Culture de l'Érythrée

La culture de l'Érythrée, pays de la Corne de l'Afrique, désigne d'abord les pratiques culturelles observables de ses 6 500 000 d'habitants (en 2017).

Architecture moderniste de l'immeuble Fiat Tagliero à Asmara (1938)

Langues et peuplesModifier

 
Mariage en Érythrée (2005)

Même si on parle souvent de « culture érythréenne », il n'y en a pas une seule, mais plusieurs, assez diverses. Officiellement il y a neuf groupes ethniques[1], et si on compte les Illiit comme un groupe séparé, et pense aussi aux "Tukrir" ou Haoussas qui habitent à Keren et à Tesseney, il y en a davantage. Mais souvent on a tendance à confondre la culture des Habesha des hauts-plateaux avec la culture de l'Érythrée, puisque les Habesha sont le groupe dominant de l'Érythrée. Ils sont dans leur majorité chrétiens orthodoxes (voir l'image du monastère fameux de Debre Bizen) et tigrinophones, parlant tigrinnya comme leurs voisins éthiopiens du Tigré.

TraditionsModifier

Religion(s)Modifier

SymbolesModifier

Folklore et MythologieModifier

FamilleModifier

NomsModifier

MariageModifier

DécèsModifier

  • Vieillesse en Érythrée
  • Mort en Érythrée
  • Funérailles en Érythrée

SociétéModifier

  • Diaspora érythréenne
  • Expatriés en Érythrée
  • Érythréens par origine ethnique ou nationale
  • Listes d'Érythréens
  • Liste d'Érythréens (en)

FêtesModifier

ÉtiquetteModifier

Un site officiel canadien apporte une contribution assez complète sur la communication en Érythrée entre locaux et étrangers[2].

DiversModifier

ÉducationModifier

ÉtatModifier

StéréotypesModifier

Glossaire de l'ÉrythréeModifier

Arts de la tableModifier

Cuisine(s)Modifier

Boisson(s)Modifier

SantéModifier

GénéralitésModifier

Jeux populairesModifier

  • Divertissements en Érythrée

SportsModifier

Arts martiauxModifier

ArtisanatsModifier

Arts graphiquesModifier

DesignModifier

TextilesModifier

CuirModifier

PapierModifier

BoisModifier

MétalModifier

Poterie, céramique, faïenceModifier

Verrerie d'artModifier

Joaillerie, bijouterie, orfèvrerieModifier

EspaceModifier

MédiaModifier

En 2016, le classement mondial sur la liberté de la presse établi chaque année par Reporters sans frontières situe l'Érythrée au 180e rang sur 180 pays[13]. Elle occupe depuis huit ans la dernière place à ce classement. Depuis plus de vingt ans, l'information n'y a aucun droit de cité[14].

Presse écriteModifier

RadioModifier

TélévisionModifier

Internet (.er)Modifier

LittératureModifier

Arts visuelsModifier

DessinModifier

PeintureModifier

SculptureModifier

ArchitectureModifier

PhotographieModifier

Arts du spectacleModifier

Musique(s)Modifier

Danse(s)Modifier

ThéâtreModifier

Autres : marionnettes, mime, pantomime, prestidigitationModifier

CinémaModifier

Le cinéma est arrivé dans le pays vers 1930, en provenance de Djibouti. L'Érythrée a une tradition de production de films en tigrinnya, surtout des comédies, mais aussi des vidéos de groupes musicaux. Depuis la présence italienne, les cinémas font partie de la scène culturelle des villes de l'Érythrée, surtout à Asmera.

AutresModifier

TourismeModifier

PatrimoineModifier

Le programme Patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003) n'a rien inscrit pour ce pays dans sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (au 15/01/2016).

Le programme Mémoire du monde (UNESCO, 1992) n'a rien inscrit pour ce pays dans son registre international Mémoire du monde (au 15/01/2016).

