Ouvrir le menu principal

Damblain

commune française du département des Vosges

Damblain  
Damblain
L'église Sainte-Bénigne.
Blason de Damblain  
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Darney
Intercommunalité Communauté de communes des Vosges côté Sud Ouest
Maire
Mandat
Éric Grandemange
2014-2020
Code postal 88320
Code commune 88123
Démographie
Gentilé Damblinois, Damblinoises
Population
municipale
254 hab. (2016 en diminution de 2,31 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 50″ nord, 5° 39′ 17″ est
Altitude 370 m
Min. 337 m
Max. 412 m
Superficie 13,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Damblain  

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Damblain  

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Damblain  

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Damblain  
Liens
Site web Site de la Mairie

Damblain est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Damblinois.

GéographieModifier

Damblain est située à l'extrême-ouest du département, limitrophe de la Haute-Marne. L'autoroute A31 traverse la commune sans offrir d'accès local. L'échangeur de Robécourt est à 6 km au nord.

ToponymieModifier

HistoireModifier

Le nom de Damblain ou Dambelain apparaît dans les archives à partir du XIIIe siècle. Damblain fut érigé en comté avec prévôté par Stanislas, en faveur d'Antoine du Boys de Riocourt, conseiller d'État et premier président de la Chambre de comptes de Lorraine.

Sous l'Ancien Régime, Damblain relève du bailliage de Bourmont, du diocèse de Langres et doyenné d'Is-en-Bassigny. À la Révolution, la commune a été chef-lieu de canton, de 1790 au 8 pluviôse an IX (), dans le district de La Marche.

En août 2002, un rassemblement évangélique des gens du voyage sur l'ancienne base militaire a provoqué de nombreuses réactions. Organisé par l'association protestante Vie et Lumière, il a vu converger quelque 40 000 tsiganes venus de toute l'Europe. Le lieu avait déjà été choisi en 1994 et 1996.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
en activité en 1847   Athanase Renard   Propriétaire
1953 1980 Jean Schlienger (1924-2015)   Commerçant
mars 2001 mars 2008 Michel Vallon PS  
mars 2008 En cours
(au 18 février 2015)
Éric Grandemange[1]    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 254 habitants[Note 1], en diminution de 2,31 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
960989987956963999948939771
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
800800752770755743724688662
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
630538521520513506635545511
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016 -
507443353302304263254254-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Sainte-Bénigne.
  • Ancienne base aérienne (LFYD) de l'OTAN. Un projet d'industrialisation de cette zone est en cours.
  • Le diagnostic archéologique réalisé avant l'aménagement de l'ancienne base aérienne a permis de mettre en évidence, sur une superficie de cinq hectares, une occupation gallo-romaine et médiévale. La fouille des vestiges a été organisée en deux campagnes en 2008 et 2009. Une villa et un ensemble balnéaire sont notamment bien conservés[6],[7].

Personnalités liées à la communeModifier

Aux XVIe et XVIIe siècles, une dizaine de graveurs, ornementistes, médailleurs :

  • Pierre Woeiriot de Bouzey (1532-1599) célèbre graveur d'estampes et de portraits, ornementiste, et seigneur du lieu est mort à Damblain.
  • François Briot (1545-1616) le plus grand potier d'étain de tous les temps, dont le célèbre bassin accompagnant son aiguière sont en exposition permanente au Musée du Louvre.
  • Nicolas Briot (1579-1646), médailleur et mécanicien et son frère Isaac Briot (1585-1670) son frère, médailleur et graveur d'estampes. Nicolas Briot fut graveur général des cours des monnaies de France puis d'Angleterre.
  • François Guichard, médailleur, travailla pour le duc de Wurtemberg à Stuttgart.
  • Antoine Guenard (1726-1806), philosophe ; il a obtenu le prix d'éloquence de l'Académie Française en (1755).
  • Charles Renard (1847-1905), pionnier de l'aérostation. Il réussit le premier vol d'un dirigeable le 20 août 1884 et le premier vol européen d'un avion à moteur en 1905.
  • Didier Brice, comédien et metteur en scène de théâtre, est originaire de Damblain[8].

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D'azur au chêne d'or.
Commentaires : Ce sont les armes de la famille Riocourt.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal, 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Pages 407-408 : Damblain
  • J. François, « Notice sur la petite industrie de Damblain, de 1889 à 1900 », dans Le Pays lorrain, 86e année 1989, no 1, p. 59-61 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier