Ouvrir le menu principal

Fourneaux (Loire)

commune française du département de la Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fourneaux.

Fourneaux
Fourneaux (Loire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Le Coteau
Intercommunalité Communauté de communes du Pays entre Loire et Rhône
Maire
Mandat
Jean-François Neyrand
2014-2020
Code postal 42470
Code commune 42098
Démographie
Gentilé Fourneausien
Population
municipale
598 hab. (2016 en diminution de 4,63 % par rapport à 2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 16″ nord, 4° 16′ 13″ est
Altitude Min. 416 m
Max. 607 m
Superficie 12,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Fourneaux

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Fourneaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fourneaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fourneaux

Fourneaux est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Sommaire

GéographieModifier

Histoire[1]Modifier

Fourneaux a pris naissance à proximité de la voie romaine qui conduisait de Lugdunum (Lyon) à Rodumna (Roanne). On peut encore en suivre le tracé sur environ 2 km dans les prés situés à l'ouest du hameau du Plat-Coupy. Des fragments de céramique romaine ont été trouvés à proximité.

La paroisse est une des plus anciennes du Roannais. Le cartulaire de l'abbaye de Savigny signale l'église Saint-Michel de Fornels en 1020. Jusqu'à la Révolution, le territoire de la paroisse était divisé en deux parties dépendant chacune d'une seigneurie : les Forges et l'Aubepin.

Au XIXe siècle on tissait la mousseline et le plumetis à Fourneaux. On y réalisait aussi de la broderie au crochet pour les fabricants de Tarare. Une importante activité textile s'y est maintenue avec un tissage de voile tergal et une usine de soierie dont les créations sont réputées. Grâce à cela, les emplois industriels offerts dans le village ont augmenté entre les années 1970 et 1980.

Le premier tour de France cycliste est passé à Fourneaux le 2 juillet 1903.

BlasonnementModifier

Les armoiries de Fourneaux se blasonnent ainsi :

Coupé : au 1er de gueules à la navette d’or en fasce, au 2e écartelé d’argent et d’azur ; le tout flanqué de sinople ; à la fasce d’argent brochant sur le tout chargée en flanc de deux roues de gueules, entre lesquelles broche une poule d’or couvant sur une marmite de sable, et à une épée basse d’or brochant en pointe sur cette dernière .

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Claude Janin SE  
2014 En cours Jean-François Neyrand[2]    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 598 habitants[Note 1], en diminution de 4,63 % par rapport à 2011 (Loire : +1,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0008368148601 1701 2321 1461 2121 236
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2671 2831 3461 2601 1881 0591 001936912
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
910916895780741674683694653
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
606565508490528548632617596
2016 - - - - - - - -
598--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Château de l'Aubepin[7]Modifier

 
Chateau de l'Aubepin.

La seigneurie de l'Aubepin était l'une des plus importantes du Beaujolais, étendant sa juridiction sur de nombreux villages de l'actuel canton de Saint-Symphorien-de-Lay, et en particulier Saint-Just-la-Pendue. Le château qui lui correspond est l'un des plus beaux du Roannais. Au XIIe siècle, sans doute simple ferme fortifiée, il s'inscrivait dans le système de défense des sires de Beaujeu, sur une frontière contestée avec le Forez.

L'aspect du château se modifie beaucoup entre le XIVe et le XVIIe siècle, passant de la famille de Thélis à celle de Lorgue, puis de celle de Semur à celle de Sainte Colombe à la fin du XVIe siècle.

C'est pendant l'époque où il était habité par la famille de Lorgue, au XVe siècle, que le château primitif disparu entièrement dans un incendie la nuit de la Sainte-Agathe. Cet accident frappa tellement l'imagination des habitants que, depuis cette époque, nul feu n'est allumé à l'Aubépin la veille et le jour de la Sainte-Agathe (4 et 5 février). On dit que, comme il était difficile en plein hiver de se priver pendant 48 heures de cuisine, de chauffage et de lumière, François de Sainte Colombe fit construire dans la cour, en dehors des fossés, deux petits bâtiments dits pavillons de Sainte-Agathe où les habitants de l'Aubépin passaient les journées néfastes.

Pendant l'été de 1570, le château fut pillé par les troupes huguenotes de Briquemaut stationnées à Lay.

Dans un grand état de délabrement avant la Première Guerre mondiale, il a été magnifiquement restauré par la famille qui en a été propriétaire jusque dans les années 1980.

Croix du Plat CoupyModifier

 
Croix du Plat Coupy.

Située sur la route en direction du château de l'Aubepin, à 800 mètres du bourg, elle fut érigée en souvenir de l'arrêt du pape Pie VII en 1804. Il se rendait au couronnement de Napoléon à Paris. Le seigneur de l'Aubepin aurait offert à cet endroit un rafraîchissement au pape. La tradition laisse croire qu'à cet instant une indulgence aurait été accordée. Elle fut simplement promise. C'est seulement en 1892, sous le pape Léon XIII, grâce à un rappel de monsieur de Montenach, seigneur de l'Aubepin, qu'elle reçut sa forme canonique[8].

Château de SarronModifier

Article détaillé : Château de Sarron.

Il a pris ce nom au début du XXe siècle, et était connu jusque-là sous l'appellation Les Forges. Le nom de Sarron lui vient de la famille qui l'a occupé pendant plus de 350 ans.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Grande encyclopédie des communes du Forez et de la Loire sous la direction de JP Houssel Editions Horvath 1984, et documentation de l'association « Les Chemins du Passé »
  2. Fourneaux, association des maires de France, consulté le 13 mars 2015
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Grande encyclopédie des communes du Forez et de la Loire sous la direction de JP Houssel Editions Horvath 1984, Ghateaux historiques en Beaujolais par l'abbé Prajoux et documentation de l'association « Les Chemins du Passé »
  8. Documentation de l'association « Les Chemins du Passé »


Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :