Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.
Mathieu de Morgues
Portret van Matthieu de Morgues, onbekend, schilderij, Museum Plantin-Moretus (Antwerpen) - MPM V IV 114.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Ordre religieux

Mathieu de Morgues, dit l'abbé de Saint-Germain, né en à Aix-en-Provence ou à Saint-Germain-Laprade (Puy-de-Dôme)[1] et mort le à Nîmes, est un jésuite et pamphlétaire français.

Sommaire

BiographieModifier

 
Marie de Medicis visitant Pierre Paul Rubens, toile de Florent Willems (1823-1905).

Mathieu de Morgues, sieur de Saint-Germain, fait carrière à la cour de France comme aumônier de la reine Marguerite puis de Marie de Médicis, mère de Louis XIII ; il prend le parti de celle-ci contre Richelieu lors de leur rupture et, en 1631, accompagne la reine-mère et Gaston d'Orléans dans leur exil à Bruxelles, aux Pays-Bas espagnols. Là, il rédige de volumineux pamphlets contre le cardinal, qu'il appelle par dérision « Son Éminence par-dessus les mortels », dans lesquels il critique durement sa politique intérieure et extérieure. Ses ouvrages, imprimés aux Pays-Bas, entrent en cachette en France, parfois dans le double fond de carrosses de hauts personnages. Richelieu, incapable de le réduire au silence, parvient cependant à empêcher sa nomination comme évêque de Toulon et crée une équipe d'écrivains à gages, dirigée par François Le Métel de Boisrobert, pour répondre à ses attaques[2]. Mathieu de Morgues est condamné à mort par contumace en 1632 et Richelieu tente vainement d'obtenir son extradition[3].

En 1637, Mathieu de Morgues commande au peintre flamand Pierre Paul Rubens un frontispice pour illustrer un recueil composé de ses Diverses pièces pour la défence de la royne mère du roy très chrestien Louys XIII. Le dessin est exécuté par un des élèves de Rubens, Erasmus Quellinus : il représente Cybèle, mère des dieux et allégorie transparente de la reine-mère, entourée de figures et devises symboliques qui évoquent son prochain retour en France et sa vengeance contre le « perfide et ingrat » Richelieu. L'ouvrage est imprimé par Jan Moretus à Anvers : Marie de Médicis fait acheter presque toute l'édition, un millier d'exemplaires, pour 12 000 florins, et en offre un exemplaire à Rubens[3].

À la mort de Richelieu, en 1642, Mathieu de Morgues rédige un nouveau pamphlet où il lui adresse une épitaphe féroce : « Si la France riche a jamais enrichi d'homme à l'égal de cestuy-cy, on peut dire qu'estant assez impatiente, elle n'a jamais souffert si longtemps une tyrannie pareille à la sienne, et que le désir de la paix a faict qu'elle n'a jamais veu un mort avec plus grande joie »[4]. Et il ajoute dans le même ouvrage : « La justice divine luy pourrit et roidit le bras droict qu’il avoit roidy souvent contre le Ciel, et après luy sécha la main qui avoit signé beaucoup de guerres et d’injustices »[5]. Il dénonce l'extraordinaire enrichissement du cardinal qui, en léguant une partie de ses biens au roi, n'a fait que rendre ce qu'il avait volé à la France. En politique extérieure, il reproche à Richelieu d'avoir « destruict quasi toutes les grandes maisons du royaume pour relever la sienne », « embrazé toute la chrestienté » et éternisé la guerre contre la monarchie espagnole pour se rendre indispensable au roi[6].

Notes et référencesModifier

  1. Lim Seung-Hwi, « Mathieu de Morgues, Bon Français ou Bon catholique ? », Dix-septième siècle, 2001/4 (n° 213), p. 655-672. [1]
  2. Georges Mongrédien, La Vie littéraire au XVIIe siècle, Jules Tallandier, 1947, p. 50-51.
  3. a et b Alexis Merle du Bourg, Peter Paul Rubens et la France, Presses universitaires du Septentrion, , p. 71-73.
  4. Mathieu de Morgues, Abrégé de la vie du cardinal de Richelieu pour lui servir d'épitaphe, cité par Georges Mongrédien, La Vie littéraire au XVIIe siècle, Jules Tallandier, 1947, p. 51.
  5. Id., cité par Avezou Laurent, « Le tombeau littéraire de Richelieu. Genèse d'une héroïsation », Hypothèses, 2002/1 (5), p. 181-190.
  6. Avezou Laurent, « Le tombeau littéraire de Richelieu. Genèse d'une héroïsation », Hypothèses, 2002/1 (5), p. 181-190.

BibliographieModifier

  • Donald A. Bailey, « "Les Pamphlets de Mathieu de Morgues (1582-1670) : Bibliographie des ouvrages disponibles dans les bibliothèques parisiennes et certaines bibliothèques des Etats-Unis », Revue Française d'Histoire du Livre, vol. 48, no 18,‎ , p. 41-86.
  • Lim Seung-Hwi, « Mathieu de Morgues, Bon Français ou Bon catholique ? », Dix-septième siècle, vol. 213, no 4,‎ , p. 655-672 (lire en ligne).
  • Laurent Avézou, « Richelieu vu par Mathieu de Morgues et Paul Hay du Chastelet : le double miroir de Janus », dans Pierre-Jean Dufief, L'écrivain et le grand homme, Genève, Droz, (ISBN 2-9518403-3-0), p. 167-178.
  • Caroline Maillet-Rao, La pensée politique des dévots Mathieu de Morgues et Michel de Marillac : une opposition au ministériat du cardinal Richelieu, Paris, Honoré Champion, , 505 p. (ISBN 978-2-7453-2903-5).
  • Georges Mongrédien, La Vie littéraire au XVIIe siècle, Jules Tallandier, 1947.
  • Avezou Laurent, « Le tombeau littéraire de Richelieu. Genèse d'une héroïsation », Hypothèses, 2002/1 (5), p. 181-190. [2]
  • Alexis Merle du Bourg, Peter Paul Rubens et la France, Presses universitaires du Septentrion, 2004 [3]

Liens externesModifier