Développement du canon biblique chrétien

Les canons bibliques chrétiens sont les livres que les chrétiens considèrent comme divinement inspirés et qui constituent une Bible chrétienne. Les livres qui constituaient les canons bibliques chrétiens de l'Ancien et du Nouveau Testament ont généralement été établis au Ve siècle, malgré certains désaccords savants[1], pour l'ancienne Église indivise (traditions catholique et orthodoxe orientale, avant le schisme est-ouest)[2].

Le canon catholique a été établi lors du Concile de Rome (382)[3], le même Concile a chargé Jérôme de compiler et de traduire ces textes canoniques dans la Bible de la Vulgate latine. À la suite de la Réforme protestante, le Concile de Trente (1546) a affirmé que la Vulgate était la Bible catholique officielle afin de répondre aux changements apportés par Martin Luther dans sa traduction allemande récemment achevée, qui était basée sur le grec original des textes qui le composent. Les canons de l'Église d'Angleterre et des presbytériens anglais ont été décidés définitivement par les trente-neuf articles (1563) et la confession de foi de Westminster (1647), respectivement. Le Synode de Jérusalem (1672) a établi des canons supplémentaires qui sont largement acceptés dans toute l'Église orthodoxe.

Les canons de l'Ancien et du Nouveau Testament ne se sont pas développés indépendamment les uns des autres et la plupart des sources primaires pour le canon spécifient les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament. Pour l'écriture biblique des deux testaments, canoniquement acceptée dans les principales traditions de la chrétienté, voir:Canon biblique § Canons de diverses traditions chrétiennes.

Développement du canon de l'Ancien TestamentModifier

Article principal: Développement du canon de l'Ancien Testament

L'Ancien Testament comprend les livres de la Bible hébraïque (Tanakh) ou Protocanon, et dans diverses dénominations chrétiennes comprend également des livres deutérocanoniques. Les chrétiens orthodoxes, catholiques et protestants utilisent des canons différents, qui diffèrent en ce qui concerne les textes inclus dans l'Ancien Testament.

Martin Luther, tenant aux précédents juifs et à certains précédents antiques[4], a placé les livres deutérocanoniques de l'Ancien Testament de sa traduction de la Bible dans une section qu'il a intitulée "Apocryphe" ("caché"). La Confession de foi de Westminster, publiée en 1647, fut le premier document réformé à exclure l'Apocryphe du canon, conduisant à la suppression de ces livres dans des publications bibliques protestantes ultérieures. Pour contrer l'influence croissante des réformateurs, la quatrième session du Conseil catholique de Trente en 1546 a confirmé que les livres deutérocanoniques faisaient également autorité comme le Protocanonical dans le Canon de Trente, basant sa réfutation de la représentation de Martin Luther des textes apocryphes sur le premier canon chrétien publié qui s'inspirait des textes des Septante utilisés par les auteurs des 27 livres du Nouveau Testament[5]. En compilant son index de l'Ancien Testament, Luther s'est inspiré des 24 livres du Tanakh (Bible hébraïque), qui était encore un canon ouvert jusqu'en 200 et probablement même après que le canon catholique eut été établi en 382. L'Ancien Testament protestant se compose des mêmes livres que la Bible hébraïque, mais l'ordre et la division des livres sont différents. Les protestants numérotent les livres de l'Ancien Testament à 39, tandis que la Bible hébraïque compte les mêmes livres que 24. La Bible hébraïque compte Samuel, les rois et les chroniques comme un livre chacun, et les 12 prophètes mineurs sont un seul livre, et aussi Esdras et Néhémie forment un seul livre.

Les différences entre la Bible hébraïque moderne et d'autres versions de l'Ancien Testament comme le Pentateuque samaritain, la Peshitta syriaque, la Vulgate latine, la Septante grecque, la Bible éthiopienne ou Canon biblique orthodoxe Tewahedo et d'autres canons sont plus importantes. Pour une discussion plus complète de ces différences, voir:Liste des livres de la Bible.

Développement du canon du Nouveau TestamentModifier

Articles principaux: Développement du canon du Nouveau Testament et des évangiles canoniques

Le développement du canon du Nouveau Testament a été, comme celui de l'Ancien Testament, un processus graduel.

Irénée (mort vers 202) cite 21 livres qui finiront par faire partie du Nouveau Testament, mais n'utilisent pas Philémon, Hébreux, Jacques, 2 Pierre, 3 Jean et Jude[6]. By the early 3rd century Origen of Alexandria may have been using the same 27 books as in the modern New Testament, though there were still disputes over the canonicity of Hebrews, James, 2 Peter, 2 and 3 John, and Revelation[7] Au début du IIIe siècle, Origène d'Alexandrie utilisait peut-être les mêmes 27 livres que dans le Nouveau Testament moderne, bien qu'il y ait encore des différends sur la canonicité d'Hébreux, Jacques, 2 Pierre, 2 et 3 Jean et l'Apocalypse (voir aussi Antilegomena). De même, en 200, le fragment muratorien montre qu'il existait un ensemble d'écrits chrétiens quelque peu similaires à ce qui est aujourd'hui le Nouveau Testament, qui comprenait quatre évangiles et argumentait contre les objections à leur encontre. Ainsi, alors qu'il y avait beaucoup de discussions dans l'Église primitive sur le canon du Nouveau Testament, les écrits "majeurs" ont été acceptés par presque toutes les autorités chrétiennes au milieu du deuxième siècle[8].

Les deux cents années suivantes ont suivi un processus similaire de discussion continue dans toute l'Église et d'affinements localisés de l'acceptation. Ce processus n'était pas encore achevé au moment du premier concile de Nicée en 325, bien que des progrès substantiels aient été accomplis à ce moment-là. Bien qu'une liste était clairement nécessaire pour remplir la commande de Constantin dans 331 des cinquante exemplaires de la Bible pour l'Église à Constantinople, aucune preuve concrète n'existe pour indiquer qu'elle était considérée comme un canon officiel. En l’absence de liste canonique, la résolution des questions aurait normalement dû être dirigée par le siège de Constantinople, en consultation avec l’évêque Eusèbe de Césarée (qui a reçu la commission), et peut-être d’autres évêques disponibles localement.

Dans sa lettre de Pâques de 367, Athanase, évêque d'Alexandrie, a donné une liste d'exactement les mêmes livres qui deviendraient officiellement le canon du Nouveau Testament, et il a utilisé le mot "canonisé" (kanonizomena) à leur sujet. Le premier concile qui accepta l'actuel canon catholique (le Canon de Trente) fut le concile de Rome, tenu par le pape Damase I (382). Un deuxième concile s'est tenu au Synode d'Hippone (393) réaffirmant la liste des conciles précédents[9]. Un bref résumé des actes a été lu et accepté par le Conseil de Carthage (397) et le Conseil de Carthage(419)[10]. Ces conciles ont eu lieu sous l'autorité de saint Augustin, qui considérait le canon comme déjà fermé. Le concile de Rome du pape Damas Ier en 382, si le Decretum Gelasianum y est correctement associé, a émis un canon biblique identique à celui mentionné ci-dessus, ou sinon la liste est au moins une compilation du VIe siècle revendiquant une Imprimatur du IVe siècle. De même, la commande par Damase de l'édition latine de la Vulgate de la Bible, c. 383, a joué un rôle déterminant dans la fixation du canon en Occident. En 405, le pape Innocent Ier envoie une liste des livres sacrés à un évêque gaulois, Exsuperius de Toulouse. Cependant, lorsque ces évêques et conciles se sont exprimés sur la question, ils ne définissaient pas quelque chose de nouveau, mais «ratifiaient ce qui était déjà devenu l'esprit de l'Église». Ainsi, à partir du Ve siècle, l'Église occidentale était unanime concernant le canon du Nouveau Testament.

Le dernier livre à être accepté universellement était le Livre de l'Apocalypse, bien qu'avec le temps, toute l'Église d'Orient ait également accepté. Ainsi, au Ve siècle, les Églises d'Occident et d'Orient s'étaient mises d'accord sur la question du canon du Nouveau Testament. Le Concile de Trente de 1546 a réaffirmé cette finalisation pour le catholicisme à la suite de la Réforme protestante. Les trente-neuf articles de 1563 pour l'Église d'Angleterre et la confession de foi de Westminster de 1647 pour les presbytériens anglais ont établi les finalisations officielles de ces nouvelles branches du christianisme à la lumière de la foi réformée. Le Synode de Jérusalem de 1672 n'a apporté aucune modification au canon du Nouveau Testament pour aucun orthodoxe, mais a résolu quelques questions sur certains des livres mineurs de l'Ancien Testament pour les Grecs orthodoxes et la plupart des autres juridictions orthodoxes (qui ont choisi de l'accepter)[11].

RéférencesModifier

  1. "Canon", George J. Reid. In The Catholic Encyclopedia, ed. Charles George Herbermann (Robert Appleton Company, 1908) pp. 272, 273.
  2. https://taylormarshall.com/2008/08/decree-of-council-of-rome-ad-382-on.html
  3. « Decree of Council of Rome (AD 382) on the Biblical Canon », sur Taylor Marshall, (consulté le 1er décembre 2019)
  4. Reig, George. "Canon of the Old Testament." The Catholic Encyclopedia (1908).
  5. « Quotations in the New Testament. Crawford Howell Toy », The Old Testament Student, vol. 3, no 9,‎ , p. 363–365 (ISSN 0190-5945, DOI 10.1086/469455)
  6. Bruce, F. F. The Books and the Parchments. (Fleming H. Revell Company, 1963) p. 109.
  7. Both points taken from Mark A. Noll's Turning Points, (Baker Academic, 1997) pp. 36–37.
  8. The Cambridge History of the Bible (volume 1) eds. P. R. Ackroyd and C. F. Evans (Cambridge University Press, 1970) p. 308.
  9. David Brakke, « Canon Formation and Social Conflict in Fourth-Century Egypt: Athanasius of Alexandria's Thirty-Ninth 'Festal Letter' », The Harvard Theological Review, vol. 87, no 4,‎ , p. 395–419 (DOI 10.1017/S0017816000030200, JSTOR 1509966)
  10. McDonald & Sanders' The Canon Debate, Appendix D-2, note 19: "Revelation was added later in 419 at the subsequent synod of Carthage."
  11. Everett Ferguson, "Factors leading to the Selection and Closure of the New Testament Canon", in The Canon Debate. eds. L. M. McDonald & J. A. Sanders (Hendrickson, 2002) p. 320; F. F. Bruce, The Canon of Scripture (Intervarsity Press, 1988) p. 230; cf. Augustine, De Civitate Dei 22.8