Coupe de France de rugby à XIII 1938-1939

Coupe de France de rugby à XIII 1939
Description de l'image XIII Catalan-Toulouse XIII 1939-05.png.
Généralités
Sport rugby à XIII
Organisateur(s) Ligue Française de rugby à XIII
Éditions 5e
Lieu(x) France
Date -
Nations 15 participants
Participants Professionnelles et amateurs
Site web officiel Site de la fédération française

Palmarès
Vainqueur XIII Catalan
Finaliste Toulouse olympique XIII

Navigation

La Coupe de France de rugby à XIII 1938-1939 est la cinquième édition de la Coupe de France, compétition à élimination directe. Organisée par Ligue Française de rugby à XIII, elle met aux prises 15 clubs et voit la victoire du club de Perpignan le XIII Catalan au stade Chapou à Toulouse, qui bat en finale le Toulouse olympique XIII.

L'édition 1939 met aux prises les treize clubs de Championnat de France de première division auxquels se sont joints deux clubs amateurs rescapés de longues éliminatoires - Courbevoie et Saint-Gaudens. Ces quinze clubs s'affrontent à partir de huitièmes de finale à l'exception de Roanne qui en est excepté et fait son entrée dans la compétition en quart-de-finale[1].

Tableau finalModifier

  Huitièmes de finale
12 mars 1939
Quarts de finale
2 avril 1939
Demi-finales
7 mai 1939
Finale
21 mai 1939
 
 
  à Perpignan     à Carcassonne     à Carcassonne     à Toulouse
 
  XIII Catalan 25
 
  Brive 10  
  XIII Catalan 16
  à Albi
    Villeneuve-sur-Lot 5  
  Villeneuve-sur-Lot 22
  à Toulouse
  Narbonne 12  
  XIII Catalan 12
  à Bordeaux
    Bordeaux 7  
  Bordeaux 30
  à Bordeaux
  Courbevoie 13  
  Bordeaux 8
  à Narbonne
    Albi 3  
  Albi 5[2]
  à Bordeaux
  Lyon-Villeurbanne 0  
  XIII Catalan 7
  à Narbonne
    Toulouse 3
  Toulouse 15
   
  Cavaillon 7  
  Toulouse 15
 
    Roanne 3  
  Roanne[3]
  à Albi
   
  Toulouse 20
  à Arcachon
    Côte Basque 15  
  Côte Basque 24
   
  Pau 8  
  Côte Basque 22
  à Carcassonne
    Carcassonne 3  
  Carcassonne 40
   
  Saint-Gaudens 0  
 

Quarts-de-finaleModifier

Les quarts-de-finales de la Coupe ont lieu le dimanche .


Quart-de-finale
Dimanche
XIII Catalan 16 - 5
(10 - 5)
Villeneuve-sur-Lot Carcassonne
Essai(s) : 4 Quéroli (?), Bosc (?), Danoy (?), Fabre (?)
Transformation(s) : 2 Bosc (? et ?)
Essai(s) : 1 Lacaze (?)
Pénalité(s) : 1 Puyuelo (?)

Quart-de-finale
Dimanche
Bordeaux 8 - 3
(5 - 3)
Albi Stade des Minimes, Toulouse
Essai(s) : 1 Labrousse (?), Cazaux (?)
Transformation(s) : 1 Desclaux (?)
Carton(s) rouge(s) : Larroche
Essai(s) : 1 Barran (?)
Carton(s) rouge(s) : Gimenez, Claverie

Quart-de-finale
Dimanche
Toulouse Olympique XIII 15 - 3 Roanne Bordeaux
10 000 spectateurs

Quart-de-finale
Dimanche
Côte basque 22 - 3
(7 - 0)
Carcassonne Albi
Essai(s) : 4 Cussac (?), Audureau (?), Puchulu (?), Sanz (?)
Transformation(s) : 3 Audureau (?, ? et ?)
Pénalité(s) : 1 Audureau (?)
Drop(s) : 1 Audureau (?)
Essai(s) : 1 ? (?)

Demi-finalesModifier

Les demi-finales de la Coupe ont lieu le dimanche .


Demi-finale
Dimanche
XIII Catalan 12 - 7
(2 - 2)
Bordeaux Carcassonne
Arbitre : M. Peels
Essai(s) : 2 ? et de pénalisation
Transformation(s) : 2 Bosc (? et ?)
Pénalité(s) : 1 Bosc (?)
Essai(s) : 1 Dehès (?)
Transformation(s) : 1 Desclaux (?)
Pénalité(s) : 1 Desclaux (?)

Demi finale
Dimanche
Toulouse olympique XIII 20 - 15
(4 - 10)
Côte basque Bordeaux
Essai(s) : 4 Sahuc (?), Duprat (?), Brané (?), Saris (?)
Pénalité(s) : 3 Bès (?), Chevallier (? et ?)
Drop(s) : 1 Labat (?)
Carton(s) rouge(s) : Sabatier (10e)
Essai(s) : 3 Lacourt (?), Sanz (?), Puchulu (?)
Transformation(s) : 3 Audurau (?, ? et ?)

Finale - 21 mai 1939Modifier

 
Au stade Chapou à Toulouse, Le XIII Catalan s'impose 7-3 en finale de la Coupe de France contre le Toulouse olympique XIII. Sylvain Bès en sortie de mélée lance l'attaque qui menera à l'unique essai de la rencontre.
Feuille de match
XIII Catalan 7 – 3 Toulouse olympique XIII

(mt : 2 - 3)

au stade Chapou à Toulouse

Points marqués :

  • XIII Catalan : 1 essai de Bosc ; 2 pénalités de Noguères (38e et 50e)
  • Toulouse  : 1 essai de Bès (35e)

Évolution du score : 0-3, 2-3 (mi-temps), 4-3, 7-3.

Arbitre :   M. Wally Webb

Spectateurs : environ 18 000

Recette : 135 000 francs

Composition des équipes :

Le Toulouse olympique XIII dispute sa première finale de Coupe de France dans sa ville au stade Chapou, habituel terrain du Toulouse OEC, qui accueille pour la première fois le rugby à XIII à la suite d'un accord entre la Ligue Française de rugby à XIII et le propriétaire du stade Monsieur Mortera avec l'aide de deux dirigeants de rugby à XV MM. Ginesty et Delbert, voyant ici un signe que la guerre des Rugbys était terminée à Toulouse[4]. Le XIII Catalan, qui dispute sa troisième finale de Coupe de France de son histoire, a battu Brive, Villeneuve-sur-Lot et Bordeaux pour parvenir en finale, à l'instar de Toulouse qui a éliminé quant à lui Cavaillon, Roanne et Côte basque. Les deux équipes finalistes ne sont pas parvenues à se qualifier en demi-finale du Championnat de France terminant respectivement cinquième et sixième du Championnat à égalité de points.

Côté toulousain, il y a de nombreux absents à l'image de Louis Brané, international français habituel titulaire chez les avants, qui ne peut être présent en raison de l'opposition de son nouvel employeur. Cuisinier dans la vie civile, Brané avait répondu positivement à une offre du restaurant de l'exposition universelle de Bruxelles à qui il leur avait demandé un délai pour disputer la demi-finale. Acquis pour la demi-finale, son nouvel employeur s'est opposé à une prolongation de ce délai pour la finale[5]. D'autres absents sont à relever côté toulousain avec Sabatier, sous le coup d'une sanction, et Maurel, malade[4], trois absents composant le pack toulousain. Le XIII catalan est quant à lui privé de Fabre, Maurice Porra, suspendu[4], et André Gau.

Cette rencontre marque ainsi une opposition entre deux équipes de niveau égale. La première mi-temps est à l'avantage de Toulouse et de ses avants qui mène à la mi-temps 3-2 sur un essai de Sylvain Bès à la 35e minute. Ce dernier ouvre en sortie de mêlée sur Labat qui redouble avec Frantz Sahuc pour un essai de Bès qui n'est pas transformé[6]. Côté catalan, François Noguères marque une pénalité en réplique immédiate. Toulouse domine clairement cette première période en obtenant de nombreux ballons via les mêlées et en exécutant un jeu ouvert en opérant à de nombreuses reprises à des coups de pied. Toutefois, leur demi d'ouverture Labat sort définitivement avant la mi-temps en raison d'une blessure au genou laissant des regrets toulousains d'avoir laissé échapper de nombreux points dans ce premier acte maîtrisé en raison d'un mauvais usage du ballon par ses trois-quarts et d'une solide défense catalane pour ne mener que 3-2[4]. En effet au retour des vestiaires, Toulouse évolue désormais à douze sur le terrain, et le catalan Noguères, excellent contreur sur les coups de pied à suivre abusivement utilisés par les Toulousains, devient l'homme décisif de la rencontre en marquant une seconde pénalité à la 50e minute puis en débouchant par une longue relance et ses crochets pour lancer Émile Bosc à l'unique essai de la rencontre. Le XIII Catalan remporte sa première Coupe de France 7-3[6].

En levée de rideau, les juniors de Villeneuve remportent le titre 29-17 contre les juniors de Toulouse[4].

Notes et référencesModifier

  1. Un seul match à émotions et au pronostics impossible demain : Albi-Lyon-Villeurbanne, l'Auto, le 11 mars 1939.
  2. Il s'agit du score de la deuxième rencontre de ce huitième de finale car l'opposition initiale débouche sur un score nul de 8-8, il n'existe alors pas de prolongation et la rencontre fut à rejouer.
  3. La Coupe n'est disputée que par quinze clubs, étant donné le forfait général de Dax XIII pendant la saison 1938-1939. De ce fait, le premier du championnat de France au moment du tirage est exempt des huitièmes de finale.
  4. a b c d et e Pierre Grosmolard, « Les Toulousains ont eu bien tort de vouloir jouer le coup de pied à suivre... », L'Auto,‎ , p. 5.
  5. « Brané à l'Expo de Bruxelles », L'Auto,‎ , p. 5.
  6. a et b André Passamar, « L'encyclopédie du Treize magazine », Treize magazine,‎ , p. 38.

BibliographieModifier

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence. Ceux utilisés pour la rédaction de cet article sont suivis du symbole  .

Ouvrages généraux
  • André Passamar, L'encyclopédie de Treize Magazine, Toulouse, Treize Magazine,  
  • Denis Arcas, Rugby à XIII : Il était une fois ... Le rugby de Liberté, Les Editions du Net, (ISBN 9782312065854)