Ouvrir le menu principal

Dérive (empennage)

surface verticale qui assure la stabilité de route et le contrôle directionnel d'un aéronef
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dérive.
Article général Pour un article plus général, voir Configuration générale d'un aéronef.
Dérive

La dérive est, en aéronautique, une surface verticale qui assure la stabilité de route (sur l'axe de lacet) et le contrôle directionnel.

Accessoirement, c'est souvent elle qui porte les numéros de série et unités d'affectations des avions militaires, ou les noms et emblèmes des compagnies des avions de ligne.

DispositionModifier

La ou les dérive(s)[1] est (sont) :

  • disposée généralement à l'arrière du fuselage, dans l'axe; c'est l'empennage vertical, simple ou double (par exemple chasseur F-18) ;
  • situées aux extrémités de l'empennage horizontal sur certains avions bi-dérives, bi-poutres (comme le Nord 2501 Noratlas) ou non (Boeing 747 Shuttle Carrier Aircraft) ;
  • placées en bouts d'ailes (aile volante, avion canard) sur les avions sans fuselage arrière.

Dans ces deux derniers cas, la dérive peut contribuer à diminuer légèrement la trainée en réduisant le tourbillon marginal en bout d'aile à l'aide d'un winglet.

Gouverne de lacetModifier

Elle supporte une partie mobile, la gouverne de direction, qui fait partie des gouvernes de l'aéronef[2] (cette fonction est assurée sur les hélicoptères par le rotor de queue).

Contrairement à ce que son nom pourrait faire croire, et au gouvernail de direction d'un bateau, la gouverne de direction ne permet pas à l'avion de changer de direction. Il lui faut s'incliner à l'aide des ailerons, la gouverne de direction étant alors utilisée pour éviter le dérapage.

Rupture en volModifier

Des ruptures d'empennage vertical ont mené à une perte de contrôle et au crash :

  • Vol 123 Japan Airlines (520 morts), rupture due à une explosion d'une paroi de pressurisation mal réparée entrainant sa rupture, la dépressurisation et la perte de contrôle de l'appareil.
  • Vol 587 American Airlines (251 morts), rupture due à des actions trop brutal des commandes de la dérive, par le pilote, entrainant la perte de tout contrôle de l’appareil.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier