Démographie de l'Estonie

Démographie de l'Estonie
Pyramide des âges de l'Estonie en 2009
Pyramide des âges de l'Estonie en 2009
Dynamique
Population 1 244 288 hab.
(2018) [1]
Évolution de la population -0.6 % (2018)[2],[3]
Indice de fécondité 1,6 enfant par [4]
(2018)[5]
Taux de natalité 9,9  (2018)[6],[7]
Taux de mortalité 12,7  (2018)[8],[9]
Taux de mortalité infantile 3,8  (2018)[10]
Âges
Espérance de vie à la naissance 77 ans (2018)[11]
Hommes : 72,3 ans
Femmes : 82 ans
Âge médian 43 ans (2018)[12]
Hommes : 39,7 ans
Femmes : 46,4 ans
Structure par âge 0-14 ans : 16,3 %
15-64 ans : 63,5 %
65 ans et plus : 20,2 %
Sex-ratio (2018)
Population totale 88 /100
À la naissance 105 /100
Par tranche d'âge 0-14 ans : 105 /100
15-24 ans : 108 /100
25-54 ans : 103 /100
55-64 ans : 83 /100
65 ans et + : 52 /100
Flux migratoires (2018)
Taux de migration −3,1 
Composition linguistique (2011)
Estonien (officiel) 68,7 %
Russe 24,8 %
Autres 4,9 %
Composition ethnique (2016)
Estoniens 68,8 %
Russes 25,1 %
Ukrainiens 1,7 %
Biélorusses 0,9 %
Finlandais 0,6 %
Composition religieuse (2011)
Luthéranisme 9,9 %
Christianisme orthodoxe 16,2 %
Autres chrétiens 2,2 %
Non-pratiquants 54,1 %
Autres ou non-spécifié 16,7 %
Aucune 6,1 %

La démographie de l'Estonie est marquée par une diminution de sa population, de par une fécondité faible et un solde migratoire négatif.

Ainsi au 1er janvier 2014, la population de l'Estonie est de 1 311 870 habitants[13], contre 1 372 071 en 2000[14]. L'Estonie est sujet à une perte sensible de population depuis la fin des années 1990 (-4,9/1000 en 1998 ; -3,8/1000 en 1999), en raison du départ d'une partie de la population, comme dans les autres pays baltes, mais surtout d'un indice de fécondité faible (1,37 enfant par femme en 2000 et 1,64 en 2010[15]).

Évolution de la populationModifier

De 1960 à 2015Modifier

Source : Eurostat[16],[17]
Année Population

(au 1er janvier)

Naissances Taux de natalité (‰) Taux de fécondité

(enfants par femme)

Décès Taux de mortalité (‰) Taux de variation naturelle (‰) Solde migratoire Croissance démographique (‰)
1960 1 206 362 20 187 16,7 12 738 10,5 6,1 2 901 8,5
1965 1 286 262 18 909 14,6 13 520 10,4 4,2 11 219 12,8
1970 1 351 640 21 552 15,8 15 186 11,2 4,7 10 505 12,4
1975 1 424 073 21 360 14,9 16 572 11,6 3,3 5 769 7,4
1980 1 472 190 22 204 15,0 18 199 12,3 2,7 6 052 6,8
1985 1 523 486 23 630 15,5 19 343 12,7 2,8 6 303 6,9
1990 1 570 599 22 304 14,2 2,05 19 531 12,4 1,8
- 1,8
1995 1 448 075 13 509 9,4 1,38 20 828 14,5 - 5,1
- 15,9
2000 1 401 250 13 067 9,4 1,36 18 403 13,2 - 3,8
- 6,1
2005 1 358 850 14 350 10,6 1,52 17 316 12,8 - 2,2
- 6,0
2010 1 333 290 15 825 11,9 1,72 15 790 11,9 0
- 2,7
2015 1 314 870 13 907 10,6 1,58 15 243 11,6 - 1,0 2 410 0,8
 
Évolution démographique de l'Estonie de 1970 à 2010.

