Ouvrir le menu principal

Walt Disney Studios Distribution

distributeur de films
(Redirigé depuis Buena Vista Distribution)

Walt Disney Studios Distribution
Création 1953
Dates clés 2007 : renommage en Walt Disney Studios Distribution
Fondateurs Roy Oliver DisneyVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Filiale
Siège social BurbankVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Walt Disney StudiosVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité distribution cinématographique
Société mère Walt Disney Studios Entertainment
The Walt Disney Company
Site web Site officiel

Walt Disney Studios Distribution (anciennement Buena Vista Film Distribution Company, Buena Vista Distribution Company et Buena Vista Pictures Distribution) est le nom de la société de distribution des productions cinématographiques de la Walt Disney Company. Elle dépend de Walt Disney Studios Motion Pictures qui chapeaute aussi Walt Disney Studios Motion Production, l'organe de production cinématographique.

HistoriqueModifier

1953-1960 : Buena Vista Pictures DistributionModifier

 
L'ancien logo de Buena Vista

En 1937, le studio Disney signe un contrat de distribution avec RKO Pictures[1]. Fin 1948, RKO encore le distributeur du studio Disney à l'époque refuse de commercialiser le film L'Île aux phoques qui ne dure qu'une demi-heure[2]. Disney signe alors un contrat directement avec quelques cinémas de Los Angeles et New York pour projeter le film[2]. Ce n'est qu'après avoir démontré être commercialement intéressant que RKO a accepté de distribuer le film dans le reste des États-Unis[2].

L'idée que le studio devienne son propre distributeur est portée par Roy O. Disney frère de Walt qui avait déjà poussé son frère à accorder des licences pour des produits dérivés au début des années 1930[3]. La filiale de distribution de Disney est créée sous le nom de Buena Vista Pictures Distribution le par Walt Disney afin de ne plus être lié à d'autres groupes cinématographiques[4]. Le premier film à être distribué par Buena Vista est Le Désert vivant de la série des True-Life Adventures[4]. Le contrat avec RKO s'arrête pour les longs métrages en 1954 et pour les courts métrages en 1956[1].

En 1954, Leo F. Samuels, premier président de la filiale et responsable mondial des ventes pour Walt Disney Productions évoque la stratégie du groupe au magazine Motion Pictures Herald[5] : « Par étape successive nous avons repris le contrôle de notre musique, de nos produits dérivés et des nos accessoires. Il est donc naturel qu'un jour nous distribuions nous même nos films. » L'un des premiers directeurs est Irving Ludwig engagé en 1940 comme représentant de commerce pour Fantasia[6].

Son siège social était situé à New York, jusqu'au début des années 1970.

1961-2006 : Buena Vista DistributionModifier

La société est renommée Buena Vista Distribution en 1961 puis elle fut intégrée à Buena Vista Entertainment du fait des multiples activités de la société. Le logo de la société représentait la silhouette du château de la Belle au bois dormant à Disneyland en Californie jusqu'en 2007.

Ce n'est qu'à la fin des années 1970, que le studio se lance dans l'édition de film sur support vidéo de masse. La première sortie pour la société d'une production sur support vidéodisque/Laserdisc a eu lieu le [7]

En octobre 1980, édite ses premiers films à la fois sur support VHS et betamax[8]. En plus de quelques compilations de courts métrages d'animation, dix films sont édités sous ces formats dont Le Trou noir et Un amour de Coccinelle[8].

Le premier long métrage d'animation Disney à sortir en vidéo est Dumbo, édité en juin 1981 mais en location seulement[7]. Alice au pays des merveilles est lui édité de la même façon en octobre 1981 puis les deux titres sont mis en vente libre à partir de 1982[7].

À partir de juillet 1985, Pinocchio est à son tour édité en vidéo et inaugure le système pour les sorties vidéo Disney[7] : un « titre est édité, disponible en temps limité, retiré ensuite de la vente afin de permettre une période moratoire et une réédition quelques années plus tard »[7]. Ce système a été baptisé « The Vault » (« le coffre-fort) »[9]. C'est aussi en 1985 qu'est sorti la première tentative d'édition directe en vidéo avec Breakin' Through[7] de Peter Medak. Le système n'a été relancé qu'en 1994 avec le premier long métrage d'animation en direct-to-video, Le Retour de Jafar puis d'autres productions[7].

En 1991, les sociétés Buena Vista Home Entertainment (ou Buena Vista Distribution) et Buena Vista International sont créées pour assurer la distribution des productions des différents groupes de Buena Vista.

Le , Buena Vista Home Entertainment annonce qu'elle éditera des films sur support DVD[10].

Le , BVHE annonce la vente de films en ligne à partir du via le service CinemaNow[11]. Le , Buena Vista Home Entertainment annonce ses premiers disques blu-ray pour le 19 septembre 2006[12]. Le , Disney édite son premier lot de disque Blu-ray[13].

Le , le lancement du service Disney+ va mettre un terme à la politique commerciale du Vault en offrant l'intégralité du catalogue de films Disney en ligne au lieu de l'alternance de disponibilités-indisponibilités artificielles[9],[14],[15].

Depuis 2007 : Walt Disney Studios Motion PicturesModifier

Le , une information est parue sur la suppression possible à partir du mois de mai 2007 du nom Buena Vista au profit de Disney[16]. Ce renommage rentrerait dans une politique de simplification des marques de la Walt Disney Company entamée par Robert Iger. Le nouveau nom est officiellement depuis août 2007 Walt Disney Studios Entertainment, la filiale de distribution est ainsi devenue Walt Disney Studios Motion Pictures.

Le , Steven Spielberg annonce achever la signature d'un contrat de 6 ans pour accorder à Disney la distribution de 30 films de DreamWorks SKG[17],[18]. Le , Walt Disney Studios Motion Pictures annonce la commercialisation au Japon de films au format MicroSD, fournies par Panasonic[19].

Le , Disney annonce que la sortie DVD aux États-Unis du film Alice au pays des merveilles (2010) de Tim Burton devrait se faire trois mois après sa sortie en salle, ce qui mécontente les exploitants de salles[20]. Le , UTV Motion Pictures annonce que Walt Disney Studios Home Entertainment assurera la distribution en Inde des grosses productions du studio[21]. Le , Disney France et VidéoFutur signent un accord de distribution en vidéo à la demande[22]. Le même jour, Disney renouvelle son contrat de distribution de films en Asie sur les chaînes du groupe Fox International Channels[23]. Le , Disney annonce payer 115 millions d'USD à Paramount Pictures pour reprendre les droits de commercialisation et de distribution de deux films Marvel, The Avengers (2012) et Iron Man 3 (2013)[24]. Le , Disney annonce que la distribution de films (Walt Disney Studios Motion Pictures) et de séries télévisées (Disney-ABC Television Group) sur support et sur internet sera gérée par une même entité de Disney Media Networks[25],[26]. La filiale télévisuelle est nommée Disney Media Distribution.

Le , Chuck Viane annonce son départ pour juillet 2011 de la présidence de la distribution globale de Walt Disney Studios Motion Pictures après 25 ans de carrière chez Disney et Dave Hollis, employé depuis 10 ans chez Disney, doit assurer la transition avec un remplaçant encore non désigné et reporter à Bob Chapek[27]. Le , Disney signe un accord avec La Sexta pour diffuser 60 films sur la chaîne espagnole LaSexta3[28]. Le , Disney crée une filiale en Afrique du Sud pour assurer la distribution de ses films[29].

Le , RTL Group signe un contrat de trois ans avec Walt Disney Studios Motion Pictures[30] pour diffuser des films du catalogue Disney en Allemagne sur les chaînes de Mediengruppe RTL Deutschland[31]. Le , Disney annonce réduire sa fenêtre de distribution pour les DVD et Blu-Ray en location chez Redbox à 28 jours[32]. Le , DreamWorks ne renouvelle pas son contrat de distribution international avec Disney[33]. Le , Disney annonce la fermeture du site de vidéo en ligne Disney Movies Online pour le 31 décembre[34]. Le , Disney signe un contrat de diffusion avec l'espagnol Wuaki.tv, filiale de Rakuten, pour un catalogue de films et séries disponible sur des appareils connectés à internet[35]. Le , Disney et Netflix signent un contrat de diffusion pour des films de Walt Disney Animation Studios, Pixar Animation Studios, Marvel Studios et Disneynature, des anciens films à partir de 2013 et les nouveaux à compter de 2016[36].

Le , Disney annonce que Les Mondes de Ralph sera le premier film disponible aux États-Unis en téléchargement avant sa sortie en DVD/Blu-Ray (12 février contre 5 mars)[37]. Le , Walt Disney Studios et Sensio Technologies signent un contrat pour diffuser du contenu 3D en VOD[38]. Le , Disney rejoint avec Paramount et Lionsgate la Digital Cinema Distribution Coalition, alliance d'AMC, Regal, Cinemark, Universal Pictures et Warner Bros pour la distribution de films par satellite en Amérique du Nord[39]. Le , la presse révèle une dispute financière entre Disney et AMC Theatres au sujet de leur part respective des revenues sur les ventes de billet pour la sortie du film Iron Man 3[40]. Le , Disney est désormais en conflit avec AMC Theatres, Regal Entertainment et Cinemark pour la vente de billet du film Iron Man 3[41]. Le , Disney, AMC, Regal et Cinemark parviennent à un accord pour le prix des billets[42]. Le , Netflix annonce que les productions Disney-Marvel et Dreamworkds sont disponibles sur son service au Royaume-Uni et en Irlande[43]. Le , OMD filiale de Omnicom Group annonce reprendre le contrat publicitaire de la division cinématographique de Disney estimé à 800 millions d'USD[44].

Le , Disney lance Disney Movies Anywhere aux États-Unis, un service gratuit de stockage de films de type cloud pour les films achetés sur support physique ou au travers d'une application mais uniquement compatible avec iOS[45],[46],[47]. Le , en raison d'un conflit entre Disney et Amazon sur les prix, ce dernier stoppe les précommandes de certains films dont Les Gardiens de la Galaxie[48].

Le , DreamWorks annonce rompre son contrat de distribution avec Walt Disney Studios en 2016 au profit d'Universal[49],[50],[51]. Le , Disney annonce que son service Disney Movies Anywhere est disponible sur Amazon Video et Microsoft Movies et le sera le 18 septembre sur Roku et Android TV[52],[53]. Le , Disney signe un contrat avec Tencent pour rendre disponible en streaming la saga Star Wars en Chine avant la sortie de Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force[54],[55]. Le , Disney négocie avec Netflix pour rendre Star Wars disponible en streaming en Amérique latine avec la sortie de Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force[56],[57],[58],[59]. Le , Lionsgate signe un contrat de distribution pour la Russie avec Walt Disney Studios Motion Pictures[60],[61]. Le , Sky renouvelle son partenariat avec Disney pour sécuriser la sortie des prochains films des studios Disney-Marvel-Lucasfilm au Royaume-Uni sur son service Sky Movies au détriment de Netflix ou Amazon[62],[63],[64].

Le , selon Variety, Disney/ABC Home Entertainment démarcherait les réseaux de télévisions pour un lot de 9 films Star Wars alors que l'épisode VII vient juste de sortir[65]. Le , plusieurs studios hollywoodiens dont Disney gagnent le procès intenté en juin contre le site VidAngel qui détournait la location dématérialisée de DVDs à la journée pour 1$ en un service vidéo à la demande[66]. Le , Disney demande aux autres studios d'Hollywood d'adhérer au service Disney Movies Anywhere en ajoutant leur contenu[67].