Musées et autres institutionsModifier

Liste du Patrimoine mondialModifier

Le programme Patrimoine mondial (UNESCO, 1971) a inscrit dans sa liste du Patrimoine mondial (au 12/01/2016) : Liste du patrimoine mondial en Érythrée.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (it) Giulio Calegari, L'arte rupestre dell'Eritrea : repertorio ragionato ed exegesi iconografica, Società italiana di scienze naturali, Museo civico di storia naturale di Milano, Milan, 1999, 174 p.
  • (en)(it) Anna Godio, Architettura italiana in Eritrea / Italian architecture in Eritrea, La Rosa, Turin, 2008, 270 p. (ISBN 88-7219-063-0)
  • (en) Chefena Hailemariam, Language and education in Eritrea : a case study of language diversity, policy and practice, Aksant, Amsterdam, 2002, 299 p. (ISBN 90-5260-081-3)
  • Nafi Hassan Kurdi, L'Érythrée : une identité retrouvée, Karthala, Paris, 1994, 188 p. (ISBN 2-86537-498-X)
  • (en) Ghirmai Negash, A history of Tigrinya literature in Eritrea : the oral and the written, 1890-1991, Research school of Asian, African and Amerindian studies, Leyde, 1999, 240 p. (ISBN 90-5789-022-4)
  • (en) Peter R. Schmidt, Matthew C. Curtis et Zelalem Teka (dir.), The archaeology of ancient Eritrea, Red Sea Press, Trenton, NJ ; Asmara (Erythrée), 2008, XIX-469 p. (ISBN 1-56902-284-4)
  • Jean-Christophe Rufin, Asmara et les causes perdues (titre définitif), Paris, Gallimard, 1999
  • Marco Barbob, Asmara Dream (2009)[28]
  • Léonard Vincent, les Érythréens (2012)[29] (voir également l'entretien L'Érythrée, rouge et invisible sur le site Dormira jamais)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Eritrea’s 9 ethnic groups », Ministry of Information, 21 mars 2014 [1]
  2. https://www.international.gc.ca/cil-cai/country_insights-apercus_pays/overview-apercu_er.aspx?lang=fra
  3. https://er.ambafrance.org/L-Alliance-Francaise-d-Asmara
  4. http://www.scuoleasmara.it/
  5. (en) « Asmara International Community School (AICS), Eritrea », sur www.aicseritrea.com (consulté le 7 octobre 2020).
  6. « La politique en Erythrée », sur Geolinks (consulté le 7 octobre 2020).
  7. « Présentation de l'Erythrée », sur France Diplomatie - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 7 octobre 2020).
  8. http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/pays/ERI/fr.html
  9. Recueilli par Laurent Larcher, « Léonard Vincent  : « L’Erythrée est en état de guerre permanent » », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2020).
  10. « Index », sur Food and Agriculture Organization of the United Nations (consulté le 7 octobre 2020).
  11. « Les 10 pays qui exercent la censure la plus forte - Committee to Protect Journalists », sur Committee to Protect Journalists, (consulté le 7 octobre 2020).
  12. Thomas Liabot, « En Erythrée, «même les journalistes des médias officiels sont victimes de la censure» », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2020).
  13. Reporters sans frontières : Les données du classement de la liberté de la presse 2016 [2]
  14. Reporters sans frontières : Érythrée
  15. AFP, « L’Erythrée, le pays où la presse est la plus censurée », sur rfi.fr, (consulté le 7 octobre 2020).
  16. Pierre Lepidi, « Radio Erena, la voix de l’Erythrée en plein Paris », sur lemonde.fr, (consulté le 7 octobre 2020).
  17. « Radio Erena : une voix indépendante pour l’Erythrée / Reporters sans frontières », sur RSF, (consulté le 7 octobre 2020).
  18. http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/27859_1
  19. http://www.journaldunet.com/web-tech/chiffres-internet/erythree/pays-eri
  20. « Un site érythréen ose tourner le régime en ridicule », sur france24.com, (consulté le 7 octobre 2020).
  21. http://awazetribune.com/index.php/2016/06/27/dprk-ambassador-stop-calling-eritrea-north-korea/
  22. (en) « Eritrea : from colonialism to independence in photography », sur Martin Plaut, (consulté le 7 octobre 2020).
  23. (en) Greg Marinovich, « Tales of an Eritrean fighter-photographer », sur aljazeera.com, (consulté le 7 octobre 2020).
  24. http://www.gettyimages.com/photos/eritrea?excludenudity=true&sort=mostpopular&mediatype=photography&phrase=eritrea
  25. http://musicinafrica.net/fr/tags/mahber-theatre-asmara
  26. https://er.ambafrance.org/Le-Theatre-d-Asmara
  27. http://cinematreasures.org/theaters/48769
  28. « Asmara Dream - Filigranes Editions », sur Filigranes Editions (consulté le 7 octobre 2020).
  29. http://www.payot-rivages.net/livre_Les-Erythreens-Leonard-Vincent_ean13_9782743622930.html