats marquants, tout en considérant un nombre important de régions en comparaison avec les autres études (sept régions au total, de trois pays francophones différents, à savoir celles de Paris, de Lyon, de Tournai, de Liège, de Genève, de Neuchâtel et de Nyon). Aucune différence à l’intérieur du même pays n'est clairement notable. En revanche, les locuteurs belges et français partagent une vitesse d’articulation similaire (<195 millisecondes par syllabe) et articulent plus rapidement que les locuteurs suisses, qui eux, ont une vitesse d’articulation plus lente (>195 millisecondes par syllabe). Toutefois, il faut également considérer le fait que certaines études ont montré des résultats qui allaient à l’encontre du stéréotype des Romands qui parlent lentement. Par exemple, une étude[18] montre que les locuteurs de Martigny (en Suisse) ont une vitesse d’articulation similaire à celle des Parisiens (194 millisecondes par syllabe pour Martigny et 185 millisecondes par syllabe pour les Parisiens).

Après examen des différentes études, le stéréotype des Suisses qui articulent plus lentement que les Parisiens est confirmé, à quelques exceptions près. La vitesse d’articulation des Suisses est donc généralement plus lente que celle de leurs pays voisins. Cependant, les échantillons de certaines études étant réduits[19],[20], cela ne permet pas de confirmer la lenteur articulatoire des Suisses romands de manière sûre. En plus des différences entre les variantes du français, des études montrent que la vitesse d’articulation est influencée par les facteurs de l’âge et du sexe, notamment. Il semblerait que les jeunes articulent plus rapidement que les plus âgés, de même que les hommes articulent plus rapidement que les femmes[21],[22],[19],[23],[24]. Ainsi, l’âge et le sexe permettent de montrer les différences de vitesse d’articulation entre les pays mais également de souligner une différence au sein même du pays.

PhonétiqueModifier

Les Suisses ont gardé les oppositions phonétiques qui se sont perdues dans le français hexagonal influencé par le parler parisien. Ainsi, les Français ne font plus l'opposition entre :

– Le o ouvert de « mots » et le o fermé de « maux », tous les deux prononcés /mo/ en français de France standard.

– Les deux voyelles nasales de « brin » et « brun » : une majorité de français, principalement au nord, ne fait plus cette distinction et prononce /bʁɛ̃/ dans les deux cas.

– Le a antérieur de « patte » et le a postérieur de « pâte »[25].

Pronom « y »Modifier

Dans le langage informel et dans la région genevoise, le pronom « le/la » en tant que complément d’objet direct est très souvent remplacé par « y ».

Exemples :

  • « Où veux-tu que j’y pose ?

– Poses-y sur la table. »

  • « Si t’y fais, fais-y comme y faut ! »[26]

Ce fait linguistique découlant de l'arpitan se retrouve en France dans une partie de la région Auvergne-Rhône-Alpes, comme dans les deux départements de Savoie[27] ou dans le parler lyonnais.

CalquesModifier

Le français de Suisse intègre différents calques, principalement au niveau de la sémantique et de la syntaxe[9].

SémantiqueModifier

Quelques exemples de calques sémantiques :

– Le jubilaire signifie quelqu’un qui fête le cinquantenaire d’un mariage, de l’exercice d’une fonction, a un sens plus élargi en suisse romand puisqu’il désigne une personne qui fête un dixième, un quinzième anniversaire comme l’allemand Jubilar.

Action signifie vendre à un prix promotionnel est un calque de Aktion.

– Dans le domaine des études supérieures, il existe un certain nombre de calques. Le terme universitaire désigne en suisse romand une personne qui a fait des études universitaires, et qui correspond à l’allemand Akademiker.

SyntaxiqueModifier

Ceux-ci sont plus nombreux. Voici quelques exemples de calques :

– Le vocabulaire institutionnel est bien représenté comme chrétien-social qui signifie Sozialdemokrat, ou une place de parc pour désigner la place de parking et qui viendrait de l’allemand Parkplatz.

– Dans le domaine des études, il y en a également. Le terme professeur ordinaire signifie une personne étant titulaire d’une chaire et qui vient de l’allemand ordentlicher Professor. Ou encore, une société d’étudiants pour une corporation d’étudiants et qui proviendrait de l’allemand Studentenverbindung.

NombresModifier

Les nombres 70 et 90 sont respectivement exprimés par « septante » et « nonante », tout comme en Belgique et en République démocratique du Congo.

Le nombre 80 est dit « huitante » dans les cantons de Vaud, du Valais et de Fribourg, et « quatre-vingts » dans les autres cantons francophones, à savoir ceux de Genève, de Neuchâtel, de Berne et du Jura[28].

