Digimon Rumble Arena

jeu vidéo de 2001
Digimon Rumble Arena
Digimon Rumble Arena Logo.png

Développeur
Bandai, Hudson Soft
Éditeur
Hudson Soft (Japon), Infogrames (Europe)
Distributeur
Bandai (Japon), Infogrames (Europe)
Scénariste
Bandai (Japon), Infogrames (Europe)

Date de sortie
Franchise
Digimon (d)
Genre
Mode de jeu
Plate-forme

Langue
Anglais (dialogues), français (textes)

Évaluation
ESRB : E ?
SELL : Pour tous publics
Site web

Digimon Rumble Arena, ou Digimon Tamers Battle Evolution (デジモンテイマーズ バトルエボリューション, Dejimon Teimāzu Batoru Eboryūshon?) au Japon, est un jeu vidéo de combat et d'action, distribué et développé par Bandai, en association avec Hudson Soft, sur console PlayStation. Il est initialement publié le au Japon, puis adapté par Infogrames en Amérique du Nord le , et exporté en Europe la même année.

Partie intégrante de la série des jeux vidéo inspirée de la franchise Digimon, Digimon Rumble Arena met en avant ses créatures numériques accompagnées d'éléments d'un jeu vidéo de combat multiplate-formes. Le joueur incarne l'un des personnages jouables présents dans le jeu, et doit combattre plusieurs de ses semblables contrôlés par intelligence artificielle à un contre un dans différentes arènes. Un mini-jeu aléatoire apparaît dans le mode « un joueur » après trois combats, au milieu d'un cycle de six combats.

Le jeu est accueilli d'une manière mitigée par l'ensemble de la presse spécialisée, qui souligne en majeure partie sa ressemblance flagrante avec le jeu vidéo Super Smash Bros. publié en 1999. En 2013, le jeu compte approximativement 200 000 exemplaires vendus dans le monde. Il est suivi d'un deuxième volet, intitulé Digimon Rumble Arena 2, publié deux ou trois années plus tard, en 2004, sur consoles PlayStation 2, GameCube et Xbox ; ce jeu reprend les principes similaires du premier opus en matière de combats. Un « successeur spirituel » des deux premiers volets, Digimon All-Star Rumble, est publié en 2014.

Système de jeuModifier

Généralités et modes de jeuModifier

Digimon Rumble Arena est un jeu vidéo d'action intronisant l'univers de la franchise médiatique japonaise Digimon, ainsi que les divers éléments d'un jeu vidéo de combat classique[1] et d'un beat'em up. Le jeu dispose de graphismes en 2,5D, et d'un style de jouabilité proche de Super Smash Bros., comme entre autres le système d'une touche par coups[1],[2].

Le joueur peut initialement accéder à quatre modes sur un total de six, depuis le menu principal. Ces modes comprennent « 1 joueur », « 2 joueurs », « VS console » et « options ». Dans le mode « 1 joueur », le joueur choisit un digimon afin de combattre ses semblables, contrôlés par intelligence artificielle, et ainsi débloquer, au fur et à mesure de la progression du jeu, de nouveaux personnages, et accéder à un total de trois mini-jeux jouables seul ou à deux. Ces trois mini-jeux comprennent « Jeu cible » dans lequel les digimon lancent une balle afin de collecter le plus de points possibles en touchant des cibles en forme de diamants et d'étoiles, « Jeu boxe » dans lequel les digimon frappent un punching ball afin d'augmenter leurs points avant la limite de temps, et « Jeu tir » dans lequel les digimon marquent des points dans un panier de basket-ball mobile tenu par Calumon[3]. Le mode « 2 joueurs » permet à deux joueurs de s'affronter, et le mode « VS console » permet au joueur de choisir et d'affronter les digimon de son choix[3]. Les options permettent notamment de définir les touches de la manette à utiliser, ou à déterminer le niveau de difficulté, qui varie entre « facile », « moyen » et « difficile ». En plus de la sauvegarde automatique, un écran de mot de passe permet de débloquer de nouveaux personnages jouables[4].

PersonnagesModifier

 
Wargreymon (gauche) et Tai (droite) font leur apparition dans le jeu.

Digimon Rumble Arena met à disposition neuf personnages jouables en premier lieu, sur un total de 24, dont 15 personnages supplémentaires[2]. Chacun d'entre eux représente un digimon issu des trois premières saisons — Digimon Adventure, Adventure 02 et Tamers — dérivées de la série d'animation[3]. Les digimon se caractérisent par un élément naturel qui leur est propre, variant entre « feu », « eau » et « nature » ; ces éléments représentent le jeu du pierre-feuille-ciseaux dans lequel l'un des trois éléments est plus vulnérable que l'autre[2],[3],[4].

Le jeu met en compétition deux digimon de niveau disciple s'affrontant à un contre un, dans un total de sept différentes arènes[3]. Ils peuvent sauter (saut unique ou double-saut), frapper par combo, et parer un adversaire[2],[3] Ils possèdent également deux techniques spéciales[2]. Le joueur peut choisir entre Agumon (feu), Gabumon (eau), Patamon (nature), Gatomon (eau), Veemon (feu), Wormmon (nature), Guilmon (feu), Terriermon (plante), et Renamon[3].

Pour mieux accéder à la victoire, certains avantages sont mis à disposition du joueur. La jauge de digivolution, qui permet la transformation temporaire d'un digimon en une forme plus puissante, peut être remplie en frappant progressivement un adversaire ou en se protégeant des attaques[2]. Cette forme, un digimon habituellement de niveau méga, possède des attaques plus dévastatrices que son niveau précédent[2],[3]. Une fois la jauge vide, le digimon revient à sa forme initiale[2]. Avant la phase de transformation, le partenaire humain du digimon apparaît brièvement ordonnant la transformation[2],[3].

ArènesModifier

Les sept différentes arènes, multiplate-formes et interactives, présentent des pièges (par exemple, chutes de rochers ou coulées de lave) à éviter ou à retourner à son avantage contre l'adversaire[4]. Elles disposent d'un temps imparti de 90 secondes qui, une fois écoulé, détermine vainqueur le joueur qui aura encaissé le moins de dégâts. Ce temps est nécessaire dans le cas où aucun des deux adversaires ne finit K.O. Pendant les combats, des items et cartes à jouer (bonus et power-up) apparaissent aléatoirement, et peuvent donner avantage, ou désavantage, aux personnages présents dans l'arène[1],[4]. Certains de ces items peuvent infliger des dégâts à un adversaire ou au joueur lui-même[3]. Également, un mini-jeu aléatoire apparaît dans le mode « 1 joueur » après trois combats, au milieu d'un cycle de six combats. À la fin du cycle, le joueur affronte le boss de fin, Reapermon[2].

voix originalesModifier

DéveloppementModifier

Le développement de Digimon Rumble Arena est réalisé par Bandai en association avec l'éditeur Hudson Soft. Le projet, qui met en scène les digimon dans un jeu de combat, a pour but de proposer un gameplay simple et efficace, et donc accessible aux plus jeunes. Il reprend le concept de Super Smash Bros. édité sur Nintendo 64 en 1999 et puise ainsi son inspiration dans les classiques du genre, tout-en étant moins fastidieux et rebutant qu'un jeu comme Digimon World[3],[4]. Chaque arène possède sa propre chanson de fond et ses effets sonores[2]. Digimon Rumble Arena fait également usage du doublage dans le menu principal et les combats. Les acteurs américains de la série d'animation prêtent leurs voix aux versions nord-américaine et européenne du jeu[1].

ExploitationModifier

Le jeu est publié le au Japon sous le titre de Digimon Tamers: Battle Evolution[5]. Il est rebaptisé Digimon Rumble Arena à l'international[3],[4], et publié en Amérique du Nord le par Infogrames[6], ainsi qu'en Europe la même année. Il est classé « E » (Everyone ; « tout public ») par l'Entertainment Software Rating Board (ESRB)[3], ainsi que « pour tous publics » par le SELL[7].

Selon le site web VG Chartz, le , Digimon Rumble Arena compte approximativement 200 000 exemplaires vendus dans le monde, l'Amérique du Nord représentant une part plus importante avec 55,6 % des ventes, suivie de l'Europe avec 37,8 %[8].

AccueilModifier

Aperçu des notes reçues
Média Notes
Electronic Gaming Monthly 52 %[6]
GamePro 3,5/5[1]
Jeuxvideo.com 12/20[4]
PSX Nation 78 %[2]
U.S. Playstation Magazine 70 %[6]
Compilations de notes
GameRankings 67,50 %[9]
Metacritic 64 %[6]

Digimon Rumble Arena est accueilli d'une manière mitigée par l'ensemble de la presse spécialisée. Il obtient une moyenne générale de 64 % sur le site web généraliste Metacritic, effectuée à partir de cinq critiques[6], et une moyenne générale de 67,50 % sur GameRankings, effectuée à partir de deux critiques[9]. La majeure partie de la presse spécialisée souligne sa ressemblance flagrante avec Super Smash Bros. concernant le système de jeu[1],[2],[3],[4].

Akira « Mark » Fujita, du site web IGN, donne son point de vue d'une copie du jeu avant publication ; il explique que « les contrôles répondent bien » et que « les graphismes ne sont vraiment pas mauvais pour un jeu PlayStation ». Néanmoins, il trouve un point négatif dans l'usage de la digivolution expliquant que « les coups des digimon non-évolués sont souvent plus rapides et plus efficaces que les techniques spéciales [des digimon de niveau méga] accompagnées d'énormes explosions qui prennent trop de temps à toucher l'adversaire »[3].

Fox Fennec, du site web GamePro, note également plusieurs points désavantageant comme notamment le fait qu'« il n'y ait aucun combat à quatre joueurs », que « les mini-jeux soient amusants pendant un certain temps mais lassent rapidement », ou le fait que « la musique ressemble à un générique de début d'anime qui ne colle pas à l'atmosphère du jeu ». Cependant, il souligne « la bonne reprise des éléments de l'anime original[1] », et ajoute que « Digimon Rumble Arena est l'un des meilleurs titres PlayStation qu'on puisse trouver à 20 dollars sur le marché[1] » ; il attribue finalement une note de 3,5 sur 5 au jeu[1].

