Félicien Tramel

acteur français
Félicien Tramel
Description de cette image, également commentée ci-après
Photo officielle de communication de l'artiste (avant 1924).
Nom de naissance Antoine Félicien Martel
Naissance
La Crau, Var
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 67 ans)
Paris
Profession Chanteur, Acteur
Films notables Le Bouif (série de films)

Félicien Tramel usuellement Tramel, de son vrai nom Antoine Félicien Martel, est un chanteur[1] et acteur français, né le à La Crau (Var)[2] et mort le dans le 16e arrondissement de Paris[3].

BiographieModifier

Ami de jeunesse de Raimu[4], Antoine Félicien Martel se choisit Tramel comme nom de scène[5] et use du registre comique pour lancer sa carrière.

Il débute à Toulon, en 1900, comme chanteur de genre, chanteur comique ou en duo avec son comparse Zetto, jongleur, puis il parcourt les cafés-concerts de France et d'Algérie en interprétant le genre Mayol. En 1905, il part faire une tournée au Brésil où il séjourne un an, puis il revient en France où il crée au théâtre des Nouveautés de Toulouse un genre original et personnel avec lequel il se produit à partir de 1907[6]. Son camarade Mayol l'engage alors pour participer à la partie introductive de son concert, à l'occasion aux côtés de Raimu, plusieurs saisons de suite[7],[8].

Il joue ensuite aux Folies-Bergère[9] et, comme la plupart des artistes de cabarets et de revues à l'époque, simultanément dans de nombreux autres lieux comme le Petit Casino, le Casino de Paris, le café des Ambassadeurs[10], l'Alcazar d'Eté[11] où il tient certains des rôles principaux des Revues qui sont montées dans ces établissements.

Contrairement à ce qu'affirme son producteur et ami Oscar Dufrenne dans la biographie des prospectus de ses spectacles, Tramel ne semble pas avoir été permanent à l'Alhambra à cette époque ni avoir rencontré un succès "parisien" dès 1907, seul et sans l'aide de Mayol.

Il est mobilisé en 1914 alors qu'il joue aux Folies-Marigny[12],[13]. Démobilisé en 1919, il est engagé à l'Eldorado pour travailler avec les auteurs Georges de La Fouchardière et André Mouëzy-Éon à une adaptation théâtrale de leur roman policier humoristique à succès Le Crime du Bouif (1914). La pièce Le Crime du Bouif est créée en février 1921 avec Tramel dans le rôle principal.

Cette pièce que Tramel dit avoir jouée 700 fois a effectivement rencontré un énorme succès à l'époque: elle a été jouée trois années de suite avec parfois plusieurs représentations quotidiennes[14] et a fait l'objet d'une tournée européenne[15]. Cette pièce sera déclinée en plusieurs tournées qui se produiront simultanément en France, notamment celle de l'acteur Dranem qui rencontrera elle aussi un grand succès populaire.

C'est au cours de ces représentations que le metteur en scène Henri Pouctal l'engage pour en tourner une adaptation cinématographique[16]. Le film Le Crime du Bouif reçoit un bon accueil[17]. Une dizaine de films suivra, et le succès que rencontre ce roman et ses nombreuses adaptations apporte une grande popularité à Georges de la Fouchardière ainsi qu'à Tramel et à Dranem dont les apparitions publiques sont régulièrement spectacularisées[18],[19],[20].

Les quatre premiers films de cette série, réalisés entre 1921 et 1926, Le Crime du Bouif, La Résurrection du Bouif, Le Filon du Bouif et Son Excellence le Bouif, ne sont pas une adaptation rigoureuse des épisodes, plus nombreux, de la série de Georges de la Fouchardière.

Felicien Martel participera aux autres opus de la série jusqu'en 1935, ainsi qu'à la reprise en 1933 du premier opus qui est réalisée par André Berthomieu et dans laquelle il conserve le même rôle.

Antoine Félicien Martel apparait dans un peu plus d'une cinquantaine de films, dont L'Idiot de Georges Lampin (1946) où il joue l'un de ses derniers rôles.

Il a été marié au Lavandou en 1940 à l'actrice Sonia Gobar.

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

DiscographieModifier

  • Le Misanthrope, chanson enregistrée
  • Méfiez vous de l'amour, Fantaisie comique, chanson enregistrée

Feuillets-partitions des prestations de RevuesModifier

A l'époque, les numéros d'une revue sont joués - on dit créés - par plusieurs interprètes dans différents lieux et sont publiés et vendus au public sous forme de petites affichettes au dos desquelles est imprimé la partition de l'air ou le texte de la causerie. Les partitions qui suivent sont donc de Tramel, ou bien interprétées par Tramel. C'est la popularité de certaines versions qui donne lieu à un enregistrement en 78 tours de leurs interprètes, quels que soient les interprètes originaux.

 
Un exemple d'un feuillet-partition qui promeut plusieurs interprètes
  • Ca m'amuse! Ca m'amuse, monologue de la revue Mayol, Albert Valsien et son orchestre
  • Comme un p'tit suisse, Chanson de la revue à l'Alhambra
  • Conférence sur l'os, monologue de la revue Mayol
  • Explication des songes, monologue de la revue Mayol
  • Ils n'passeront pas...!, monologue au Petit Casino
  • J'irai pas à son enterrement!, chansonnette de la revue à l'Eldorado
  • Je suis un tendre, de André Mouëzy-Éon, tirée de Plein aux as, présentée au Nouvel Ambigu
  • Poli avec les femmes, Chansonnette monologue
  • Quand h on h aime, Chansonnette au Petit Casino
  • T'es qu'un méchant!, Cri poussé au Concert Mayol à l'ami Raimu
  • Ah! Que c'est bon, tiré de Le Chasseur de chez Maxim's
  • A bas canards, tiré de Les J3
  • Je suis fâché!, monologue de la revue à l'Eldorado
  • Ah! Les impôts!", Récriminations poussées par Tramel et tous les comiques
  • Gentleman-Highlander, Chanson franco-anglaise au Concert Mayol
  • Le tambour du faubourg, Chanson au Concert Mayol
  • Enl'vez votr' chapeau!, cri populaire lancé au Concert-Parisien
  • Je respecte ma concierge, monologue créé au Petit Casino
  • La vie... La mort, monologue au Petit Casino
  • Pieux souvenirs (souvenirs de pieu), élucubration littéraire
  • Aglaé!
  • La tangomanie, chanson comique avec parlé de la revue à l'Eldorado
  • C'était une espagnole, chansonnette au Concert-Parisien
  • L'avant dernier tango ou Le tango dinguo, Musique d'Albert Valsien, à la revue du Point d'orgue
  • La môme aux yeux verts, chanson comique
  • Dans sa p'tite mansarde, élucubration littéraire
  • Je suis les américains, défilé exécuté

78 tours OdéonModifier

  • 1927 : Pas verni, décembre, référence Odéon 166.054
  • 1927 : J'ai peur de l'user, décembre, référence Odéon 166.054
  • 1927 : Mon jour de veine, référence Odéon 166.055
  • 1927 : J'ai tous les bonheurs, référence Odéon 166.055
  • 1929 : Léon de Gonfaron première et deuxième parties, Monologue comique, référence Odéon 166.161
  • 1930 : Mais elle est revenue, chansonnette, orchestre André Cadou, référence Odéon 166.302
  • 1930 : Y' n' savait pas, ou C'était un gosse, orchestre André Cadou, référence Odéon 166.302
  • 1930 : Léo ,Léa , Elie, mai, orchestre André Cadou, référence Odéon 166.303
  • 1930 : Un million, octobre, orchestre André Cadou, référence Odéon 166.358
  • 1930 : J'ai ma combine, référence Odéon 166.374
  • 1930 : C'est pour mon papa, référence Odéon 166.374
  • 1931 : Mes maudits maux d'reins, orchestre André Cadou, référence Odéon 166.433
  • 1931 : Que faire ?... Que faire ?..., Albert Valsien et son orchestre, référence Odéon 166.456
  • 1931 : Devinette musicale, Albert Valsien et son orchestre, référence Odéon 166.456
  • 1931 : La crème des hommes, Albert Valsien et son orchestre, référence Odéon 166.458
  • 1931 : La môme Biclo, Albert Valsien et son orchestre, référence Odéon 166.458
  • 1931 : T'en fais pas Bouboule, Albert Valsien et son orchestre, référence Odéon 166.480
  • 1931 : Y m'faut mon patelin, Albert Valsien et son orchestre, référence Odéon 166.480
  • 1932 : J'm'en balance, 26 octobre, référence Odéon 166.580
  • 1932 : On se demande pourquoi, 26 octobre, référence Odéon 250.580

78 tours PathéModifier

  • Madame Pinatel au dancing, monologue marseillais, référence Pathé 3837
  • L'homme du jardin des plantes, monologue monologue, référence Pathé 3837
  • Léon de Gonfaron première et deuxième parties, Monologue comique, référence Pathé 3838
  • Ah ! Que l'amour..., Albert Valsien et son orchestre, référence Pathé 3786
  • Les yeux miteux, Chanson ophtalmique, référence Pathé 3787
  • Dans la marmite, ou La soupe aux choux, Chanson nationale, référence Pathé 3787
  • 1916: Je suis nerveux, référence Pathé 4662
  • 1916: Je m'taime t'y, référence Pathé 4662
  • Habitation au bon marché, monologue, référence Pathé 4815

Restaurations Marianne MelodieModifier

  • Salade cacophonique, Albert Valsien et son orchestre
  • Le sang du midi
  • Les suites d'un premier lit
  • C'est pas toujours rigolo d'avoir d'l'argent, tiré de Barranco Ldt.
  • Quand ça veut sourire, tiré de Les as du turf

RéférencesModifier

  1. « Folle complainte Tramel "Le Bouif" », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le )
  2. Archives du Var, commune de La Crau, acte de naissance no 18, année 1880 (page 9/265)
  3. Fiche Biographique de Tramel sur Les Gens du cinéma
  4. Olivier Barrot et Raymond Chirat, Noir et Blanc - 250 acteurs français du cinéma français 1930-1960, Flammarion, 2000, p. 564-566
  5. Programme officiel "Tournée TRAMEL -Le Crime du Bouif", page 5, production O. Dufrenne, 12p., 1924-1926
  6. « La Dépêche (Toulouse), 4 décembre 1907 - p.5 1ère colonne dernier article "Les nouveautés" », sur Retronews
  7. « Le Petit Provençal, 17 septembre 1907 - p.2 2ème colonne bas "Mayol au Palais de cristal" », sur Retronews
  8. « Comoedia , 12 octobre 1912 - p.4 moitié inférieure - article centrale "Mayol varie son affiche", 3ème paragraphe », sur Retronews
  9. « Comoedia , 5 avril 1914 - p.3 quart de page Haut-droite - "La revue galante", références deuxième et troisième colonne », sur Retronews
  10. « L'Estafette, 7 mai 1911 - p.4 bas spectacles, 5ème colonne "Ambassadeurs" », sur Retronews
  11. « Gil Blas, 5 juin 1912 - p.5 2ème colonne spectacle et concerts - Soirée parisienne - 4 références », sur Retronews
  12. « Le Figaro du 2 août 1914 - p.4 4ème colonne Spectacles et concerts: Promotion de la revue "On s'embrase à Marigny" », sur Retronews
  13. « L'Homme libre, 27 juillet 1914 - p.4 Les Théâtres, deuxième colonne "Aux Folies Marigny" », sur Retronews
  14. « L'Intransigeant, 2 juin 1923 - p.2 5ème colonne "Cabarets" », sur Retronews
  15. « Le Petit Marseillais, 4 octobre 1923 - p.43 troisième colonne milieu "Demain, Tramel à l'Alcazar dans Le crime du Bouif" », sur Retronews
  16. « La Petite République, 11 septembre 1921 - p.4 Haut droite "Courrier des spectacles" », sur Retronews
  17. « Comoedia , 9 décembre 1921 - p.4 Photo centrale en bas et conclusion de l'article "Le crime du bouif" de J.-L. CROZE », sur Retronews
  18. « Archive Photographique 2/10/22, [Montrouge, stade] Buffalo, fête des Caf' Conc' [course des Bouifs, de d. à g. Tramel, Georges de la Fouchardière, Dranem] : [photographie de presse] / [Agence Rol] », sur Gallica
  19. « Archive Photographique 13-9-26, [stade] Buffalo, Fête des Caf' Conc', [de gauche à droite] Dranem, Michel, Tramel, Pélissier [comiques] : [photographie de presse] / [Agence Rol] », sur Gallica
  20. « Archive Photographique 12-9-27, [stade] Buffalo, Fête des Caf' Conc', Tramel et Dranem : [photographie de presse] / [Agence Rol] », sur Gallica
  21. « La Gazette de Biarritz-Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, 30 mars 1927 - p.3 - 1ère et deuxième colone, Spectacle de Biarritz - Lutecia », sur Retronews
  22. Comoedia, 7 Septembre 1931, 2ème colonne "Petit Casino",https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7650362c/f4.image.r=%22La%20femme%20du%20chef%20de%20gare%22kolb?rk=171674;4

Liens externesModifier