Didier Codorniou

joueur français de rugby à XV

Didier Codorniou
Illustration.
Didier Codorniou en 2006.
Fonctions
Maire de Gruissan
En fonction depuis le
(20 ans, 8 mois et 4 jours)
Élection 16 mars 2001
Réélection 9 mars 2008
23 mars 2014
15 mars 2020
1er Vice-président[1] du conseil régional d'Occitanie
En fonction depuis le
(5 ans, 10 mois et 23 jours)
Élection (4e vice-président)
(1er vice-président)
Réélection
Président Carole Delga
Président du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée
En fonction depuis le 7 septembre 2020, réélu le 16 septembre 2021
Biographie
Nom de naissance CODORNIOU
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Narbonne
Nationalité Française
Parti politique PRG (depuis 2014)
Site web didier-codorniou.fr
Didier Codorniou
Description de cette image, également commentée ci-après
Didier Codorniou
Fiche d'identité
Naissance (63 ans)
à Narbonne (France)
Taille 1,70 m (5 7)
Surnom Le Petit Prince
Poste Centre
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
1973-1986
1986-1989
1989-1991
1991-1994
RC Narbonne
Stade toulousain
FC Villefranche
RC Narbonne

91[2]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
1979-1985 France31 (20)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 5 mars 2010.

Didier Codorniou (dit Le Petit Prince ou Codor), né le à Narbonne, est un joueur international de rugby à XV et homme politique français. Dans les années 1980, il est l'un des meilleurs trois-quarts centre du monde malgré son petit gabarit.

Après sa carrière de joueur, il commence une carrière politique. Il est maire de Gruissan (Aude) depuis 2001.

Carrière rugbystiqueModifier

ParcoursModifier

 
Didier Codorniou, vainqueur de la coupe de France de rugby 1985 (et capitaine du RC Narbonne).

Élément talentueux et prometteur des juniors du Racing club narbonnais, Didier Codorniou est vite intégré au sein de l'équipe première. Il y débute à 17 ans et y côtoie François Sangalli et Jo Maso, dont il s'imprégne, perpétuant ainsi la lignée des grands trois-quarts centre français.

Il connaît sa première sélection en équipe de France le contre les All Blacks.

Le , il participe au premier match des Barbarians français contre l'Écosse à Agen. Les Baa-Baas l'emportent 26 à 22[3]. Le , il joue de nouveau avec les Barbarians français contre l'Argentine à Dax. Les Baa-Baas s'inclinent 8 à 22[4]. Le , il est invité une troisième fois avec les Barbarians français contre l'Australie à Toulon. Les Baa-Baas s'inclinent 21 à 23[5]. L'année suivante, le , il joue un quatrième match avec les Barbarians français contre une équipe du Bataillon de Joinville à Grenoble. Les Baa-Baas l'emportent 44 à 22[6].

En 1986, il quitte le Racing club narbonnais pour le Stade toulousain, où il est notamment associé à Denis Charvet au centre. Il fait briller ses partenaires d'attaque par ses passes éclairs et sa lucidité, en étant un joueur vif et mobile, doté d'une technique subtile. Au sommet de son art, à la suite d'un désaccord avec la FFR, il n'est plus sélectionné pour le XV de France.

Il joue ensuite pour le club de Villefranche-de-Lauragais entraîné par Serge Gabernet et avec qui il atteint le groupe A en 1989, avant de revenir au Racing club narbonnais où il achève sa carrière sportive en s’essayant avec succès au poste de demi d’ouverture.

Le , il joue un dernier match avec les Barbarians français contre l'Australie à Clermont-Ferrand. Les Baa-Baas s'inclinent 26 à 43[7].

Il dispute son dernier match à l'occasion d'un quart de finale du championnat de France contre le Stade toulousain en 1994.

Clubs successifsModifier

PalmarèsModifier

En clubModifier

avec Narbonne
avec Toulouse

En équipe de FranceModifier

  • 32 sélections
  • 5 essais (20 points)
  • Sélections par année : 3 en 1979, 4 en 1980, 4 en 1981, 7 en 1983, 7 en 1984, 6 en 1985
  • Grand Chelem en 1981
  • 1er ex æquo du Tournoi des Cinq Nations en 1983
  • Tournées en Nouvelle-Zélande (1979 et 1984), Australie (1981), et Argentine (1985)
  • Il fait partie de l'équipe vainqueur des All Blacks pour la première fois le à Auckland, inscrivant l'ultime essai de la victoire historique française

Carrière politiqueModifier

Candidat socialiste, il est élu maire de la ville de Gruissan en 2001, puis devient conseiller régional (président de la commission des sports de la région Languedoc Roussillon) en 2004.

Il est reconduit dans son mandat municipal en 2008 avec 83,84 % des voix dès le premier tour.

Aux élections régionales de , il est tête de liste pour l'Aude de la liste de Georges Frêche et élu « premier des socialistes régionaux » par les fédérations socialistes du Languedoc-Roussillon[réf. souhaitée]. Le , il est exclu du Parti socialiste à la suite de son ralliement à Georges Frêche. Il devient vice-président de la région Languedoc-Roussillon chargé des finances.

N'ayant pas, à la différence de ses colistiers aux élections régionales, sollicité sa réintégration au PS, il se présente aux élections législatives de 2012 sous l'étiquette divers gauche dans la deuxième circonscription de l'Aude. Arrivé troisième du premier tour avec 21,89 % des voix, il décide, bien qu'en position de se maintenir au second tour, de se désister, au profit de la candidate socialiste Marie-Hélène Fabre, qui remporte l'élection.

En 2014, il est réélu maire de Gruissan dès le premier tour avec 76,56 % des voix. Il rejoint le Parti radical de gauche en [8].

Le , il est élu 4e vice-président de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées sous l'étiquette du Parti radical de gauche. Il est chargé de l'économie maritime, du littoral et des aéroports. En 2017, à la suite de la démission de Sylvia Pinel de la première vice-présidence, il est élu 1er vice-président de la région Occitanie tout en conservant ses délégations. Conformément à l’accord passé entre le Parti radical de gauche et Parti socialiste lors des élections régionales, la place revient à un membre du PRG.

En 2020, il est réélu maire de Gruissan dès le premier tour avec 66,61 % des voix[9].

Le , il est élu président du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée[10].

Tête de liste pour l'Aude sur la liste de Carole Delga, il est réélu conseiller régional après la victoire de la liste avec 57,78 % de voix au second tour[11] et réélu premier vice-président de la région, délégué à la Méditerranée.

PublicationsModifier

En , il sort aux éditions ALTAL, son livre L'Enfant de Gruissan retraçant son parcours personnel d'ancien rugbyman et d'homme politique.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. 4ème vice-président de 2016 à 2017 puis 1er vice-président depuis 2017.
  2. Gérard Schaller, Jeu de mains, jeu de toulousains, Hugo Sport, .
  3. « Barbarian Rugby Club vs Ecosse », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le )
  4. « Barbarian Rugby Club vs Argentine », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le )
  5. « Barbarian Rugby Club vs Australie », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le )
  6. « Barbarian Rugby Club vs Bataillon de Joinville », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le )
  7. « Barbarian Rugby Club vs Australie », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français (consulté le )
  8. Politique : Didier Codorniou rejoint le PRG, L'Indépendant, consulté le 26 janvier 2015
  9. « Aude (11) - Gruissan », sur elections.interieur.gouv.fr/municipales-2020 (consulté le ).
  10. https://www.lindependant.fr/2020/09/08/narbonne-didier-codorniou-a-la-tete-parc-naturel-doit-construire-9057562.php
  11. Bénédicte Dupont, « Découvrez vos nouveaux élus au Conseil régional d'Occitanie », sur www.francebleu.fr, France Bleu Occitanie, (consulté le ).
  12. Décret du 13 mai 2016 portant promotion et nomination
  13. Décret du 3 juillet 2019 portant promotion et nomination

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :