Chakib Khelil

homme politique algérien

Chakib Khelil
Illustration.
Chakib Khelil en 2009.
Fonctions
Ministre algérien de l'Énergie et des Mines

(10 ans, 6 mois et 27 jours)
Président Abdelaziz Bouteflika
Premier ministre Ahmed Ouyahia
Chef du gouvernement Smail Hamdani
Ahmed Benbitour
Ali Benflis
Abdelaziz Belkhadem
Ahmed Ouyahia
Prédécesseur Youcef Yousfi
Successeur Youcef Yousfi
Biographie
Date de naissance (83 ans)
Lieu de naissance Oujda (protectorat français au Maroc)
Nationalité Algérienne
Mère Mama Sari Hassoun[1],[2]
Conjoint Najat Arafat Khelil
Diplômé de Université d'État de l'Ohio
Texas A&M University
Site web chakibkhelil.com

Chakib Khelil (arabe : شكيب خليل), né le à Oujda (protectorat français au Maroc), est un homme politique algérien.

Ministre de l'Énergie et des Mines de 1999 à 2010, il est aussi président directeur général de Sonatrach de 2001 à 2003. Il préside également l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en 2001 et 2008 ainsi que le Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) en 2010.

BiographieModifier

EnfanceModifier

Chakib Khelil est né à Oujda, alors au protectorat français au Maroc, le [3]. Fils d'un tailleur natif de Tlemcen, il y grandit avec ses cinq frères et ses six sœurs. Chakib Khelil est marié au Dr Najat Arafat, une palestinienne naturalisée américaine. Cette dernière est cofondatrice du projet de Dialogue des femmes palestiniennes et juives américaines[4] et première femme dans l'État du Texas à obtenir son doctorat en physique nucléaire. Ils ont deux enfants de nationalité américaine[5] et résident aux États-Unis.

ÉtudesModifier

Chakib Khelil commence sa scolarité à l'école Sidi Ziane à Oujda. Par la suite il rejoint, dans la même ville, le lycée Abdelmoumen. En 1959, durant la guerre d'Algérie, il obtient une bourse du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). Dès 1960, il s'installe aux États-Unis où il obtient successivement, en 1964 et 1965, un baccalauréat et une maîtrise en mines et pétrole de l'Université d'État de l'Ohio, puis un doctorat en ingénierie pétrolière à la Texas A&M University [6].

Chakib Khelil parle couramment arabe, français, anglais, espagnol et portugais[7].

Carrière professionnelleModifier

De 1968 à 1971, il a été ingénieur aux États-Unis avec Shell et Phillips Petroleum (Oklahoma) et ingénieur dans le bureau d'études Mc Cord à Dallas. En 1971, il retourne en Algérie, après les nationalisations pétrolières, pour participer à la prise en main des champs pétroliers, après le retrait par les sociétés françaises nationalisées, de leurs personnels. Il travaillera jusqu'en 1975, comme chef du département « gisements » à la Sonatrach, et président de la société Alcore une coentreprise entre Sonatrach et Core laboratories, Dallas, Texas. Cette société d'études de réservoir avait été créée en 1969, Sonatrach et Core Laboratories. Dès 1973, il sera chargé, par le président Houari Boumédiène, de la présidence du groupe Valhyd (« Valorisation Hydrocarbures ») chargé du développement et du financement des ressources hydrocarbures en Algérie à long terme.

De 1975 à 1976, il est conseiller technique à la présidence de la République algérienne, auprès du président Houari Boumédiène. À partir de janvier 1980, il travaille à la Banque mondiale sur des projets pétroliers en Afrique, Amérique latine et Asie et devient directeur « énergie » de la région « Amérique Latine ». À la demande du président Abdelaziz Bouteflika, dont il est un « ami personnel »[8], il prend sa retraite anticipée en tant que conseiller pétrolier de la Banque mondiale en octobre 1999 pour rentrer en Algérie, et devenir, le 1er novembre de cette même année, conseiller du président.

Le 26 décembre 1999, il est nommé ministre de l'Énergie et des Mines. En 2001, il cumule le poste de ministre avec celui de président de Sonatrach jusqu'à la nomination de Mohamed Meziane en 2003. Il est président de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) durant toute l'année 2001 et durant l'année 2008. Il fut président de la Commission africaine de l'énergie (AFREC) en 2001, président de l'Association des pays africains producteurs de pétrole (APPA) en 2004 et du Forum des pays exportateurs de gaz (FOPEG) en 2010.

Chakib Khelil a dirigé son ministère d’une main de fer, allant jusqu'à attaquer l’Espagne pour un contrat non respecté. Il obtiendra 1,9 milliard de dollars en dédommagement pour l’Algérie[9].

Le 28 mai 2010, Chakib Khelil démissionne de ses fonctions en raison d'accusations de corruption touchant le PDG de Sonatrach, Mohamed Meziane, qui sera condamné à de la prison[10]

Il se reconvertit ensuite dans le conseil et s'associe le 20 février 2012 à Vienne, avec le Nigérian Rilwanu Lukman, l'Irakien Issam Chalabi et le Libyen Chokri Ghanem pour créer CGKL Associates[11]. La mort de Chokri Ghanem[12] le 29 avril 2012 contraint le reste des associés à dissoudre la société deux mois à peine après sa création. Le 28 novembre 2012, Chakib Khelil rejoint en qualité de conseiller principal Wilton Resources Inc[13], dont le Président-directeur général est Richard G. Anderson , ex P-D.G de First Calgary Petroleum (FCP), qui a opéré en Algérie durant onze ans (1997–2008)[14].

Parcours politiqueModifier

Création du BAOSEMModifier

En 2001 Chakib Khelil met en place une procédure d'appel d'offres en créant le Bulletin d'Appel d'Offres du Secteur de l'Énergie et des Mines (BAOSEM)[15] qui a pour principale motivation d'assurer la transparence et la concurrence ouverte entre tous les soumissionnaires. De plus, par souci d'accessibilité, il a également créé un site web qui peut être consulté par les soumissionnaires à travers le monde[16].

Selon l'Office national des statistiques sur le niveau de vie des ménages, grâce à la manne pétrolière gérée par l'ancien ministre Chakib Khelil, l'Algérie a réalisé plus d'infrastructures, en 10 ans, entre 2003 et 2013, qu'en 40 ans, entre 1962 et 2002[17].

La loi sur les hydrocarburesModifier

En accédant au portefeuille du ministère de l'Énergie et des Mines, Chakib Khelil s'attelle dès le début à faire adopter un avant-projet de loi sur les hydrocarbures destiné à créer un environnement plus attractif pour les investisseurs étrangers[18].

Le projet a cependant été longtemps bloqué par diverses oppositions, ayant été annoncé puis retiré à la suite d'une mobilisation hostile dans le secteur des hydrocarbures, comme dans les milieux parlementaires. Après une longue polémique, le président Abdelaziz Bouteflika, candidat à sa propre succession à l'élection présidentielle de 2004, ordonne en décembre 2003 le gel de l'avant projet ; il le remettra à l'ordre du jour juste après sa réélection. Quelques mois ont suffi pour dissiper les doutes des opposants au projet[19], qui est adopté en mars 2005 par la quasi-totalité de l'Assemblée populaire nationale (APN)[20] avec l'approbation de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA). Parmi les dispositions de la loi se trouve notamment celle sur les contrats d'association, qui garantit aux entreprises étrangères une quote-part de 70 % à 80 %, voire 100 % au cas où la Sonatrach n'exercerait pas son droit de préemption[21].

La loi est appliquée, mais sous sa forme amendée[22], à peine une année après[23],[24]. Le projet a nécessité un prêt de 22 millions USD auprès de la Banque mondiale[25],[26].

PolémiquesModifier

 
Siège du Ministère de l’Énergie

Chakib Khelil démissionne de ses fonctions à la suite d'affaires de corruption qui ont touché Sonatrach, pour lesquelles son ancien président-directeur général, Mohamed Meziane, sera condamné à de la prison[27]. En dépit de sa mainmise sur toutes les opérations financières de Sonatrach, Chakib Khelil ne sera jamais cité comme témoin dans ces procès[28]. Selon WikiLeaks, l'Algérie a été émaillée de scandales financiers sur une généralisation de la prévarication dans les passations de marché entre Sonatrach et ses partenaires étrangers[29]. Le premier scandale révélé sera celui de l'« affaire BRC ». Le 4 février 2006, le Premier ministre Ahmed Ouyahia charge l'Inspection générale des finances (IGF) d’enquêter sur les marchés conclus par Sonatrach et le ministère de la Défense nationale avec Brown & Root-Condor (BRC), une coentreprise entre Sonatrach et KBR, filiale britannique de la compagnie Halliburton[30].

JusticeModifier

Le 12 août 2013, le procureur général près la cour d'Alger, Belkacem Zeghmati[31], lance un mandat d'arrêt contre Chakib Khelil et ses proches. Ce dernier dit n'avoir jamais reçu de convocation, pourtant il confirme avoir répondu à la convocation du 20 mai 2012 par le biais d'une lettre manuscrite adressée au juge d'instruction chargé de l'affaire Sonatrach II et parvenue au parquet le 13 mai 2013, où il écrit ne pas pouvoir répondre à ladite convocation pour raison de santé[32],[33],[34]. Ce mandat, plus tard annulé, ne respectait pas la procédure et l'article 573 et 574 du code de procédure pénale algérien[35] : « Lorsqu'un membre du gouvernement, un magistrat de la cour suprême, un wali, un président de la cour ou un procureur général près d'une cour est susceptible d'être inculpé d'un crime ou d'un délit commis dans l'exercice ou par l'exercice de ses fonctions, le procureur de la République saisi de l'affaire transmet le dossier par voie hiérarchique au procureur général près de la cour suprême qui désigne un membre de la cour suprême aux fins de procéder à une information[31]. » Dans ce cas précis, le procureur général près la cour d'Alger a violé l'article de loi cité plus haut alors qu’il n'était nullement compétent en la matière. En fait et en droit, la compétence est du domaine réservé de la cour suprême qui charge un de ses conseillers pour instruire cette affaire et non pas un tribunal ou une cour qui sont réputés incompétents dans l’instruction des dossiers de cette nature.

Le 7 février 2014, l'ancien ministre de la Justice, Mohamed Charfi, révèle dans une lettre ouverte publiée dans le quotidien El Watan la proposition d'Amar Saadani : « Si Amar, vous êtes venu, le jour même de votre installation à la tête du FLN, me proposer amicalement de préserver mon poste de ministre de la Justice en m'engageant à extirper M. Chakib Khelil de l’affaire Sonatrach 2, comme on extirpe un cheveu d'une pâte, selon votre expression. Ma réponse, vous le savez, fut de fermer mon portable jusqu'à après la fête de l'Aïd El-Adha, c’est-à-dire bien longtemps après le remaniement ministériel »[36],[37]

En mars 2016, Belkacem Zeghmati est limogé par décret présidentiel[38] et le mandat d’arrêt est retiré.

Selon Chakib Khelil, ses ennuis judiciaires viennent notamment du fait qu'il aurait refusé de jouer au football avec le général Toufik[39],[40].

En décembre 2018, Chakib Khelil est nommément cité par le tribunal de Milan dans le verdict sur l'affaire des pots-de-vins versés par la compagnie italienne Saipem[41].

RetourModifier

 
Après une longue éclipse Chakib Khelil réapparaît lors d'une cérémonie tenue le 5 novembre 2015 à l'Omni Shoreham Hotel de Washington[42].

Après une longue éclipse, Chakib Khelil réapparaît lors d'une cérémonie tenue le 5 novembre 2015 à l'Omni Shoreham Hotel de Washington à l'occasion du 61e anniversaire de la révolution. Quatre jours après, Amar Saadani intervenant sur Ennahar TV appelle à réhabiliter Chakib Khelil, «le meilleur ministre de l'histoire de l'Algérie », selon lui. Ses propos s'articulent  principalement autour de la discréditation du travail des services secrets algériens, DRS, dans la lutte anti-corruption qui auraient organisé une cabale montée de toutes pièces visant Chakib Khelil, et auraient pour ce faire instrumentalisé la justice algérienne[43].

Le 17 mars 2016, Chakib Khelil débarque à l'aéroport d'Oran - Ahmed Ben Bella, à sa descente d'avion il est accueilli par des officiels de la ville, dont le wali d'Oran,et des membres de sa famille[44].

En définitive que ce soient ceux comme Me Tayeb Belarif qui pensent que les poursuites judiciaires et le mandat d'arrêt lancés contre Chakib Khelil n'étaient qu'une mise en scène[45] et ceux qui prétendent que l'affaire Sonatrach II une cabale orchestrée par le DRS tous s'accordent pour affirmer le  manque d'indépendance de la justice[46].

