Gouvernement provisoire de la République algérienne

Bras politique et gouvernemental du Front de libération nationale (FLN) durant la guerre d’indépendance de l’Algérie

Le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), (en arabe: الحكومة المؤقتة للجمهورية الجزائرية), est le bras politique et gouvernemental du Front de libération nationale (FLN) durant la guerre d’indépendance de l’Algérie. Le GPRA a négocié les accords de paix (accords d'Évian) avec la France en 1962.

Gouvernement provisoire de la République algérienne
(ar) الحكومة المؤقتة للجمهورية الجزائرية

 – 
(4 ans et 6 jours)

Drapeau
Drapeau
Blason
Sceau
Description de cette image, également commentée ci-après
Villes qui ont successivement hébergé le GPRA, ainsi que le territoire algérien disputé durant la Guerre d'Algérie.
Informations générales
Statut Gouvernement provisoire
Texte fondamental Statuts des Institutions provisoires de l'État algérien[1]
Capitale

De jure : Alger
De facto :

Langue(s) Français, arabe
Histoire et événements
Proclamation du GPRA depuis Le Caire.
Accords d'Évian et cessez-le-feu de la guerre d'Algérie.
Le GPRA rentre à Alger.
Proclamation officielle de l'indépendance de l’Algérie.
Création d'un Bureau politique dissident par Ben Bella à Tlemcen.
Élection d'une assemblée constituante.
Proclamation de la République algérienne démocratique et populaire.
Président du GPRA
19 septembre 1958 - 9 août 1961 Ferhat Abbas
9 août 1961 - 4 août 1962 Benyoucef Benkhedda

Entités précédentes :

Histoire

modifier

Le Comité de coordination et d'exécution (CCE), créé par le congrès de la Soummam du , est le premier organe exécutif de la révolution algérienne, précurseur du Gouvernement provisoire de la République algérienne. Il est politiquement responsable devant le Conseil national de la Révolution algérienne (CNRA), qui constitue un embryon de parlement dont les membres sont désignés par cooptation, faute de pouvoir organiser des élections en raison de l'état de guerre en Algérie.

Le , le CNRA vote une résolution donnant délégation au CCE pour former un gouvernement provisoire algérien, afin de parachever la mise en place des institutions de la « Révolution » et la reconstruction d'un État algérien moderne. Lors de sa réunion du au au Caire, il charge le CCE d'annoncer la création du « Gouvernement provisoire de la République algérienne » (GPRA), dont le nom a été choisi, à dessein, pour rappeler celui du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), qui gouverna la France à la Libération[2].

 
Annonce de la constitution du GPRA dans El Moudjahid du 19 septembre 1958.

L'annonce officielle a lieu le [3] au Caire. Le même jour, le président du GPRA, Ferhat Abbas, fait sa première déclaration publique, définissant les circonstances de la naissance de ce gouvernement et les objectifs qu'il doit atteindre. Le jour même, il est reconnu par l'Irak, la Libye, le Maroc et la Tunisie[4].

Cet événement met les autorités françaises, qui prétendaient ne pas avoir d'interlocuteur pour négocier, devant le fait accompli.

Entre 1958 et 1962, il y eut trois formations du Gouvernement provisoire de la République algérienne.

Composition des gouvernements

modifier

Premier gouvernement ( - )

modifier

Le premier gouvernement était composé de[5],[6] :





Deuxième gouvernement ( - )

modifier

Le deuxième gouvernement[8] était composé de :




Troisième gouvernement ( - )

modifier

Le troisième et dernier gouvernement était composé de :




Reconnaissance internationale

modifier

État

Date

  Irak ;   Libye ;   Maroc ;   Tunisie
  Arabie saoudite ;   Corée du Nord
  République arabe unie
  Chine ;   Soudan (en)
  Nord Viêt Nam
  Indonésie
  Guinée
  Mongolie
  Liban
  Yougoslavie
  Ghana
  Jordanie
  Liberia
  Togo
  Union soviétique
  Mali
  République du Congo-Léopoldville
  Tchécoslovaquie
  Bulgarie
  Pakistan

Notes et références

modifier
  1. Gilbert Meynier, « La « Révolution » du FLN (1954-1962) », Insaniyat / إنسانيات, nos 25-26,‎ , p. 7–25 (ISSN 1111-2050 et 2253-0738, DOI 10.4000/insaniyat.6143, lire en ligne, consulté le )
  2. « Indépendances - Formation du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) [muet] », Institut national de l'audiovisuel (consulté le )
  3. Philippe Herreman, « Le « gouvernement provisoire de la République algérienne » dix mois après sa constitution », Le Monde diplomatique,‎ , p. 6 (lire en ligne, consulté le )
  4. (ar) « اعترافات الدول بالحكومة المؤقتة - الثورة الجزائرية » [« La reconnaissance du gouvernement intérimaire par les États - la révolution algérienne »], sur Glorieuse Algérie (consulté le )
  5. Philippe Tripier, Autopsie de la guerre d'Algérie, Paris, Éditions France-Empire, , 648 p. (OCLC 299920197, BNF 38963669)
  6. « GPRA 1958 » [archive du ], sur guerre d'algerie jour par jour
  7. Ali Chérif Deroua, « La réunion du GPRA du 29 juin au 10 juillet 1959 : L’année 1959 a été très difficile pour la Révolution », Le Quotidien d'Oran,‎ (lire en ligne)
  8. Mohammed Harbi, Le F.L.N, mirage et réalités : des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Paris, Les éditions J.A.,

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.