Chevrolet Corvette (C1)

Cet article concerne la première génération de Chevrolet Corvette (C1). Pour des informations générales sur la Corvette, voir Chevrolet Corvette.

La Chevrolet Corvette (C1) est la première génération de la voiture de sport Corvette produite par Chevrolet. Elle a été introduite à la fin de l'année modèle 1953 et produit jusqu'en 1962. Elle est communément appelée la génération des "essieux pleins", car la suspension arrière indépendante n'est apparue qu'a la Sting Ray de 1963. La Corvette a été précipitée en production pour sa première année modèle afin de capitaliser sur la réaction enthousiaste du public à l'égard du concept car, mais les attentes pour le nouveau modèle étaient largement insatisfaites[1]. Les avis étaient mitigés et les ventes ont été bien en deçà des attentes au cours des premières années de la voiture. Le programme a été presque annulé, mais Chevrolet a décidé d'apporter les améliorations nécessaires.

HistoireModifier

OriginesModifier

Harley Earl, à la tête de la section stylisme de GM, était un fervent fan de voitures de sport. Il a reconnu que les GI qui reviennent après avoir servi à l'étranger dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale rapportaient des MG, des Jaguars, des Alfa Romeos[2]. En 1951, Nash Motors a commencé à vendre une voiture de sport à deux places chère, la Nash-Healey, qui a été faite en partenariat avec le designer italien Pininfarina et l'ingénieur automobile britannique Donald Healey[3], mais il y avait peu de modèles à prix modéré[4]. Earl a convaincu GM qu'ils avaient besoin de construire une voiture de sport à deux places entièrement américaine, et avec son équipe de projets spéciaux a commencé à travailler sur la nouvelle voiture à la fin de 1951.

Prototype EX-122Modifier

L'effort secret a été nommé "Projet Opel" (d'après la division allemande de GM, Opel)[4],[5]. Le résultat a été le prototype de Corvette de pré-production, l'EX-122 fabriqué à la main, qui a été présenté au public pour la première fois au General Motors Motorama de 1953 au Waldorf-Astoria à New York le 17 janvier 1953. Lorsque la production a commencé six mois plus tard, à un prix de base de 3513 $, elle était devenue une voiture considérablement plus coûteuse que le roadster de base à 2000 $ que Harley Earl avait à l'origine à l'esprit[6]. La voiture EX-122 est maintenant située au musée "Kerbeck Corvette" à Atlantic City et est considérée comme la plus ancienne Corvette existante[7].

Conception et ingénierieModifier

Pour réduire les coûts, le directeur général de GM, Robert F. McLean, a mandaté des composants mécaniques standards et a utilisé le châssis et la suspension des véhicules de tourisme Chevrolet de 1949–1954. La transmission et l'habitacle ont été déplacés vers l'arrière pour obtenir une répartition du poids de 53/47 de l'avant à l'arrière. Elle avait un empattement de 2 591 mm. Le moteur était un moteur six cylindres en ligne de 3,85 L[8] qui était similaire au moteur 235 qui propulsait tous les autres modèles de voitures Chevrolet, mais avec un taux de compression plus élevé, trois carburateurs à tirage latéral Carter, des poussoirs mécaniques, et un arbre à cames à portance plus élevée. La puissance était de 150 chevaux (110 kilowatts). Parce qu'il n'y avait actuellement aucune transmission manuelle disponible pour les Chevrolet d'une puissance de 150 chevaux, une boîte automatique Powerglide à deux vitesses a été utilisée. Le temps de 0 à 97 km/h) était de 11,5 secondes.

Trois variantes de carrosseries ont été créées. Le roadster a été construit nommé Corvette, la variante Corvair fastback n'a jamais été mise en production, et un Nomad break deux portes a été éventuellement construit nommé Chevrolet Nomad[9].

Corvette Corvair Show Car
Concept car Corvette Corvair, vue avant 
Concept car Corvette Corvair, vue arrière 

Au cours du dernier semestre de 1953, 300 Corvettes ont été fabriquées à la main sur une chaîne de montage de fortune installée dans une ancienne usine de camions à Flint, Michigan[1], tandis qu'une usine était en préparation pour un cycle de production à grande échelle pour 1954. La carrosserie extérieur était en matière plastique renforcée en fibres de verre révolutionnaire à l'époque. Bien que les pénuries ou les quotas d'acier soient parfois mentionnés comme un facteur dans la décision d'utiliser la fibre de verre, aucune preuve n'existe pour étayer cela. Au cours des années civiles 1952 et 1953, Chevrolet a produit près de 2 millions de voitures particulières full-size en acier et le volume de production prévu de 10 000 Corvette pour 1954 n'était qu'une petite fraction de ce volume[10].

L'ingénieur en carrosserie de la Corvette était Ellis James Premo. Il a présenté un document à la Society of Automotive Engineers en 1954 concernant le développement de la carrosserie[10]. Plusieurs extraits mettent en évidence certains des points clés du choix du matériau de carrosserie :

« La carrosserie du modèle d'exposition a été faite de plastique renforcé à titre purement expéditif pour faire le travail rapidement.

Bien que nous allions de l'avant avec la construction d'une carrosserie en plastique expérimentale afin de faire rouler une voiture pour les travaux de développement de châssis - au moment du salon Waldorf, nous nous concentrions en fait, sur le plan de la conception de la carrosserie, sur une carrosserie en acier utilisant les outils Kirksite pour la production prévue de 10 000 unités au cours de l'année modèle 1954. C'est un peu plus tard que nous avons décidé de produire cette quantité en plastique renforcé.

À cette époque, certains doutes ont été exprimés quant à la construction du modèle d'acier de 1954. Les gens semblaient être captivés par l'idée de la carrosserie plastique en fibre de verre. En outre, les informations que nous a fournies l'industrie du plastique renforcé semblent indiquer la possibilité de fabriquer à grande échelle des pièces de carrosserie en plastique pour automobiles. »

Un pare-brise incliné à 55 degrés était en verre de sécurité, tandis que le support de plaque d'immatriculation était en retrait dans le coffre, recouvert d'une fenêtre en plastique[11]. Sous le nouveau matériau de la carrosserie se trouvaient des composants standard de la gamme de voitures ordinaires de Chevrolet, y compris le moteur six cylindres en ligne "Blue Flame", la transmission automatique Powerglide à deux vitesses et les freins à tambour. La puissance du moteur, 136 chevaux (101 kW), a cependant été augmentée par rapport à un système Carter à triple carburateur exclusif à la Corvette, mais les performances de la voiture étaient décidément "terne"[1]. Par rapport aux voitures de sport britanniques et italiennes de l'époque, la Corvette n'avait pas de transmission manuelle et nécessitait plus d'efforts pour s'arrêter, mais comme leur compétition britannique, comme Morgan, n'était pas équipée de fenêtres enroulables[12], cela devrait attendre un certain temps dans l'année modèle 1956[11]. Un compresseur centrifuge Paxton est devenu disponible en 1954 en tant qu'option installée par le concessionnaire, améliorant considérablement les performances en ligne droite de la Corvette[13], mais les ventes ont continué de baisser.

La division Chevrolet était la marque d'entrée de gamme de GM[14]. Les directeurs de GM envisageaient sérieusement de suspendre le projet[15], laissant la Corvette être à peine plus qu'une note de bas de page dans l'histoire de l'automobile, et l'auraient fait sans trois événements importants. Le premier a été l'introduction en 1955 du premier moteur V8 de Chevrolet depuis 1919. Vers la fin de l'année modèle, le nouveau petit bloc de 195 chevaux (145 kW) 265 est devenu disponible avec une transmission automatique Powerglide, jusqu'au milieu de l'année de production lorsqu'une boîte manuelle à 3 vitesses est devenue disponible, couplée à un rapport d'essieu de 3,55:1, le seul proposé. Le moteur était équipé d'un seul carburateur Carter 2218S ou 2351S WCFB à quatre starter[11]. La combinaison a transformé la "Corvette plutôt anémique en une artiste crédible sinon exceptionnelle"[1]. La seconde était l'influence d'un émigré russe dans le département d'ingénierie de GM, Zora Arkus-Duntov. Le troisième facteur dans la survie de la Corvette a été l'introduction par Ford de la Thunderbird à deux places de 1955[16], qui a été présentée comme une "voiture de luxe personnelle", pas une voiture de sport. Même ainsi, la rivalité Ford-Chevrolet à cette époque exigeait que GM ne semble pas reculer devant le défi. Le concept original de l'emblème de la Corvette incorporait un drapeau américain dans la conception, mais a été modifié bien avant la production, car l'association du drapeau à un produit était mal vue.

1953-1955Modifier

 
Logo sur le thème de la performance
 
1953, première année de production

1953Modifier

L'année modèle 1953 n'était pas seulement la première année de production de la Corvette, mais à 300 exemplaires, c'était aussi la Corvette à plus faible volume. Les voitures étaient essentiellement fabriquées à la main et les techniques ont évolué au cours du cycle de production, de sorte que chaque Corvette de 1953 est légèrement différente. Tous les modèles de 1953 avaient des extérieurs Polo White, des intérieurs rouges[12] et des toits souples en toile noire. Les guides de commande montraient les radiateurs et les radios AM en option, mais tous les modèles de 1953 étaient équipés des deux. Plus de deux cents Corvettes de 1953 existent aujourd'hui[17]. Elles avaient une suspension avant indépendante[18], mais comportaient un essieu rigide soutenu par des ressorts à lames longitudinales à l'arrière. Le coût des premières Corvette de production en 1953 était de 3490 $[19].

La qualité de la carrosserie en fibre de verre ainsi que son ajustement et sa finition faisaient défaut. D'autres problèmes, tels que des fuites d'eau et des portes qui pouvaient s'ouvrir pendant que la voiture roulait, ont été signalés comme erreurs les plus graves corrigées dans les unités produites ultérieurement, mais certaines lacunes ont persisté au-delà de l'année inaugurale de la Corvette[1]. En décembre 1953, Chevrolet disposait d'une usine nouvellement équipée à Saint-Louis, prête à construire 10 000 Corvettes par an. Cependant, la réaction négative des clients en 1953 et au début de 1954 a fait chuter les ventes.

1954Modifier

En 1954, seulement 3 640 de ce modèle ont été construits et près d'un tiers étaient invendus à la fin de l'année. De nouvelles couleurs étaient disponibles, mais le moteur six cylindres et la Powerglide automatique, le seul moteur et la seule transmission disponibles, n'étaient pas ce que les amateurs de voitures de sport attendaient. On sait que les modèles de 1954 ont été peints en Pennant Blue, en Sportsman Red et en Black, en plus de Polo White. Tous avaient des intérieurs rouges, à l'exception de ceux finis en Pennant Blue qui avaient un intérieur beige et un toit souple en toile beige. Les guides de commande énuméraient plusieurs options, mais toutes les options étaient "obligatoires" et toutes les Corvette de 1954 étaient équipées de la même manière[20].

Dans le numéro d'octobre 1954 de Popular Mechanics, il y avait une enquête approfondie auprès des propriétaires de Corvette en Amérique. La conclusion surprenante a été leurs opinions par rapport aux voitures de sport étrangères. Il a été constaté que 36% des personnes interrogées possédaient une voiture de sport étrangère et que la moitié d'entre elles considéraient la Corvette comme meilleure que leur précédente voiture de sport étrangère. Dix-neuf pour cent ont évalué la Corvette comme égale à leur voiture de sport étrangère et 22% ont évalué la Corvette comme inférieure. Alors que beaucoup étaient satisfaits de la Corvette, ils ne la considéraient pas comme une véritable voiture de sport. La principale plainte des propriétaires interrogés était la tendance de la carrosserie à fuir largement pendant les tempêtes de pluie[21].

1955Modifier

Chevrolet a lancé son V8 petit bloc de 4,34 L de 195 chevaux (145 kW) en 1955 et le moteur a trouvé son chemin dans la Corvette. Au début, les Corvettes V8 de 1955 ont continué avec la transmission automatique Powerglide à option obligatoire (tout comme les quelques modèles à 6 cylindres construits), mais une nouvelle transmission manuelle à trois vitesses est arrivée plus tard dans l'année pour les modèles V8 uniquement. Les choix de couleurs extérieures ont été étendus à au moins cinq, combinés à au moins quatre couleurs intérieures. Même les tops souples sont disponibles en trois couleurs et en différents matériaux. Malgré tout cela, seules 700 Corvettes de 1955 ont été construites, ce qui la place au deuxième rang après 1953 en termes de rareté. Très peu de modèles six cylindres de 1955 ont été construits, et tous les exemples documentés sont équipés de transmissions automatiques. Le "V" dans l'emblème de la Corvette a été agrandi et de couleur or, ce qui signifie un moteur V8 sous le capot et des systèmes électriques 12 volts, tandis que les modèles à 6 cylindres ont conservé les systèmes 6 volts utilisés en 1953-1954[11]. Estimation d'une option rare: transmission manuelle (75)[17].

Bien que ne faisant pas partie du projet Corvette d'origine, Zora Arkus-Duntov était responsable de l'ajout du moteur V8 et de la boîte manuelle à trois vitesses. Duntov a amélioré le marketing et l'image de la voiture et a aidé la voiture à rivaliser avec les nouvelles Ford Thunderbird et Studebaker Speedster à moteur V8, et a transformé la Corvette de ses performances médiocres en une artiste crédible. En 1956, il est devenu directeur de la conception et du développement de véhicules haute performance pour Chevrolet, ce qui l'a aidé à gagner le surnom de «père de la Corvette»[22],[1].

Bien que le châssis et la suspension de la Corvette C1 aient été dérivés des voitures full-size de Chevrolet, la même conception de base a été maintenue à travers le modèle de 1962 même après que les voitures full-size aient été complètement repensées pour l'année modèle 1955. Cela était dû aux facteurs combinés des coûts de réingénierie et de réoutillage relativement élevés pour ce véhicule de production à faible volume, au potentiel continu d'annulation de la voiture et à l'augmentation de la taille et du poids de la toute nouvelle conception de suspension pour les voitures full-size, ce qui le rendait impropre à une utilisation dans la Corvette plus légère.

1953-1955 Corvette
1953 
1953 
1954 
1955 

1956-1957Modifier

 
Les options en 1956-57 comprenaient un autoradio doté à la fois de transistor avec une technologie de pointe pour l'époque et d'un tube à vide
 
Cabriolet de 1957 avec injection de carburant

1956Modifier

La Corvette de 1956 présentait une nouvelle carrosserie, avec de véritables fenêtres à enroulement en verre et un toit décapotable plus substantiel. Le moteur 6 cylindres en ligne a été abandonné, ne laissant que le V8 de 4,3 L. La puissance variait de 210 à 240 ch (157 à 179 kW)[23]. La transmission standard est restée la manuelle à 3 vitesses, avec une boîte automatique Powerglide en option. Les autres options comprenaient un toit décapotable à assistance électrique, un toit rigide amovible, des vitres électriques[17] et un autoradio Delco partiellement transistorisé à recherche de signal[24],[25]. Un arbre à cames haute performance était également disponible (nommé RPO 449) avec le moteur de 240 ch.

1957Modifier

Visuellement, le modèle de 1957 est resté inchangé. Le V8 a été augmenté à 4,6 L, l'injection de carburant est devenue une option très coûteuse et une transmission manuelle à 4 vitesses est devenue disponible après le 9 avril 1957[26]. La filiale de Rochester de GM a utilisé un système à débit constant, produisant une puissance de 290 chevaux (216 kW) à 6 200 tr/min et un couple de 393 N m à 4 400 tr/min[27]. Le débat continue de tourbillonner si cela a été sous-estimé par Chevrolet (pour permettre des primes d'assurance inférieures ou donner à la voiture un avantage dans certaines formes de course) plutôt que surestimé, comme c'était la pratique courante à l'époque (pour augmenter les ventes). Quoi qu'il en soit, il a été annoncé qu'il produisait "Un cheval par pouce cube", ce qui lui a permis de revendiquer l'un des premiers moteurs produits en série à le faire.

Poussé vers la haute performance et la course, principalement par son concepteur, Zora Arkus-Duntov, qui avait couru en Europe, les Corvette de 1957 pouvaient être commandées prêtes à courir avec des options de performances spéciales, telles qu'un package air frais/tachymètre, suspension de course robuste et roues de 15 x 5,5 pouces[17].

Le volume des ventes était de 3 467, un faible nombre par rapport à tous les standards contemporains et inférieur aux 3 640 de 1954, ce qui en fait la troisième moins vendues de l'histoire de la Corvette[20]. Les modèles à injection de carburant étaient rares, mais 1 040 ont été vendus[20].

1956-57 Corvette Gallery
1956 
1956 
1957 

1958-1960Modifier

 
Cabriolet de 1958

1958Modifier

À l'ère du chrome et des quatre phares, la Corvette s'est adaptée au look du jour. L'année modèle 1958 et les quatre qui ont suivi avaient toutes le traitement exposé à quatre phares et des grilles proéminentes, mais un capot à fausses persiennes et des lances de coffre chromées étaient uniques en 1958. L'intérieur et les instruments ont été mis à jour, notamment en plaçant un tachymètre directement devant le conducteur. Pour le modèle de 1958, un tachymètre à 8 000 tr/min a été utilisé avec les moteurs de 270 ch (200 kW) et 290 ch, plutôt que les unités de 6 000 tr/min utilisées dans les moteurs à puissance inférieure. Les choix de moteurs en option comprenaient deux avec deux carburateurs (dont un modèle de 270 ch avec Carter 2613S et 2614S WCFB à quatre cylindres) et deux avec injection de carburant. La puissance du moteur à injection de carburant le plus élevé était de 290 ch. Le déplacement est resté de 283 cid. Pour la première fois, les ceintures de sécurité ont été installées en usine plutôt que d'être installées par le concessionnaire comme sur les modèles précédents[11]. Les options rares étaient les freins et la suspension RPO 684 (144), le moteur RPO 579 de 250 ch (554), les roues RPO 276 de 15"× 5,5" (404)[17].

1959Modifier

Pour le modèle de 1959, les moteurs et les puissances nominales n'ont pas changé. Les intérieurs ont été légèrement révisés avec différents graphiques d'instruments et l'ajout d'un bac de rangement du côté passager. Un levier de vitesses à verrouillage positif avec poignée en "T" était standard avec une transmission manuelle à 4 vitesses. C'était la seule année où une couleur de toit décapotable turquoise pouvait être commandée[11] et tous les modèles avec le réservoir de carburant de 91 litres jusqu'en 1962 ne pouvaient pas être commandés avec les toits convertibles en raison de l'espace insuffisant pour le mécanisme du toit pliant[20]. Options rares: freins et suspensions robustes RPO 684 (142), freins métalliques RPO 686 (333), roues RPO 276 de 15" × 5,5" (214), vitres électriques RPO 426 (547), toit décapotable RPO 473 (661 )[17].

1960Modifier

Les dernières caractéristiques à apparaître dans les modèles de 1960 comprenaient des feux arrière moulés dans les ailes arrière et des dents de calandre lourdes. Les nouvelles fonctionnalités comprennent des radiateurs en aluminium, mais uniquement avec les moteurs de 270 ch et 290 ch. Pour la première fois également, tous les moteurs à injection de carburant ont nécessité des transmissions manuelles[11]. Le Cascade Green des années 1960 était métallique, unique pour l'année et la couleur la plus rare avec 140 fabriquée. Options rares: moteur RPO 579 de 250 ch (100), freins et suspension RPO 687 (119), roues RPO 276 de 15" × 5,5" (246), toit décapotable RPO 473 (512), vitres électriques RPO 426 ( 544)[17].

1958-1960 Corvette Gallery
1958 
1958 
1959 
1960 
1960 

1961-1962Modifier

 
Un modèle de 1961

1961Modifier

Quatre feux arrière sont apparus sur la Corvette de 1961, un traitement qui se poursuit à ce jour. La cylindrée du moteur est restée à 4 638 cm3, mais la puissance a augmenté pour les deux moteurs à injection de carburant à 275 et 315 ch (205 et 235 kW). Les puissances des moteurs à quatre cylindres doubles n'ont pas changé (245 et 270 ch), mais c'était la dernière année de leur disponibilité[11]. C'était la dernière année pour les couleurs de peinture contrastées dans les criques et la dernière Corvette bicolore de tout type jusqu'en 1978. Un nouveau design de queue de bateau a également été utilisé en 1961 sur la C2. Options rares: moteur RPO 353 de 275 ch (118), freins et direction RPO 687 (233), roues RPO 276 de 15" × 5,5" (357), capote RPO 473 (442)[17].

1962Modifier

L'année modèle 1962 était la dernière Corvette avec une suspension à essieu arrière solide utilisée depuis le début. Avec deux nouveaux moteurs, c'était aussi la plus rapide. La cylindrée a augmenté avec l'introduction du moteur de 5360 cm3, mais les moteurs à double carburateur à 4 cylindres n'étaient plus disponibles. Des poussoirs hydrauliques ont été utilisés dans les moteurs de base de 250 ch et dans l'optionnel moteurs de 300 ch (220 kW), des poussoirs pleins dans les versions optionnels des moteurs avec carburateur de 340 ch et de 360 ch (270 kW) à injection de carburant. Les garnitures de bas de caisse ont été vues pour la première fois, les phares exposés pour la dernière, jusqu'en 2005[20]. Ce fut le dernier modèle de Corvette à offrir un mécanisme de toit ouvrant électrique en option. Options rares: réservoir de carburant RPO 488 de 91 L, freins et direction robustes RPO 687 (246), toit décapotable RPO 473 (350), roues RPO 276 de 15" × 5,5" (561)[17].

1961-1962 Corvette Gallery
1961 
1961 
1962 
1962 

Corvette ScagliettiModifier

 
Une Corvette Scaglietti de 1959

Notes de productionModifier

Notes de production[11]
Année Production Prix de base Notes
1953 300 $3 498 La production de la première année commence le 30 juin; Polo White avec intérieur Red et toit Black n'est qu'une combinaison de couleurs; Les options standard jusqu'en 1955 pour la voiture étaient les poignées de porte intérieures; rideaux latéraux «clipsables» à la place des fenêtres enroulables
1954 3 640 $2 774 La production déménage à Saint-Louis; Blue, Red et Black sont ajoutés; toit Beige, tuyaux d'échappement plus longs
1955 700 $2 774 Production de moteurs V8 265ci et 6 cylindres en ligne; Boîte manuelle à 3 vitesses ajoutée à la fin de l'année-modèle
1956 3 467 $3 120 Nouvelle carrosserie avec fenêtres enroulables; V8 uniquement; La transmission manuelle à 3 vitesses devient un équipement standard et le Powerglide est passé à la liste des options
1957 6 339 $3 176 V8 283ci; Boite manuelle à 4 vitesses et injection de carburant en option ajoutées
1958 9 168 $3 591 Carrosserie à quatre phares et nouvel intérieur. Fausses persiennes sur le capot et bandes chromées sur le couvercle du coffre. Le nombre de dents dans la calandre est passé de treize à neuf.
1959 9 670 $3 875 Premier bac de rangement intérieur et tableau de bord noir; seule année avec un toit turquoise. Persiennes et bandes chromées de '58 enlevées.
1960 10 261 $3 872 Modifications très mineures à l'intérieur: barres rouges et bleues sur le logo du tableau de bord, coutures verticales sur les sièges
1961 10 939 $3 934 Nouveau style arrière, pare-chocs et feux arrière ronds. Nouvelle grille à mailles fines.
1962 14 531 $4 038 Moteur V8 327ci; dernière année avec un coffre jusqu'en 1998 et dernière année avec des phares exposés jusqu'en 2005. Nouvelle calandre noire avec contour chromé, moulures de bas de caisse chromées.
Total 69 015

MoteursModifier

Moteur Année Puissance
Blue Flame I6 de 3.9L 1953–1954 150 hp (112 kW)
1955 155 hp (116 kW)
Small-block V8 de 4.3L 1955 195 hp (145 kW)
1956 210 hp (157 kW)
1956 240 hp (179 kW)
Small-block V8 de 4.6L 1957 220 hp (164 kW)
1958–1961 230 hp (172 kW)
1957–1961 245 hp (183 kW)
1957–1961 270 hp (201 kW)
Small-block FI V8 de 4.6L 1957–1959 250 hp (186 kW)
1960–1961 275 hp (205 kW)
1957 283 hp (211 kW)
1958–1959 290 hp (216 kW)
1960–1961 315 hp (235 kW)
Small-block V8 de 5.4L 1962 250 hp (186 kW)
1962 300 hp (224 kW)
1962 340 hp (254 kW)
Small-block FI V8 de 5.4L 1962 360 hp (268 kW)

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f Richard Prince, Corvette Buyers Guide, 1953-1967, MotorBooks/MBI Publishing, (ISBN 978-0-7603-1009-0, lire en ligne)
  2. Randy Leffingwell et David Newhardt, Mustang 40 years, MotorBooks/MBI Publishing, (ISBN 978-0-7603-2183-6, lire en ligne), p. 13
  3. Dennis Adler, Fifties Flashback, MotorBooks/MBI Publishing, (ISBN 978-0-7603-1927-7, lire en ligne), p. 145
  4. a et b Randy Leffingwell, Corvette: America's Sports Car, MotorBooks/MBI Publishing, , 14–19 p. (ISBN 978-0-7603-1352-7)
  5. Chevy Corvette Begins Life as "Project Opel" - CNET.com
  6. Auto Editors of "Consumer Guide", « 1953 Corvette » [archive du ], sur HowStuffWorks, (consulté le 10 novembre 2020)
  7. « EX122 Motorama Experimental Protocol » [archive du ], Kerbeck Corvette (consulté le 26 avril 2009)
  8. K. Scott Teeters, « 1953 Chevrolet Corvette Blue Flame Six - "Corvette's First Engine" », Super Chevy, (consulté le 12 septembre 2016)
  9. Concept Cars of the 1950s, History TV
  10. a et b Ellis Premo, « The Corvette Plastic Body », SAE International, vol. 540257,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2014)
  11. a b c d e f g h et i Mike Antonick, Corvette Black Book 1953-2000, Powell, Ohio, Michael Bruce Associates, Inc., (ISBN 0933534469)
  12. a et b « 1953 Corvette Foldout », Oldcarbrochures.com (consulté le 28 janvier 2013), outside
  13. Mike Mueller, Classic Corvette 30 Years, Crestline Imprints, (ISBN 978-0-7603-1806-5, lire en ligne), p. 40
  14. Al Ries, Focus: The Future of Your Company Depends on It, HarperCollins, (ISBN 978-0-06-079990-8), p. 204
  15. Ronald J. Baker, Pricing on Purpose: creating and capturing value, John Wiley and Sons, (ISBN 978-0-471-72980-8, lire en ligne), p. 89
  16. Dave McLellan, Corvette from the Inside, Bentley Publishers, (ISBN 978-0-8376-0859-4, lire en ligne), p. 20
  17. a b c d e f g h et i Mike Antonick, Corvette Price Handbook 2002: 1953-1995 Models With Web Updates, Motorbooks International, (ISBN 9780933534506, lire en ligne)
  18. (en) « 1955 Corvette Brochure », sur oldcarbrochures.com (consulté le 28 janvier 2013)
  19. « Here Comes the Corvettes », Popular Mechanics, vol. 100, no 6,‎ , p. 82-83 (lire en ligne, consulté le 10 novembre 2020)
  20. a b c d et e The Standard Catalog of American Cars 1946-1975, Krause Publications, (ISBN 0-87341-096-3)
  21. "Corvette Is A Fine Fun Car But It Has Its Limitations." Popular Mechanics, October 1954, pp. 118-122/356.
  22. Mike Mueller, Corvette, 1968-1982, MotorBooks/MBI Publishing, (ISBN 978-0-7603-0418-1, lire en ligne), p. 94
  23. « 1956 Corvette Brochure », Oldcarbrochures.com (consulté le 28 janvier 2013), p. 4
  24. Christian Science Monitor Newspaper, Article "Chevrolet Restyles Sleek 1956 Corvette", Feb 20, 1956, p.22
  25. 1956 GM Year-End Annual Report, pg 15
  26. Mike Mueller, The Complete Book of Corvette: Every Model Since 1953, St. Paul, Minn., Motorbooks, (ISBN 9780760341407, lire en ligne)
  27. « 1956 Chevrolet Corvette, 1957 MY 2934 », sur Carfolio.com, (consulté le 1er août 2018)