PSX Nation lui attribue une moyenne de 78 %, et met en avant son « coût peu exorbitant ». Il cite néanmoins le « manque de difficulté (ou d'originalité) ». Concernant sa prise en main générale simpliste, à l'exception de la caméra, il la compare à celle du jeu vidéo Gundam: Battle Assault, publié sur PlayStation en mars 1998[2]. Romendil, rédactrice du site web français Jeuxvideo.com, accueille moyennement le jeu auquel elle attribue un 12 sur 20, expliquant que « Digimon Rumble Arena puise avec audace dans les classiques du jeu de baston pour un résultat qui aurait pu s'apparenter à une réussite, s'il ne souffrait pas de handicaps majeurs ». Parmi ces handicaps, elle fustige la jouabilité qui « manque cruellement de précision et qu'il soit souvent impossible d'échapper à un adversaire qui réalise plusieurs combos d'affilée »[4].

PostéritéModifier

Digimon Rumble Arena dispose d'une suite intitulée Digimon Rumble Arena 2, publiée sur consoles PlayStation 2, GameCube et Xbox en 2004 à l'international[10],[11],[12]. Le jeu présente presque le double que son prédécesseur en nombre de personnages jouables avec un total de quarante-cinq digimon, représentant les quatre premières saisons de la série d'animation, des arènes presque entièrement destructibles, et la possibilité de jouer jusqu'à quatre joueurs[13],[14]. Il est présenté avant publication à l'Electronic Entertainment Expo en mi-mai 2004[15], et généralement bien accueilli par la presse spécialisée après publication, toutes versions confondues[10],[11],[12].

Digimon All-Star Rumble, le « successeur spirituel » des deux premiers volets, est publié sur consoles PlayStation 3 et Xbox 360 en 2014 à l'international[16]. Il dispose d'un total de 32 personnages jouables[17], représentant les six premières saisons de la série d'animation, de Digimon Adventure à Digimon Fusion[17],[18]. Digimon All-Star Rumble est généralement félicité pour le retour de la franchise Digimon en jeu vidéo dans les marchés occidentaux, mais généralement mal accueilli par la presse spécialisée, notamment à cause du manque de mode multijoueurs en ligne[19].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h et i (en) Fennec Fox, « Digimon Rumble Arena - Review » (version du 8 mai 2009 sur l'Internet Archive), sur GamePro, .
  2. a b c d e f g h i j k l m et n (en) J.M. Vargas, « Digimon Rumble Arena Review » (version du 21 avril 2002 sur l'Internet Archive), sur PSX Nation, .
  3. a b c d e f g h i j k l m n et o (en) Akira « Mark » Fujita, « Digimon Rumble Arena. Digimodify your PlayStation! Bandai takes the Smash Brothers concept and brings it to PlayStation. », sur IGN, (consulté le ).
  4. a b c d e f g h et i « Digimon Rumble Arena - Test sur PlayStation », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  5. (en) « Digimon Rumble Arena Game Highlights - onglet Game Editions », sur IGN (consulté le ).
  6. a b c d et e (en) « Digimon Rumble Arena - Reviews », sur Metacritic (consulté le ).
  7. « Jaquette du jeu Digimon Rumble Arena » [image], sur Jeuxvideo.com (consulté le ).
  8. (en) « Digimon Rumble Arena Charts », sur VG Chartz, (consulté le ).
  9. a et b (en) « Digimon Rumble Arena - Reviews », sur GameRankings (consulté le ).
  10. a et b (en) « Digimon Rumble Arena 2 (PlayStation 2) », sur GameRankings (consulté le ).
  11. a et b (en) « Digimon Rumble Arena 2 (GameCube) », sur GameRankings (consulté le ).
  12. a et b (en) « Digimon Rumble Arena 2 (Xbox) », sur GameRankings (consulté le ).
  13. (en) Ivan Sulic, « Digimon Rumble Arena 2. Watching rare and precious creatures brutally fight one another is a fun kind of mindlessness. », sur IGN, (consulté le ).
  14. Romendil, « Digimon Rumble Arena 2 - Test sur PlayStation 2 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  15. (en) « Digimon Rumble Arena 2 E3 2004 Impressions. The Digimon are on hand at E3 2004, and they're looking to rumble. », sur GameSpot, (consulté le ).
  16. (en) Steve Hannley, « Review: Digimon All-Star Rumble », sur hardcoregamer.com, (consulté le ), A spiritual successor to the Digimon Rumble Arena series, All-Star Rumble is looking to revitalize the series the only way it knows how: by being the Digimon game nobody asked for..
  17. a et b (en) « Digimon All-Star Rumble announced for PS3 and Xbox 360 », sur Gematsu, (consulté le ).
  18. « Digimon All-Star Annoncé sur Xbox 360 », sur Jeux Actu (consulté le ).
  19. (en) « Digimon All-Star Rumble PlayStation 3 » (consulté le ).

Liens externesModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 29 mai 2016 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 29 mai 2016 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.