Ouvrir le menu principal

Ferronnerie

endroit où l’on fabrique, où l’on vend les ouvrages de fer ou de cuivre || petits objets de fer ou de cuivre, fabriqués par les cloutiers
Pentures en forme de rinceaux de l'une des portes de la cathédrale Notre-Dame de Paris, attribuées au forgeron Biscornet (XIIe – XIIIe siècle), et restaurées au XIXe siècle par Pierre Boulanger après avoir été étudiées par Viollet-le-Duc.

La ferronnerie est l'art et la technique du travail du fer à la forge, à l'étampe ou au marteau. Les ouvrages de ferronnerie sont réalisés par un ferronnier ou un forgeron.

TypologieModifier

On peut distinguer :

  • La ferronnerie du bâtiment, qui produit des objets et des ornements architecturaux en fer forgé (garde-corps, grilles, rampes, ou objets d'art). La ferronnerie a constitué le prolongement décoratif naturel des bâtiments de toutes les époques.

Simultanément au perfectionnement des techniques d'extraction du fer, la ferronnerie, plus légère et plus résistante, a remplacé les protections de bois ou de pierre qui sécurisaient les édifices.

  • La ferronnerie domestique, qui regroupe les ustensiles culinaires (tournebroches, chenets) et la ferronnerie funéraire.
  • La ferronnerie du travail, liée à la production agricole ou artisanale (charrues, bêches, herses, outillages).

HistoireModifier

Aucun traité de serrurerie antérieur au XVIIe siècle n'a été conservé[1] ; le premier traité qui nous soit parvenu fut écrit par Mathurin Jousse en 1627, suivi en 1762 par l'Art du serrurier rédigé par Duhamel du Monceau.

La ferronnerie a connu un développement très important au XIXe siècle avec l'apparition de la fonderie et la diffusion de modèles industriels en fonte.

Les divers types de ferronnerieModifier

La ferronnerie populaireModifier

La ferronnerie populaire recouvre la production des artisans locaux, généralement maréchaux-ferrants, qui disposaient des moyens techniques — forge et enclume — et du savoir-faire pour travailler le fer.

Cette production rustique, à vocation essentiellement utilitaire, se retrouve encore dans les bâtiments ruraux. Les modèles les plus évolués, à tendance décorative, furent produits à petite échelle pour embellir les maisons des notables, les devantures des commerces, les tombes et pour réaliser des calvaires.

Dans ces œuvres artisanales, les volutes sont tournées sur gabarits, leurs extrémités sont roulées ou martelées à chaud ; elles sont assemblées par rivetage ou par soudage à la forge. Les assemblages sont parfois consolidés et masqués par un collier en plomb coulé dans un moule démontable directement sur la grille.

La ferronnerie industrielleModifier

Apparue au XIXe siècle, la ferronnerie industrielle va de pair avec l'extension des fonderies et la baisse de prix qui en résulte. Elle donne lieu à un large catalogue de pièces moulées standard destinées aux balcons et grilles des demeures bourgeoises, mais aussi à celles des tombes.

Ce modèle de décoration et de délimitation de propriété, importé de la ville, se diffuse au milieu du XIXe siècle jusqu'au fond des campagnes françaises, s'intégrant au monde rural traditionnel (habitat et art funéraire) chez tous les paysans qui en avaient les moyens. Balcons et rambardes en fer moulé, grilles d'entrée et portails monumentaux sur catalogue remplaceront ainsi le fer forgé utilitaire des forgerons locaux.

La ferronnerie d'artModifier

Un certain nombre d'artistes se sont investis dans le travail du métal. Portés par la demande des édifices publics, cathédrales, palais, demeures de prestige de la noblesse ou de la haute bourgeoisie, ils connaissent parfois la notoriété.

Des travaux de ferronnerie spectaculaires datant du Moyen Âge sont visibles sur les portes ouest de Notre-Dame-de-Paris. Sur ces portes, la ferronnerie reste encore un renfort et une protection du bois. Il faudra attendre le XVIe siècle pour que la ferronnerie s'affranchisse du support du bois[2].

Sous Louis XIII et surtout sous le règne de Louis XIV, la ferronnerie française atteint le plus haut niveau d'excellence.

En 1788, Buffon fait construire par l'architecte Verniquet une gloriette dans le Jardin du Roy[3]. Cet édifice est l'une des toutes premières constructions métalliques au monde. Elle est majoritairement réalisée avec du fer provenant des Forges de Buffon.

L'Angleterre du XVIIe siècle connaît de son côté un fort développement de la ferronnerie à la suite de l'arrivée du ferronnier Jean Tijou. Cet artisan français protestant, qui avait fui son pays comme nombre de ses compagnons à la suite de la révocation de l'édit de Nantes en 1685, gagna la confiance de William III. On lui doit la multitude de grilles du Château de Hampton Court[2].

Le style Rococo, apparu à la fin du XVIIIe siècle, relance l'intérêt pour la ferronnerie en imposant de nouveaux défis techniques aux artisans. Les grilles de la place Stanislas à Nancy, réalisées par Jean Lamour, sont un exemple de ces productions.

Liée à l'engouement pour l'art nouveau et les arts décoratifs, la ferronnerie d'art connaît en France et en Belgique un renouveau spectaculaire dans la dernière partie du XIXe siècle et la première partie du XXe siècle. Le style art nouveau exploitera les possibilités de la fonderie pour développer des ferronneries à motifs végétaux qui se répandent des jardins publics aux entrées de métro parisiennes.

Artistes et artisans ferronniers célèbresModifier

Galerie de photosModifier

NotesModifier

  1. Delaine Marie-Noëlle, Ferronnerie médiévale du centre de la France, 213p., ill., Ed. Volcans, 1975
  2. a et b source : Encyclopédie Britannica
  3. Toujours visible dans l'actuel Jardin des Plantes de Paris.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Raymond Lecoq, Ferronnerie ancienne, Paris, Massin, (ASIN B0000DSGZ1)
  • Raymond Lecoq, Fer forgé et serrurerie, Paris, Perrin, (1re éd. 1962), 127 p. (ISBN 2865531244)
  • Bernard Marrey, La ferronnerie dans l’architecture à Paris aux XIXe et XXe siècles, Éditions du Linteau, Paris, 2014, (ISBN 978-2-910342-94-4) édité erroné (lire en ligne)
  • Karin Blanc (photogr. Alo Païstik), Ferronnerie en Europe au XXe siècle, Saint-Rémy-en-l'Eau, Éditions Monelle Hayot, , 671 p. (ISBN 978-2-903-82479-2).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier