Canon biblique

ensemble des livres faisant partie de la Bible juive ou chrétienne

Le canon biblique (du grec ancien κανών, kanôn signifiant « canne, roseau » et « règle ») désigne l'ensemble des textes considérés comme sacrés ayant conduit, sur plusieurs siècles, à l'établissement de la Bible par les rites juifs et les chrétiens.

On distingue l'établissement ou la construction des canons de la Bible hébraïque (Tanakh), celui de la Septante et des versions en grec, celui de la Peshitta et des versions en araméen, celui du Nouveau Testament, puis les canons des Églises. Par exemple, le canon biblique de l'Église catholique a été fixé à 46 livres de l'Ancien Testament et 27 livres du Nouveau Testament.

Étymologie Modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Le mot canon vient du grec ancien κανών, kanôn signifiant « canne, roseau » et « règle ».

Paul de Tarse utilise le terme κανών pour désigner à la fois les limites des territoires à évangéliser qui lui sont impartis (2 Co 10,13-16) et la règle de conduite impartie aux chrétiens (Ga 6,16).

Au IVe siècle, le sens de ce mot est mis en rapport avec la Bible. Il s'agit alors des livres de l'Ancien Testament et du Nouveau Testament reconnus par l'Église et qui sont deux expressions nouvelles signalées :

Canon de la Bible hébraïque Modifier

L'idée d'un canon de la Bible hébraïque (nommée « Ancien Testament » par Justin de Naplouse pour appuyer l'appropriation de ces textes par l'Église catholique) ne s'impose qu'après le Synode de Jamnia (ou Yabnah ou Yabneh), c'est-à-dire à la fin du Ier siècle, après la destruction du Second Temple par les Romains. Auparavant, le concept d'une liste close (au sens de complète et définitive) des livres repris dans la Septante est inconcevable[3].

Hypothèse du canon de Jamnia Modifier

Dans le Contre Apion (I:38-40), Flavius Josèphe donne une liste de 22 livres composant le canon des écritures juives. Elle comprend :

Après concile de Jamnia, le milieu rabbinique tannaïte, qui rédige la Mishna, se vit comme l'héritier naturel de toutes les traditions antérieures, qu'elles soient saducéennes, esséniennes ou, bien évidemment, pharisiennes. Toutefois, pour le milieu de Gamaliel II, l'attitude apocalyptique des « membres du Mouvement de Jésus » selon l'expression de Jacques Schlosser (professeur à la Faculté de théologie catholique de Strasbourg), en fait un danger pour les relations avec l'occupant romain. En outre, ce sont des minim (sectaires), en cela qu'ils concentrent l'accès à l'alliance sur le baptême. De ce point de vue, ils se désintéressent de l'ensemble du peuple. De facto, ils sont une secte réformatrice et diviseuse comme l'étaient les Esséniens[4].

Hypothèse de Sundberg (1964) Modifier

À partir d'un consensus établi autour d'une canonisation en 3 phases :

  • une première phase vers 400 avant l'ère commune concernant le Pentateuque
  • une deuxième phase vers 200 avant l'ère commune concernant les Prophètes
  • une troisième phase vers 90 avant l'ère commune concernant les Écrits. Cette dernière canonisation étant ratifiée au Ier siècle par l'usage commun.

Albert C. Sundberg, Jr envisage, à partir de 1964, une hypothèse plus complexe[5].

Hypothèse de Thackeray (1921) Modifier

Henri St. John Thackeray est un grammairien. Il a travaillé essentiellement sur la Septante, c'est-à-dire sur la Bible en grec. En 1921, il publie : The Septuagint and Jewish Worship; A Study in Origins, (The Schweich Lectures of the British Academy).

Hypothèse de Leman Beckwith Modifier

  • Leman Beckwith : The Old Testament of the Early Church, Harvard theological Studies, no 20

Construction du canon du Nouveau Testament Modifier

Deux thèses successives sont actuellement en voie de synthèse.

Thèse de Harnack et de Campenhausen Modifier

En résumé :

Vers 200 émerge l'idée d'un catalogue des livres composant le Nouveau Testament. Font alors autorité :

  • 4 évangiles
  • 13 lettres de Paul
  • les actes
  • la première lettre de Jean
  • la première lettre de Pierre

Outre les indices du cheminement dans la lente constitution du corpus, indiqué dans l'article Évangiles, des témoins plus concrets sont donnés dans :

L'influence de Marcion fut déterminante dans la constitution d'un canon.

Thèse d'Albert C. Steinberg Modifier

Selon l'ouvrage The Old Testament of the Early Church d'Albert C. Steinberg, il n'y eut jamais de canon Alexandrin de la Septante.

L'opportunité d'une liste close n'interroge les chrétiens qu'à partir de la toute fin du IVe siècle. Elle n'intéresse réellement que les Occidentaux. Le canon de l'Ancien Testament, celui des Églises latines comme celui des Églises grecques, évoluent parallèlement. Jusqu'au IVe siècle, on parle de canon ouvert et postérieurement de canon fermé.

Toutefois Steinberg date le fragment de Muratori du IVe siècle et lui donne une origine orientale. Ces caractéristiques en font une liste parmi toutes les autres et lui retirent son statut de liste inaugurale. Cette conception élimine le long débat entre les Églises et attribue la fermeture du canon à une autorité ecclésiastique.

Naissance d'une tradition écrite en Orient Modifier

Le texte massorétique actuel est contemporain de l'écriture de la Mishna, c'est-à-dire le fruit du travail des docteurs du IIe siècle quoiqu'un texte proto-massorétique soit connu dès 150 avant l'ère commune.

Ce travail de grammairiens (la vocalisation enregistre diverses prononciations possibles) se poursuit jusqu'au Xe siècle ; le manuscrit de Saint-Pétersbourg (Codex Leningradensis) qui date du Xe siècle et sert de base aux bibles d'étude en hébreu, est un témoin de ce travail.

Les tentatives de Tatien, de Marcion face à l'opposition d'Irénée et au dogmatisme d'Athanase sont clairement à l'origine du Canon[8].

Le canon de Marcion (vers 150) Modifier

Il précède le canon officiel. Il rejette toute référence à l'Ancien Testament et ne garde des écrits qui circulent :

  • Les épîtres de Paul, dont il n'en connaît que 10 sur 13 du canon officiel postérieur,
  • Une version expurgée de l'évangile selon Luc que Marcion tient pour un compagnon de Paul.

Les lettres de Paul connues par Marcion sont les suivantes :

  • Galates,
  • 1 et 2 Corinthiens
  • Romains
  • 1 et 2 Thessaloniciens
  • Éphésiens que Marcion nomme « Laodicéens »
  • Colossiens
  • Philippe
  • Philémon.

Le Diatessaron de Tatien (v. 160) Modifier

Troublé par le fait qu'on retienne 4 évangiles présentant 4 témoignages différents sur les dits et les faits de Jésus, Tatien entreprend de les fondre en un seul récit continu et cohérent[9], ne retenant que ce qui leur est commun, gommant par cette sélection tout ce qui est divergent qu'il considère comme dépourvu de sens autre qu'anecdotique. Il s'inspire des 4 évangiles, canonisés depuis. La liberté avec laquelle il les utilise, semblable à celle dont usèrent les auteurs de selon Luc et selon Matthieu dans leur reprise de selon Marc montre qu'à l'instant où il écrit, les 4 grands évangiles ne sont pas encore sacralisés.

Canonisation des quatre évangiles Modifier

Irénée de Lyon écrit dans son Adversus Hæreses :

« Par ailleurs, il ne peut y avoir ni un plus grand ni un plus petit nombre d'Évangiles [quatre]. En effet, puisqu'il existe quatre régions du monde dans lequel nous sommes et quatre vents principaux, et puisque, d'autre part, l'Église est répandue sur toute la terre et qu'elle a pour colonne et pour soutien l'Évangile et l'Esprit de vie, il est naturel qu'elle ait quatre colonnes qui soufflent de toutes parts l'incorruptibilité et rendent la vie aux hommes. D'où il appert que le Verbe, Artisan de l'univers, qui siège sur les Chérubins et maintient toutes choses, lorsqu'il s'est manifesté aux hommes, nous a donné un Évangile à quadruple forme, encore que maintenu par un unique Esprit[10]. »

— Irénée de Lyon, Contre les hérésies 3, 11, 8

Coexistence d'une tradition orale Modifier

Antilegomena Modifier

Canon d'Orient, canon d'Occident Modifier

Église latine Modifier

Pour l'Église catholique, c'est le concile de Trente (1545 - 1563) qui a définitivement confirmé le canon des Écritures, en énumérant par décret les livres reconnus comme inspirés (et par conséquent, en rejetant ceux qui ne le sont pas).

Cette décision fut entérinée à cause de la Sainte Tradition. C'est dans sa IVe session, en 1546, que le concile de Trente a donné cette liste canonique des Livres saints qui doivent être reçus par tous (les noms et les attributions des livres sont les noms et les attributions traditionnels ; par conséquent, un nom de livre et une attribution d'auteur sacré ne requièrent pas nécessairement une adhésion dogmatique, dite de foi; seul le contenu des livres requiert l'adhésion de foi). Le Catéchisme de l'Église catholique (1991) qualifie ce canon en tant que « liste intégrale » (art. 120), c'est-à-dire fixe et pour toujours.

Églises grecques Modifier

Dans sa Lettre festale XXXIX, en 367, Athanase d'Alexandrie cite les vingt-sept livres du Nouveau Testament. Il indique que les livres qui seront beaucoup plus tard appelés deutérocanoniques par Luther au XVIe siècle dans son désaccord avec l'Église catholique, ainsi que la Doctrine des douze apôtres (la Didachè), et le Pasteur d'Hermas, (aujourd'hui rangés parmi les écrits des Pères apostoliques), ne sont pas inclus dans le canon mais doivent « être lus ».

Les Grecs finirent par accepter l'intégralité du canon occidental au concile in Trullo en 692[11], c'est-à-dire tous les livres présents dans la Bible catholique, y compris les deutérocanoniques, et recommanda également la lecture des livres d'Esdras 3 et 4, Maccabées 3 et 4, le psaume 151, et la "prière de Manassé".

Églises éthiopienne Modifier

L'Église éthiopienne orthodoxe a, de toutes les Églises, le canon biblique le plus large, qui inclut notamment l'Ascension d'Isaïe, le Livre des Jubilés, le Livre d'Hénoch ou l'Apocalypse d'Esdras.

Églises issues de la Réforme Modifier

Le canon protestant de l'Ancien Testament comprend les mêmes livres que le canon juif de l'Écriture (la Bible hébraïque), bien qu'il divise certains livres et les ordonne différemment, ce qui le distingue des canons orthodoxe et catholique, qui ont fait le choix de suivre la Septante. Le canon protestant de l'Ancien Testament comprend 39 livres[12].

Les raisons qui ont conduit les réformateurs à adopter le canon hébreu des Écritures plutôt que le canon élargi des livres de la Septante grecque et de la Vulgate latine sont les suivantes (1) Ni Jésus ni aucun des écrivains du Nouveau Testament ne font de citations directes de ces livres. (2) Certains des deutérocanoniques contiennent des textes qui soutiennent le purgatoire (2 Macc. 12:43-45) et l'efficacité de l'aumône pour couvrir ses péchés (Tobie 4:7-11 ; 12:8-9 ; 14:10-11 ; Siracide 3:30 ; 35:2)[13].

L'article 4 de la Confession de la Foi belge, l'article 2 de la Confession de foi de Westminster ou encore les Confessions helvétiques confirment les 66 livres du canon protestant. Les réformés reconnaissent ces livres comme étant inspirés par Dieu.

La liste des livres est la suivante :

  • Ancien Testament : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome, Josué, Juges, Ruth, I Samuel, II Samuel, I Rois, II Rois, I Chroniques, II Chroniques, Esdras, Néhémie, Esther, Job, Psaumes, Proverbes, Ecclésiaste, Cantique des Cantiques, Ésaïe, Jérémie, Lamentations de Jérémie, Ézéchiel, Daniel, Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michée, Nahum, Habaquq, Sophonie, Aggée, Zacharie, Malachie.
  • Nouveau Testament : Évangiles selon Matthieu, Marc, Luc, Jean; Actes des Apôtres, Épîtres de Paul aux: Romains, Corinthiens I, Corinthiens II, Galates, Éphésiens, Philippiens, Colossiens, Thessaloniciens I, Thessaloniciens II, Timothée I, Timothée II, Tite, Philémon; Hébreux, Jacques, I et II Pierre, I, II et III Jean, Épître de Jude, Apocalypse[14],[15].

Selon les églises réformées, le canon est une collection de livres faisant autorité par eux-mêmes ; les livres avaient leur autorité avant d'être collectés par l'Église. Dans le sens le plus élémentaire, ni les individus ni les conciles n'ont créé le canon ; au contraire, ils en sont venus à percevoir et à reconnaître la qualité d'auto-authentification de ces écrits, qui se sont imposés comme canoniques à l'Église. Cette conviction de l'autorité divine "vient de l'œuvre intérieure du Saint-Esprit, témoignant par, et avec, la Parole dans nos cœurs" (Confession de Westminster, 1.5)[16].

Écrits mentionnés dans la Bible mais qui ne s'y trouvent pas Modifier

  • les Guerres de l'Éternel (No 21:14)
  • le Livre du Juste (Jos 10:13 ; 2 S 1:18)
  • le Livre des actes de Salomon (1 R 11:41)
  • le Livre de Samuel le voyant (1 Ch 29:29)
  • le Livre de Nathan le prophète (1 Ch 29:29 ; 2 Ch 9:29)
  • le Livre de Gad le prophète (1 Ch 29:29)
  • la Prophétie d'Achija de Silo (2 Ch 9:29)
  • les Révélations de Jéedo le prophète (2 Ch 9:29)
  • le Livre de Schemaeja le prophète (2 Ch 12:15)
  • le Livre d'Iddo le prophète (2 Ch 12:15 ; 13:22)
  • les Mémoires de Jéhu (2 Ch 20:34)
  • le Livre de Hozaï (2 Ch 33:19)
  • les prophéties d'Hénoch/Hénoc (Jud v. 14)
  • une épître aux Laodicéens (Col 4:16)
  • une (première) lettre aux Corinthiens (1 Cor 5 : 9)

Notes et références Modifier

  1. Lettre festale XXXIX, d'Athanase. La lettre festale est un écrit envoyé par l'évêque aux fidèles de son diocèse à l'occasion de la fête de Pâque et dans laquelle il leur mande diverses choses.
  2. Thomas Römer, Jean-Daniel Macchi, Christophe Nihan, Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, , p. 19.
  3. Thomas Römer et al., Introduction à l'Ancien Testament, Genève/Paris, Labor et Fides, coll. « Le monde de la bible », 2005 (rééd. 2009), 902 p. (ISBN 978-2-8309-1368-2 et 2-8309-1368-X, lire en ligne)
  4. Étienne Nodet o.p., Fils de Dieu, Cerf et Israël Knohl, L'autre Messie, Bayard
  5. Albert C. Sundberg, Jr., The Old Testament of the Early Church, Revisited, Festschrift in Honor of Charles Speel, edited by Thomas J. Sienkewicz and James E. Bett, Monmouth, Illinois, 1997
  6. en français, La Formation de la Bible chrétienne, Hans von Campenhausen, - Neuchâtel : Delachaux & Niestlé, 1971
  7. télécharger son livre en anglais Origin of the New Testament
  8. Introduction au Nouveau Testament : Son histoire, son écriture, sa théologie, sous la direction de Daniel Marguerat, Labor & Fides, 2000 (ISBN 978-2-8309-1149-7).
  9. « Diatessaron - Tatien (0120?-0173?) - Œuvre - Ressources de la Bibliothèque nationale de France » [livre], sur data.bnf.fr (consulté le ).
  10. Irénée de Lyon, Contre les hérésies, Livre 3, « L'évangile tétramorphe ».
  11. Martin Jugie, « Le canon de l'Ancien Testament dans l'Église byzantine », Revue des études byzantines, vol. 10, no 64,‎ , p. 129–135 (DOI 10.3406/rebyz.1907.3668, lire en ligne, consulté le )
  12. F. F. Bruce, The Canon of Scripture,
  13. R. Beckwith, The Old Testament Canon of the New Testament Church,
  14. « La Confession de la Foi Belge (Confessio Belgica) »
  15. « Confession de foi de Westminster »
  16. B. M. Metzger, The Canon of the NewTestament,

Bibliographie complémentaire Modifier

  • Le canon du Nouveau Testament : Regards nouveaux sur l'histoire de sa formation, sous la direction de G. Aragione, É. Junod et E. Norelli, Labor & Fides, 2005.
  • Introduction à l'Ancien Testament sous la direction de Thomas Römer, Labor & Fides, 2004, édition revue et fortement augmentée en 2009.
  • Marie-Françoise Baslez, Bible et histoire, coll. « Folio histoire », Gallimard, 1998.
  • Aux sources du Canon, le témoignage d'Irénée, Yves-Marie Blanchard, avec le concours de l'Institut catholique de Paris, juin 1993.
  • Hans von Campenhausen, La formation de la Bible chrétienne, Delachaux & Niestlé, 1971.
  • Wilfrid Harrington, Nouvelle introduction à la Bible, Seuil, 1970
  • Bruce Metzger, The Canon of the New Testament: Its Origin, Development, and Significance, Clarendon Press, Oxford, 1987 (ISBN 0198269544)
  • Étienne Nodet et Justin Taylor, Essai sur les origines du christianisme, Cerf, 1998.
  • Marcel Simon (historien), La Civilisation de l’Antiquité et le christianisme, Arthaud, 1972.
  • Odon Vallet, Une nouvelle histoire des religions, Seuil, 2000.

Articles connexes Modifier