Fin 2017, il apparaît avec Saïd Bouteflika comme l'un des successeurs potentiels d'Abdelaziz Bouteflika à la tête de l'Algérie[47].

Il est aujourd'hui expert international[6] en énergie et apparait régulièrement dans les médias spécialisés tels que Bloomberg TV[48].

Événements depuis 2019Modifier

Dans le contexte des manifestations de 2019 en Algérie, une enquête est lancée à son encontre par la Cour suprême le 25 avril pour « infraction à la législation et à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l’étranger » et « la conclusion de deux contrats par la compagnie Sonatrach avec deux entreprises étrangères en infraction à la loi »[49],[50].

Le 22 août 2019, la Cour suprême émet un mandat d'arrêt international à son encontre, dans le cadre du réexamen des affaires Sonatrach I et II[51].

Le , le parquet a requis, 20 ans de prison ferme pour corruption à son encontre. Chakib Khelil se trouve aux États-Unis[52].

Le , le tribunal de Sidi M'Hamed le condamne par contumace à 20 ans de prison ferme et à une amende de 2 millions de dinars algériens[53]. Le tribunal a aussi confirmé la demande d'un mandat d'arrêt international à son encontre.

DistinctionsModifier

En décembre 2006 Chakib Khelil reçoit un doctorat honorifique en sciences de la Robert Gordon University. Il fut décoré de la plus haute distinction au Pérou, la « Orden El Sol Del Peru », le 2 juillet 2002 par le président Alejandro Toledo et le 16 janvier 2009 par le président Alan García[54].

Notes et référencesModifier

  1. Chakib Khelil absent à l’enterrement de sa mère, Liberté, 23 mai 2013.
  2. Biographie de Chakib Khelil
  3. « Chakib Khelil », sur www.nndb.com (consulté le )
  4. (en) « UMass Amherst Sponsors Palestinian-Jewish Dialogue for Peace in Middle East on Dec. 3 », Office of News & Media Relations | UMass Amherst,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) Neela Banerjee, « Private Sector; For OPEC's Captain, U.S. Roots », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  6. a et b « Chakib Khelil: Biographie », sur www.chakibkhelil.com (consulté le )
  7. [vidéo] Vidéo: Chakib Khelil parle quatre langues, 2 mai 2106.
  8. Frédéric Pons, « L'inquiétant héritage de Bouteflika », Conflits, no 13, janv.-mars 2017, p. 13-16
  9. « Spain's Gas Natural to pay Sonatrach US$1.9bn:press »
  10. « Affaire Sonatrach I : 15 ans de prison requis contre l’ancien PDG Mohamed Meziane et son fils | Info & Actualités depuis 2007 » [archive du ], sur Info & Actualités depuis 2007, (consulté le )
  11. « http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2013/03/17/article.php?sid=146580&cid=2 », sur www.lesoirdalgerie.com (consulté le )
  12. (en) http://www.arabianoilandgas.com/article-10461-prosecutor-shokri-ghanem-died-of-a-heart-attack/
  13. (en) « Stock Market Quotes | Stock Market Quotes and Symbols », sur web.tmxmoney.com (consulté le )
  14. [PDF]Directors -Wilton Ressources Inc .
  15. « Ministère de l'Énergie - Algérie - La société BAOSEM », sur www.energy.gov.dz (consulté le )
  16. « Chakib Khelil: Chakib Khelil et la création du BAOSEM », sur www.chakibkhelil.com (consulté le )
  17. Riad, « L’HOMME INCONTOURNABLE DANS LA GESTION DES RESSOURCES PETROLIERES EST LÀ … : Pourquoi Chakib Khelil ? » (consulté le )
  18. « Ministère de l'Énergie - Algérie - Avant Projet de Loi sur les Hydrocarbures », sur www.energy.gov.dz (consulté le )
  19. « 2000-2006 : les avatars de la loi Khelil - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  20. « http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2005/03/21/article.php?sid=20767&cid=2 », sur www.lesoirdalgerie.com (consulté le )
  21. [PDF] http://www.joradp.dz/FTP/jo-francais/2005/F2005050.pdf
  22. « loi amendee », http://www.droit-afrique.com/upload/doc/algerie/Algerie-Code-2005-hydrocarbures.pdf,‎
  23. « Alger renonce à la libéralisation du secteur des hydrocarbures », sur lemonde.fr, (consulté le )
  24. [PDF] http://www.joradp.dz/FTP/jo-francais/2006/F2006048.pdf
  25. « Projets : Energy and Mining Technical Assistance Loan (EMTAL) | La Banque Mondiale », sur www.banquemondiale.org (consulté le )
  26. « Sonatrach : le grand déballage - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  27. « En Algérie, d'anciens cadres du groupe pétrolier Sonatrach condamnés », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  28. « Algérie : corruption à Sonatrach, le système Chakib Khelil - JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. (en) « OIL COMPANIES WORRIED ABOUT ALGERIA'S ENERGY FUTURE », sur wikileaks.org (consulté le )
  30. « Les cinq plus gros scandales - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  31. a et b « Exclusif : la vérité sur la cabale montée contre Chakib Khelil », sur Algérie 1 (consulté le )
  32. « الشروق أون لاين - Chakib Khelil: "je suis prêt à comparaître devant la justice algérienne" », sur www.echoroukonline.com (consulté le )
  33. http://www.lexpressiondz.com/actualite/238824-chakib-khelil-s-explique.html
  34. http://www.liberte-algerie.com/dossiers/la-convocation-de-khelil-est-juridiquement-incontournable-245117/print/1
  35. [PDF] « TITRE VIII, LES CRIMES ET DELITS COMMIS PAR DES MEMBRES DU GOUVERNEMENT, DES MAGISTRATS ET CERTAINS FONCTIONNAIRES (2) », sur joradp.dz, (consulté le )
  36. liberte-algerie.com, « Graves révélations de Charfi sur Saâdani: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com » (consulté le )
  37. « Mohamed Charfi : «Saïdani a voulu me pousser à abandonner les poursuites contre Chakib Khelil» » (consulté le )
  38. « Au sujet de Chakib Khelil : A la recherche de la justice et de l’équité », sur Algérie 1 (consulté le )
  39. « توفيق أُعجب بقانون المحروقات.. وتحفظّ على بناية الوزارة ببن عكنون » (consulté le )
  40. « Contre-attaque/ Chakib Khelil: "Si j’avais joué au football avec Toufik, j’aurais évité tous ces problèmes" - Algérie Focus », (consulté le )
  41. (it) « Algeria, nessuna prova su Eni, Saipem consapevole tangenti », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. « ALG24 - Toute l'actualité de l'Algérie 24/24h - Célébration du 1er Novembre aux USA: Chakib Khelil invité par l'ambassade d'Algérie » [archive du ], sur www.alg24.net (consulté le )
  43. « Amar Saâdani : « Chakib Khelil est le meilleur ministre de l'histoire de l'Algérie » | Info & Actualités depuis 2007 » [archive du ], sur www.tsa-algerie.com (consulté le )
  44. liberte-algerie.com, « Retour de Khelil : la provocation: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com », http://www.liberte-algerie.com/,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. « Est-il possible de « réhabiliter » Chakib Khelil ? | Info & Actualités depuis 2007 » [archive du ], sur www.tsa-algerie.com (consulté le )
  46. liberte-algerie.com, « Ouyahia avoue l’instrumentalisation de la justice: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com », http://www.liberte-algerie.com/,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. Jean-Louis Tremblais, « Abdelaziz Bouteflika, un président en pointillé », Le Figaro Magazine, semaine du 1er décembre 2017, page 32.
  48. exemple : (en) Oil Output Freeze 'Good Start' to New Phase: Khelil, Bloomberg TV, 22 avril 2016.
  49. « En Algérie, nouvelles enquêtes sur Chakib Khelil, ancien ministre proche de Bouteflika », sur Le Monde.fr (consulté le )
  50. « Corruption en Algérie : Chakib Khelil, l’insaisissable », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  51. « Algérie : Nouveau mandat d'arrêt international contre Chakib Khelil », sur Observ'Algérie, (consulté le )
  52. « POLITIQUE Algérie : 20 ans de prison requis contre l’ex-ministre de l’Énergie Chakib Khelil », sur Jeune Afrique, (consulté le )
  53. « Procès de Chakib Khellil : Le verdict est tombé »  , sur observalgerie.com, (consulté le )
  54. Ricardo Sánchez Serra, « Ricardo Sánchez Serra: Chakib Khelil, gran amigo del Perú », sur Ricardo Sánchez Serra (consulté le )

Lien externeModifier