Custines

commune française du département de Meurthe-et-Moselle

Custines est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Custines
Custines
Église Saint-Léger
Blason de Custines
Héraldique
Custines
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Pompey
Maire
Mandat
Pierre Julien
2020-2026
Code postal 54670
Code commune 54150
Démographie
Gentilé Custinois(es) [1]
Population
municipale
2 574 hab. (2019 en augmentation de 8,87 % par rapport à 2013)
Densité 219 hab./km2
Population
agglomération
286 041 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 33″ nord, 6° 08′ 36″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 395 m
Superficie 11,76 km2
Type Commune urbaine/ rural
Unité urbaine Nancy
(banlieue)
Aire d'attraction Nancy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Entre Seille et Meurthe
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Custines
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Custines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Custines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Custines

GéographieModifier

La ville se trouve au confluent de la Meurthe et de la Moselle, appelé « gueule d'enfer ».

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Custines est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nancy, une agglomération intra-départementale regroupant 28 communes[5] et 286 041 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (47,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (48,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (30,4 %), terres arables (27,4 %), prairies (14 %), zones urbanisées (9,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,6 %), zones agricoles hétérogènes (5,7 %), eaux continentales[Note 3] (5,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,3 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

ToponymieModifier

Anciennes mentions : Condeio (1189), Condey-sur-Mozelle (1346), Condey (1253), Conde supra Mosellam (1301-1316), Condey-sur-Moselle (1345), Condey-sur-Mezaille (1377), Chastellerie de Condey (1401), Condeum (1513), Condate (1675), Custines (1719), Port-sur-Moselle (nom révolutionnaire), Custine (1793 et 1801)[12],[13].

HistoireModifier

Le toponyme celtique de Condé (nom ancien de Custines), indique une occupation ancienne du site de la commune. Plus tard une villa gallo-romaine, ainsi qu'une nécropole mérovingienne, confirment l'habitat très ancien du site. L'église-mère (siège d'une paroisse), confirme également l'ancienneté et l'occupation constante du site au cours dès siècles.

Situé au confluent de la Mauchère, petit affluent en rive droite de la Moselle, le bourg est le départ d'une voie très ancienne permettant d'accéder par la vallée au Saulnois, principal centre du production de sel des évêques de Metz.

Un premier château est édifié dès 1253, mais passera rapidement aux mains des comtes de Bar. En 1420, la réunion des Duchés de Lorraine et de Bar sera l'occasion d'une modernisation du château.

Après la bataille de Nancy, en 1477, le château deviendra un lieu de séjour fréquent de la cour, c'est d'ailleurs ici que naîtra Claude de Lorraine, premier Duc de Guise. Parallèlement le bourg de Condé bénéficie d'un développement constant. À la suite des guerres contre la France, le château sera démantelé en 1635 et servira dès lors de carrière jusqu'au début du XXe siècle.

Condé-sur-Moselle appartient au comte de Custine, le gouverneur de Nancy, et le duc de Lorraine Léopold Ier de Lorraine la rebaptise alors de son nom[14]. À la Révolution française, la ville est renommée Port-sur-Moselle. Vers 1800, on revient au nom Custines auquel un s s'est accroché sous la plume de l'officier civil.

L'activité du bourg reprend considérablement avec l'essor industriel du XIXe siècle, toutefois le bourg garde son côté champêtre contrairement à Frouard et Pompey qui se transforment en cités sidérurgiques. Custines passe sans encombre la Première Guerre mondiale, mais subit de plein fouet les bombardements du pont sur la Moselle en 1944, une partie du bourg est détruit en plus du pont, ainsi la maison de Louis Guingot ainsi que le secteur de l'école à son nom.

À la suite de la première crise de la sidérurgie des années 1970, le bassin industriel de Pompey est efficacement reconverti en industries plus légères et la ville continue son développement (installation d'une médiathèque, réhabilitation de l'église, de la Capitainerie...).

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs[15]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1892 mai 1899 Antoine Julien Droite Eleveur
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1949 Georges Jeannin Gauche Ouvrier
1949 mars 1977 Paul Contai Gauche Agriculteur
mars 1977 mars 1983 Georges Julien Droite Géomètre Retraité
mars 1983 mars 1989 Philippe Leromain[16] Droite Commercial
mars 1989 mars 2014 Jean-Pierre Parnisari S E Retraité
mars 2014 mai 2020 Renée Henry Centre - Gauche Retraitée
mai 2020 En cours Pierre Julien [17] SE Agriculteur
1er adjoint sortant

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2019, la commune comptait 3 082 habitants[Note 4], en augmentation de 8,87 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,38 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
667743760706742792792752772
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
7507136597247718199231 0471 153
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 1431 1431 2351 2831 4481 4081 3592 0032 639
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
3 0462 9002 8412 8132 9913 0013 0022 8613 079
2019 - - - - - - - -
3 082--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

 
Place de l'église

.

Lieux et monumentsModifier

  • Ruines de l'ancien château, dit de Condé, fondé entre 1261 et 1263 par Philippe de Lorraine-Florange évêque de Metz ; incendié par les Bourguignons une première fois en 1467 par Claude de Neuchâtel, une seconde fois en 1475 par Charles le Téméraire, le château passa aux mains de Nicolas de Montford Comte de Campobasso en 1475 ; démoli en 1637 sur ordre de Richelieu. Situé sur la colline dominant la Moselle : reste de l'enceinte (ruines)
  • La Maison des Lombards, dite La Capitainerie ou encore château-bas (dans le village) XVIe siècle :maison forte Renaissance entourée de quatre tourelles et fossés.
  • Château de Clévant, à l'écart du village, l'ancien château a disparu et fait place à une grosse maison remanié XIXe siècle : gros colombier.
  • Dans le village : plusieurs maisons et vestiges XVe et XVIe siècle.
  • Église Saint-Léger dont le chœur XVe siècle, la chapelle latérale XVIe siècle et le clocher roman XIIe siècle sont protégés à la suite de l'inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [21].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
Deux écus accolés:

(1) D'or (D'argent) au château constitué de deux tours hautes de sable, mouvant d'un mur crénelé du même, lui-même mouvant de la pointe, lesdites tours accompagnées, en cœur, d’un écusson d'azur à deux bars adossés d'or et côtoyés de deux fers de faux d'argent, aux flancs, de deux fers de faux d'azur affrontés en pal et, au point du chef, de la lettre capitale gothique C de gueules.

(2) Écartelé: aux 1er et 4e d'azur (d’argent) à la bande d'or (de sable) côtoyées de deux cotices du même, aux 2e et 3e de sable à cinq fleurs de lis d’argent ordonnées en sautoir (semé de fleurs de lis d'argent).
Détails

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Nancy », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Imprimerie impériale, Paris, 1862.
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Michel Jacquot, « Custines », La Grande Guerre en Lorraine.
  15. Lucien Geindre, Custines, jadis Condé : étude historique, Champigneulles, 1997, sur le site Gallica
  16. [1]
  17. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. « Église Saint-Léger », notice no PA00106020, base Mérimée, ministère français de la Culture.