Comme en Belgique et contrairement à l’usage français, le mot « vingt » est généralement prononcé /vɛ̃t/, avec le /t/ final, même en isolation[29].

RepasModifier

Le français de Suisse a conservé les noms traditionnels des repas de la journée, à savoir dans l'ordre : le déjeuner (le matin), le dîner (à midi) et le souper (le soir)[30].

Il partage ce schéma avec le français de Belgique, le français canadien, le français haïtien et le français de République démocratique du Congo, ainsi que certains locuteurs en France qui l'utilisent[30]. Cependant, on assiste en France à un glissement sémantique avec l'apparition d'un petit déjeuner, avant le déjeuner, qui impose de remplacer le dîner par le déjeuner et le souper par le dîner[31].

Usages typographiquesModifier

EspacesModifier

L’usage typographique suisse, quelle que soit la langue, suit certaines règles propres qui diffèrent des normes françaises, comme celle de l’Imprimerie nationale. Une espace fine insécable précède les signes de ponctuation double tels que le point d’exclamation, le point d’interrogation, le deux-points et le point-virgule. C’est aussi le cas pour les guillemets (« … » et ‹ … ›) et le signe du pour cent (%).

Quand l’espace fine insécable n’est pas disponible, on préfère généralement ne pas mettre d’espace du tout[32].

Pour les citations de deuxième niveau, on utilise souvent les guillemets simples à chevrons (‹ … ›).

Exemple et comparaison :

Norme suisse : «Quoi? Elle a dit: Ma mère est brésilienne; mon père chinois. C’est cosmopolite
Norme préférée par l’Imprimerie nationale de France : « Quoi ? Elle a dit : « Ma mère est brésilienne ; mon père chinois. » C’est cosmopolite ! »[33]
Usage dans la presse française : « Quoi ? Elle a dit : Ma mère est brésilienne ; mon père chinois. C’est cosmopolite ! »
Norme canadienne : « Quoi? Elle a dit : Ma mère est brésilienne; mon père chinois. C’est cosmopolite! »[34],[35]

Écriture des nombresModifier

La norme officielle prônée par le Guide du typographe consiste à utiliser une espace insécable comme séparateur de milliers[36] ; c'est aussi ce que la Chancellerie fédérale prône pour les textes officiels[37]. Ceci rejoint la norme des autres pays francophones.

Cependant, on trouve aussi l'apostrophe[38], ce qui est une manière de faire propre à la Suisse.

  • Norme officielle : 100 000
  • Autre usage : 100'000

Le séparateur décimal est la virgule[37].

Notes et référencesModifier

  1. Voir la carte de Suisse indiquant les régions romandes où la l'arpitan est traditionnellement parlé sur ethnologue.com
  2. André Thibault, Dictionnaire suisse romand : particularités lexicales du français contemporain, Carouge (GE), ZOE, , 885 p. (ISBN 978-2-88182-870-6).
  3. Office fédéral de la statistique, « Langues principales selon les cantons », (consulté le ).
  4. Office fédéral de la statistique, « Langues », (consulté le ).
  5. Conseil fédéral, « Article 4 de la Constitution fédérale suisse », sur admin.ch (consulté le ).
  6. (en) Fiche langue[fra]dans la base de données linguistique Ethnologue..
  7. (en) Fiche langue[gsw]dans la base de données linguistique Ethnologue..
  8. (all) Lengert Joachim, « Regionalfranzösisch in der Literatur : Studien zu lexikalischen und grammatischen Regionalismen des Französischen der Westschweiz », Romanica Helvetica, Basel/Tübingen (Francke), vol. 111,‎ , p. 333-338
  9. a b c et d Manno Giuseppe, « L'influence de l'adstrat germanique sur le français régional de Suisse romande », Bulletin de la Société Belfortaine d’Emulation, vol. 88,‎ , p. 63-73
  10. canton, dans le Trésor de la langue française informatisé
  11. Matthey Marinette, « Le français langue de contact en Suisse romande », Glottopole, Revue sociolingsutiique en ligne, no 2,‎ , p. 92-100 (lire en ligne [PDF])
  12. Philippe Vandel, « Pourquoi les Suisses parlent-ils lentement ? », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  13. a et b Mathieu Avanzi, Sandra Schwab, Pauline Dubosson et Jean-Philippe Goldman, La variation prosodique régionale en français : Chapitre 5 : La prosodie de quelques variétés de français parlées en Suisse romande, De Boeck Supérieur, (ISBN 9782801116951, lire en ligne), p. 89-118.
  14. La vitesse d’articulation peut s’exprimer en syllabes par seconde (syll/s), en syllabes par minute (syll/min) ou encore en millisecondes par syllabe (ms/syll).
  15. Sandra Schwab et Isabelle Racine, « Le débit lent des Suisses romands : mythe ou réalité ? », Journal of French Language Studies, vol. 23, no 2,‎ , p. 281-295 (lire en ligne).
  16. Sandra Schwab, Pauline Dubosson et Mathieu Avanzi, « Étude de l'influence de la variété dialectale sur la vitesse d'articulation en français », JEP, vol. 1,‎ , p. 521-528 (lire en ligne).
  17. a et b (en) Sandra Schwab et Mathieu Avanzi, « Regional variation and articulation rate in French », Journal of Phonetics, vol. 48,‎ , p. 96-105 (lire en ligne).
  18. Mathieu Avanzi, Sandra Schwab, Pauline Dubosson et Jean-Philippe Goldman, La variation prosodique régionale en français : Chapitre 5 : La prosodie de quelques variétés de français parlées en Suisse romande, De Boeck Supérieur, (ISBN 9782801116951, lire en ligne), p. 89-118.
  19. a et b Sandra Schwab et Isabelle Racine, « Le débit lent des Suisses romands : mythe ou réalité ? », Journal of French Language Studies, vol. 23, no 2,‎ , p. 281-295 (lire en ligne).
  20. Sandra Schwab, Pauline Dubosson et Mathieu Avanzi, « Etude de l'influence de la variété dialectale sur la vitesse d'articulation en français », JEP, vol. 1,‎ , p. 521-528 (lire en ligne).
  21. (en) Ewa Jacewicz, Robert A. Fox, Caitlin O'Neill et Joseph Salmons, « Articulation rate across dialect, age, and gender », Language variation and change, vol. 21, no 2,‎ , p. 233-256 (lire en ligne).
  22. (en) Hugo Quené, « Multilevel modeling of between-speaker and within-speaker variation in spontaneous speech tempo », Journal of the Acoustical Society of America, vol. 123, no 2,‎ , p. 1104-1113 (lire en ligne).
  23. (en) Bruce L.Smith, Jan Wasowicz et Judy Preston, « Temporal characteristics of the speech of normal elderly adults », Journal of Speech and Hearing Research, vol. 30, no 4,‎ , p. 522-529 (lire en ligne).
  24. (en) Jo Verhoeven, Guy De Pauw et Hanne Kloots, « Speech Rate in a Pluricentric Language: A Comparison Between Dutch in Belgium and the Netherlands », Language and Speech, vol. 47, no 3,‎ , p. 297-308 (lire en ligne).
  25. David Castello-Lopez, « C’est quoi l’accent suisse ?, dans 52 minutes », sur rts.ch, (consulté le ).
  26. « Termes régionaux de Suisse romande et de Savoie. » (consulté le ).
  27. Mathieu Avanzi, « Le « y » dit savoyard : laissez-moi vous y expliquer ! », sur lefrançaisdenosrégions.com, Université de Neuchâtel, (consulté le ).
  28. Mathieu Avanzi, « Comment dit-on 80 en Belgique et en Suisse ? », sur lefrançaisdenosrégions.com, Université de Neuchâtel, (consulté le ).
  29. Mathieu Avanzi, « VingT et moinS », sur lefrançaisdenosrégions.com, Université de Neuchâtel, (consulté le ).
  30. a et b André Thibault, « Le midi, vous déjeunez ou vous dînez ? », sur francaisdenosregions.com, .
  31. Mathieu Avanzi, « Déjeuner ou dîner », sur francaisdenosregions.com, .
  32. « Tableau récapitulatif des espaces », sur typoguide.ch (consulté le )
  33. Dans le Lexique, p. 51, on trouve aussi cette règle : «  Si les deux citations se terminent ensemble, on ne composera qu’un guillemet fermant : [exemple].  »
  34. Office québécois de la langue française, « Espacement avant et après les principaux signes de ponctuation et autres signes ou symboles », sur Banque de dépannage linguistique, (consulté le )
  35. « La ponctuation – 6.13 Tableau des espacements », sur btb.termiumplus.gc.ca, Termium Plus : la banque de données terminologique et linguistique du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, (consulté le )
  36. Groupe de Lausanne de l'Association suisse des typographes, Guide du typographe, Lausanne, Heliographia, , 260 p. [détail des éditions], p. 56.
  37. a et b Chancellerie fédérale, « Instructions de la Chancellerie fédérale sur la présentation des textes officiels en français », sur bk.admin.ch, (consulté le ).
  38. « Typographies allemande, française et suisse – Petite étude comparative », sur uebersetzung-morlot.de, Morlot Übersetzungen, (consulté le ).

Voir aussiModifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Langue française en Suisse.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier