Brie-sous-Matha

commune française du département de la Charente-Maritime

Brie-sous-Matha est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Brie-sous-Matha
Brie-sous-Matha
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Intercommunalité Vals de Saintonge Communauté
Maire
Mandat
Bernard Goursaud
2020-2026
Code postal 17160
Code commune 17067
Démographie
Gentilé Briellois
Population
municipale
173 hab. (2019 en diminution de 9,9 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 12″ nord, 0° 14′ 57″ ouest
Altitude Min. 21 m
Max. 73 m
Superficie 6,3 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Matha
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Brie-sous-Matha
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Brie-sous-Matha
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brie-sous-Matha
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brie-sous-Matha
Liens
Site web www.briesousmatha.fr

Ses habitants sont appelés les Briellois et les Brielloises[1].

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Brie-sous-Matha
Louzignac
Sonnac   Ballans
Bréville
(Charente)

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Brie-sous-Matha est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (99,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (44,9 %), cultures permanentes (38,2 %), zones agricoles hétérogènes (16,7 %), forêts (0,3 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

D'après Dauzat, l'origine du nom de Brie, comme ceux des autres communes du même nom dans la région, remonterait au gaulois briga signifiant « hauteur »[8].

HistoireModifier

AdministrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
avant 1988
(réélu en mai 2020[9])
En cours Bernard Goursaud DVG puis POI Agriculteur retraité

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2019, la commune comptait 173 habitants[Note 2], en diminution de 9,9 % par rapport à 2013 (Charente-Maritime : +2,83 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500533559546568610605602566
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
537525515472473473442415380
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
366345333322318292295275263
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
269229209197178176179184201
2014 2019 - - - - - - -
184173-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 24,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (29 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 38,8 % la même année, alors qu'il est de 34,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 92 hommes pour 84 femmes, soit un taux de 52,27 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (47,85 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
2,4 
10,0 
75-89 ans
15,7 
26,7 
60-74 ans
22,9 
21,1 
45-59 ans
24,1 
15,6 
30-44 ans
12,0 
17,8 
15-29 ans
12,0 
8,9 
0-14 ans
10,8 
Pyramide des âges du département de la Charente-Maritime en 2018 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,5 
9,5 
75-89 ans
12,3 
21,6 
60-74 ans
22,6 
20,2 
45-59 ans
19,8 
16,5 
30-44 ans
15,9 
15,2 
15-29 ans
12,8 
15,9 
0-14 ans
14,1 

Lieux et monumentsModifier

L'église romane

L'église Saint-Pierre, dont la partie la plus ancienne date de XIIe siècle et dont le chœur a été classé monument historique, est de plan rectangulaire à vaisseau unique qui se termine par un chœur en abside s'ouvrant sur une chapelle. Elle a été fortifiée et aménagée en refuge. Du XIIe siècle, il reste le portail encadré de deux colonnettes de chaque côté, la partie inférieure des murs et les chapiteaux et la base des colonnes du chœur. Un escalier à vis mène au clocher.

Le chevet a pris la forme d'une haute tour percée de meurtrières et d'archères dans toutes les directions. Le chœur et l'abside ont été rehaussés et leur partie basse a été murée pour en faire une tour fortifiée. En effet, l'exhaussement de l'abside qui est percée de deux niveaux d'archères a totalement obturé la face orientale du clocher arcade[16].

La présence de deux grandes arcades en arc brisé, obturées, fait penser à des passages vers un couvent attenant dont il ne reste rien[17].

 
La fontaine et les lavoirs.
Les lavoirs

Ils correspondent à une fontaine importante, source du Ru, affluent de la Soloire.

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 116.
  9. « Les maires installés en pays de Matha », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 23.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  14. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Brie-sous-Matha (17067) », (consulté le ).
  15. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente-Maritime (17) », (consulté le ).
  16. L'architecture gothique en Saintonge et en Aunis, Yves Blomme, éditions Bordessoules, (ISBN 2-903504-33-4)
  17. « Eglise Saint-Pierre », notice no IA17006694, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :