Camburat

commune française du département du Lot

Camburat
Camburat
Blason de Camburat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Figeac
Intercommunalité Communauté de communes Grand-Figeac
Maire
Mandat
Daniel Paget
2020-2026
Code postal 46100
Code commune 46053
Démographie
Population
municipale
423 hab. (2018 en augmentation de 4,44 % par rapport à 2013)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 38″ nord, 1° 59′ 54″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 400 m
Superficie 8,03 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Figeac
(banlieue)
Aire d'attraction Figeac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Figeac-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Camburat
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Camburat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Camburat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Camburat

Camburat est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Camburat[1]
Fourmagnac Cardaillac
Fons   Planioles
Lissac-et-Mouret Figeac

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat, Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 12,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 11,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 042 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Maurs », sur la commune de Maurs, mise en service en 1992[7]et qui se trouve à 18 km à vol d'oiseau[8],[Note 2], où la température moyenne annuelle est de 12 °C et la hauteur de précipitations de 1 176,3 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Aurillac », sur la commune d'Aurillac, dans le département du Cantal, mise en service en 1945 et à 47 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,2 °C pour la période 1971-2000[11], à 10,2 °C pour 1981-2010[12], puis à 10,8 °C pour 1991-2020[13].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[14],[15],[16].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Camburat est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[17],[18],[19]. Elle appartient à l'unité urbaine de Figeac, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[20] et 13 328 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[21],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Figeac dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 59 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[23],[24].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (88,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (82,6 %), forêts (10,7 %), zones agricoles hétérogènes (6 %), zones urbanisées (0,7 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Le toponyme Camburat est basé sur l'anthroponyme gallo-romain Camburus ou Cambarius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes. Ce qui donna Camburacum puis Camburac. Le passage du -ac au -at auvergnat se serait fait à l'époque romane, aux alentours du XIIIe siècle. Ce serait le nom donné par un propriétaire nord-occitan, par un gavach : une personne descendue de la montagne vers la plaine pour la repeupler[26].

HistoireModifier

Historiquement, c'est une paroisse née dans la dépendance des seigneurs de Cardaillac. L'histoire politique de Camburat est assez confuse tout au long du Moyen-Âge. Les intérêts des deux plus puissantes familles seigneuriales de cette partie du Haut-Quercy s'y mêlent allègrement : il est même étonnant que les Cardaillac aient toléré une possession des Barasc - ne serait-ce que le patronage d'un hôpital - sans qu'aucun conflit n'éclate entre eux.

Au XVe siècle, et certainement avant, même si on n'en a pas la preuve formelle, l'unique paroisse desservie dans l'église Saint-Sernin était partagée en deux seigneuries distinctes: la plus importante était installée au chef-lieu, l'autre plus modeste à Roques. Toutes les deux restèrent tout de même dans la sphère d'influence du castrum de Cardaillac : d'abord simple paroisse relevant de ce centre politique, la seigneurie de Cardaillac ne cessa d'être la vassale des coseigneurs de Cardaillac. La commune est très pauvre en vestiges aussi bien architecturaux qu'archéologiques du Moyen-Âge. La prospection du sol s'est révélée totalement infructueuse : aucun site pré ou protohistorique ni même gallo-romain ou médiéval n'a été découvert. La nature du terrain en est certainement une des causes : beaucoup de terre cultivées se trouvent dans la vallée du Deauzou, qui a connu un alluvionnement si important que les vestiges mobiles antiques et médiévaux doivent être à une profondeur inaccessible. Le toponyme est pourtant évocateur d'une présence gallo-romaine. C'est, en effet, un ancien Camburac : au Moyen-Âge les documents parlent de Camburaco, mais l'évolution linguistique n'a pas retenu la terminaison -ac.

La documentation du Bas Moyen-Âge témoigne toutefois d'une mise en culture intense. De nombreux textes concernent des acensements de mas isolés ou groupés, aussi bien dans la moitié septentrionale (Doulan) que méridionale (Roques) de l'actuel territoire communal. Le nombre de terroirs différents - une cinquantaine - rencontrés dans les actes concernant la seigneurie de Roques en est un autre témoin.

Pour les périodes antérieures, on est obligé d'extrapoler faute de documentation suffisante. La paroisse était peut-être érigée dès le Haut Moyen-Âge si on s'en réfère à l'invocation sous laquelle est placée l'église. Camburat n'était pas non plus le seul peuplement à cette époque puisque les abords du village de Roques sont les seuls à avoir conservé le souvenir du chemin Saint-Vivien. Des deux habitats groupés, le chef-lieu était le plus important et certainement le plus précoce, mais sa forme actuelle nous masque son évolution morphologique et sa possible organisation castrale. Il semble que le tort en revienne à une importante voie de communication qui a détourné l'habitat des rives du Drauzou et dispersé ensuite le long de son passage.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs[27]
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1794 Pierre Thomas    
1794 1795 Jean Andre    
1795 1797 Antoine Lacaze    
1798 1837 Pierre Montels    
1837 1846 Jean Doumerg    
1846 1870 Pierre Montel    
1870 1871 Jean Pierre Beulaguet    
1871 1874 Jean Frejaville    
1874 1876 Jean Beulaguet    
1876 1880 Jean Frejaville    
1881 1901 Jean Beulaguet    
mars 2001 En cours Bernadette Lample    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[29].

En 2018, la commune comptait 423 habitants[Note 5], en augmentation de 4,44 % par rapport à 2013 (Lot : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
498556579563602643628637637
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
636582552549565523513470453
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
431402407328298268260240202
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
214201228239242246398420410
2017 2018 - - - - - - -
421423-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Antoine César de Conquans, seigneur de Camburat. Baptisé le 4 mai 1693 à Camburat. Décédé à Camburat le 9 septembre 1751. Inhumé dans l'église du lieu en présence de toute la paroisse. il fut maintenu dans sa noblesse le 7 juillet 1716[33][pertinence contestée].

HéraldiqueModifier

  Blason
Coupé : au 1er d'azur à un phénix couronné d'or sur son immortalité de gueules, au 2d de sinople à une brebis passante d'argent colletée, clarinée et onglée de pourpre[34].
Détails
Le phénix couronné d'or rappelle l'aigle couronnée d’or sur azur des armoiries de la famille de Conquans, originaire d’Auvergne, qui résida à Camburat aux XVIIe et XVIIIe siècle.

Il symbolise aussi la renaissance de Camburat après le drame subi lors de la Seconde Guerre mondiale où 23 maisons ont été incendiées par la 2ème DB de l'armée allemande.

La brebis symbolise l'importance de l'élevage pour la commune.

Création Michel Degand, adoptée le .

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Maurs - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Camburat et Maurs », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Maurs - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Camburat et Aurillac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique d'Aurillac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique d'Aurillac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique d'Aurillac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Camburat », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « Liste des ZNIEFF de la commune de Camburat », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « Liste des espaces protégés sur la commune de Camburat », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Unité urbaine 2020 de Figeac », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  21. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  22. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  26. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 41, 108, 129.
  27. « Les maires de Camburat », sur francegenweb.org, (consulté le ).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  32. « Église paroissiale Saint-Saturnin », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  33. Sources : registre paroissial de Camburat.
  34. « 46053 Camburat (Lot) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :