Ouvrir le menu principal

Charles-Marie Denys de Damrémont

général français

Charles-Marie Denys, comte de Damrémont, né le à Chaumont et mort le lors du siège de Constantine, est un officier français de l'Empire devenu général sous la Restauration, gouverneur général de l'Algérie en 1837.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'Antoine Denys, écuyer, seigneur du fief de Damrémont, lieutenant du Roy en la ville de Chaumont, commissaire provincial des guerres, employé en Champagne, et de dame Marie Henriette Hannaire de Nierville.

L'EmpireModifier

Admis à l'École militaire de Fontainebleau le , il en sort en 1804 pour rejoindre, comme sous-lieutenant, le 12e régiment de chasseurs à cheval. Breveté lieutenant en 1807, il devient aide-de-camp du général Defrance.

Il participe aux campagnes de 1806 et 1809 en Prusse et en Dalmatie, à celles de 1811 et 1812 en Espagne et au Portugal, enfin à celles de 1813 et de 1814 en Allemagne et en France. Alors aide de camp du maréchal Marmont, il signe la capitulation de Paris en 1814[1]. Pendant les Cent-Jours, il est nommé colonel.

La RestaurationModifier

Resté sous les ordres de Marmont durant les Cent-Jours, quand vient la Restauration, il ne tarde pas à être placé à la tête de la légion de la Côte-d'Or.

Promu le au grade de maréchal de camp, il est appelé en 1823 à un commandement dans le 5e Corps de l'armée des Pyrénées. De 1823 à 1829, il est successivement employé comme inspecteur de l'infanterie, membre de la commission de révision des manœuvres de la même arme et attaché à une ambassade extraordinaire en Russie.

Il est nommé grand officier de la Légion d'honneur le .

En 1830, il fait partie de l'expédition d'Afrique commandée par Marmont ; lui-même commande une brigade d'infanterie et est ainsi l'un des premiers à prendre possession de cette terre.

La Monarchie de JuilletModifier

Le 13 décembre de la même année, il est élevé au grade de lieutenant-général.

Après son retour en France, il est appelé le à prendre le commandement de la 8e Division militaire. Il est nommé pair de France le .

Le , le roi le nomme « gouverneur général des possessions françaises dans le nord de l'Afrique », à la suite de l'échec en 1836 du général Clauzel devant Constantine, encore aux mains d'Ahmed Bey.

Le a lieu la deuxième expédition de Constantine, dirigée par le général Damrémont et le duc de Nemours. Ce dernier passe la Seybouse à la tête de trois brigades. L'armée prend position sous les murs de la ville de Constantine le  ; une brèche ouverte le 11 est rendue praticable le 12 ; l'assaut est donné avec succès le 13 au matin.

Mais le général Damrémont est tué à l'ennemi dès le 12, mortellement touché par un boulet alors qu'il se rendait à la batterie de brèche.

Il est inhumé à l’hôtel des Invalides. Lors de sa messe funéraire, est joué pour la première fois le Requiem de Berlioz.

Il laisse une veuve, fille du général Baraguey d'Hilliers, et deux enfants, Auguste Louis Charles (11/12/1819, Paris-09/12/1897, Guéret) et Henriette Françoise Clémentine (11/03/1824, Paris-24/01/1898, Saint-Manvieu-Norrey).

HommagesModifier

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier