Bouriatie

république de Russie

La Bouriatie (russe : Бурятия, Bouriatia), en forme longue la république de Bouriatie (russe : Республика Бурятия, Respoublika Bouriatia, [rʲɪsˈpublʲɪkə bʊˈrʲætʲɪjə] ; bouriate de Russie : Буряад Улас, Bouriaad Oulas, [bʊˈrʲɑːt ʊˈlɑs]), est un sujet, en tant que république, de Russie, situé dans le district fédéral extrême-oriental, dont sa capitale est la ville d'Oulan-Oudé. Rosstat lui attribue le code 03, et son code d'immatriculation est 81. Terre des Bouriates, plus important groupe ethnique minoritaire de Sibérie, leur langue le bouriate est co-officielle avec le russe dans la république.

République de Bouriatie
(ru) Республика Бурятия
(bua) Буряад Улас
Blason de République de Bouriatie
Armoiries de la Bouriatie
Drapeau de République de Bouriatie
Drapeau de la Bouriatie
Bouriatie
Lac Frolikha.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Sibérie orientale
District fédéral Extrême-Orient russe
Statut politique république
Création (100 ans)
Capitale Oulan-Oudé
Chef de la république de Bouriatie Alekseï Tsidenov (ru) (ER)
(2017- )
Président du Khoural populaire de Bouriatie Vladimir Pavlov (ru) (ER)
(2018- )
Démographie
Population 971 922 hab. (2024)
Densité 2,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 53° 48′ nord, 109° 20′ est
Superficie 351 334 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) russe, bouriate
Fuseau horaire UTC+9
Code OKATO 81
Code ISO 3166 RU-BU
Hymne Pesnia o rodnoï zemlié
Immatriculation 03
Localisation
Localisation de République de Bouriatie
Liens
Site web egov-buryatia.ru

Située à la rencontre des paysages steppiques d'Asie centrale, de la taïga de Sibérie orientale et du lac Baïkal, la mer sacrée des Bouriates, la Bouriatie se trouve dans la région montagneuse et steppique de Transbaïkalie, région aussi appelée Daourie. Peuplée par des peuples mongols à la Préhistoire, elle rentre sous la domination des Xiongnu en 220 av. J.-C., une confédération de peuples nomades. Elle est ensuite conquise tour à tour par les Xianbei, le khanat des Ruanruan, le Khaganat kirghize du Ienisseï puis par la dynastie Liao au tournant du second millénaire. Elle est l'une des premières régions à rentrer dans l'Empire mongol lors de sa fondation en 1206. Par la suite, la dynastie Yuan du Nord récupère la région jusqu'au XVIIe siècle. À ce moment-là, les colons russes de la conquête de la Sibérie pénètrent sur le territoire, y établissant les premières colonies. En 1729, le traité de Kiakhta définit la frontière russe avec la dynastie Qing, et la Bouriatie devient russe. Dès lors, elle est successivement une partie de gouvernement de Sibérie, du gouvernement d'Irkoutsk, puis de l'oblast de Transbaïkalie. Après la guerre civile russe, la république socialiste soviétique autonome bouriate-mongole est proclamée en 1923 au sein de la RSFS de Russie. Lors de l'effondrement de l'URSS, la RSSA bouriate devient la république de Bouriatie au sein du nouvel État russe.

En 2024, sa population s'élevait à 971 922 habitants, en stagnation depuis les années 1980. La population est inégalement répartie, avec une densité moyenne de 2,77 habitants/km2, avec une population urbaine à hauteur de 59,3 %, en grande partie dans la capitale Oulan-Oudé. Les Russes y sont majoritaires, avec 59,45 % de la population, tandis que les Bouriates ne représentent que 30,61 % d'après le recensement de 2021. Les religions sont diverses, avec un cinquième de la population qui est bouddhiste.

Région agricole et industrielle, son économie reste encore peu développée, avec un produit régional brut en 2021 d'environ 1 000 milliards de roubles, soit le 62e des 85 sujets russes, et un taux de chômage de 9,6 %. Toutefois, elle dispose d'un secteur touristique en développement, grâce au lac Baïkal, plus réserves d'eau douce liquide de la planète et plus profond lac au monde, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, tout comme les paysages de la Daourioe, site transfrontalier avec la Mongolie voisine. La Bouriatie a en général un patrimoine naturel important, avec de grandes réserves comme le parc national de la Tounka, la réserve naturelle de Bargouzine ou la réserve naturelle du Baïkal. Son patrimoine est aussi culturel, grâce au patrimoine bouddhiste, tel que le datsan d'Ivolguinsk, mais aussi grâce au patrimoine russe, avec les Semeiskie, communauté de « Vieux-Croyants », dont son espace culturel et sa culture orale est sur la liste de l'UNESCO du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Géographie modifier

Situation modifier

 
Carte topographique de la Bouriatie.

Couvrant une superficie de 351 334 km2, la république de Bouriatie se situe en Asie du Nord dans le sud de la Sibérie orientale[1]. Elle compose 2,1 % de la superficie de la fédération de Russie[2], et 5,05 % du district fédéral extrême-oriental, soit le quatrième sujet le plus petit sur 11 du district, avec une superficie comparable au territoire allemand. La Bouriatie est situé dans le centre nord de l'Asie, bordant l'oblast d'Irkoutsk et la république de Touva à l'ouest. Au sud, elle borde la Mongolie, et à l'est le kraï de Transbaïkalie[3],[1]. Elle possède un territoire s'étendant entre le 49e et le 57e parallèle nord, soit aux mêmes latitudes que la Grande-Bretagne, ainsi qu'entre le 98e et le 116e méridien est[4].

 
Entrée en Bouriatie non loin du lac Baïkal, près de Vydrino.

La république possède une grande façade littoral sur la « mer sacrée » des Bouriates, le lac Baïkal. Vieux de 30 millions d'années, il contient près de 20 % des réserves d'eau douce de la planète, et il collecte la grande majorité des eaux de Bouriatie. Près de la moitié des 2 125 kilomètres de littoraux sont bouriates, avec des paysages variés tout le long, entre montagnes, delta et plaines. Les forêts occupent 73 % de son territoire, les terres agricoles 11 %, les pâturages et steppes 9 %, et les masses d'eau 6 %[3]. La Bouriatie fait partie de la Transbaïkalie, région montagneuse russe située à l'est du Baïkal, avec de nombreux massifs s'élevant sur tout son territoire. L'extrême ouest est occupé par une autre région montagneuse, le massif des Saïans, avec le point culminant de la région, le Mounkou Sardyk et ses 3 491 mètres. Le point le plus bas est le littoral du Baïkal, à 455 mètres[5].

Relief et géologie modifier

 
Mounkou Sardyk, point culminant de la Bouriatie.

La République est un pays montagneux, avec de grandes chaînes de montagnes, et entre elles de vastes et profonds plateaux, parfois presque entièrement fermés. Les plaines sont peu présentes, se trouvant dans les différents rifts et vallées des grands fleuves. En effet, la superficie des montagnes est quatre fois supérieure à celle occupée par les plaines. Le niveau le plus bas est le niveau du lac Baïkal, 455 m au-dessus du niveau de la mer[3], et le point culminant est le sommet couvert de glaciers du Mounkou-Sardyk dans le Saïan oriental, avec ses 3 491 m d'altitude[6]. Plusieurs massifs se dégagent en Bouriatie, avec le Saïan oriental à l'ouest, les hauts-plateaux du Baïkal autour de celui-ci, le plateau du Vitim au nord, et la Daourie de la Selenga au sud[5].

La région la plus occidentale du territoire Bouriate est marquée par la partie occidentale du Saïan oriental. Le plateau de l'Oka, avec des altitudes comprises entre 1 800 et 2 200 m, se trouve dans le raïon de l'Oka, et au sud-est s'étendent les Alpes de la Tounka où les altitudes dépassent les 3 000 m. Le massif du Mounkou-Sardyk se trouve à l'ouest des Alpes de la Tounka[5]. Le Saïan oriental est caractérisé par des sommets de type alpin, favec des cirques, des vallées profondes et des hautes altitudes, parmi les plus hautes de Sibérie. Outre le Mounkou-Sardyk, l'Ospinski Tchar (3 216 m) et le pic des Topographes (3 044 m) s'y trouvent[7].

 
Le Bolchoï Kapton en Baount-Evenkie.

La Bouriatie détient une partie des hauts-plateaux du Baïkal, à savoir un ensemble de massif entourant le lac[5]. Sur sa rive méridionale s'étend les monts Khamar-Daban et au sud-est l'Oulan-Bourgassy. La côte nord-est du Baïkal est bordée par les monts Bargouzine, avec derrière ceux-ci la vallée de la Bargouzine. Au-delà de la vallée vers l'est se situent les monts Argodinski, de Bodon, Alguinski et de l'Ikat, puis les monts sud et nord de la Mouïa. Dans le raïon du Nord-Baïkal s'étendent les monts Baïkal, qui sont fortemennt disséqués, et au-delà vers le nord les monts de l'Oundgar. Vers l'est se situent les monts de l'Angara supérieure, qui font la frontière nord de la République. Le plateau volcanique de la Vitim se trouve dans l'est du territoire, avec des vallées fluviales incises et des volcans éteints. Enfin dans le sud-est de la Bouriatie se trouve la Daourie de la Selenga, caractérisée par ses massifs aplatis et ses différentes chaînes parallèles tels que le Zaganski, le Tsagan-Daban et le Khoudounski[8],[9].

De grandes dépressions entraînées par les processus géologiques se trouvent en Bouriatie, notammement la dépression de la Tounka, formée par le rift Baïkal au sud des Alpes de la Tounka[5]. Le delta de la Selenga et l'estuaire de la Bargouzine forme des plaines côtières[10] tandis qu'en aval la dépression de la Bargouzine est l'une des plus grandes du territoire. Au nord du Baïkal s'étend la dépression éponyme et en aval la dépression de l'Angara Supérieure et de la Mouïa. Dans le centre et le sud du territoire, les dépressions sont nombreuses mais moins grandes, coincées entre les différentes crêtes des massifs montagneux[11].

La république de Bouriatie compte plus de 700 gisements de minéraux qui ont été exploré, avec de l': aluminium, amiante, béryllium, fluorine, houille, jade, molybdène, nodule polymétallique, or, tungstène, et de l'uranium[3]. Parmi ceux ci, il y a plus de 300 gisements d'or, 13 d'uranium, 8 de fluorine, 7 de tungstène, 4 de nodules polymétalliques, 3 de molybdène et béryllium, 1 d'étain et d'aluminium et 2 d'amainte. De plus, il y a des gismenets de jade, d'apatite, de phosphorite, de graphite et de zélolithe[12]. Le sous-sol de la Bouriatie continent 52 % des réserves de Russie de zinc, 24 % de plomb, 32 % de molybdène, 32 % de tungstène, 16 % de fluorine, 18 % de chrysotile, et d'amiante, 8 % d'uranium et surtout 90 % jade[12].

Hydrographie modifier

La République dispose d'un réseau hydrologique bien développé. Elle compte 32 600 cours d'eau sur son territoire, qui sont presque toutes inférieures à 100 km. Seulement 65 cours d'eau ont une longueur supérieure à 100 km. La longueur totale est cours d'eau est de 152 000 km, et les masses d'eau recouvrent 6 % de son territoire[3]. Trois bassins s'étendent sur le territoire bouriate, le plus grand étant celui du Baïkal et ses 186 800 km2 et 17 677 cours d'eau. De grandes rivières s'y jettent, avec du nord au sud l'Angara supérieure, la Bargouzine, la Tourka et la Selenga. La Selenga à elle seule accompte pour la moitié de l'approvisionnemet du lac Baïkal avec son large bassin partagée avec la Mongolie. Ses principaux afluents à la Selenga en Russie sont la Djida, le Tchikoï, le Khilok et l'Ouda[13],[14],[3].

 
Lacs de l'Olon-Nur dans le raïon de l'Oka.

Une superficie de 126 700 km2 est couverte en Bouriate par le bassin de la Léna, où sont recensés 8 437 cours d'eau. Parmi les affluents et sous-affluents de la Léna se comptent la Vitim, la Mouïa, la Tsipa et l'Amalat. Enfin, le bassin de l'Angara, en excluant le lac Baïkal, couvre une superficie de 37 800 km2 grâce à ses 6 487 cours d'eau. L'Irkout et ses affluents la Tounka et le Zoun-Mourin, mais aussi le Kitoï, l'Oka et l'Onot font partie de ce bassin. En tout, 52 % de son territoire fait partie du bassin du lac Baïkal[3], 23  % au bassin de la Léna et 19 % au bassin de l'Angara[14]. La densité du réseau hydrologique est de 0,4 à 0,6 km/km2, bien que cela cache de nettes différences. Dans le Saïan oriental et la partie occidente des monts Khamar-Daban, la densité est de 0,8 à 1,0 km/km2 voire plus. Dans les régions du nord et du sud-ouest, il varie de 0,60 à 1,0 km/km2, tandis que dans la partie inférieure des bassins des rivières Djida et Tchikoï, où le réseau hydrologique est bien moins développé, il ne dépasse pas les 0,2 km/km2[14].

Environ 35 000 lacs se trouvent en Bouriatie, mais seulement 142 d'entre eux (Baïkal non compté) font plus de 1 km2 de superficie, dont 16 de plus de 10 km2. Excepté le lac Baïkal, la superficie totale des plans d'eau bouriates est de 1 795 km2[15]. Parmi les lacs de plus de 1 km2, 58 d'entre eux se trouvent dans le bassin du Baïkal tandis que les 84 autres sont recensés dans le bassin de la Léna. Des seiez plus grands lacs, dix se trouvent dans le bassin de la Léna, et six dans celui du Baïkal. En général, les lacs sont par groupe, telset la bassin de la Vitim, sous-affluent de la Léna, est riche en lacs. Les plus grands lacs sont le lac Goussinoïe (163 km2), le lac Baount (111 km2), le Bolchoï Ieravnoïe (104 km2), le Kotokelskoïe (68,9 km2), le lac Oron (63,6 km2) et le Maloïe Ieravnoïe (60,5 km2)[15],[16]. À ces plans d'eau naturels s'ajoutent les masses d'eau artificiels, avec 43 plans d'eau artificiels d'une superficie cumulée de 19,9 km2[17].

Climat modifier

Le climat de la république de Bouriatie est fortemenent continental, caractérisé par des hivers froids et des étés chauds. L'hiver est froid, avec des gelées sèches et peu de neige, le printemps est venteux, avec des gelées et presque aucune précipation. L'été est lui court, avec de fortes pluis en juillet et août, avec des journées chaudes, tandis que l'automne est doux, sans changement important de températures[3]. Il est influencé par la position de la Bouriatie au centre de l'Asie et des reliefs avec les bassins montagneux. En général, le climat froid et sec vient des régions du nord, le climat chaud et sec des déserts mongols et l'humidité du Pacifique. Néanmoins, la bande littorale étroite du lac Baïkal est assimilée au climat océanique avec des étés frais et des et des hivers doux[4].

La température moyenne annuelle est de −1,6 °C, celle en hiver est de −22 °C, et celle en été est de +18,5 °C[3]. Les températures en Bouriatie peuvent changer brusquemment, avec jusqu'à 20 °C de différence en une seule journée. L'hiver est marquée par de très fortes gelées ainsi que par des couches d'inversions et effets de foehn[18]. Ce climat froid permet la présence du pergélisol sur une large partie du territoire[5]. L'ensoleillement est important en Bouriatie, comparable à la Crimée et parfois supérieure aux régions du sud de la Russie occidentale. Il est dû à l'anticyclone sibérien, qui se forme sur le territoire, apparaissant en automne et disparaissant en avril[19]. L'ensoleillement est en moyenne de 1 900–2 200 heures/an en Bouriatie. La ville la plus ensoleillée de Russie est Oulan-Oudé, avec 2 797 heures/an[3].

De forts contrastes existent quant aux précpitations, avec 250 à 300 mm dans les bassins de la Selenga et de l'Ouda, et moins de 250 mm dans la dépression de Bargouzine, tandis que les crêtes du Khamar-Daban reçoivent plus de 1 000 mm chaque année. Les précipitations tombent principalement en juillet et août, tandis que l'hiver est très sec. En moyenne, la couverture neigeuse stable apparaît entre octobre et décembre, et fond en mars-avril. Le nombre de jours d'enneigement varie de 100 à 130 jours dans les plaines, de 170 à 190 jours sur le littoral baïkalien, et jusqu'à 200 à 240 jours en zones montagneuses[19]. Les raïons de Bargouzine, de Baount-Evenk, de Kouroumka, de la Mouïa, de l'Oka et du Nord-Baïkal sont assimilés aux régions de l'Extrême-Nord. Au total 58 % de son territoire est assimilé aux régions de l'Extrême-Nord[3].

Moyennes et records de températures
Lieux Oulan-Oudé Nijneangarsk Bagdarine
Températures moyennes minimales −5,2 °C −5,7 °C −13,0 °C
Températures moyennes 0,4 °C −1,6 °C −5,2 °C
Températures moyennes maximales 6,9 °C 3,0 °C 3,8 °C
Précipitations moyennes 248 mm 672 mm 396 mm
Ensoleillement moyen 2 418 h
Record de températures

Minimale / Maximale

−54,4 °C (janvier 1931) /

40,6 °C (juillet 2016)

47,3 °C (janvier 1936) /

35,0 °C (août 1993)

−51,6 °C (février 2001) /

35,1 °C (juillet 1943)

Source : Pogoda i klimat[20],,[21],[22] et NOAA[23]

Urbanisme modifier

Répartition des terres modifier

La répartion des terres selon le rapport d'État « Sur l'état et la protection de l'environnement de la fédération de Russie en 2022 » du ministère des ressources naturelles et de l'environnement russe est, selon les catégories du code foncier russe, la suivante[24]:

Répartition des terres selon les catégories du code foncier russe en 2022[24]:
Répartition 2022 (mille ha) 2022 (%)
Terres agricoles 2759,9 7,9
Terres des localités 160,8 0,5
Terres d'industrie et autres fins spéciales 501,1 1,4
Terres de territoires et des objets protégés 2093,4 6,0
Terres du fonds forestier 26 911,3 76,6
Terres du fonds aquatique 2124,2 6,1
Terres de réserve 582,7 1,7
Total 35 133,4 100

Voies de communication et transports modifier

Routes modifier

 
Route fédérale R258 près de Kharachibir.

D'après Rosstat, la Bouriatie possède fin 2021 14 869,3 km de routes publiques, dont 9 401,4 km de routes pavées, soit 63,2 % de la longueur totale de Bouriatie. Le réseau de routes publiques de la république se compose de 824,8 km routes fédérales, soit 5,6 % du réseau bouriate, de 3 617,9 km de routes régionales ou intercommunale, soit 24,3 % du réseau, et de 10 426,6 km de routes locales, soit 70,1 % des routes de Bouriatie. Le réseau régional possède 584 ponts et viaducs, 1 282 arrêts de bus et 123 stations-service[25].

La longueur des routes ayant un revêtement dur (béton de ciment, béton bitumineux, pierre concassée et gravier, traités avec des liants) s'élève à 4 772,9 km, soit 50,8 % du réseau. Il y a aussi 36,8 % du réseau constitué de gravier et de terres. La densité des routes pavées est de 27 km/1000 km2, ce qui est inférieur à la moyenne nationale de 65 km/1000 km2 mais supérieur à la moyenne du district fédéral d'Extrême-Orient qui est de 12 km/1000 km2[25].

En 2021, 51,7 % du réseau régional ou intercommunal n'était pas au norme, ainsi que 54,7 % du réseau de routes locales. Les taux de routes d'importance locale les moins aux normes sont dans le raïon d'Oka (95,6 %), de Bargouzine (85,0 %), du Nord-Baïkal (78,2 %), de Moukhorchibir (80,7 %), de Kouroumkan (69,6 %), tandis que le taux le moins élevé est à Oulan-Oudé, avec seulement 17 % des routes, suivi de Severobaïkalsk (27,4 %), et des raïons du Baïkal (28,8 %), de Zaïgraïev (32,5 %), de Khiakta (37,6 %) et de Baount-Evenk (38,5 %)[25].

Les routes fédérales R258 d'Irkoutsk par Oulan-Oudé à Tchita, A340 d'Oulan-Oudé à Kiakhta et la frontière avec la Mongolie (poste frontière de Kyakhta-Altanbulag), et la route fédérale A333 de Koultouk à Mondy et la frontière avec la Mongolie (poste frontière de Mondy-Khankh) traversent la république[26].

Chemins de fer modifier

 
Train sur le BAM en hiver.

Le transport ferroviaire occupe une place importante dans le système de transport bouriate[27], et les es chemins de fer de Sibérie orientale, une filiale des Chemins de fer russes, sont les opérateurs du réseau ferroviaire[28]. Fin 2022, selon Rosstat, la Bouriatie compte 1 227,0 km de voies ferrées, et la densité du réseau ferré est de 35 km / 10 000 km2[29]. La région compte 14 grandes gares, 74 gares et 121 haltes ferroviaires sur son territoire. Le réseau est vétuste, et de nombreuses localités ne sont pas desservies par le système. La plus grande gare du réseau est celle d'Oulan-Oudé, avec plus de 547 000 passagers sur les liaisions longue distance et environ 80 000 passagers sur les liaisons suburbaines en 2017[30].

La principale ligne du réseau ferroviaire est le chemin de fer transsibérien, de Slioudianka à Petrovski Zavod, qui est entièrement à double voie et électifiée. Dans la partie nord de la région passe de Kounerma à Taksimo la magistrale Baïkal-Amour (BAM)[27], en passant par le tunnel de Severomouïsk, mis en service en 2001[31]. Le BAM est électrifié sur toute sa longueur, mais est à voie unique. De plus, le Transmongol, à voie unique et non électrifié, commence à Oulan-Oudé, en passant par Naouchki en direction d'Oulan-Bator et Pékin[32]. Enfin, une petite ligne relie le BAM au niveau de Taksimo à Novaïa Tchara dans le kraï de Transbaïaklie. Cette ligne est à voie unique et n'est pas électrifiée[33],[30].

La Société des métaux de Sibérie orientale, qui démarre le développement du gisement de plomb-zinc d'Ozernoïe dans la région d'Ieravna, prévoit la construction de 165 km de voie ferrée depuis la gare de Mogzon sur le Transsibérien jusqu'au gisement, coûtant entre 5 et 7 milliards de roubles. Il est ensuite prévu d'étendre la ligne jusqu'à Novy Ouïoïan sur le BAM afin d'exporter des métaux et des minerais via deux routes. La Société a l'intention d'investir jusqu'à 25 % des fonds requis dans la construction de l'infrastructure ferroviaire en république de Bouriatie. La société négocie actuellement avec le ministère du Développement économique et du Commerce, les Chemins de fer russes et Rosatom au sujet d'une éventuelle participation au capital du projet. En outre, le directeur technique a déclaré que le groupe espérait attirer des fonds du Fonds d'investissement de Russie[34].

Transport aérien modifier

L'aéroport international Baïkal est le seul aéroport d'importance fédérale et le seul international de la république[35]. Le nombre moyen de passagers annuel est de 270 000 personnes. Deux autres aéroports régionaux existe en Bouriatie, à Taksimo et avec l'aéroport de Nijnéangarsk, qui ont chacun 18 000 passagers par an[36].

Transport fluvial modifier

Les voies navigables ne sont presque pas exploitées par le secteur des transports, mais la république souhaite le développer en lien avec le tourisme sur le lac Baïkal[37]. La période de navigation s'étale de début jin à fin septembre, et il existe trois ports ; à Oulan-Oudé, à Nijenangarsk et à Oust-Bargouzine[38].

Histoire modifier

Temps anciens modifier

 
Pétroglyphe au mont Baga-Zaria.

Les découvertes les plus anciennes de peuples primitifs sur le territoire de la Bouriatie sont des restes osseux du site de Tuyana sur la rive droite de la rivière Irkout dans la vallée de la Tounka[39].

Les tribus proto-mongoles vivant sur le territoire de l'actuelle Bouriatie ont créé ce qu'on appelle la culture des tombes en dalles[40].

Au tournant de notre ère, la région du Baïkal constituait la partie nord de l'État des Xiongnu (chinois : 匈奴 ; pinyin : Xiōngnú), un ancien peuple nomade, datant de 220 av. J.-C. au IIe siècle habitait le plateau mongol[41],[40]. Selon une croyance largement répandue, une partie des Xiongnu a atteint l'Europe et, en se mélangeant avec les Ougriens, a donné naissance à un nouveau peuple, connu en Europe sous le nom de Huns[42].

Après l'effondrement des Xiongnu au Ier siècle. La région du Baïkal passa sous le contrôle du peuple Xianbei de langue mongole (93-234)[40]. Aux Ve – VIe siècles, le territoire de la Bouriatie faisait partie du Rouran Khaganate (330-555)[40]. En 924, l'État du Khitan de langue mongole, la dynastie Liao (907-1125) bat le Khaganat kirghize du Ienisseï (840-924)[43],[44],[40]. La formation de l'Empire mongol a lieu en 1206, qui comprenait les territoires autour du lac Baïkal[40].

Aux XIIIe – XVIe siècles, de nombreux groupes ethniques de langue mongole, notamment les Merkits, les Bayats, les Khori-Tumats et les Barguts, ont émigré du territoire de la Bouriatie moderne[40]. Avec au XIVe siècle l' effondrement de l'Empire mongol, la région du Baïkal et la Transbaïkalie devirnent partie de l'État mongol de la dynastie Yuan du Nord jusqu'au XVIIe siècle[40].

XVIIe au XIXe siècles modifier

 
Verkhénoudinsk dans les années 1890.

Au début du XVIIe siècle, le bouddhisme, principalement de l'école Gelugpa, pénétra de la Mongolie au nord jusqu'à la population bouriate de Transbaïkalie. À la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, il s'est répandu dans toute la Transbaïkalie.

Au moment de l'annexion à la Russie, divers groupes ethniques de langue mongole vivaient en Cisbaïkalie et en Transbaïkalie, tels que les Barguts, les Khoris, les Ekhirits, les Boulagats, les Achibaghats, les Sartuls, les Tabanguts, les Khongodors, les Ikinats, les Shosholoks, etc[45].

Après le tracé de la frontière russo-chinoise en 1729 avec le traité de Kiakhta, les groupes ethniques de langue mongole ci-dessus se sont retrouvés coupés de la majeure partie des Mongols, et plus tard, le peuple bouriate a commencé à se former à partir d'eux[46].

Pour protéger la frontière de la Russie avec la Chine, sur ordre de l'empereur Nicolas Ier du 17 mars 1851 ( dans le calendrier grégorien), l'armée cosaque de Transbaïkalie fut créée. L'armée comprenait trois régiments de cavalerie et trois brigades à pied, les 1er, 2e et 3e régiments russes de Verkhénoudinsk, le 4e régiment de Toungouska (Evenki), les 5e et 6e régiments bouriates.

Selon le recensement de 1897, il y avait 180 000 Bouriates en Transbaïkalie, dont environ 160 000 personnes se considéraient comme bouddhistes[47].

XXe siècle modifier

 
Contrôle de la RSFSR (rouge) et de la république d'Extrême-Orient (jaune) en 1922.

En 1917, la première autonomie ethnique des Bouriates fut créée, l'État de Bouriatie-Mongolie[48].

En 1918, le Congrès des Soviets de Transbaïkalie a proclamé l'oblast de Transbaïkalie un gouvernement de l'Empire russe. Le pouvoir soviétique sur le territoire de la Bouriatie a été établi en février 1918, mais à l'été 1918, il a été renversé. En Transbaïkalie, avec le soutien des troupes japonaises, la dictature militaire d'Ataman Semionov a été établie. En 1919-1920, plusieurs gouvernements ethniques et « blancs » opéraient sur le territoire de la Bouriatie : l'État de Bouriate-Mongolie, l'État théocratique de Balagat et le Grand État pan-mongol. Le 2 mars 1920, l'Armée rouge, avec le soutien des partisans, reprend Verkhénoudinsk. La Bouriatie occidentale est devenue une partie de la RSFSR, la Bouriatie orientale est devenue une partie de la république d'Extrême-Orient. Verkhénoudinsk était en avril-octobre 1920 la capitale de la république d'Extrême-Orient. En 1921, l'oblast autonome bouriate-mongole (aïmaks d'Aginski, de Bargouzinske, Khorine et de Chita ; le centre du district est Chita) a été créée dans le cadre de la république d'Extrême-Orient. Le 9 janvier 1922, l'oblast autonome mongole-bouriate est créée dans le cadre de la RSFSR (aïmaks de la Tounka, Alars, d'Ekhirit-Bulagat, de Bokhanski et de Selenguinsk ; le centre du district est Irkoutsk)[48],[49].

Après le retrait des interventionnistes étrangers d'Extrême-Orient et l'annexion de la république d'Extrême-Orient à la RSFSR en novembre 1922, les deux régions autonomes s'unissent et le , la république socialiste soviétique autonome bouriate-mongole est formée avec sa capitale qui est Verkhénoudinsk, qui est devenue partie intégrante de la RSFSR. Cette date est considérée comme le jour de la formation de la république de Bouriatie. Le 30 juillet 1930, le kraï de la Sibérie orientale est formé (le centre régional est Irkoutsk), qui comprend la RSSA bouriate-mongole[48],[50].

Le 27 juillet 1934, par résolution du Présidium du Comité exécutif central de l'URSS, Verkhnéoudinsk fut rebaptisée Oulan-Oudé[51].

En 1936, le kraï de la Sibérie orientale a été aboli et divisé en RSSA bouriate-mongole et en oblast de Sibérie orientale[50]. Le 26 septembre 1937, lorsque l'oblast de la Sibérie orientale a été divisé en oblasts d'Irkoutsk et de Tchita, le district autonome des Bouriates d'Oust-Orda et le district autonome des Bouriates d'Aga ont été séparés de la RSSA bouriate-mongole. Le 7 juillet 1958, la RSSA bouriate-mongole a été rebaptisée RSSA bouriate par décret du Présidium du Soviet suprême de l'URSS[48]. Le 25 décembre 1958, le Soviet suprême de l'URSS approuva cette décision, apportant une modification correspondante à la Constitution de l'URSS.

Le 8 octobre 1990, le Conseil suprême de la RSSA bouriate a adopté la déclaration de souveraineté d'État de la RSS bouriate. Selon ce document, la Bouriatie a renoncé à son statut d'autonomie et a proclamé la souveraineté étatique de la RSS bouriate sur son territoire[52]. Le 24 mai 1991, le Congrès des députés du peuple de la RSFSR a approuvé cette décision en modifiant l'article 71 de la Constitution de 1978 de la RSFSR.

Le 27 mars 1992, le Conseil suprême de Bouriatie a adopté une loi renommant la RSS bouriate en république de Bouriatie[53]. Le 21 avril 1992, le nouveau nom a été approuvé par le Congrès des députés du peuple de Russie[54].

XXIe siècle modifier

Lors de la création des districts fédéraux de Russie en 2000, la Bouriatie a été incluse dans le district fédéral de Sibérie. Le 3 novembre 2018, la république a été transférée au district fédéral d'Extrême-Orient, en 2019[55], à la région économique d'Extrême-Orient (avant cela, elle faisait partie de la région économique de Sibérie orientale)[56].

Politique et administration modifier

Autorités modifier

Le pouvoir d'État de la république est exercé par le Chef, le Khoural populaire, le gouvernement et les tribunaux. Le chef est le plus haut fonctionnaire de la république et en même temps le président du gouvernement. Le pouvoir législatif est exercé par le parlement de la république, le Khoural populaire[57].

Le 22 février 1994, le Conseil suprême de la république de Bouriatie a adopté la Constitution de la république de Bouriatie[57].

Résultats électoraux et fraudes modifier

Le Centre de données et de recherche sur la Russie (CEDAR) et Novaïa Gazeta montrent que pour les présidentielles de 2024 le taux de votes falsifiés s'élevait à 36 % en Bouriatie[58],[59].

Scrutin 1er tour 2d tour
1er % 2e % 3e % 4e % 1er % 2e % 3e % 4e %
Présidentielle 2012[60] ER 66.20 KPRF 18.04 SE 5.87 LDPR 5,34 Victoire au premier tour
Législative 2016[61] ER 43,34 KPRF 20,59 LDPR 13,54 SRZP 6,55 Tour unique
Gouvernorale 2017[62] ER 87,43 KPRF 5,15 LDPR 4,39 Victoire au premier tour
Présidentielle 2018[63] ER 73.72 KPRF 14.74 LDPR 6,41 GRANI 1,68 Victoire au premier tour
Législative régionale 2018[64] ER 41.01 KPRF 25,95 LDPR 11,94 SRZP 9.41 Victoire au premier tour
Législative 2021[65] ER 42,63 KPRF 26,74 LDPR 11,22 NL 5,74 Tour unique
Gouvernorale 2022[66] ER 86,23 KPRF 7,12 LDPR 2,66 NL 2,35 Victoire au premier tour
Législative régionale 2023[67] ER 60,84 KPRF 17,08 NL 8,29 LDPR 6,16 Tour unique

Représentation fédérale modifier

La Bouriatie est l'un des sujets de la fédération de Russie, et il est soumis aux mêmes règles que les autres sujets et doit respecter la Constitution russe de 1993[68]. Le Bouriatie forme pour les élections législatives russes la circonscriptions électorale de Bouriatie (no 9), qui recouvre l'ensemble de l'oblast (at-large). La circonscription élit un député à la douma d'État, qui est actuellement Viatcheslav Damdintsourounov, du parti Russie unie, pour la VIIIe législature de 2021 à 2026[69].

La République, comme chaque sujet, est représentée au Conseil de la fédération par deux sénateurs. Le premier est élu par le pouvoir législatif (le Khoural) et le représente, tandis que le second est nommé par le pouvoir exécutif (gouvernement) et le représente. Le Khoural et le gouvernement élisent leurs représentants lorsqu'ils prennent leurs fonctions respectives[70]. Le représentant du gouvernement est Viaycheslav Nagovitsyne (Russie unie) de septembre 2022 à septembre 2027[71], tandis que le représentant du conseil est Varfolomeïev Gueorguievitch (Russie unie) de septembre 2023 à septembre 2028[72].

Subdivisions modifier

Selon la loi de la république de Bouriatie « Sur la structure administrative-territoriale de la république de Bouriatie », le sujet de Russie comprend les unités administratives-territoriales suivantes[73],[74] :

Dans le cadre de la structure municipale de la république, 287 municipalités ont été constituées dans les limites des unités administratives-territoriales de la Bouriatie, dont[75],[1]:

Population et société modifier

Démographie modifier

La population de la république au était de 984,5 mille personnes. La densité de population était alors de 2,8 hab./km2, et plus de 40 % de la population vit dans les zones rurales ; les régions du sud de la république sont les plus peuplées[12].

Recensements et estimations de la population[76],[77],[78]:

Évolution démographique
1926* 1939* 1959* 1970* 1979* 1989* 2002* 2010*
388 900545 766673 326812 251900 8121 041 119981 238972 021
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
971 391971 810973 860978 495982 284984 134984 511983 273
2020 2021 2022 2023 - - - -
985 937978 588982 629975 247----
Population urbaine
1939* 1959* 1970* 1979* 1989*
167 300275 400360 400510 700640 300
2002* 2010* 2021 2022 -
584 900567 600578 514580 826-
Population rurale
1939* 1959* 1970* 1979* 1989*
378 500395 700448 900388 700397 900
2002* 2010* 2021 2022 -
396 300404 400400 074401 803-

Composition ethnique modifier

Plus de cent nationalités et groupes ethniques différents sont présents en Bouriatie, parmi lesquels des Russes (69,9 %), des Bouriates (24 %), des Ukrainiens (2,2 %), des Tatars (1 %) et des Biélorusses (0,5 %) (statistiques du recensement de 1999).

Ethnies Rec. 1939[79] Rec. 1959[80] Rec. 1970[81] Rec. 1979[82] Rec. 1989[83] Rec. 2002[84] Rec. 2010[85] Rec. 2021[86]
Russes 393,1 (72,1%) 502,6 (74,6%) 597,0 (73,5%) 647,8 (72,1%) 726,2 (69,9%) 665,5 (67,8 %) 630,8 (64,9%) 581,7 (59,4%)
Bouriates (y compris Soyotes) 116,4 (21,3%) 135,8 (20,1%) 178,7 (22,0%) 206,9 (23,0%) 249,5 (24,0%) 272,9 (27,8%) 286,8 (29,5%) 299,5 (30,6%)
dont Soyotes 2,7 (0,3%) 3,6 (0,4%) 4,3 (0,4%)
Tatars 3,8 (0,7%) 8,0 (1,2 %) 10,0 (1,2 %) 10,3 (1,1%) 10,5 (1,0%) 8,2 (0,8%) 6,8 (0,7%) 4,0 (0,4%)
Évenks 1,8 (0,3%) 1,3 (0,2%) 1,7 (0,2%) 1,5 (0,16 %) 1,7 (0,16%) 2,3 (0,2%) 2,9 (0,3%) 2,9 (0,3%)
Ukrainiens 13,4 (2,4%) 10,1 (1,3%) 10,8 (1,2%) 15,3 (1,7%) 22,9 (2,2%) 9,6 (1,0%) 5,6 (0,7%) 2,0 (0,2 %)
Les ethnies comptant plus de 2 000 habitants sont représentés, ainsi que les peuples autochtones du Nord.

Santé modifier

Dans la république de Bouriatie, selon les données disponibles pour 2018, sont enregistrés chaque année[87] :

Éducation et science modifier

Établissements en 2009[88]
Niveau Nombre
Écoles publics 517
Primaire[a] 104
Enseignement général de base[b] 43
Enseignement secondaire général[c] 370
Lycée 20
Avec une étude approfondie / technique 46
Écoles nationales[d] 152
Écoles privées 6

Le centre scientifique de Bouriatie est le Centre scientifique bouriate de la ivision sibérienne de l'Académie des sciences de Russie, qui abrite 5 instituts scientifiques et 1 département. Le centre scientifique abrite également un centre de manuscrits et de gravures sur bois orientaux, un musée, des archives scientifiques, une imprimerie et une bibliothèque[88].

Au centre se trouvent des bâtiments séparés à l'Institut géologique de la division sibérienne de l'Académie des sciences de Russie, au Centre des manuscrits orientaux et à l'imprimerie du BSC. Avec des bâtiments résidentiels pour les employés, des locaux de production et techniques, un jardin d'enfants, etc., le complexe forme une mini-ville scientifique. Le centre scientifique emploie 963 employés, dont 2 académiciens de l'Académie des sciences de Russie, 1 membre correspondant de l'Académie des sciences de Russie, 75 docteurs en sciences et 272 candidats en sciences[88].

Au cours de l'année scolaire 1914-1915, 13 400 élèves ont étudié dans l'enseignement général, principalement dans les écoles primaires, sur le territoire de la Bouriatie ; Il n'existait pas d'établissements d'enseignement secondaire spécialisé ou supérieur. Au cours de l'année scolaire 1969/1970, 203,9 mille élèves étudiaient dans 711 écoles d'enseignement général, 8,9 mille élèves dans 33 écoles professionnelles et 20,9 mille élèves dans 23 établissements d'enseignement secondaire spécialisé et 19,8 mille étudiants dans quatre universités[88].

Établissements d'enseignement supérieur modifier

  • Institut d'économie et de droit du Baïkal,
  • Académie agricole d'État de Bouriate nommée d'après. V.R. Filippova,
  • Université d'État de Bouriate,
  • Institut national de la culture de Sibérie orientale,
  • Université d'État de technologie et de gestion de Sibérie orientale

Établissements d'enseignement secondaire spécialisé modifier

Principaux établissements spécialiés[89]:

  • Collège médical de base du Baïkal ;
  • Collège Baïkal d'utilisation du sous-sol ;
  • Collège Baïkal de tourisme et de service ;
  • Collège agraire bouriate M. N. Ierbanova ;
  • Collège bouriate de technologie et de foresterie ;
  • Collège industriel républicain bouriate ;
  • Collège républicain multidisciplinaire bouriate des technologies innovantes ;
  • Collège pédagogique républicain bouriate ;
  • Collège républicain bouriate de construction et de technologies industrielles ;
  • Collège chorégraphique républicain bouriate L.P. Sakhianova et P.T. Abacheïeva ;
  • Collège énergétique Gusinoozerski ;
  • Ecole technique multidisciplinaire de Djida ;
  • Collège agro-industriel Zakamenski ;
  • Collège des Arts P.I. Tchaïkovski ;
  • Collège des Arts Traditionnels des Peuples de Transbaïkalie ;
  • Collège Polytechnique ;
  • Collège médical de base républicain I.R. Radnaïeva ;
  • École technique interdisciplinaire républicaine ;
  • Collège républicain à plusieurs niveaux ;
  • Collège d'aviation d'Oulan-Oudé ;
  • Collège des transports ferroviaires d'Oulan-Oudé ;
  • Collège commercial et économique d'Oulan-Oudé ;
  • etc.

Instituts et départements modifier

  • Institut Baïkal de gestion de la nature de la SB RAS
  • Institut géologique de la SB RAS
  • Institut d'études mongoles, bouddhistes et tibétaines de la SB RAS
  • Institut de Biologie Générale et Expérimentale de la SB RAS
  • Institut de science des matériaux physiques de la SB RAS
  • Département de recherche économique régionale du BSC de la SB RAS

Autres divisions modifier

  • Centre des manuscrits et gravures sur bois orientaux
  • Musée du BSC de la SB RAS
  • Bibliothèque scientifique centrale du BSC de la SB RAS
  • Centre de surveillance spatiale
  • Archive scientifique de la copie d'archives du BSC de la SB RAS

Dans le raïon de la Tounka, il y a l'observatoire Saïan de l'ISTP de la SB RAS en face du mont Mounkou-Sardyk dans la région du village de Mondy[90], des observatoires radioastrophysiques et radioastronomiques près de Badary[91] et un observatoire géophysique (le village de Tory)[92].

Radiotélescope solaire sibérien de l'observatoire radioastrophysique de Badary.

Économie modifier

Généralités modifier

La république de Bouriatie est l'une des régions de Russie à économie de type industrialo-agraire. Selon Rosstat, le produit régional brut de la république s'élevait à 987,186 5 milliards de roubles en 2021, soit le 62e des 85 sujets russes[e]. Elle est positionnée entre la Tchouvachie au-dessus et l'oblast de Novgorod en dessous. Dans le district fédéral extrême-oriental, elle est le 8e des 11 sujets du district, avec le kraï de Transbaïkalie juste au-dessus et l'oblast autonome juif en-dessous[93]. En 2017, le volume des investissements était de 41,5 milliards de roubles[94].

En 2017, la république représentait 0,3 % du PIB russe et 4,7 % du PIB du district fédéral extrême-oriental. En 2017, le PIB par habitant était de 210 300 roubles/hab., soit seulement 33,5 % de la moyenne russe[95]. En 2017, le taux de chômage était de 9,6 %[96], alors qu'il était de 13,7 % en 2009[97].

Le produit régional brut se répartissait ainsi en 2017[98]:

  • Industrie : 23,6 % ;
  • Transport et communications : 15,4 % ;
  • Commerce : 13,9 %
  • Construction : 6,5 %
  • Agriculture : 6,5 %
  • Prestations de services et autres : 36,2 %

Énergie modifier

 
Centrale thermique de Goussinooziorsk.

Le système énergétique de la république fonctionne dans le cadre du système énergétique de la Russie. En 2013, la consommation d'électricité dans le système énergétique bouriate s'élevait à 5 484 millions de kWh, la production des centrales électriques était de 5 391,8 millions de kWh, la consommation électrique maximale était de 969 MW, la capacité installée des centrales électriques à la fin de l'année était de 1 333,77 MW[99]. La consommation électrique maximale historique est de 1 255 MW et a été atteinte en 1992[100].

Il existe deux centrales électriques, utilisant de la houille comme combustible principal, en activité sur le territoire de la république :

  1. Centrale thermique de Goussinooziorsk, propriété de Inter RAO, est une centrale thermique d'une capacité installée de 1 130 MW fin 2013. En 2013, la centrale électrique a produit 4 823,1 millions de kWh d'électricité, soit 89,45 % de la production totale de la Bouriatie[99].
  2. Centrale de cogénération d'Oulan-Oudé, propriété de la Société de production territoriale no 14, est une centrale de cogénération d'une capacité installée de 148,77 MW fin 2013. En 2013, la centrale thermique a produit 442,8 millions de kWh d'énergie électrique, soit 8,2 % de la production totale de la Bouriatie[99].

La Bouriatie compte six centrales solaires à Bitchoura (10 MW), à Khorinsk (15 MW), à Tarbagataï (15 MW), à Kabansk (15 MW), à Kiakhta (15 MW) et à Toreï (45 MW)[101]. Par ailleurs, l'usine de pâtes de papiers a une centrale thermique d'une puissance de 36 MW, et d'autres centrales diesel permettent un ajout en urgence en 2013 de 18,4 MW[99].

La consommation de chauffage de la république de Bouriatie s'élevait à 7 395 000 Gcal en 2013. Les plus grands fournisseurs d'énergie thermique sont les entreprises de la Société de production territoriale no 14 (Centrale de cogénération d'Oulan-Oudé avec 1 596,7 mille Gcal, centrale de cogénération d'Oulan-Oudé avec 893,1 mille Gcal, centrale de cogénération de Timliouï avec 74,9 mille Gcal mille Gcal) ; la centrale thermique de Goussinooziorsk avec 240,2 mille Gcal ; la centrale thermique de l'usine de pâtes et papiers de Selenguinsk avec 158,2 mille Gcal. En plus des centrales répertoriées, environ 673 chaufferies fournissent de l'énergie thermique[99].

Tourisme modifier

 
Gîtes sur le Baïkal.

Au début de 2017, il y avait 256 hôtels avec 6 600 lits et 86 établissements de sanatoriums et de villégiature et organismes de loisirs avec 6 000 lits[102]. En 2017, 373,3 mille touristes ont visité la Bouriatie, ce qui a rapporté 2,6 milliards de roubles à la Bouriatie[103].

En 2017, les touristes venaient à hauteur de 45 % de la Mongolie, à 29 % de la Chine, à 6 % de la Corée du Sud. Par ailleurs, 3 % des touristes venaient d'Allemagne, 2,3 % de France, 1,7 % du Japon et 1,3 % du Royaume-Uni[104].

Industrie modifier

La base du complexe industriel de Bouriatie comprend aujourd'hui les industries de la construction mécanique, de la métallurgie, de l'énergie électrique, de la métallurgie des non-ferreux, de l'alimentation, des combustibles, de la sylviculture, du travail du bois et des pâtes et papiers, qui représentent 95,1 % du volume brut des produits industriels produits dans la république[105].

L'une des industries les plus importantes en Bouriatie est l'industrie minière, extraction de l'or, extraction du charbon et extraction des métaux non ferreux[105].

Agriculture modifier

 
Bâtiments d'élevage.

Le complexe agro-industriel de Bouriatie produit une part importante de l’approvisionnement alimentaire de la Sibérie orientale. La combinaison unique des latitudes méridionales et de la disponibilité des ressources en eau constitue la base du développement actif de l'agriculture dans la république[106].

Le secteur agro-industriel de Bouriatie génère 10 % du PIB, et emploie 9,8 % de la population. Les produits agricoles en 2019 s'élevaient à 16,5 milliards de roubles, dont : la production végétale 5,3 milliards de roubles, la production animale 11,2 milliards de roubles. La superficie des terres agricoles est de 3,154 millions d'hectares, y compris les terres arables, 847 mille hectares[107].

Superficies ensemencées :
année 1959 1990 2000 2005 2015
ha 846 000[108] 767 800[109] 361 600[109] 221 800[110] 154 000[110]

Environnement modifier

La Bouriatie est une région située à la jonction de l'Asie centrale et de l'Asie du Nord, à la frontière des influences de l'Altantique et du Pacifique. Les caractéristiques orographiques déterminent une grande partie de la biodiversité de la région. Son environnement possède aussi le lac Baïkal, inscrit au patrimoine naturel mondial de l'UNESCO[111].

Flore modifier

La flore de la Bouriatie est représentée par 5 280 espèces, et les forêts recouvrent 73 % de son territoire[3].

Les données objectives obtenues à partir du traitement des images satellite montrent des dommages importants au fonds forestier causés de 2001 à 2019[112]. La déforestation a suscité des inquiétudes parmi le Fonds mondial pour la nature et les résidents locaux[113] ; et peut causer des dommages économiques importants[114]. Ainsi, selon les données du Global Forest Watch pour 2000-2018, environ 16 % de toutes les forêts (par superficie) ont été perdues[115].

Faune modifier

La faune de la Bouriatie est riche, avec 4 610 animaux recensés d'après le gouvernement bouriate en 2022. Parmi les espèces animales, il y a 414 oiseaux, 88 mammifères, 66 poissons, 7 reptiles et 5 amphibiens[116].

Réserves naturelles et parcs nationaux modifier

Les aires protégées de la Bouriatie sont réparties en aires d'importance fédérale, avec 2 réserves de biosphère et 1 réserve naturelle, 2 parcs nationaux et 3 réserves naturelles d'État ; mais aussi d'importance régionales 13 zakazniks, un parc naturel, une zone de loisirs et 57 monuments naturels. Enfin, il y a 5 zones de loisirs d'importance locale[117].

Culture modifier

Autrefois les Bouriates vivaient en tribus dont la majorité des membres étaient parents. À la tête de chacune d’elles se tenait un prince dont le pouvoir se transmettait héréditairement. La terre était à la disposition de tous, mais le bétail relevait de la propriété privée. Peu à peu, un groupe de princes dirigeants, constitués de riches possédants, émergea et prit l’ascendant sur des princes subalternes, eux-mêmes exploitant les populations les plus pauvres. Il en résulta que, vers le XVIIe siècle, probablement sous l’influence du tsarat de Russie, les Bouriates évoluèrent d'un système communautaire vers un régime féodaliste.

Autre originalité de la culture bouriate, il existait une tradition de vengeance de sang qui sanctionnait d’une amende « anza » toutes sortes de crimes et notamment le meurtre. Parfois l'affaire pouvait s'arranger grâce à un serment prêté à un endroit sacré, mais généralement le non-paiement immédiat de cette amende amenait à une exécution.

Au XVIIe, un ambassadeur russe, Starkoff, rapporta du thé à la cour du tsar et ainsi débuta le commerce de thé entre la Russie et la Chine. Il devint vite la boisson la plus populaire des Russes et fut acheminé par la voie commerciale des caravanes entrée dans l'histoire sous le nom de « grande route du thé ». Le thé était transporté à Irkoutsk, devenu le carrefour des voies marchandes entre l’Europe et l’Asie, à travers le territoire bouriate et le lac Baïkal. Généralement la caravane voyageait pendant plus d'un an. D’Irkoutsk, le thé était expédié aux foires de Tobolsk, Tioumen, Nijni Novgorod et de bien d'autres villes avant d’être finalement diffusé à travers toute la Russie. La route du thé avait une longueur totale de 9 000 à 10 000 kilomètres et, par son volume d'affaires, occupait la deuxième place, directement derrière la route de la soie.

Musées modifier

En 2007, il y avait 5 musées d'État, 19 musées municipaux et plus d'une centaine de musées de colonies et d'écoles en Bouriatie. Leurs collections comptent plus de 250 000 pièces[118]. Le plus ancien musée de Bouriatie, le Musée de Khiakhta des traditions locales, a été créé le [119].

Les musées les plus visités et les plus connus de la république sont[118] :

  • Musée de Khiakta des traditions locales ;
  • Musée des décembristes à Novosselenguinsk ;
  • Musée de l'Histoire de la Bouriatie ;
  • Musée de l'histoire de la ville d'Oulan-Oudé ;
  • Musée de la Nature de Bouriatie ;
  • Musée d'art Sampilova ;
  • Musée ethnographique des peuples de Transbaïkalie.

Sports modifier

En 2007, les athlètes de la république de Bouriatie ont participé à des compétitions majeures aux niveaux russe et international et ont remporté 380 médailles, dont 133 d'or, 117 d'argent et 130 de bronze. L'Agence républicaine pour la culture physique et les sports, en collaboration avec les fédérations sportives, a organisé plus de 600 événements d'éducation physique, de santé et de sport, y compris des événements de masse et nationaux[120].

Religion modifier

 

Religions de la Bouriatie(2012)[121]

Trois religions principales sont présentes en Bouriatie : le bouddhisme tibétain, le christianisme orthodoxe et le chamanisme mongol. Selon le Bureau du Ministère de la Justice de Russie pour la république de Bouriatie, au 1er janvier 2017, 234 organisations religieuses étaient enregistrées en Bouriatie[122].

Il y a entre un demi-million et un million de bouddhistes en Russie, principalement en Bouriatie, dans la région de Touva et en Kalmoukie.

Le 14e dalaï-lama a visité la Bouriatie et la région de Touva en 1992[123]. Yeshe Lodoi Rinpoché, un grand lama tibétain qui a eu pour maître spirituel un lama bouriate, est venu d’Inde en 1993 pour s’installer et enseigner en Bouriatie ; il a depuis acquis la nationalité russe.

Objets patrimoniaux culturels modifier

Au 1er janvier 2018, la Bouriatie recensait 1 632 objets patrimoniaux culturels sous la protection de l'État. Parmi eux, 240 nécessitaient des travaux de réparation et de restauration[124].

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. 1re à la 4e année en Russie
  2. 5e à la 9e année en Russie
  3. 10e à la 11e année en Russie.
  4. établissement d'enseignement général avec utilisation totale ou partielle de la culture ethnique locale, visant à préserver, développer et promouvoir la langue (en l'occurrence le bouriate) et la culture ethnique.
  5. Nombre d'après les revendications russes en 2021. Il comprend l'annexion de la Crimée à la Russie à la suite du référendum de 2014, non reconnu par la majeure partie de la communauté internationale, mais non pas le rattachement à la Russie à la suite des référendums de 2022, eux aussi non reconnus par la majeure partie de la communauté internationale.

Références modifier

  1. a b et c Gouvernement de la Bouriatie 2019, p. 3.
  2. Gouvernement de la Bouriatie 2019, p. 5.
  3. a b c d e f g h i j k et l Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de la république de Bouriatie 2023, p. 7.
  4. a et b Gouvernement de la Bouriatie 2019, p. 7.
  5. a b c d e et f Gouvernement de la Bouriatie 2019, p. 10.
  6. « Munku-Sardyk : Climbing, Hiking & Mountaineering : SummitPost », sur www.summitpost.org (consulté le )
  7. Gouvernement de la république de Bouriatie et al. 2011, p. 36.
  8. Gouvernement de la Bouriatie 2019, p. 11.
  9. Gouvernement de la république de Bouriatie et al. 2011, p. 37-38.
  10. Gouvernement de la république de Bouriatie et al. 2011, p. 38.
  11. Gouvernement de la république de Bouriatie et al. 2011, p. 39.
  12. a b et c Gouvernement de la république de Bouriatie 2019, p. 5.
  13. Gouvernement de la république de Bouriatie et al. 2011, p. 60.
  14. a b et c Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de la république de Bouriatie 2023, p. 39.
  15. a et b (ru) « Озера республики Бурятия » [« Lacs de la république de Bouriatie »], sur win.limno.org.ru (consulté le )
  16. Gouvernement de la république de Bouriatie et al. 2011, p. 63.
  17. Gouvernement de la république de Bouriatie et al. 2011, p. 64.
  18. Gouvernement de la Bouriatie 2019, p. 9.
  19. a et b Gouvernement de la Bouriatie 2019, p. 8.
  20. « Климат Улан-Удэ - Погода и климат » (consulté le )
  21. « Климат Нижнеангарска - Погода и климат » (consulté le )
  22. « Климат Багдарина - Погода и климат » (consulté le )
  23. (en) « ULAN-UDE Climate Normals 1961–1990 », NOAA (consulté le ).
  24. a et b Ministère des ressources naturelles et de l'environnement de la fédération de Russie et Université d'État Lomonossov de Moscou 2023, p. 537.
  25. a b et c (ru) Organisme territorial du Service fédéral des statistiques de la république de Bouriatie, « О состоянии автомобильных дорог общего пользования Республики Бурятия в 2021 году » [« Sur l'état des voies publiques en république de Bouriatie en 2021 »], sur 03.rosstat.gov.ru (consulté le )
  26. « Как добраться - ВизитБурятия.рф », sur www.visitburyatia.ru (consulté le )
  27. a et b Gouvernement de la Bouriatie 2019, p. 220.
  28. Alexandre Silantev, Svetlana Karkhova et Marina Maletskaya, « Le potentiel logistique de la Sibérie orientale dans le contexte des corridors des nouvelles routes de la soie », Bulletin de l’association de géographes français. Géographies, vol. 96, no 3,‎ , p. 437–452 (ISSN 0004-5322, DOI 10.4000/bagf.5495, lire en ligne, consulté le )
  29. (ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, Longueur d'exploitation et densité des voies ferrées publiques, Moscou, (lire en ligne)
  30. a et b Gouvernement de la Bouriatie 2019, p. 221.
  31. « БАЙКАЛО-АМУРСКАЯ МАГИСТРАЛЬ • Большая российская энциклопедия - электронная версия », sur old.bigenc.ru (consulté le )
  32. « Маршрут Трансмонгольской магистрали, поезд Москва – Пекин, Улан-Батор - Пекин », sur www.expresstorussia.com (consulté le )
  33. (ru) « Республика Бурятия », sur www.rutransavto.ru (consulté le )
  34. « БАМ свяжут с Транссибом в Бурятии », sur bam.railways.ru (consulté le )
  35. « Общие сведения », sur Аэропорт Байкал (consulté le )
  36. Gouvernement de la république de Bouriatie 2019, p. 85.
  37. (ru) « В Бурятии появится водный транспорт? », sur БУРЯАД YНЭН (consulté le )
  38. « Транспортная инфраструктура. Водный транспорт. Республика Бурятия », sur nbcrs.org (consulté le )
  39. Sergey Vasilyev, Екатерина Липнина et Natalia Berdnikova, « Сообщение об антропологических находках на палеолитическом местонахождении Туяна в Тункинской рифтовой долине (Юго-Западное Прибайкалье) », Известия ИГУ Серия "Геоархеология. Этнология. Антропология",‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. a b c d e f g et h Zhanaev 2019, p. 41.
  41. Isabelle Charleux et Isaline Saunier, « L’empire Hünnü/Xiongnu, nouvel âge d’or des Mongols ? Imaginaire, nationalisme, mode et marketing en république de Mongolie », Extrême-Orient Extrême-Occident, no 44,‎ , p. 149–208 (ISSN 0754-5010, DOI 10.4000/extremeorient.1942, lire en ligne, consulté le )
  42. « Хунну », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  43. « В середине IX в. Кыргызский каганат находился на вершине своего могущества, а китайский император искал с ним союза » [archive du ] (consulté le )
  44. (ru) Lev Goumilev, « Гумилев Л. Н. Древние тюрки. XXVII. Создание Уйгурского каганата » [« Chapitre XXVII. La création du Khaganat Ouïghour »], sur gumilevica.kulichki.net (consulté le )
  45. (ru) « Бурятские этносы, племена и роды », sur Строительный онлайн-портал (consulté le )
  46. Романова Марина Станиславовна, « Буряты России, Китая и Монголии: проблема идентичности и ее интерпретации », Вестник Российского университета дружбы народов. Серия: Международные отношения, no 4,‎ , p. 41–49 (ISSN 2313-0660, lire en ligne, consulté le )
  47. http://identityworld.ru/maps_aera/profile/buryatiya.pdf
  48. a b c et d (ru) « Образована Бурят-Монгольская Автономная Советская Социалистическая Республика », sur Президентская библиотека имени Б.Н. Ельцина (consulté le )
  49. Палхаева Елизавета Николаевна, « Особенности создания Бурят-Монгольской Советской Социалистической республики », Вестник Бурятского государственного университета. Гуманитарные исследования Внутренней Азии, no 2,‎ , p. 11–23 (lire en ligne, consulté le )
  50. a et b (ru) « Восточно-Сибирский край // «Историческая энциклопедия Сибири» (2009) », sur ИРКИПЕДИЯ - портал Иркутской области: знания и новости (consulté le )
  51. « Туризм и отдых в Бурятии / От Верхнеудинска до Улан-Удэ », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  52. « Бурятия отмечает 90-летний юбилей - ТАСС », sur TACC (consulté le )
  53. « ЗАКОН Бурятской ССР от 27.03.1992 № 213-XII "ОБ ИЗМЕНЕНИИ НАИМЕНОВАНИЯ БУРЯТСКОЙ СОВЕТСКОЙ СОЦИАЛИСТИЧЕСКОЙ РЕСПУБЛИКИ" (принят Верховным Советом РБ 27.03.1992) », sur buryatlaws.ru (consulté le )
  54. Loi de la Fédération de Russie du 21 avril 1992 no 2708-I
  55. « Указ Президента Российской Федерации от 03.11.2018 № 632 ∙ Официальное опубликование правовых актов », sur publication.pravo.gov.ru (consulté le )
  56. « "Изменение 14/2019 ОКЭР Общероссийский классификатор экономических регионов ОК 024-95" (принято и введено в действие Приказом Росстандарта от 17.10.2019 N 1014-ст) \ КонсультантПлюс », sur www.consultant.ru (consulté le )
  57. a et b « Конституция Республики Бурятия (принята Верховным Советом Республики Бурятия 22 февраля 1994 г.) / Глава 6. Правительство Республики Бурятия (ст.ст. 92-96) », sur constitution.garant.ru (consulté le )
  58. (en) « How to uncover electoral fraud in Russia using statistics: a complete guide », Center for Data and Research on Russia (CEDAR),‎ (lire en ligne)
  59. « Abnormally high levels of electoral fraud recorded in 46 Russian regions », (consulté le )
  60. (ru) Commission électorale centrale de la fédération de Russie, « Сведения о проводящихся выборах и референдумах », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  61. (ru) « Выборы депутатов Госдумы VII созыва - РИА Новости, 18.09.2016 », sur РИА Новости,‎ 20160918t2137z (consulté le )
  62. (ru) Commission électorale moscovite
  63. (ru) Commission électorale centrale de la fédération de Russie, « Сведения о проводящихся выборах и референдумах », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  64. (ru) Номер один, « Не поражение, но и не победа », sur gazeta-n1.ru (consulté le )
  65. (ru) Commission électorale centrale de la fédération de Russie, « Сведения о проводящихся выборах и референдумах », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  66. (ru) « Цыденов победил на выборах главы Бурятии, набрав более 86% голосов », sur Interfax.ru,‎ (consulté le )
  67. (ru) « Результаты выборов Народного Хурала Бурятии предсказал лототрон », sur ulan.mk.ru,‎ (consulté le )
  68. « La Constitution de la Fédération de Russie », sur www.constitution.ru (consulté le )
  69. (ru) « Дамдинцурунов Вячеслав Анатольевич » (consulté le )
  70. (en) « Federation Council of the Federal Assembly of the Russian Federation », sur Federation Council of the Federal Assembly of the Russian Federation (consulté le )
  71. (ru) « Структура »,‎ (consulté le )
  72. (ru) « Структура »,‎ (consulté le )
  73. « ОБ АДМИНИСТРАТИВНО-ТЕРРИТОРИАЛЬНОМ УСТРОЙСТВЕ РЕСПУБЛИКИ БУРЯТИЯ от 10 сентября 2007 - docs.cntd.ru », sur docs.cntd.ru (consulté le )
  74. « О Реестре административно-территориальных единиц и населенных пунктов Республики Бурятия от 18 ноября 2009 - docs.cntd.ru », sur docs.cntd.ru (consulté le )
  75. « Об установлении границ, образовании и наделении статусом муниципальных образований в Республике Бурятия от 31 декабря 2004 - docs.cntd.ru », sur docs.cntd.ru (consulté le )
  76. (ru) « Le premier recensement général de la population de l'Empire russe en 1897 . La population réelle dans les provinces, les raïons, les villes de l'Empire russe (sans la Finlande) », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1926. Population des territoires, ASSR, provinces et raïons de la RSFSR selon l'état matrimonial, le sexe et l'âge », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1959 - La population réelle des villes et autres agglomérations, districts, centres régionaux et grandes agglomérations rurales au 15 janvier 1959 dans les républiques, territoires et régions de la RSFSR », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1970 - La population réelle des villes et autres agglomérations, districts, centres régionaux et grandes agglomérations rurales au 15 janvier 1970 dans les républiques, territoires et régions de la RSFSR * », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1979 - La population réelle des villes et autres agglomérations, districts, centres régionaux et grandes agglomérations rurales au 15 janvier 1979 dans les républiques, territoires et régions de la RSFSR * », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1989 Population de l'URSS, de la RSFSR et de ses unités territoriales par sexe », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement panrusse de la population 2002 Population de la Russie et de ses unités territoriales par sexe », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement panrusse de la population 2010 Population de la Russie et de ses unités territoriales par sexe », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) Tableau 5. Population de la Russie, districts fédéraux, entités constitutives de la fédération de Russie, districts urbains, districts municipaux, districts municipaux, agglomérations urbaines et rurales, agglomérations urbaines, agglomérations rurales de 3 000 habitants ou plus. Résultats du recensement panrusse de la population 2020-2021 (lire en ligne [xlsx]).
  77. (ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur rosstat.gov.ru(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population permanente de la fédération de Russie par municipalités au (en tenant compte des résultats du recensement panrusse de la population de 2020) » (consulté le )(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population permanente de la fédération de Russie par municipalités au (en tenant compte des résultats du recensement panrusse de la population de 2020) » (consulté le )
  78. (ru) Service fédéral des statistiques de l'État, Предварительная оценка численности постоянного населения на 1 января 2023 г.*
    (с учётом итогов Всероссийской переписи населения 2020 г.)
    [« Estimation préliminaire de la population résidente au 1er janvier 2023*
    (en tenant compte des résultats du recensement panrusse de la population de 2020) »],‎ (lire en ligne)
  79. « Демоскоп Weekly - Приложение. Справочник статистических показателей. », sur www.demoscope.ru (consulté le )
  80. « Демоскоп Weekly - Приложение. Справочник статистических показателей. », sur www.demoscope.ru (consulté le )
  81. « Демоскоп Weekly - Приложение. Справочник статистических показателей. », sur www.demoscope.ru (consulté le )
  82. « Демоскоп Weekly - Приложение. Справочник статистических показателей. », sur www.demoscope.ru (consulté le )
  83. « Демоскоп Weekly - Приложение. Справочник статистических показателей. », sur www.demoscope.ru (consulté le )
  84. « Всероссийская перепись населения 2002 года », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  85. « WebCite query result », sur webcitation.org (consulté le )
  86. (ru) Rosstat, Composition ethnique de la population de la Fédération de Russie selon le recensement de la population de 2021 (lire en ligne)
  87. « 🔍 ФССП в Бурятии: список лучших, адреса и реальные отзывы », sur femida.guru (consulté le )
  88. a b c et d « Образование », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  89. « ССУЗы Бурятии 2024: колледжи Бурятии: проходные баллы », sur postupi.info (consulté le )
  90. « 1986Ap&SS.118...21S Page 21 », sur articles.adsabs.harvard.edu (consulté le )
  91. « 1986Ap&SS.118...21S Page 25 », sur articles.adsabs.harvard.edu (consulté le )
  92. « Обсерватории Тункинской долины », sur naykatour-baikal.com (consulté le )
  93. (en) Service fédéral des statistiques de l'État russe, Gross regional product by constituent entities of the Russian Federation (gross value added at basic prices), (lire en ligne [xlsx])
  94. Gouvernement de la république de Bouriatie 2019, p. 8.
  95. Gouvernement de la république de Bouriatie 2019, p. 6.
  96. Gouvernement de la république de Bouriatie 2019, p. 146.
  97. Gouvernement de la république de Bouriatie 2019, p. 9.
  98. Gouvernement de la république de Bouriatie 2019, p. 10.
  99. a b c d et e (ru) Gouvernement de la république de Bouriatie, Схема и программа развития электроэнергетики Республики Бурятия на 2015-2019 гг. [« Schéma et programme de développement de l'industrie de l'énergie électrique de la république de Bouriatie pour 2015-2019. »], Oulan-Oudé, 158 p. (lire en ligne)
  100. « Системный оператор Единой энергетической системы: Факт генерации и потребления ОЭС Сибири », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  101. « Wayback Machine », sur web.archive.org, (consulté le )
  102. (ru) « Статистики подсчитали, сколько туристов может одновременно лечь спать в Бурятии », sur ulan.mk.ru,‎ (consulté le )
  103. Gouvernement de la république de Bouriatie 2019, p. 156.
  104. Gouvernement de la république de Bouriatie 2019, p. 80.
  105. a et b (ru) « Структура », sur Совет Федерации Федерального Собрания Российской Федерации,‎ (consulté le )
  106. (ru) « В бассейне озера Байкал. Особенности и потенциал сельского хозяйства Бурятии — Журнал «Агроинвестор» », sur Agroinvestor.ru (consulté le )
  107. https://03.rosstat.gov.ru/storage/mediabank/mlZSCtVg/ege2020_cx.pdf
  108. (ru) Основные показатели сельского хозяйства по республикам, краям и областям [« Principaux indicateurs de l'agriculture dans les républiques, territoires et régions »], Moscou, URSS, Gosstatizdat TsSU, coll. « Agriculture de l'URSS. Collection statistique »,‎ , 667 p. (lire en ligne), p. 500
  109. a et b (ru) Rosstat, Plante en croissance. 14.1 Superficies cultivées de toutes les cultures // Régions de Russie. Indicateurs socio-économiques, Moscou, Rosstat, , 863 p. (ISBN 5-89476-108-5, lire en ligne [rar]), p. 490
  110. a et b (ru) Rosstat, Plante en croissance. 14.1 Superficies cultivées de toutes les cultures // Régions de Russie. Indicateurs socio-économiques, Moscou, Rosstat, , 1326 p. (ISBN 978-5-89476-428-3, lire en ligne [rar]), p. 726
  111. Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de la république de Bouriatie 2023, p. 136.
  112. (ru) Валерия Бальжиева, « Потеря леса грозит Бурятии катастрофой века - новости Бурятии и Улан-Удэ », sur Информ Полис,‎ (consulté le )
  113. « Анализ экспорта древесной продукции с Дальнего Востока России в 2015 г. », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  114. (ru) The Independent ИноСМИ, « Будущему российских лесов угрожает жажда наживы (The Independent, Великобритания) », sur ИноСМИ,‎ 20040802t2043 (consulté le )
  115. (en) Vizzuality, « Russia Interactive Forest Map & Tree Cover Change Data | GFW », sur www.globalforestwatch.org (consulté le )
  116. Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de la république de Bouriatie 2023, p. 137.
  117. « Банки данных о природных ресурсах и природных объектах », sur www.burpriroda.ru (consulté le )
  118. a et b « Какие виды спортивного туризма развиваются в бурятии. Перспективы развития туристического бизнеса в республике бурятия », sur collectiontravels.ru (consulté le )
  119. « В этом году старейшему музею Бурятии – 125 лет », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  120. Rapport de l'Agence Républicaine pour la Culture Physique et les Sports sur les résultats et les principales activités pour 2008-2010.
  121. « Arena - Atlas of Religions and Nationalities in Russia », Sreda.org (consulté le )
  122. « Государство, общественные организации::Бурятстат », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  123. When will Dalai Lama next visit Tuva?.
  124. Gouvernement de la république de Bouriatie 2019, p. 278.

Pour approfondir modifier

Bibliographie modifier

Arts et culture
  • Arts traditionnels de Bouriatie des XIXe et XXe siècles (exposition Association France-URSS, en collaboration avec le Ministère de la Culture de la RSFSR), Paris, 1985, 42 p.
  • Anne-Victoire Charrin (dir.), Les littératures de Bouriatie et de Yakoutie, Société littéraire de la Poste et de France Telecom, Paris, 2003, 104 p. (ISBN 2-9804476-1-7).
  • (en) Ayur Zhanaev, The Human Being in Social and Cosmic Orders, Varsovie, Maison d'édition de l'Université de Varsovie, , 273 p. (ISBN 978-83-235-4009-0, 978-83-235-4017-5 et 978-83-235-4025-0, lire en ligne [PDF]).  
Géographie et environnement
  • (ru) Gouvernement de la république de Bouriatie, Khoural populaire de la république de Bouriatie, Division sibérienne de l'Académie des sciences de Russie, Institut du Baïkal de conservation de la nature et Fondation pour la préservation du lac Baïkal, Бурятия = Buryatia : к 350-летию добровольного вхождения Бурятии в состав Российского государства : энциклопедический справочник., vol. I : Nature. Société. Économie, Oulan-Oudé, ECOS,‎ , 340 p. (ISBN 978-5-905013-03-4 et 978-5-905013-05-8, lire en ligne)
  • (ru) Division sibérienne de l'Académie des sciences de Russie et al., Géographie de la Sibérie au XXIe siècle : en 6 tomes [« География Сибири в начале ХХІ века: в 6 т. »], vol. 5 : Sibérie orientale, Novossibirsk, SB RAS,‎ , 397 p. (ISBN 978-5-906284-58-7 et 978-5-906284-98-3, lire en ligne)
  • (ru) Gouvernement de la Bouriatie, Matériaux sur la justification du schéma d'aménagement territorial de la république de Bouriatie, Oulan-Oudé, , 1207 p. (présentation en ligne, lire en ligne [zip])
  • (ru) Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de la république de Bouriatie, Государственный доклад «О состоянии и охране окружающей среды Республики Бурятия в 2022 году» [« Rapport d'État « Sur l'état et la protection de l'environnement de la République de Bouriatie en 2022 » »], Oulan-Oudé,‎ , 411 p. (lire en ligne)
  • (ru) Ministère des ressources naturelles et de l'environnement de la fédération de Russie et Université d'État Lomonossov de Moscou, О состоянии и об охране окружающей среды Российской Федерации в 2022 году. Государственный доклад. [« Sur l'état et la protection de l'environnement de la fédération de Russie en 2022. Rapport d'État. »], Moscou,‎ , 686 p. (présentation en ligne, lire en ligne).  
Histoire
  • Chine, Russie, Asie centrale, éléments de géostratégie. La Bouriatie, une république russe ouverte sur l'Asie, La Documentation française, Paris, 1996, 83 p.
  • (en) David Sneath (dir.) et Christopher Kaplonski (dir.), The History of Mongolia, Global Oriental Ltd, , 1100 p. (ISBN 1905246366 et 978-1905246366)
  • (ru) Gouvernement de la république de Bouriatie, Khoural populaire de la république de Bouriatie, Division sibérienne de l'Académie des sciences de Russie et Institut d'études mongoles, d'études bouddhistes et de tibétologie de la division sibérienne de l'Académie des sciences de Russie, Бурятия = Buryatia : к 350-летию добровольного вхождения Бурятии в состав Российского государства : энциклопедический справочник., vol. II : Histoire : de l'Antiquité aux temps modernes, Oulan-Oudé, ECOS,‎ , 340 p. (ISBN 978-5-905013-03-4 et 978-5-905013-02-7, lire en ligne)
  • (ru) A.A. Ielaïev, Республика Бурятия: 100 лет автономии и государственности [« République de Bouriatie : 100 ans d'autonomie et d'État »], Oulan-Oudé, Éditions de l'Université d'État de Bouriate,‎ , 2e éd., 566 p. (ISBN 978-5-9793-1853-0, lire en ligne).  
Économie et société

(ru) Gouvernement de la république de Bouriatie, Stratégie de développement socioéconomique de la république de Bouriatie pour la période jusqu'en 2035, Oulan-Oudé, , 163 p. (lire en ligne)

Articles connexes modifier

Liens externes modifier