Le , Disney et National CineMedia (en) lancent Noovie un service de régie publicitaire pour les salles de cinéma américaines proposant du contenu exclusif Disney avant les films[68]. Le , Disney intente un procès contre le spécialiste américain de location de films Redbox en raison de la vente des codes des copies numériques sans la version physique des films[69],[70],[71],[72]. Le , Disney demande une injonction contre Redbox pour faire stopper la vente de code de téléchargement associé à des boîtiers de DVD ou Blu-ray en location[73]. Le , dans l'affaire qui l'oppose à Disney, Redbox contre-attaque arguant d'une mauvaise interprétation du droit d'auteurs[74].

Le , dans l'affaire qui l'oppose à Redbox, un juge déboute Disney de sa demande d'injonction qui aurait forcer Redbox à suspendre ses ventes en ligne[75],[76]. Le , Disney demande une injonction complémentaire dans le procès qui l'oppose à Redbox un peu avant la sortie en vidéo de Black Panther[77],[78]. Le , Disney obtient une injonction dans le procès qui l'oppose à Redbox[79],[80].

Autres informationsModifier

Les directeursModifier

  • Leo F. Samuels, premier président à partir de 1953[5]
  • Irving Ludwig nommé directeur en 1953 puis président de 1959 jusqu'à sa retraite en 1980[81].
  • Dick Cook de 1980 à septembre 2009[82].

La distribution sous Buena VistaModifier

Entre 1957 et 1959, la société de distribution Buena Vista, créée en 1952 pour distribuer les films de Disney, tente de distribuer des productions non Disney, six films font partie de cette première tentative[83].

Contrat avec le Studio GhibliModifier

En 2001, Buena Vista a signé un contrat avec la société de diffusion du Studio Ghibli (fondé par Hayao Miyazaki et Isao Takahata, dirigé par Toshio Suzuki) lui donnant les droits de distribuer hors du Japon les œuvres du grand maître japonais des dessins animés de long métrage, souvent comparé à Walt Disney[84]. Ainsi la société sort les films du studio Ghibli en DVD numérotés sur la tranche en chiffres arabes et japonais. Cette numérotation correspond seulement à l'ordre de parution des DVD et non pas à l'ordre (chronologique) de sortie des films au Japon.

  1. Princesse Mononoké (2001)
  2. Le Voyage de Chihiro (2002)
  3. Le Château dans le ciel (2003)
  4. Le Royaume des chats (2004)
  5. Kiki la petite sorcière (2005)
  6. Le Château ambulant (2006)
  7. Porco Rosso (2006) (Réédition avec numéro)
  8. Mon voisin Totoro (2006)
  9. Pompoko (2006)
  10. Nausicaä de la vallée du vent (2007)
  11. Souvenirs goutte à goutte (2007)
  12. Les Contes de Terremer (2007)
  13. Ponyo sur la falaise (2008)

RéférencesModifier

  1. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 458
  2. a b et c (en) Bob Thomas, Walt Disney, an american original, pp. 213-214
  3. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 433
  4. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 80
  5. a et b (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 373
  6. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 259.
  7. a b c d e f et g (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 587
  8. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 586
  9. a et b (en) Charlie Hall, « Disney’s new streaming service will include ‘the entire Disney motion picture library’ », sur polygon.com, (consulté le 12 septembre 2019)
  10. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 1997 - Disney Through the Decades », (consulté le 22 janvier 2010), p. 6
  11. (en) « Disney To Sell Films Online »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  12. (en) First Disney Blu-ray Titles To Ship
  13. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2006 - Key Dates », (consulté le 28 janvier 2010), p. 31
  14. (en) Sarah Perez, « Disney’s forthcoming streaming service will kill the Disney Vault », sur techcrunch.com, (consulté le 12 septembre 2019)
  15. (en) Valentina Palladino, « Disney to close “vault” for good as it moves film library to streaming service », sur Ars Technica, (consulté le 12 septembre 2019)
  16. (en) Bloomberg.com: Worldwide
  17. (en) AP Sources: DreamWorks, Disney talk distribution
  18. (en) Spielberg Deal With Disney for 6 Years, 30 Films, FT Reports
  19. Disney va avoir de la mémoire... Flash
  20. (en) Disney's plan to release 'Alice' on DVD early upsets theaters
  21. (en) Walt Disney to market, distribute UTV's key movie titles
  22. VideoFutur : accord de VàD avec Walt Disney France
  23. (en) Disney, Fox Int'l continue Asia output pact
  24. (en) « Disney to pay $115M to distribute 2 Marvel movies »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  25. (en) Disney merges television distribution into home entertainment
  26. (en) Disney Combines Home Entertainment and TV Distribution
  27. (en) Nikki Finke, « Disney's Chuck Viane Retiring: Dave Hollis Promoted To EVP Theatrical Exhibition Sales/Distribution », sur Deadline.com, (consulté le 9 mars 2018)
  28. (en) « Disney inks deal with La Sexta », sur Variety, (consulté le 9 mars 2018)
  29. (en) Walt Disney Company Africa Releases For Spring
  30. (en) RTL Buys Film and TV Content From Disney, Handelsblatt Reports
  31. (en) RTL Germany secures Disney package
  32. (en) Disney may make Redbox wait 28 days for new movies
  33. (en) DreamWorks replaces Disney with new international partner
  34. (en) Disney to shutter online movie store, website
  35. (en) Spain’s Wuaki.tv adds Disney films to Premium Plan
  36. (en) Netflix inks Disney deal, but no new films 'til 2016
  37. (en) Disney announces Wreck-It Ralph will arrive for download before DVD, Blu-ray
  38. (en) Disney inks 3-D VOD deal
  39. (en) Paramount and Disney sign up to distribute theatrical films via satellite
  40. (en) Disney-AMC Theaters Dispute Breaks Into Public
  41. (en) Disney in Iron Man 3 ticket dispute with AMC, Regal, Cinemark chains
  42. (en) Disney Settles ‘Iron Man 3’ Dispute With Biggest Theaters
  43. (en) Netflix adds Disney titles in UK
  44. (en) Disney Moves $800 Million in Media Business to OMD
  45. (en) Disney launches cloud-based film service Disney Movies Anywhere
  46. (en) Disney Throws Open the Gates to Its Own Digital Movie Service
  47. (en) Disney launches cloud movie service for mobile, online viewing
  48. Amazon spoiling for another rumble, halts Blu-ray pre-orders in Disney spat
  49. (en) Dave McNary, « Steven Spielberg’s DreamWorks to Leave Disney, Possibly for Universal », sur Variety, (consulté le 8 mars 2016)
  50. (en) Daniel Miller, « DreamWorks Studios to part with the Walt Disney Co. next year », sur Los Angeles Times, (consulté le 8 mars 2016)
  51. (en) Brooks Barnes, Michael Cieply, « Spielberg’s DreamWorks Studio Expected to End Distribution Pact With Disney », sur The New York Times, (consulté le 8 mars 2016)
  52. (en) James Rainey, « Disney’s Movies Anywhere Service Expands to New Digital Platforms », sur Variety, (consulté le 15 mars 2016)
  53. (en) Chris Welch, « Disney's fantastic cloud movie locker now works with Amazon, Microsoft video apps », sur The Verge, (consulté le 15 mars 2016)
  54. (en) PRNewswire, « The Entire Star Wars Saga now Available on Tencent's Platform in China », sur prnewswire, (consulté le 16 mars 2016)
  55. (en) Amanda Connolly, « Tencent partners with Disney to exclusively stream Star Wars in China », sur thenextweb.com, (consulté le 16 mars 2016)
  56. (en) Ben Fritz, « Disney in Talks to License ‘Star Wars’ Films to Netflix in Latin America », sur The Wall Street Journal, (consulté le 17 mars 2016)
  57. (en) Sandro Monetti, « Netflix, Disney in Star Wars Talks », sur Los Angeles Business Journal, (consulté le 17 mars 2016)
  58. (en) Lucas Shaw, « Netflix in Talks With Disney for Older `Star Wars' Movies in Latin America », sur Bloomberg News, (consulté le 17 mars 2016)
  59. (en) Jon Kostakopoulos, « Disney, Netflix Bringing 'The Force' to Latin America -- a Good Investment? », sur thestreet.com, (consulté le 17 mars 2016)
  60. (en) Dave McNary, « Lionsgate Taps Disney for Movie Distribution in Russia », sur Variety, (consulté le 20 mars 2016)
  61. (en) Etan Vlessing, « Lionsgate Signs Movie Output Deal With Disney's Buena Vista For Russia », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 20 mars 2016)
  62. (en) Christopher Williams, « Sky signs new exclusive rights deal with Disney », sur Daily Telegraph, (consulté le 22 mars 2016)
  63. (en) Ali Jaafar, « Disney And Sky Extend Film & TV Output Deal », sur Deadline.com, (consulté le 22 mars 2016)
  64. (en) Leo Barraclough, « Disney Inks New Deal with U.K. Pay TV Operator Sky », sur Variety, (consulté le 22 mars 2016)
  65. (en) Cynthia Littleton, « Disney Seeking Rich Deal For TV Rights to ‘Star Wars’ Movies », sur Variety, (consulté le 22 juillet 2016)
  66. (en) Edvard Pettersson, « Disney, Fox Win Bid to Shut Sanitized Streaming Service », sur Bloomberg News, (consulté le 24 juillet 2017)
  67. (en) Anousha Sakoui, Scott Soshnick, Christopher Palmeri, « Disney Said to Ask Other Studios to Join Digital Movie Service », sur Bloomberg News, (consulté le 16 août 2017)
  68. (en) Paul Bond, « Disney Partnership Will Bring Behind-the-Scenes Content to Theaters », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 9 mars 2018)
  69. (en) en Fritz, « Disney Sues Redbox Over Digital Movie Sales », sur The Wall Street Journal, (consulté le 4 avril 2018)
  70. (en) Todd Spangler, « Disney Sues to Block Redbox’s Digital Movie Sales », sur Variety, (consulté le 4 avril 2018)
  71. (en) Ryan Faughner, « Disney sues Redbox to stop digital movie sales, in the latest feud between the companies », sur Los Angeles Times, (consulté le 4 avril 2018)
  72. (en) Bryan Bishop, « Disney is suing Redbox to stop it from selling digital download codes », sur The Verge, (consulté le 4 avril 2018)
  73. (en) Eriq Gardner, « Disney Pushes for Injunction Against Redbox Over Movie Download Codes », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 10 avril 2018)
  74. (en) Alex Osborn, « Disney Sued by Redbox for Alleged Copyright Misuse », sur IGN, (consulté le 29 mai 2018)
  75. (en) Gene Maddaus, « Judge Rejects Disney’s Bid for an Injunction Against Redbox », sur Variety, (consulté le 28 juin 2018)
  76. (en) Bryan Bishop, Kaitlyn Tiffany, « Disney loses bid to stop Redbox from selling its digital download codes », sur The Verge, (consulté le 28 juin 2018)
  77. (en) Dawn C. Chmielewski, « Disney Tries Again To Block Redbox’s Sale Of Download Codes As It Prepares For Home Video Release of ‘Black Panther’ », sur deadline.com, (consulté le 12 octobre 2018)
  78. (en) Eriq Gardner, « Disney Looks to Stop Redbox From Selling 'Black Panther' Download Codes », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 12 octobre 2018)
  79. (en) Dirk Libbey, « Disney Just Got A Win In Lawsuit Against Redbox », sur cinemablend.com, (consulté le 29 mars 2019)
  80. (en) Newton Media, « Disney granted injunction against DVD kiosk company », sur World IP Review, (consulté le 29 mars 2019)
  81. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 337
  82. Walt Disney studio chief Dick Cook resigns
  83. (en) Disney’s forgotten live-action releases, 1957-59
  84. STUDIO GHIBLI, A NEW FORCE IN ANIMATION