Christophe Rinero

coureur cycliste français
Christophe Rinero
Christophe. RINERO.jpg
Christophe Rinero lors du Tour de l'Avenir 1998.
Informations
Naissance
Nationalité
Équipes amateurs
?CA Castelsarrasin
1993US Montauban
1994-1995Tarbes Lourdes Pyrénées
1995VC Côtes-d'Armor
2009 UFR Matouba Rayon d'Argent
2010 U.S.Lamentinois-C.R.B.T.P.
Équipes professionnelles
Principales victoires

Christophe Rinero, né le à Moissac, est un coureur cycliste français, professionnel entre 1996 et 2008. Il a notamment terminé quatrième et meilleur grimpeur du Tour de France 1998, marqué par l'Affaire Festina.

Christophe Rinero lors du Tour de Romandie 2007.

BiographieModifier

Christophe Rinero commence sa carrière professionnelle en 1996 dans l'équipe Force Sud, dissoute au mois de juillet, puis rejoint l'équipe Mutuelle de Seine-et-Marne pour les derniers mois de l'année. Il obtient durant cette saison la 13e place de la Route du Sud et attire l'attention de Cyrille Guimard, directeur de l'équipe Cofidis, qui le recrute.

Rinero court pour Cofidis de 1997 à 2001. Il se révèle au haut niveau au printemps 1998, sur le Grand Prix du Midi libre. Il y remporte une étape à Rodez et termine deuxième du classement général, entre deux coureurs de Festina, Laurent Dufaux et Laurent Brochard[1]. En juillet, il est vainqueur du Grand Prix de la montagne du Tour de France, finissant 4e au classement général (et meilleur Français) et remportant le maillot à pois de meilleur grimpeur, après l'expulsion de Rodolfo Massi pour dopage. Rinero a refusé d'endosser le maillot à Neuchâtel[2]. Surnommé « Tito », le « petit Français » a plu au directeur du Tour, Jean-Marie Leblanc[3].

D'après le coureur Philippe Gaumont, les coureurs de Cofidis participant à ce Tour ont été préparés par le docteur Vezzani, médecin de l'équipe, qui leur « envoyait en colis express de l'EPO et des hormones de croissance, emballés dans des packs de glace »[4]. Selon Rinero, « Les mauvaises langues disent que je ne me suis pas fait choper. Ceux qui sont de mon côté disent que j'ai mérité mon maillot »[5]. La même année 1998, Rinero gagne le Tour de l'Avenir.

Après une fin de carrière mitigée, il arrête en 2008, faute d'être parvenu à retrouver une équipe. Il redevient coureur amateur en 2009 en Guadeloupe au sein de l'UFR Matouba Rayon d'Argent à Capesterre-Belle-Eau, puis à partir de 2010 au sein de l'US Lamentinois - C.R.B.T.P.

Père de deux filles, Christophe Rinero est devenu producteur de fruits à Moissac[6].

PalmarèsModifier

Palmarès amateurModifier

Palmarès professionnelModifier

Résultats sur les grands toursModifier

Tour de FranceModifier

7 participations

Tour d'EspagneModifier

2 participations

Classements mondiauxModifier

Année 2005 2006 2007 2008
UCI Europe Tour 133e[7] 1060e[8]

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Du 1er janvier 1996 au 25 juillet 1996
  2. Du 26 juillet 1996 au 31 décembre 1996

RéférencesModifier

  1. « Christophe Rinero n'arrête plus de grimper », sur lesoir.be, (consulté le )
  2. Pierre Carrey, Maillot à pois. 40 ans de batailles pour les sommets, Cognin, DirectVelo, (ISBN 978-2-9538246-5-0), p. 95 et 97.
  3. Pierre Carrey, op. cit., p. 96.
  4. Philippe Gaumont, Prisonnier du dopage, Paris, Bernard Grasset, , 300 p. (ISBN 978-2-246-68431-2), p. 66-67
  5. Pierre Carrey, op. cit., p. 95.
  6. « Que sont-ils devenus ? Meilleur grimpeur du Tour 98, Christophe Rinero est producteur de fruits à Moissac », sur ladepeche.fr,
  7. « Classements Route UCI 2005 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le )
  8. « Classements Route UCI 2007 - 2008 - 10/17/2008 - Classements finaux des Circuits Continentaux UCI - Classement Individuel - Hommes Elite et Moins de 23 ans - Europe Tour », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le )

Liens externesModifier