Dayjur

cheval de course

Dayjur
Image illustrative de l’article Dayjur
Casaque de Hamdan bin Rashid Al Maktoum

Race pur-sang
Père Danzig
Mère Gold Beauty
Père de mère Mr. Prospector
Sexe Étalon
Naissance
Pays de naissance Drapeau des États-Unis États-Unis
Mort
Pays d'entraînement Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Éleveur Georgia E. Hofmann
Propriétaire Hamdan bin Rashid Al Maktoum
Entraîneur Dick Hern
Jockey Willie Carson
Rating Timeform 137
Nombre de courses 11
Nombre de victoires 7 (3 places)
Gains en courses £ 327 280
Distinction Cheval de l'année en Angleterre (1990)
Sprinter européen de l'année (1990)
Hall of Fame des courses britanniques (2021)
Principales victoires King's Stand Stakes
Nunthorpe Stakes
Ladbrokes Sprint Cup
Prix de l'Abbaye de Longchamp

Dayjur (1987-2013) est un cheval de course pur-sang. Il fut l'un des meilleurs sprinters de son époque et figure au Hall of Fame des courses britanniques.

Carrière de coursesModifier

Le Cheikh Hamdam al Maktoum se déleste de quelque 1,65 million de dollars pour acquérir ce fils de Danzig aux ventes de yearlings de Keeneland en 1988[1]. Le poulain est envoyé en Angleterre aux bons soins de l'entraîneur Dick Hern, alors au crépuscule de sa carrière. Il effectue des débuts convaincants en juin 1989, avant d'échouer pour la victoire le mois suivant dans une Listed. Mais sa saison de 2 ans est écourtée, le temps de subir une intervention chirurgicale. On le retrouve donc en 1990, à 3 ans, au départ du prisé European Free Handicap, parfois utilisé comme préparatoire aux Guinées. Mais Dayjur déçoit fortement, ou plutôt il semble que les 1 400 mètres sont le bout du monde pour lui : dès lors il est raccourci et ne se produira plus que dans le registre du pur sprint. Il lui faut toutefois un peu de temps pour se déclencher. Redescendu de plusieurs étages après ses ambitions classiques, il retrouve le goût de la victoire dans une petite course à conditions sur le petit hippodrome de Nottingham, et s'avoue même battu dans une course du même genre à Newbury. Dick Hern et le jockey attitré de Dayjur, Willie Carson, sentent que le poulain n'évolue pas au niveau que laisse entrevoir son potentiel. Ils décident donc de changer de stratégie : ne plus chercher à brider et canaliser l'énergie débordante de ce poulain toujours un peu "sur l'oeil", sur le qui-vive. Dayjur tente alors sa chance dans les Temple Stakes, où il rencontre l'élite des sprinters pour la première fois. Et Willie Carson met en pratique cette bonne résolution et laisse son partenaire prendre les devants dès le départ. Et puis qui m'aime me suive. Et ça marche. Dayjur est un sprinter hors pair dès lors qu'il peut mener grand train.

Sa facile victoire dans les Temple Stakes lui permet d'envisager avec sérénité les grandes joutes de vitesse de l'été, sur lesquelles il va faire une razzia. Dans les King's Stand Stakes d'abord, à l'époque classés groupe 2, où il domine le Français Ron's Victory. Dans les Nunthorpe Stakes ensuite, peut-être sa victoire la plus impressionnante, par quatre longueurs sur Statoblest en 56'16", record de la course pulvérisé, et qui tiendra jusqu'au champion Battaash en 2019 (et surtout, aucun cheval n'a gagné ce sprint avec un tel écart). Il enchaîne en septembre avec un nouveau triomphe dans la Ladbrokes Sprint Cup, face aux vainqueurs de la July Cup (Royal Academy, futur vainqueur de la Breeders' Cup Mile) et du Prix Maurice de Gheest (Dead Certain), qu'il domine l'un comme l'autre. À l'automne, il débarque à Longchamp pour le Prix de l'Abbaye de Longchamp où seuls cinq chevaux osent lui contester la victoire. Malgré une piste frayeur durant le parcours (il saute une ombre sur la piste), il s'impose sans coup férir. Incontestable numéro 1 du sprint en Europe, il lui reste à mater les Américains, mais surtout le dirt de Belmont Park, où se déroule la Breeders' Cup Sprint, une surface si déroutante pour les chevaux du vieux continent. Mais ce n'est ni le dirt, ni son mauvais numéro de course qui le privent de la victoire dans ce qui sera la dernière course de sa carrière : c'est sa fantaisie qui lui coûte une encolure sur le poteau face à l'Américaine Safety Kept. Dayjur en effet a pris résolument l'avantage sur sa rivale lorsqu'il saute une ombre projetée sur la piste à quelques mètres du but, perd son action, et saute à nouveau la ligne d'arrivée. Le jockey de la gagnante fera remarquer que si la course avait eu lieu une demi-heure plus tôt ou une demi-heure plus tard, l'ombre n'aurait pas été là et Dayjur l'aurait emporté.

Mais le soleil brille où il veut. Dayjur, le cheval qui avait peur de son ombre, laissera avant tout le souvenir d'un sprinter surdoué, dont témoigne le rating énorme qui lui attribue Timeform, 137. Dans leur livre A Century of Champions, John Randall et Tony Morris le considèrent comme le cinquième meilleur sprinter britannique du 20e siècle après les grands anciens Abernant, Irish Elegance, Pappa Fourway et Tetratema, autrement dit le meilleur depuis les années 50[2]. En 2021, Dayjur est admis au Hall of Fame des courses britanniques[1].

Résumé de carrièreModifier

Date Hippodrome Pays Course Statut Distance Jockey Place Écart Vainqueur ou deuxième
1989, 2 ans
15 juin Newbury   Royaume-Uni EBF Kennett Maiden Stakes Maiden 1 200 m W. Carson 1er / 14 2 Almaghrib
15 juillet Newbury   Royaume-Uni Manton Rose Bowl Stakes Listed 1 200 m W. Carson 2e / 5 1/2 Rushmore
1990, 3 ans
18 avril Newmarket   Royaume-Uni European Free Handicap Listed 1 400 m W. Carson 7e / 10 6 ¼ Anshan
1er mai Nottingham   Royaume-Uni Headingley Stakes 1 200 m W. Carson 1er / 11 2 Flower Girl
18 mai Newbury   Royaume-Uni Hue Williams Stakes 1 200 m W. Carson 2e / 7 tête Tod
28 mai Sandown Park   Royaume-Uni Temple Stakes Gr. 2 1 000 m W. Carson 1er / 8 2 Tigani
22 juin Ascot   Royaume-Uni King's Stand Stakes Gr. 2 1 000 m W. Carson 1er / 15 2 ½ Ron's Victory
23 août York   Royaume-Uni Nunthorpe Stakes Gr. 1 1 000 m W. Carson 1er / 9 4 Statoblest
8 septembre Haydock Park   Royaume-Uni Ladbrokes Sprint Cup Gr. 1 1 200 m W. Carson 1er / 9 1 ½ Royal Academy
7 octobre Longchamp   France Prix de l'Abbaye de Longchamp Gr. 1 1 000 m W. Carson 1er / 6 2 Lugana Beach
27 octobre Belmont   États-Unis Breeders' Cup Sprint Gr. 1 1 200 m W. Carson 2e / 14 enc. Safely Kept

Au harasModifier

Dayjur devient étalon dans l'antenne américaine de Shadwell Farm, le haras de Hamdam al Maktoum, mais s'avère assez décevant, ce dont témoigne son tarif de saillie qui était encore de $ 20 000 en 1997, et qui a fini à $ 3 000 lorsqu'il a pris sa retraite en 2010. Il a tout de même donné un vainqueur de groupe 1, Hayil (Middle Park Stakes) et quelques bons sprinters. Dayjur s'est éteint en 2013, à 26 ans[3].

OriginesModifier

Dayjur est né pour aller vite. Son père Danzig est de tous les grands étalons issus de Northern Dancer, celui qui a le plus transmis de vitesse. Quant à sa mère, Gold Beauty, elle resta invaincue lors de ses six premières courses avant de subir une fracture du canon lors du Vosburgh Handicap (Gr.1) dont elle prit malgré tout la deuxième place. Son talent était évident, davantage que ce qu'en dit son palmarès, et ce n'est pas par hasard qu'elle fut sacrée sprinter de l'année 1982 aux États-Unis. Elle a bien reproduit au haras ensuite puisque, outre Dayjur, elle revendique Maplejinsky (par Nijinsky), l'une des meilleures pouliches américaines de sa génération, lauréate de deux groupe 1, les Alabama Stakes et les Monmouth Oaks, puis excellente poulinière, mère de la championne aux huit groupe 1 Sky Beauty (Blushing Groom), lauréate de la triple couronne des pouliches américaines, membre du Hall of Fame des courses américaines, et troisième mère de Point of Entry (Dynaformer), vainqueur de quatre groupe 1.

PedigreeModifier

Origines de Dayjur (USA), mâle bai né en 1987
Père
Danzig
1977
Northern Dancer
1961
Nearctic Nearco
Lady Angela
Natalma Native Dancer
Almahmoud
Pas de Nom
1968
Admiral's Voyage Crafty Admiral
Olympia Lou
Petitioner Petition
Steady Aim
Mère
Gold Beauty
1979
Mr. Prospector
1970
Raise a Native Native Dancer
Raise You
Gold Digger Nashua
Sequence
Stick To Beauty
1973
Illustrious Round Table
Poster Girl
Hail To Beauty Hail to Reason
Lipstick (Famille: 1-g)

RéférencesModifier

  1. a et b (en-GB) « Dayjur - Hall of Famer - QIPCO British Champions Series Hall of Fame », sur Hall of Fame (consulté le )
  2. Tony Morris et John Randall, A Century of Champions, Portway Press, (ISBN 1-901570-15-0)
  3. (en) « Dayjur, English champion and sire, dies at 26 », sur www.drf.com (consulté le )