Ouvrir le menu principal

Académie des sciences et lettres de Montpellier

société savante
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Académie de Montpellier.
Académie des sciences et lettres de Montpellier
Hôtel de Lunas (Montpeller) - 1.jpg
L'hôtel de Lunas, siège de l'Académie.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaines d'activité
Siège social
Organisation
Président
Jean-Marie Carbasse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Secrétaire général
Affiliation
Site web

L’Académie des sciences et lettres de Montpellier est une société savante de Montpellier fondée en 1846 dans la succession de la Société royale des sciences de Montpellier, créée en 1706. Elle siège en l’hôtel de Lunas.

Sommaire

HistoireModifier

Première fondationModifier

 
La tour de la Babotte.

La société royale des sciences de Montpellier est fondée en 1706 par lettres patentes du roi Louis XIV « comme extension et partie de l’Académie parisienne » (l’Académie des sciences créée peu avant) « afin qu'elles constituent ensemble un seul et même corps ». « Il nous a été montré, écrit le roi, que Montpellier ne pouvait être tenue pour plus digne de notre prédilection, tant elle est fameuse depuis longtemps par un grand nombre de savants érudits en toutes les sciences. » Les « trois premiers fondateurs », dit Édouard Roche[1], sont François de Plantade, François Xavier Bon et Jean de Clapiès.

Elle est composée à sa fondation de quinze membres titulaires répartis entre les mathématiques, l’anatomie, la chimie, la botanique et la physique.

La société publie des mémoires, elle fait des échanges de travaux avec l’académie parisienne. Elle fonde à Montpellier deux laboratoires de recherche et d’enseignement confiés à des savants reconnus, l’abbé Bertholon, chargé des travaux de physique, et Jean-Antoine Chaptal, chargé des travaux de chimie. Un observatoire d'astronomie est construit en haut de la tour de la Babotte.

Elle participe à l'élaboration de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

En 1777, elle s'installe dans l’hôtel de Guilleminet.

Seconde fondationModifier

La Convention nationale dissout les sociétés savantes en septembre 1793.

En 1795, la Société libre des sciences et belles lettres de Montpellier est créée pour prendre le relais de la Société royale, avec des compétences élargies. Mais « victime des turbulences politiques inhérentes au XVIIIe siècle et de ses propres dissensions, la Société périclita lentement pour disparaître d'elle-même le , avant de renaître, en décembre 1846[2] », sous le nom d’Académie des sciences et lettres de Montpellier. Les fonds précédents ayant disparu, l'académie doit reconstituer une bibliothèque.

L'académie siège successivement place de la Canourgue (1846–1890), au palais universitaire (1891–1963) et dans l’hôtel de Lunas (depuis 1963).

Organisation et activitésModifier

L’académie comprend actuellement quatre-vingt-dix membres titulaires, vingt membres honoraires et quarante-deux membres correspondants qui proviennent du milieu universitaire ou socio-économique. Elle comprend trois sections de trente membres consacrées aux sciences, aux lettres et à la médecine. Elle a pour but la diffusion de la connaissance et de la culture et la participation à la réflexion tant sur le plan scientifique que social et éthique. Elle s’intéresse aux progrès des sciences dans leurs aspects fondamentaux aussi bien qu’appliqués. Les sciences humaines et littéraire font aussi partie de ses préoccupations. Elle correspond avec plus de deux cents sociétés et académies françaises et étrangères.

L’essentiel de l'activité est constitué par des communications lors des séances privées du lundi, communes aux trois sections depuis 1970. Certaines conférences sont publiques avec un rythme au moins mensuel.

La bibliothèque de l’académie comporte 40 000 volumes. Elle est hébergée et gérée depuis 1921 par la bibliothèque interuniversitaire de Montpellier sous la responsabilité d'un conservateur détaché et de ses propres bibliothécaires.

L'académie est membre de la Conférence nationale des académies des sciences, lettres et arts.

PrésidentsModifier

Présidents en exercice d'après les Bulletins Annuels publiés par l'académie.

  • 1986 Marcel Nussy Saint Saëns
  • 1987 Pierre Dellenbach
  • 1988 Paul Navaranne
  • 1989 François Delmas
  • 1990 Henri Andrillat
  • 1991 André Bertrand
  • 1992 Marcel Barral
  • 1993 Bernard Charles
  • 1994 Pierre Izarn
  • 1995 Véran Cambon de la Valette
  • 1996 Jean-Antoine Rioux (en)
  • 1997 René Baylet
  • 1998 André Gounelle
  • 1999 Michel Denizot
  • 2000 Marcel Danan
  • 2001 Roger Bécriaux
  • 2002 Jean-Pierre Dufoix
  • 2003 Régis Pouget
  • 2004 Jean Hilaire
  • 2005 Philippe Viallefont
  • 2006 Robert Dumas
  • 2007 François Bédel Girou de Buzareingues
  • 2008 Jean-Paul Legros
  • 2009 Claude Lamboley
  • 2010 Huguette Courtès
  • 2011 Olivier Maisonneuve
  • 2012 Daniel Grasset
  • 2013 Michel Gayraud
  • 2014 Alain Sans
  • 2015 Michel Voisin
  • 2016 Jacques Balp
  • 2017 Jean-Pierre Nougier
  • 2018 Olivier Jonquet
  • 2019 Jean-Marie Carbasse

Secrétaires perpétuelsModifier

D'après le bulletin annuel publié par l'Académie

  • 1986-1987 Gaston Vidal
  • 1988-1998 Henri Vidal
  • 1999 Louis Bourdiol
  • 2000-2008 Michel Denizot
  • 2009-2018 Philippe Viallefont
  • depuis 2019 : Christian Nique

MembresModifier

Voir la liste chronologique des membres.

PublicationsModifier

SourcesModifier

Histoire de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier en deux tomes, publiée en 2003 et comprenant précisément :

  • Junius Castelnau et Eugène Thomas, Société royale des Sciences de Montpellier suivi de Société Libre des sciences et belles-lettres de Montpellier, Phénix Éditions, 308 p. + planches photos + préfaces — Reprise de l’édition de 1858.
  • Hubert Bonnet et André Thévenet, L’Académie des sciences et lettres de Montpellier de 1846 à nos jours, coll. « Louis Bourdiol », Phénix Éditions, 220 p..
  • Jean-Michel Faidit, « La Société Royale des Sciences de Montpellier », dans Règlements, usages et science dans la France de l’absolutisme (colloque du tricentenaire de la réforme de l’Académie des Sciences, juin 1999, Paris), Institut de France, Académie des Sciences, Paris, Éd. Tec & Doc, 2002, p. 255–264.

Notes et référencesModifier

  1. Édouard Roche, « Notice sur l'observatoire de l'ancienne Société des sciences de Montpellier », dans Académie des sciences et lettres de Montpellier, t. 10, Montpellier, Boehm et fils, 1884, p. 135 : « Ses trois premiers fondateurs, Plantade, Bon et Clapiès ».
  2. « Sévérac-le-Château : visite des académiciens en pays sévéragais », dans Midi libre.

AnnexesModifier