Ouvrir le menu principal

Claude Perroud

historien français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perroud.
Claude Perroud
C-P.jpg
Claude Perroud.
Biographie
Naissance
Décès
(à 80 ans)
Marseille
Nationalité
Activité

Claude Perroud, né le à Villefranche-en-Beaujolais et mort le à Marseille, était un enseignant, journaliste, recteur d'académie et historien français.

BiographieModifier

Claude Perroud était le fils d’un modeste cordonnier illettré. Son père était très attaché aux valeurs républicaines.

Il est mis à l’école du Père Véran qui, le trouvant particulièrement doué et opiniâtre, l’encourage à poursuivre ses études au collège de Villefranche-sur-Saône.

Il obtient ensuite une bourse pour aller au Lycée à Mâcon. En 1855, le père de Claude meurt, laissant des dettes. La famille refuse que le jeune homme prometteur arrête ses études. Elle vit encore plus pauvrement et travaille davantage. Après le baccalauréat, Claude est reçu premier à l’école Normale Supérieure de Paris d’où il sort professeur d’histoire-géographie. Il exerce d’abord au Lycée du Puy. Pour améliorer un salaire très médiocre et payer les dettes de son père qu'il a promis de rembourser, il donne aussi des cours particuliers et devient rédacteur du journal le Moniteur de la Haute-Loire. Il fait ainsi ses débuts dans le journalisme.

Après avoir réussi son agrégation, il est nommé à Clermont-Ferrand, où il fait connaissance de Justin Bourget futur recteur d’académie, père de Paul Bourget qui deviendra écrivain et père aussi d’Henry, futur astronome et directeur de l’observatoire de Marseille qui deviendra son gendre.

Républicain de cœur comme son père, il se sent mal à l’aise pour enseigner sous le régime autoritaire du second empire. Aussi en 1866, son caractère entier l’amène à démissionner de l’enseignement. Il se met en congé et devient journaliste à Bourg-en-Bresse, travail mieux payé qui lui laisse du temps pour penser à ses thèses. Il devient rédacteur en chef du Courrier de l'Ain à Bourg jusqu'en 1871. Il se lie d’amitié avec Charles Jarrin, vieux garçon original, brillant et cultivé, historien et écrivain de la Bresse et du Bugey.

Celui-ci lui présente sa nièce, Zoé Berlie, fille unique « distinguée, d’une bonté exquise, d’un charme pénétrant » dont les parents possèdent une maison à Lagnieu où le grand-père était médecin et maire. Les deux jeunes gens se plaisent et se marient en 1870. Il réintègre l’enseignement à Bourg-en–Bresse puis est nommé à Lyon où il a fait la connaissance du poète Victor de Laprade.

En 1878, afin de terminer ses thèses, il obtient un congé avec solde qu’il vient passer à Lagnieu en compagnie de son épouse et de sa fille Camille née en 1874.

Il soutient ses thèses à la Sorbonne en été 1881 avec grand succès et est nommé maître de conférence de géographie à la faculté de Douai.

Jules Ferry, personnalité dominante de la nouvelle république veut moderniser l’enseignement, rendre l’instruction primaire obligatoire pour les garçons et filles âgés de 6 à 13 ans et créer des écoles publiques gratuites et laïques. Il cherche des hommes jeunes, énergiques et ouverts aux idées républicaines. Claude Perroud est choisi pour réorganiser l’académie de Toulouse qui comprend 8 départements. Pendant 27 ans, de 1881 à 1908, il occupera cette haute fonction de recteur d’académie. Il créera aussi la véritable Université de Toulouse, la classant juste après Paris. La tâche à accomplir pour mettre en œuvre les projets de Jules Ferry était gigantesque.

Travailleur infatigable, doué d’une prodigieuse mémoire, il trouve parallèlement le temps de mener à bien une importante œuvre littéraire et historique sur Bourg, La Dombes, Fareins et le Languedoc. Il s’est vu confier par ailleurs les écrits des révolutionnaires et a voué un intérêt particulier à Madame Roland et aux révolutionnaires modérés. C’est ainsi qu’il publie divers mémoires et correspondances sur les personnages de la Révolution de 1789, principalement les Girondins.

Il décède chez sa fille à Marseille le 15 décembre 1919, la plume à la main à l’âge de 80 ans et son corps est ramené au cimetière de Lagnieu au côté de son épouse qu'il avait eu la grande douleur de perdre en 1901. Toulouse, Villefranche-sur-Saône et Lagnieu ont honoré sa mémoire en donnant son nom à une rue.

ŒuvresModifier

Il a publié divers mémoires et correspondances sur les personnages de la Révolution de 1789, principalement les Girondins.

  • Études sur les Roland (éd. par Georges Fénoglio Le Goff), t. 1er, [S. l.], Éditions du Bois-Menez, coll. « Textes oubliés / Études et mélanges de Claude Perroud ; 1 », , 400 p., 30 x 21 cm (ISBN 978-2-490135-12-7 et 978-2-490135-13-4, ISSN 2557-8715, lire en ligne).
  • Roland et Marie Phlipon, lettres d'amour (1777 à 1780) éditeur Librairie Alphonse Picard et fils en 1909[1].
  • Lettres de Madame Roland de 1780 à 1793 publiées par Claude Perroud, imprimerie nationale, 1900-1902
  • Lettres de Madame Roland de 1767 à 1780 publiées par Claude Perroud, imprimerie nationale, 1913-1915
  • Lettres de Roland à Bosc publiées par Claude Perroud, Noël Charavay Paris (sd, après 1902)
  • Dix-huit Lettres de Madame Roland publiées par Claude Perroud, Noël Charavay Paris (sd, après 1905)
  • Nouvelles lettres de Madame Roland publiées par Claude Perroud, Noël Charavay Paris (sd, après 1909)
  • J.-P.Brissot Mémoires publiées par Claude Perroud, tomes I et II, Librairie Alphonse Picard & fils, 1910
  • J.-P.Brissot Correspondance et papiers publiées par Claude Perroud, Librairie Alphonse Picard & fils, 1911
  • La Proscription des Girondins publié par Claude Perroud, Librairies Edouard Privat Toulouse et Felix Alcan Paris, 1917
  • Correspondance et mémoires de Charles Barbaroux Posthume terminé par Alfred Chabaud Société de l'histoire de la Révolution française Paris 1923

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

  • pour la biographie : notice sur Claude Perroud par Joseph Balloffet, vice-président de la Société des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Beaujolais. 1930- Librairie Jean Guillermet Villefranche-en-Beaujolais.
  • toujours pour la biographie : Revue Universitaire no 8 d'octobre 1928, librairie Armand Colin.
  • La vie et l'œuvre d'un universitaire au XIXe siècle - Claude Perroud par Louis Rascol 1941, librairie H. Didier Paris.
  • Silhouettes Caladoises par Joseph Balloffet, 1930 Librairie Jean Guillermet Villefranche-en-Beaujolais.
  • Lettres manuscrites de Claude Perroud.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • J.-P. Brissot, Mémoires (1734-1793) publiés avec étude critique et notes par Cl. Perroud (vol. 1)
  • [1] Vol 2 Picard 1911