Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Bramans

ancienne commune française du département de la Savoie
Bramans
Bramans
Le village (vue vers le nord-est).
Drapeau de Bramans
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Modane
Intercommunalité Communauté de communes Haute Maurienne-Vanoise
Maire délégué Patrick Bois
Code postal 73500
Code commune 73056
Démographie
Gentilé Bramanais
Population 1 959 hab. (2015 en augmentation de 399,74 % par rapport à 2010)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 28″ nord, 6° 46′ 35″ est
Altitude Min. 1 194 m
Max. 3 378 m
Superficie 92,26 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Val-Cenis
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Rhône-Alpes
City locator 15.svg
Bramans

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 15.svg
Bramans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Bramans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Bramans

Bramans est une commune déléguée de la commune de Val-Cenis, ancienne commune française située en Haute Maurienne dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle fusionne le avec les communes de Lanslebourg-Mont-Cenis, Lanslevillard, Sollières-Sardières et Termignon pour former la commune nouvelle de Val-Cenis.

Sommaire

GéographieModifier

 
La vue sur la Dent Parrachée (3 697 m) depuis Bramans.

LocalisationModifier

À 10 kilomètres au nord-est de Modane, Bramans est un village en bordure de la frontière italienne sur l’antique voie romaine qui franchissait le Petit-Mont-Cenis (2 197 m) ou le col du Clapier (2 477 m).

Ce village situé dans le massif du Mont-Cenis marque l'entrée de la Haute-Maurienne-Vanoise et fait partie du parc national de la Vanoise.

En suivant l'antique route vers l'Italie, on trouve le hameau du Planay, carrefour de hautes vallées de la commune (Savine, Ambin et Étache).

Communes limitrophes de Bramans
Aussois Sollières-Sardières

(Val-Cenis)

Lanslebourg-Mont-Cenis

(Val-Cenis)

Avrieux  
Bardonnèche
(Italie)
Exilles
(Italie)
Jaillons
(Italie)

Voies de communication et transportsModifier

Ski Bus de Haute-Maurienne : Plusieurs lignes gratuites pour rejoindre les plus beaux coins ou les stations de la vallée.

  • Ligne-4 (Val-Cenis) [Termignon - Bramans - Le Cerney]
  • Ligne-1 (Haute-Maurienne) [Val-Cenis (Bramans) - Bonneval sur Arc] avec connexion sur la Ligne-2 pour Aussois

Avion :

  • Aéroport de Lyon-Saint-Exupéry (2 h), bus en hiver via Modane.
  • Aéroport de Chambéry - Aix les Bains (1 h 15), bus en hiver via Modane.
  • Aéroport de Genève - Cointrin (2 h).

Train :

  • TGV Quotidien entre Paris et Milan via Chambery descendre à Modane. Puis taxi ou bus "Belle-Savoie" jusqu'à Val-Cenis Bramans.
  • TER sur les lignes Chambery-Modane et Lyon-Modane.

Route :

  • Autoroute A43 entre Lyon et l'Italie via le tunnel du Fréjus, sortir au Freney. Puis D 1006 (anciennement RN 6) de Modane prendre direction Haute-Maurienne-Vanoise (Lanslebourg) sur 10 km jusqu'à Bramans.
  • Depuis Chambéry prendre direction Turin / Maurienne, Saint-Jean-de-Maurienne et Modane. De Modane prendre direction Haute-Maurienne-Vanoise (Lanslebourg) sur 10 km jusqu'à Bramans.

ClimatModifier

Le climat y est de type montagnard :

  • Été : sec et chaud, quelques journées orageuses, pluviométrie l'une des plus basses de Rhône-Alpes. Temps idéal pour la randonnée ;
  • Hiver : sec et froid, possibilités de neige, mais journées ensoleillées, 20 cm de neige en moyenne en haute saison. Temps idéal pour le ski de fond et les balades en raquettes.

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

 
Les villages de la commune.

Le village a dû se répartir en trois éminences à un kilomètre les unes des autres pour se protéger des crues des torrents environnants. En arrivant de Modane on trouve tout d'abord Bramans (1 250 m) qui est le chef-lieu. Situé sur la voie romaine à 250 mètres de la route nationale, il est resté un village typique. À l'intérieur du vieux village, on retrouve l'architecture traditionnelle de la Haute Maurienne, des maisons de paysans, très belles dans leur rusticité, accolées à d'étroites ruelles. On rencontre ensuite le Verney (1 222 m), le long de la grand route, qui connut un boum avec l'ouverture par Napoléon de la route par le col du Mont-Cenis. La rue des diligences et ses petites ruelles sont tout aussi magnifiques les unes que les autres.

Entre Bramans et le Verney, isolé sur une butte, se situe l’ensemble paroissial avec l'église, le presbytère, le cimetière et d'autres chapelles (le Plan de l'Église).

LogementModifier

Le nombre total de logements dans la commune est de 478[1]. Parmi ces logements, 32,6 % sont des résidences principales, 63,8 % sont des résidences secondaires et 3,6 % sont des logements vacants. Ces logements sont pour une part de 73,7 % des maisons individuelles, 24,4 % sont des appartements et enfin seulement 1,9 % sont des logements d'un autre type. Le nombre d'habitants propriétaires de leur logement est de 79,5 %[1]. Ce qui est supérieur à la moyenne nationale qui se monte à près de 55,3 %. Le nombre de locataires est de 12,2 % sur l'ensemble des logements qui est inférieur à la moyenne nationale qui est de 39,8 %[1]. On peut noter également que 8,3 % des habitants de la commune sont des personnes logées gratuitement alors qu'au niveau de l'ensemble de la France le pourcentage est de 4,9 %. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 1,3 % sont des studios, 5,1 % sont des logements de deux pièces, 26,3 % en ont trois, 26,9 % des logements disposent de quatre pièces, et 40,4 % des logements ont cinq pièces ou plus[1].

Projets d'aménagementModifier

  • A la poursuite d'Hannibal

À l'initiative du conseil général de la Savoie, il est réalisé sur la commune une « promenade savoyarde de découverte » sur le thème d'Hannibal. Ce sentier accessible aux valides, comme aux personnes à mobilité réduite, reliera les deux parties du village distantes de 1 000 m environ. Un second sentier, plus long, entre Bramans et Giaglione en Italie est en projet, il nécessitera de gros aménagements, notamment pour rénover la route carolingienne.

  • Saint-Pierre d'Extravache

L'association du patrimoine de la commune de Bramans entreprend depuis 2012 la rénovation d'une des fresques de la ruine de l'église Saint-Pierre d'Extravache, premier emblème de chrétienté de Savoie. L'association compte sur les dons pour financer cette œuvre. L'édifice a déjà profité d'une grosse rénovation à la fin du XXe siècle.

Bramans dispose de plus de 40 km de piste nordiques, réparties sur deux sites. "Le Village" avec des pistes multi-activités. "Le Planay" avec des pistes de ski de fond. Ce dernier n'est accessible que par la navette de Val-Cenis (Ligne-4), sur la D100 fermée en hiver. Depuis la création de la commune de Val-Cenis en 2017, le conseil municipal cherche un moyen plus simple de rejoindre le secteur du Planay depuis le village de Bramans. Un projet de liaison téléportée est en discutions.[2]

Au début des années 1990, les cinq villages de Haute-Maurienne, souhaitent réaliser un domaine skiable qui relie Sollières et Bramans aux pistes de ski de Termignon et celles de Val Cenis Vanoise (Lanslebourg et Lanslevillard), par la Combe des Archettes et le Col de Sollières. Le projet ne permis de relier que les domaines de Termignon à Val Cenis. La fusion des 5 communes en janvier 2017, relança le projet mais dans le seul objectif de liaisons et non plus du développement du domaine skiable.

La route D100 entre le vallon du Planay et le village de Bramans, est l'une des 4 pistes homologuée de bobsleighs sur route de France. Elle à accueilli en 1997/98 les Championnats d'Europe de bobsleigh sur route (organisé par Mâcot-la-Plagne). Depuis la passion pour se sport a resurgis, la route de la Croix du Mollard est éclairée la nuit et sert en hiver pour des démonstration et courses des bobsleigh anciens datant de la fin du 19ème siècle.

ToponymieModifier

 
Vue générale de Bramans.

L'étymologie du nom de Bramans est assez difficile à déterminer : on ne retrouve que des traces sur des manuscrits où il apparaît vers 1338 pour la plus ancienne, puis dans une liste des possessions de la Maison de Savoie qui mentionne parmi elles Cinisius Minor = le Petit Mont-Cenis, et Bramovicum olim Metropolis : Bramans autrefois Métropole, signifiant ainsi que par le passé Bramans a eu un rôle très important.

  • Bramovicum olim Metropolis au XIIIe siècle, Curatus de Bramano au XIVe siècle, Braman en 1338, Bramant en 1546.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Braman (graphie de Conflans) ou Bramans (ORB)[3].

HistoireModifier

Bramans a vu passer trois grands hommes de l'histoire :

Deux présidents de la République sont également passés à Bramans :

  • le président Albert Lebrun en 1936 ;
  • le général de Gaulle, en 1945 au cours d'une prise d'armes pour féliciter le 11e bataillon de chasseurs alpins pour la prise du Mont-Froid.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1968 mars 2001 René Girard RPR ...
mars 2001 mars 2014 Yvon Claraz UMP ...
mars 2014 décembre 2014
Démission[4]
Marcel Favre SE ...
décembre 2014 juin 2017
Démission[5]
Thérèse LEHOUX SE ...
juin 2017 en cours Patrick BOIS SE ...

JumelagesModifier

Jumelage avec Giaglione
Le village de Bramans s'est jumelé le 14 août 2010 avec le village de   Giaglione (Italie). De nombreux projets sont engagés depuis entre les deux communes, notamment sur le thème d'Hannibal. Les relations entre les deux communes n’ont jamais cessé de par l'histoire et la proximité géographique.

ÉconomieModifier

TourismeModifier

En 2014, la capacité d'accueil de la commune/station, estimée par l'organisme Savoie-Mont-Blanc, est de 2 986 lits touristiques répartis dans 354 établissements[6]. Les hébergements se répartissent comme suit : 43 meublés  ; 1 hôtel ; un établissement d'hôtellerie de plein air ; 3 centres ou villages de vacances/maison familiale ; 4 gîtes ou gîtes d'étape et deux chambres d'hôtes[6].

En 2014, la commune est labellisée « Station verte »[7], label abandonné à la fusion dans la commune nouvelle de Val-Cenis.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2015, la commune comptait 1 959 habitants[Note 1], en augmentation de 399,74 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
474 405 588 764 852 854 884 926 888
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
831 792 815 854 782 808 728 733 732
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
648 533 550 506 462 422 351 730 230
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2015 -
303 331 375 378 381 383 426 1 959 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • La Grande Odyssée en janvier (la plus difficile course de chiens de traîneau au monde, en Haute-Maurienne Vanoise).
  • Démonstrations de descentes de Bobs Anciens (2 fois par semaine en hiver pendant les vacances scolaires).
  • Rencontre inter-savoyarde des Bobs Anciens (mi-février).
  • La fête traditionnelle du Pain bénit le 15 août (défilé des pompiers empires et habitants en costumes traditionnelles, et fête de village).
  • La rencontre franco-italienne au col Clapier (Bramans - Giaglione) sur l'Espace Hannibal.
  • Marché automnal (octobre), vente et partage des produits de Haute-Maurienne (France) et du Val de Suse (Italie).

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'Église de Saint Pierre d’Extravache.

L'édifice, considérée comme la plus vieille église de la Savoie, est l'église d'un ancien prieuré[12]. Elle se trouve dans la Vallée du Planay et étaient dans le dernier bourg avant le passage du col Clapier ou col du Petit Mont-Cenis en direction de l'Italie. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1966[13].

  • Église de l'Assomption

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption est construite à l'époque Baroque sur un terrain sablonneux fut détruite et reconstruite de l'autre côté de son clocher au cours du XXe siècle, tout en gardant son style et son décor Baroque Savoyard. Le retable du maître-autel pourrait dater des années 1670-1680, et serait l'œuvre de Claude Simond et Esprit Amabert de Bramans (mention dans ouvrage "En Maurienne - Sur les Chemins du Baroque")[14]. Édifice (bourg) classé "Pays d'Art et d'Histoire".

Lieux de passage d'Hannibal Barca (Annibal), guerrier carthaginois parti conquérir Rome en traversant les Alpes, avec ses 37 éléphants de guerre de type asiatique. Le sentier emprunté entre Bramans et Giaglione porte aujourd'hui le nom de Sentier Hannibal et fait partie du projet Espace Hannibal.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Marc Antoine de Lavis-Trafford : dans les années 1920, un médecin chercheur anglais Marc Antoine de Lavis-Trafford passionné d'archéologie acheta une ferme d'alpage à Bramans, non loin du col du Petit Mont-Cenis, pour se livrer à ses investigations. Il devint célèbre par son obstination à prouver que le passage des Alpes par Hannibal et ses éléphants, en 218 av. J.-C., s'était fait par le col Clapier proche.
  • René Girard : Maire de Bramans pendant 35 ans, il fut Conseiller Général du Canton de Lanslebourg-Mont-Cenis pendant 31 ans et avait occupé le poste de Vice-président de l'Assemblée départementale pendant de nombreuses années. Il est le fils de Florimond Girard, à l'origine de la résistance durant la Seconde Guerre mondiale en Maurienne.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Michèle Brocard, Maurice Messiez-Poche, Pierre Dompnier, Histoire des communes savoyardes : La Maurienne - Chamoux - La Rochette (vol. 3), Roanne, Éditions Horvath, , 558 p. (ISBN 978-2-7171-0289-5, lire en ligne), p. 153-157. ([PDF] lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

RéférencesModifier

  1. a, b, c et d Données INSEE compulsées par le JDN - Bramans
  2. « Compte rendu municipal de Val Cenis du 20/10/2017 », sur www.lanslebourg-montcenis.fr, 20 novenbre 2017
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 23
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. La Rédaction, « Le maire de Bramans démissionne », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  5. La Rédaction, « Compte Rendu conseil municipal », www.bramans.fr,‎ (lire en ligne).
  6. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergement (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  7. « Bramans », Station, sur site du label Station verte - stationverte.com (consulté en mars 2017).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4, lire en ligne), p. 44-45.
  13. « Église Saint-Pierre », notice no PA00118219, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Dominique Peyre, En Maurienne : sur les chemins du Baroque, vol. 3, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Patrimoines », , 190 p. (ISBN 978-2-84206-169-2, lire en ligne), p. 203-214.