Fraisans

commune française du département du Jura

Fraisans
Fraisans
Vue aérienne du village avec les forges.
Blason de Fraisans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Intercommunalité Communauté de communes Jura nord
Maire
Mandat
Hubert Bacot
2020-2026
Code postal 39700
Code commune 39235
Démographie
Gentilé Fraisanois
Population
municipale
1 192 hab. (2019 en diminution de 3,95 % par rapport à 2013)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 00″ nord, 5° 45′ 40″ est
Altitude Min. 209 m
Max. 279 m
Superficie 16,9 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Fraisans
(banlieue)
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mont-sous-Vaudrey
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Fraisans
Géolocalisation sur la carte : Jura
Voir sur la carte topographique du Jura
City locator 14.svg
Fraisans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fraisans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fraisans
Liens
Site web fraisans.fr

Fraisans est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Fraisans est un petit village franc-comtois situé sur les rives du Doubs et en bordure de la forêt de Chaux qui est une des plus grandes forêts de France derrière la forêt des Landes et celle d'Orléans.

Communes limitrophesModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Fraisans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Fraisans, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[4] et 2 493 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (83,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (83,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (83,6 %), terres arables (9,6 %), zones urbanisées (2,7 %), eaux continentales[Note 3] (1,9 %), zones humides intérieures (1,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Hugues, sire de Rans, sénéchal du comté de Bourgogne, fut contraint de céder ses terres de Rans et Ranchot à Hugues III de Chalon, comte palatin de Bourgogne, et à Alix, son épouse, qui s'engagèrent à payer à Jean de Chalon l'Antique, la somme de 200 livres estevenantes. À la mort d'Hugues III en 1266, Jean de Rans, fils d'Hugues, désirant se libérer de ses dettes, engagea à la comtesse palatine Alix tous ses droits sur Fraisans.

À la mort d'Alix, en 1279, Fraisans passe entre les mains d’Hugues, frère du comte de Bourgogne Othon IV[11].

En 1292, Othon IV cède Fraisans à Robert II, duc de Bourgogne. La position du château permettait aux souverains bourguignons le contrôle de la route du sel venant de Salins à travers la forêt de Chaux.

Les châtellenies domaniales étaient administrées par des prévôts et des châtelains. La prévôté de Fraisans comptait une vingtaine de communes dont les habitants étaient tenus au guet et à la garde du château en cas de guerre ou de péril.

Le châteauModifier

Probablement précédé d'un éperon barré celtique d'un castellum romain ou d’une place forte burgonde, le château féodal de Fraisans a été érigé à l’extrémité de la Côte de Mignot qui culmine à 270 m soit 50 m au-dessus de la vallée du Doubs.

La protection du château était assurée, du côté nord-ouest par une falaise verticale et des côtés sud-ouest et sud-est par une muraille.

Au printemps 1477, lors de la guerre de succession de Bourgogne, Louis XI souhaitant soumettre la Franche-Comté, attaque de nombreuses villes et places entre Pesmes et Gy dont Fraisans et son château qui sera conquis par les Français et démantelé[12]. Ses restes seront utilisés par les troupes comtoises qui y installèrent un poste, en 1636, durant la guerre de Dix Ans.

Durant cette guerre opposant la France et l’Espagne, Fraisans fut à plusieurs reprises le théâtre d'accrochages entre les belligérants, les combats se localisant aux alentours du pont sur le Doubs[13].

Les forgesModifier

À Fraisans, au XIXe siècle, il y avait des forges très réputées. C'est dans ces forges de Fraisans[14] qu'une partie de la tour Eiffel a été fabriquée.

Politique et administrationModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Lucien Paulin PS Conseiller général du Canton de Dampierre (2004-2011)
mars 2008 2020 Christian Girod[15] SE Retraité de l'enseignement
2020 En cours Hubert Bacot    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2019, la commune comptait 1 192 habitants[Note 4], en diminution de 3,95 % par rapport à 2013 (Jura : −0,5 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
463529515496485506554533526
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7932 0983 0493 0112 9642 8042 7242 5532 633
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 6172 3791 9561 5021 1631 0409767581 027
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 0561 0261 0781 1081 0891 2401 2221 2181 241
2018 2019 - - - - - - -
1 2031 192-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Les anciennes forges[20] dont il reste quelques bâtiments et cheminées. Elles ont employé jusqu'à 1500 ouvriers sur le site de Fraisans réalisant des fabrications importantes telles que le Viaduc de Garabit, le hall de la Gare de Lyon, le Pont Alexandre-III à Paris et de nombreux ponts à l'étranger (Indochine, Egypte).
  • L'ancienne maison du maître des Forges[21], transformée en mairie.
  • L'église qui surplombe la vallée du Doubs.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
D'or au cerf passant sur une terrasse isolée parsemée de touffes d'herbe sèche, le tout au naturel, au chef d'azur à quatre marteaux d'argent affrontés et passés en sautoir deux à deux.
Détails
Les marteaux évoquent les célèbres forges de Fraisans et le cerf s'inspire des armes d'une ancienne famille locale portant le nom de Fraisans.
Adopté par la municipalité le 28 janvier 2010.

Voir aussiModifier

Fraisans accueille en 2015 le No Logo Festival, dont la première édition a eu lieu en 2013, qui se déroule sur trois jours (13,14 et 15 août). Le festival est un énorme succès pour sa première année grâce notamment à de grands noms du Reggae tels que Capleton, Julian Marley ou encore Alpha Blondy. L'édition 2016 est au programme, du 12 au 14 août, avec 21 artistes prévus sur scène. Le festival a lieu sur le site des anciennes forges de Fraisans.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

SourcesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Fraisans », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. https://www.cegfc.net/www/sections/fiches-communes/jura/39452/rans_historique.pdf
  12. Armand Marquiset, Statistique historique de l'arrondissement de Dole, C. Deis, (lire en ligne)
  13. « Fraisans :: Le chateau féodal », sur www.fraisans.fr (consulté le ).
  14. Les forges de Franche-Comté
  15. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. https://www.fraisans.fr/Histoire-50.html
  21. « Maison de maître de forges (ancienne) », notice no PA00101880, base Mérimée, ministère français de la Culture.