Ouvrir le menu principal

Championnat de France masculin de handball 1993-1994

Division 1 1993-1994
Généralités
Sport handball
Organisateur(s) FFHB
Édition 42e
Lieu(x) Drapeau de la France France
Date du
au
Participants 16 équipes

Palmarès
Tenant du titre USAM Nîmes 30
Promu(s) en début de saison Massy, Villeurbanne, Sélestat et Saint-Brice
Vainqueur OM Vitrolles
Deuxième USAM Nîmes 30
Troisième Montpellier Handball
Relégué(s) Nîmes, Villeurbanne, Vénissieux et Massy

Navigation

Le championnat de France de Division 1 masculin 1993-1994 ou Nationale 1 performance est le plus haut niveau de handball en France.

Le titre de champion de France est remporté par l'OM Vitrolles pour la première fois de son histoire. Il devance l'USAM Nîmes 30, champion en titre et vainqueur de la Coupe de France, puis le Montpellier Handball qui monte pour la première fois sur le podium deux ans après sa montée.

Cette saison est toutefois marquée par les difficultés financières qui touchent de nombreux clubs. Et ainsi, l'USAM Nîmes 30, le Villeurbanne HC et le HB Vénissieux Rhône-Alpes (déjà interdit de participation en coupe d'Europe) sont relégués pour raisons administratives[1] et le Massy 91 Finances pour raisons sportives.

Sommaire

PrésentationModifier

ModalitésModifier

Une nouvelle formule est mise en place pour cette saison, avec une première phase avec deux poules de huit équipe. À l'issue de cette phase, les quatre premières équipes de chaque poule sont qualifiées pour la poule haute et se disputent le titre de champion de France tandis que les quatre derniers sont reversés dans une poule basse pour déterminer les équipes reléguées en Nationale 1 fédérale (D2).

Équipes participantesModifier

Le 4 et 5 juin 1993, la Fédération française de handball a étudié le rapport de la commission de contrôle de gestion des clubs de handball de performance et 7 clubs sur 16 n'étaient pas en règle au regard des déclarations fiscales et sociales, ainsi que sur les plans financiers et budgétaires. Les décisions de la commission de handball de performance a alors été la suivante[2] :

Les clubs suivants sont autorisés à participer au championnat de France de performance saison 1993-1994 :

Après un ultime examen des dossiers, le bureau directeur de la FFHB réuni le 11 juin 1993 a pris les décisions suivantes[3] :

De plus, le bureau directeur a également confirmé que le HB Vénissieux Rhône-Alpes, 4e du dernier championnat n'était pas autorisé à participer à la coupe d'Europe la saison prochaine.

Finalement, le Saint-Brice Val-d'Oise 95 et Villeurbanne HC seront autorisés à participer au championnat.

Pour les effectifs, transferts et entraîneurs, voir « Effectifs, transferts et entraîneurs », sur Archives de la FFHB, (consulté le 15 mars 2018)

Première phaseModifier

LégendeModifier

Poule 1Modifier

Le classement final de la poule 1 est[4] :

  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 USAM Nîmes 30 (T) 22 14 11 0 3 344 281 63
2 Montpellier Handball 19 14 9 1 4 295 291 4
3 CSM Livry-Gargan 18 14 9 0 5 302 288 14
4 Saint-Brice Val-d'Oise 95 (P) 16 14 7 2 5 332 323 9
5 USM Gagny 15 14 7 1 6 296 297 -1
6 HB Vénissieux Rhône-Alpes 8 14 4 0 10 341 365 -24
7 RC Strasbourg 8 14 4 0 10 301 322 -21
8 Massy 91 Finances (P) 6 14 3 0 11 312 346 -34

Poule 2Modifier

Le classement final de la poule 2 est[4] :

  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 OM Vitrolles 26 14 13 0 1 386 305 81
2 US Ivry 21 14 10 1 3 365 330 35
3 PSG-Asnières 18 14 8 2 4 308 312 -4
4 Villeurbanne HBC (P) 14 14 7 0 7 350 356 -6
5 SC Sélestat (P) 12 14 5 2 7 314 331 -17
6 Girondins de Bordeaux HBC 10 14 4 2 8 312 317 -5
7 US Dunkerque 9 14 4 1 9 261 303 -42
8 US Créteil 2 14 1 0 13 293 335 -42

Bilan de cette première phaseModifier

Les favoris que sont l'USAM Nîmes 30, l'OM Vitrolles et l'US Ivry ont tenu leur rang et sont aisément qualifiés pour la poule haute. Les promus du Saint-Brice Val-d'Oise 95 et du Villeurbanne HBC ont à l'inverse su bouleverser la hiérarchie pour atteindre le top 8.

En revanche, pour l'USM Gagny, quintuple champion de France dans les années 1980, le HB Vénissieux Rhône-Alpes, qui a réalisé le double championnat-coupe 18 mois plus tôt, et pour l'US Créteil, bon dernier avec une seule victoire, les temps sont durs...

Phase finaleModifier

Poule hauteModifier

Le classement final de la poule haute est[5] :

  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 OM Vitrolles 24 14 11 2 1 347 299 48
2 USAM Nîmes 30 23 14 11 2 1 339 267 72
3 Montpellier Handball 17 14 8 1 5 297 279 18
4 US Ivry 16 14 8 0 6 334 313 21
5 PSG-Asnières 13 14 6 1 7 314 323 -9
6 Villeurbanne HBC 9 14 4 1 9 336 371 -35
7 CSM Livry-Gargan 8 14 4 0 10 303 339 -36
8 Saint-Brice Val-d'Oise 95 2 14 1 0 13 306 385 -79

Poule basseModifier

Le classement final de la poule basse est[5] :

  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 USM Gagny 18 14 8 2 4 339 302 37
2 RC Strasbourg 18 14 9 0 5 317 301 16
3 HB Vénissieux Rhône-Alpes 15 14 7 1 6 344 337 7
4 US Dunkerque 14 14 6 2 6 282 288 -6
5 SC Sélestat 14 14 7 0 7 300 313 -13
6 Girondins de Bordeaux HBC 13 14 6 1 7 315 317 -2
7 US Créteil 12 14 6 0 8 318 323 -5
8 Massy 91 Finances 8 14 4 0 10 303 337 -34

Barrages de relégationModifier

Les barrages de relégation opposent les 2e de chacune des 2 poules de N1 fédérale (D2) aux 5e et 6e de la poule basse[5] :

Match Équipe 1 Statut Équipe 2 Statut Total Aller Retour
Barrages de relégation US Saintes 2e poule 1 N1F SC Sélestat 5e de la poule basse ? - ? 20 - 24[6] ? - ?
SO Chambéry 2e poule 2 N1F Girondins de Bordeaux HBC 6e de la poule basse ? - ? 21 - 23[6] ? - ?

Le SC Sélestat et les Girondins de Bordeaux HBC se maintiennent en Nationale 1 Performance.

Classement finalModifier

Rang Club
1 OM Vitrolles
2 USAM Nîmes 30 (T, F)
3 Montpellier Handball
4 US Ivry
5 PSG-Asnières
6 Villeurbanne HC
7 CSM Livry-Gargan
8 Saint-Brice Val-d'Oise 95
9 USM Gagny
10 RC Strasbourg
11 HB Vénissieux Rhône-Alpes
12 US Dunkerque
13 SC Sélestat
14 Girondins de Bordeaux HBC
15 US Créteil
16 Massy 91 Finances
Légende
Champion de France 1993-1994 et qualifié pour la Ligue des champions[7]
Relégation administrative en N1 fédérale (D2)[1]
Qualifié pour la Coupe de l'EHF[7]
Qualifié pour la Coupe des Villes[7]
Relégation en N1 fédérale (D2)
(T) Tenant du titre
(F) Vainqueur de la Coupe de France
(P) Promu de Nationale 1B (D2) en début de saison.

L'USAM Nîmes 30, le Villeurbanne HC et le HB Vénissieux Rhône-Alpes sont relégués pour raisons administratives[1] et le Massy 91 Finances pour raisons sportives.

L'US Créteil est finalement maintenu en Nationale 1 Performance du fait de toutes ces relégations administratives. L'UMS Pontault-Combault, champion de Nationale 1 fédérale (D2), est promu en compagnie du SO Chambéry, le Nice HB Côte d'Azur, vice-champion, ayant renoncé à participer au championnat de Nationale 1 Performance[7].

Remarque : malgré sa relégation administrative, l'USAM Nîmes 30 reste qualifié pour la Coupe des coupes[7].

Meilleurs buteursModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Créteil-OM Vitrolles en ouverture », sur L’Humanité.fr, (consulté le 1er avril 2015)
  2. « Handball hebdo n°32 : Soucis... », sur Archives de la FFHB sur la Bibliothèque numérique Gallica, Fédération française de handball, (consulté le 1er février 2019)
  3. « Handball hebdo n°33 : Décisions », sur Archives de la FFHB sur la Bibliothèque numérique Gallica, Fédération française de handball, (consulté le 1er février 2019)
  4. a et b « Handball hebdo n°46 », sur Bibliothèque numérique Gallica, Fédération française de handball, (consulté le 29 septembre 2017)
  5. a b et c « Handball hebdo n°63 », sur Bibliothèque numérique Gallica, Fédération française de handball, (consulté le 29 septembre 2017)
  6. a et b « Handball hebdo n°64 », sur Bibliothèque numérique Gallica, Fédération française de handball, (consulté le 29 septembre 2017), p. 3
  7. a b c d et e « Handball hebdo n°67 », sur Bibliothèque numérique Gallica, Fédération française de handball, (consulté le 29 septembre 2017), p. 4
  8. « Handball hebdo n°61 », sur Bibliothèque numérique Gallica, Fédération française de handball, (consulté le 2 octobre 2017), p. 13
  9. « Handball hebdo n°63 », sur Bibliothèque numérique Gallica, Fédération française de handball, (consulté le 2 octobre 2017), p. 10

Voir aussiModifier