La population de l'Estonie était de 1 351 640 en janvier 1970[18]. Elle est passée à 1 570 599 en janvier 1990[18]. Cependant depuis 1990, l'Estonie a perdu environ 15 % de sa population soit environ 230 000 personnes, passant à 1 340 194 en janvier 2011[18].

Projection démographiqueModifier

L'évolution probable de la taille et de la structure de la population fait l'objet d'une projection tenant compte des tendances actuelles de l'évolution de la population avec comme année de référence 2015[19] :

Source : Eurostat[20]
Année Population (au 1er janvier) - Projection de référence
2020 1 317 940
2030 1 306 181
2040 1 283 732
2050 1 256 975
2060 1 221 012
2070 1 178 364
2080 1 140 304

Structure par âgeModifier

 
Structure par âge de l'Estonie de 1970 à 2010.
  • 0 à 14 ans
  • 15 à 64 ans
  • 65 ans et plus

La structure par âge du pays est relativement stable entre 1970 et 1990, la population âgée de 0 à 14 ans représente environ 22 % de la population totale, la population entre 15 et 65 ans, environ 66 % et les personnes de 65 ans et plus, environ 12 % de la population. Mais de par la diminution des naissances après 1990, la population de 0 à 14 ans ne représente plus que 15 % de la population en 2009, quand la population de 65 ans et plus, représente environ 17 % de la population en 2009, ce qui est relativement modeste à l'échelle européenne, et celle entre 15 et 64 ans, 68 % de la population de 2009[18].

Natalité et mortalitéModifier

 
Accroissement naturel de l'Estonie entre 1945 et 2008.
  • Nombre de naissance
  • Nombre de décès
  • Accroissement naturel

De 1947 à 1989, le nombre de naissances est bien supérieur à celui des décès, mais depuis 1991, l'Estonie est en situation de déficit de naissance à rapport aux décès. En 2008, le taux de natalité était ainsi de 11,76, soit 15 763 naissance, pour un taux de mortalité de 12, soit 16 081 décès. Ce qui correspond à un taux d'accroissement naturel de -0.24, soit un déficit de 318 naissances[21].

En 2009, l'âge du premier enfant est de 26 ans[22].

Les principales causes de mortalités sont les maladies du système circulatoire, les cancers et les causes extérieures. Ces dernières, notamment les suicides et les accidents de la route, sont les principales causes de décès avant 40 ans. À partir de 40 ans, les cancers sont les principales causes de décès[23].

FéconditéModifier

Entre 1970 et 1990, le taux de fécondité est resté légèrement au-dessus de 2 enfants par femme. Mais après l'indépendance, le taux de fécondité a chuté rapidement de par un climat d'anomie, d'insécurité de l'emploi, passant en 1998 à un taux de 1,28 enfants par femmes. Le taux est cependant reparti fortement à la hausse, il est ainsi de 1,66 en 2008 et de 1,63 en 2009[24].

NuptialitéModifier

D'après le recensement de 2000, environ 50 % des hommes et 42 % des femmes sont mariés. Parmi l'ensemble des cohabitations, 21 % des couples ne sont pas déclarés officiellement. Ainsi en 2009, environ 60 % des naissances sont issues de couples non-mariés[25]. L'Estonie a le taux de divortialité le plus important d'Europe[22].

Mortalité infantileModifier

La taux de mortalité infantile a fortement baissé ses dernières décennies. En 1970, il est ainsi de 17,7 . Il passe en 1980 à 17,1 . En 1990, il est de 12,3 , de 8,4  en 2000 et de 3,6  en 2009[26].

Espérance de vieModifier

L'espérance de vie en Estonie est globalement plus faible qu'en Europe occidentale. Pendant la période soviétique, l'espérance de vie masculine se situait autour de 64 et 66 ans, et celle féminine de 73 et 75 ans. Après l'indépendance, l'espérance de vie a chuté jusqu'à atteindre son plus bas niveau en 1994 avec une espérance de vie de 60,5 ans pour les hommes et de 72,8 ans pour les femmes. Après quoi l'espérance de vie est remontée, passant en 2011 à 68 ans pour les hommes et 79 ans pour les femmes. Le pays accuse ainsi un fort différentiel d'espérance de vie entre les deux sexes, avec une différence située ces dernières décennies entre 11 et 12 ans. Cette différence s'explique par une forte mortalité des jeunes hommes due à des morts violentes (accidents, meurtres, suicides)[23],[27].

MigrationModifier

 
Flux migratoire en Estonie entre 2000 et 2009.
  • Nombre d'immigrants
  • Nombre d'émigrants
  • Solde migratoire

Après la Seconde Guerre mondiale, l'Estonie est sujette à une importante immigration venant des autres régions de l'Union soviétique bien que celle-ci tend à être compensée par une hausse de l'émigration à la fin de la période soviétique. Ainsi, en 1989, l'émigration et l'immigration étaient à des niveaux proches. Mais à son indépendance, l'Estonie fixe un quota d'immigration qui limite l'immigration annuelle à 0,1 % de la population totale, la réduisant fortement. Les quotas d'immigrations seront par la suite successivement réduit. En 2010, une large part des pays d'Europe de l'Ouest est exemptée de ces quotas[28].

Si l'accroissement naturel a été négatif entre 1991 et 2010, avec une perte de 82 000 personnes sur un déclin démographique de 230 000 personnes au total sur la période, le reste de ce déficit est dû à une forte émigration. Ainsi, près de 150 000 estoniens, soit environ 10 % de la population, a émigré durant cette période[29].

Durant les années 1990, l'émigration est en forte hausse, notamment pour les personnes originaires de Russie, de Biélorussie et d'Ukraine, surtout dans les premières années de l'indépendance de par le départ des troupes soviétiques et de leur famille du territoire. En parallèle, l'émigration économique vers l'Europe de l'Ouest commence. Dans les dernières années de la décennie cette émigration diminue légèrement, mais repart à la hausse en 2004 après l'adhésion de l'Estonie à l'Union européenne qui a permis de faciliter les procédures d'émigration. Les principaux pays d'émigrations sont la Finlande, la Russie, l'Allemagne, les États-Unis, la Suède, la Grande-Bretagne, et l'Ukraine. Entre 2000 et 2009, l'émigration est toujours supérieure à l'immigration mais à un degré bien moindre que durant les années 1990[28].

Distribution de la population et urbanisationModifier

Les régions les plus denses d'Estonie sont majoritairement situées sur la côte et le nord du pays. Les principales villes d'Estonie sont : Tallinn (400 378 habitants) ; Tartu (101 169 habitants) ; Narva (74 572 habitants) ; Pärnu (51 927 habitants) ; et Kohtla-Järve (46 740 habitants). Ces 5 villes regroupent la majorité de la population, des activités économiques et industrielles, et des infrastructures du pays.

Ainsi si 69 % de la population d'Estonie est urbaine, 68 % de la population totale vit dans les centres régionaux des comtés de Harju, de Viru-Est, de Tartu et de Pärnu[30].

LanguesModifier

Plusieurs langues sont couramment parlées en Estonie, cela inclut l'estonien, le russe, l'ukrainien, l'anglais, le finnois, l'allemand, etc.

Écrit en alphabet latin, l'estonien est la principale langue du pays et l'unique langue officielle. L'estonien et le finnois sont très proches, étant toutes les deux de la branche fennique de la famille des langues ouralienne. Cependant, les deux langues ne sont pas mutuellement intelligibles.

Composition ethniqueModifier

Avant la Seconde Guerre mondiale, la population d'Estonie était composé à 88,1 % d'Estoniens. Le reste de la population était composée de Russes avec 8,2 % de la population soit 92 000 personnes, d'Allemands avec 1,5 % soit 7 600 personnes, de Lettons et de Juifs. Durant la Seconde Guerre mondiale, une large partie des minorités quitte l'Estonie et ainsi à la sortie de la guerre, 97 % de la population est composé d'Estoniens. Durant la période soviétique, une importante immigration en provenance de l'Union soviétique se produit[31]. La proportion d'Estoniens passe de 88 % en 1934 à 61,5 % en 1989[32]. Mais depuis l'indépendance, la communauté russophone est sujette à une forte émigration, notamment durant les premières années due au départ des troupes militaires soviétiques. Ainsi la population russe passe de 30 % en 1989 à 25,6 % en 2008, la population ukrainienne de 3,1 % à 2,1 % et la population biélorusse de 1,8 % à 1,2 %[30].

En 2010, la population estonienne est composée à 68 % d'Estoniens, à 25 % de Russes, à 2 % d'Ukrainiens, à 1 % de Biélorusses et à 1 % de Finnois. Les autres minorités importantes sont les Juifs, les Tatars, les Allemands, les Lettons, les Polonais et les Lituaniens[31],[30].

En 2008, 13 des 15 comtés du pays étaient peuplés à plus de 80 % de personne se considérant comme Estonien. Les comtés ayant le plus d'Estoniens sont le comté de Hiiu avec 98,4 % et le comté de Saare avec 98,3 %[30]. Alors qu'à l'inverse les comtés de Harju et de Viru-Est ont respectivement 59,6 % et 19,7 % d'Estoniens ethnique, et que la population russe est de respectivement 32,4 % et 71,2 %.

Groupe ethnique en Estonie de 1922 à 2016
Groupe ethnique Recens. 1922 (en %)[33] Recens. 1934 (en %)[33] Recens. 1959 (en %)[34] Recens. 1970 (en %)[35] Recens. 1979 (en %)[36] Recens. 1989 (en %)[37] Recens. 2000 (en %) Recens. 2011 (en %)[38] Recens. 2016 (en %)[38]
Estoniens 87,6 88,1 74,6 68,2 64,7 61,5 67,9 68,7 68,8
Russes 8,2 8,2 20,1 24,7 27,9 30,3 25,6 24,8 25,1
Autres 1,0 0,4 0,5 0,5 0,6 0,9 1,2 2,4 5,1
Ukrainiens 0,0 1,3 2,1 2,5 3,1 2,1 1,7 1,7
Biélorusses 0,9 1,4 1,6 1,8 1,3 1,0 0,9
Ethnies inconnus 0,9
Finlandais 0,0 0,1 1,4 1,4 1,2 1,1 0,9 0,6 0,6
Lettons 0,2 0,5 0,2 0,2 0,3 0,2 0,2 0,1 0,1
Juifs 0,4 0,4 0,5 0,4 0,3 0,3 0,2 0,2 0,1
Tatars 0,0 0,1 0,2 0,2 0,3 0,2 0,2 0,1
Polonais 0,1 0,1 0,2 0,2 0,2 0,2 0,2 0,1 0,1
Allemands 1,7 1,5 0,1 0,6 0,3 0,2 0,1 0,1 0,1
Lituaniens 0,0 0,0 0,1 0,2 0,2 0,2 0,2 0,1 0,1
Suédois 0,7 0,7 0,0 0,0 0,0 0,0
Population par nationalité[39],[40]
Nationalité 2011 2017 2018 2019
Population totale 1 294 455 1 315 635 1 319 133 1 324 820
  Estonie 1 102 618 1 119 146 1 121 670 1 125 290
Population étrangère 208 038 196 344 197 160 199 158
  Russie 90 510 86 674 85 369 84 628
Non citoyens reconnus* 85 961 77 926 75 628 73 587
  Ukraine 4 756 7 974 8 649 9 848
  Finlande 1 519 4 041 4 384 4 749
  Lettonie 1 762 3 179 3 870 4 409
  Lituanie 1 354 1 803 1 894 1 941
  Biélorussie 1 488 1 658 1 739 1 894
  Allemagne 1 414 1 648 1 757
  Italie 835 1 016 1 198
  Suède 641 768 886
  France 613 740 864
  Royaume-Uni 647 730 833
  États-Unis 612 670 719
  Inde 444 548 693
  Espagne 475 569 660
  Nigeria 310 450 611
  Roumanie 411 501 596
  Géorgie 416 461 510
  • Les apatrides en Estonie sont essentiellement des anciens citoyens soviétiques qui n'ont pas obtenu la nationalité estonienne après l'indépendance de l'Estonie. La plupart sont russophones.
Population par pays de naissance[41],[40]
Pays de naissance 2016 2017 2018 2019
  Estonie 1 122 085 1 123 074 1 122 844 1 126 756
Total pays étrangers 193 813 192 535 196 207 197 896
  Russie 126 161 122 920 120 576 118 103
  Ukraine 22 365 22 713 23 174 23 998
  Biélorussie 10 905 10 698 10 572 10 447
  Lettonie 4 782 4 913 5 538 5 987
  Finlande 4 293 4 658 5 399 5 887
  Kazakhstan 3 744 3 726 3 730 3 729
  Allemagne 1 896 1 984 2 372 2 491
  Lituanie 2 037 2 059 2 140 2 155
  Géorgie 1 683 1 683 1 715 1 759
  Azerbaïdjan 1 482 1 486 1 531 1 615
  Royaume-Uni 737 799 1 164 1 289
  Italie 706 794 1 091 1 244
  États-Unis 674 720 1 090 1 173
  Moldavie 937 952 1 046 1 118
  Ouzbékistan 1 091 1 082 1 083 1 089
  France 584 653 831 954
  Suède 580 608 838 946
  Arménie 697 702 720 742
  Pologne 777 738 752 740
  Espagne 453 492 649 726
  Inde 380 466 567 708
  Nigeria 225 309 444 596
  Kirghizistan 538 540 548 542
Total 1 315 944 1 315 635 1 319 133 1 324 820

ReligionsModifier

D'après le sondage Eurobaromètre de 2005[42], 16 % des Estoniens croient en Dieu alors que 54 % de la population affirme croire à une force vitale ou un esprit ; 26 % de la population affirme ne pas croire à un dieu, à un esprit ou à une quelconque force. Ce sondage fait des Estoniens la population la moins croyante de l'Union européenne. D'après un sondage de 2006 à 2008 de Gallup[43], 14 % d'Estoniens ont affirmé que la religion était un aspect important de leur vie, ce qui est le résultat le plus faible parmi les 143 pays concernés par le sondage.

D'après le recensement de 2000, 29,2 % de la population se considère croyante. Parmi les croyants, une majorité est luthérienne alors que la minorité russophone du pays est majoritairement orthodoxe. Ainsi 13,6 % de la population adhère au luthéranisme et 12,8 % à l'orthodoxie. Parmi les autres croyances, on dénombre 6 009 baptistes, 5 745 catholiques, 4 254 témoins de Jéhovah, 2 648 pentecôtistes, 2 515 d'orthodoxes vieux-croyants, 1 561 adventistes, 1 455 méthodistes, 1 387 musulmans et 5 008 croyants d'autres religions.

Notes et référencesModifier

  1. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  2. Le taux de variation de la population 2018 correspond à la somme du solde naturel 2018 et du solde migratoire 2018 divisée par la population au 1er janvier 2018.
  3. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  4. L'indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) pour 2018 est la somme des taux de fécondité par âge observés en 2018. Cet indicateur peut être interprété comme le nombre moyen d'enfants qu'aurait une génération fictive de femmes qui connaîtrait, tout au long de leur vie féconde, les taux de fécondité par âge observés en 2018. Il est exprimé en nombre d’enfants par femme. C’est un indicateur synthétique des taux de fécondité par âge de 2018.
  5. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  6. Le taux de natalité 2018 est le rapport du nombre de naissances vivantes en 2018 à la population totale moyenne de 2018.
  7. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  8. Le taux de mortalité 2018 est le rapport du nombre de décès, au cours de 2018, à la population moyenne de 2018.
  9. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  10. Le taux de mortalité infantile est le rapport entre le nombre d'enfants décédés à moins d'un an et l'ensemble des enfants nés vivants.
  11. L'espérance de vie à la naissance en 2018 est égale à la durée de vie moyenne d'une génération fictive qui connaîtrait tout au long de son existence les conditions de mortalité par âge de 2018. C'est un indicateur synthétique des taux de mortalité par âge de 2018.
  12. L'âge médian est l'âge qui divise la population en deux groupes numériquement égaux, la moitié est plus jeune et l'autre moitié est plus âgée.
  13. « Most requested statistics - Statistics Estonia », sur www.stat.ee.
  14. (en) « Total population », Statistics Estonia (consulté le 4 mai 2012).
  15. (en) « Total fertility rate », Statistics Estonia (consulté le 4 mai 2012).
  16. « Évolution de la population - Bilan démographique et taux bruts au niveau national », sur appsso.eurostat.ec.europa.eu (consulté le 20 novembre 2017)
  17. « Indicateur conjoncturel de fécondité », sur ec.europa.eu (consulté le 20 novembre 2017)
  18. a b c et d (en) « Population par âge et par sexe », Statistics Estonia, .
  19. « Population Projections Data », sur ec.europa.eu (consulté le 1er décembre 2017).
  20. « Population au 1er Janvier par âge, sexe et type de projection », sur appsso.eurostat.ec.europa.eu (consulté le 22 novembre 2017)
  21. (en) « Naissance, décès et accroissement naturel », Statistics Estonia, .
  22. a et b (en) Mare Ainsaar, « Famille, naissance et enfants », Estonica, .
  23. a et b (en) Mare Ainsaar, « Espérance de vie et santé », Estonica, .
  24. (en) « Taux de fécondité », Statistics Estonia (consulté le 1er octobre 2012).
  25. (en) « Mariage et divorse », Statistics Estonia (consulté le 1er octobre 2012).
  26. (en) « Mortalité infantile par sexe », Statistics Estonia (consulté le 1er octobre 2012).
  27. (en) « Espérance de vie par sexe et par âge », Statistics Estonia (consulté le 1er octobre 2012).
  28. a et b (en) Mare Ainsaar, « Émigration et immigration », Estonica, .
  29. (en) « Migration par âge, par sexe et par type », Statistics Estonia (consulté le 1er octobre 2012).
  30. a b c et d « Population par nationalité, par comté et par sexe », Statistics Estonia (consulté le 1er octobre 2012).
  31. a et b (en) Mare Ainsaar, « Composition de la population », Estonica, .
  32. (en) « Recensement de la population d'Estonie », Statistics Estonia, (consulté le 1er octobre 2012).
  33. a et b http://www.miksike.ee/docs/lisakogud/tolerants/vahemused/vahemused_tekst.htm
  34. http://demoscope.ru/weekly/ssp/sng_nac_59.php
  35. http://demoscope.ru/weekly/ssp/sng_nac_70.php
  36. http://demoscope.ru/weekly/ssp/sng_nac_79.php
  37. http://demoscope.ru/weekly/ssp/sng_nac_89.php
  38. a et b http://www.stat.ee/34278
  39. http://pub.stat.ee/px-web.2001/Dialog/Saveshow.asp
  40. a et b http://pub.stat.ee/px-web.2001/I_Databas/Population/01POPULATION_INDICATORS_AND_COMPOSITION/01POPULATION_INDICATORS_AND_COMPOSITION.asp
  41. « Database - Eurostat », sur ec.europa.eu.
  42. (en) « Eurobarometer : Valeur social, scientifique et technologique », Commission européenne, (consulté le 1er octobre 2012).
  43. (en) Crabtree, Steve; Pelham, Brett, « What Alabamians and Iranians Have in Common », Gallup, (consulté le 1er octobre 2012).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Articles connexesModifier