Ouvrir le menu principal

Bouillonville

commune française du département de Meurthe-et-Moselle

Bouillonville
Bouillonville
L'église Saint-Denys.
Blason de Bouillonville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Toul
Canton Le Nord-Toulois
Intercommunalité Communauté de communes Mad et Moselle
Maire
Mandat
Gérard Renouard
2014-2020
Code postal 54470
Code commune 54087
Démographie
Gentilé Bouillonvillois
Population
municipale
151 hab. (2016 en augmentation de 17,97 % par rapport à 2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 43″ nord, 5° 50′ 35″ est
Altitude Min. 205 m
Max. 264 m
Superficie 5,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Bouillonville

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Bouillonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouillonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouillonville

Bouillonville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

GéographieModifier

Village semi troglodytique, curieusement implanté en fer à cheval au niveau du confluent du Rupt de Mad et de son affluent, la Madine. Il fait partie du Parc naturel régional de Lorraine[1].

 
Fig1 - Bouillonville (ban communal)

D’après les données Corine land Cover, le ban communal de 535 hectares comportait en 2011,  57.3 % de zones agricoles 38 % de prairies et 4.7 % de forêts. Le territoire communal est arrosé par le ruisseau le Rupt de Mad sur 3,391 km et le Ruisseau la Madine sur 1,883 km[2].

communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Anciennes mentions : Baldofovilla, 857 - Godelinisvilla, 875 - Silva inter Aciaco et Balionivilla, 918 - Bodulfivilla in pago Scarponinse, 933 – Boullonville, 1258 – Buillonville, 1289 - Bullonville, 1340[3].

L'étymologie du nom moderne de la commune peut s'expliquer en considérant son implantation dans une partie resserrée du cours du Rupt de Mad, partie donc propice à la création de courants rapides, parfois appelés bouillons en patois. Mais les différentes graphies recensées par le Dictionnaire topographique de la Meurthe ci-avant orientent plutôt vers une corruption du nom de personne Bodolfo ou Bodulf, donc : le domaine « (villa) de Bodulf », nom carolingien.

Ecarts et lieux-ditsModifier

HAUCHE ; moulin, commune de Bouillonville[3]

AUTREVILLE ; cense, territoire de Bouillonville[3]

La Justice[4] ;  de nombreuses communes gardent par ce toponyme le souvenir des fourches patibulaires qui servaient pour les pendaisons.

HistoireModifier

  • Présences gallo-romaine et franque.

Antiquité et préhistoireModifier

Il semble que la fondation d'un village carolingien, soupçonné par la toponymie, ait été précédée d'une occupation du territoire communal à l'époque gallo-romaine ainsi que le mentionne le répertoire archéologique de Meurthe :

« A la Ravine, plateau bordé de ravins profonds, et traversé par le chemin de Thiaucourt à Euvezin, traces d'une enceinte où l'on a trouvé beaucoup de monnaies(...)à la limite des bans de Thiaucourt et de Bouillonville, ruines gallo-romaines, … »[5]

Au XXe siècle, un bâtiment gallo-romain et des zones d'habitat mérovingiennes associées à des sépultures ont été signalés sur divers lieux dans la commune[6]

Moyen Âge Modifier

Ce bourg est plutôt ancien comme l'indiquent les historiens :

« Il est fait mention de Bouillonville dans une charte du 25 novembre  875, par laquelle Louis de Germanie confirme les biens de l'abbaye de Sainte-Glossinde de  Metz, et dans la confirmation des biens de la même abbaye par le pape Pascal II, le 28 avril 1159. » [7]

H Lepage en synthétise l'histoire comme suit :

« Le village de Bouillonville est mentionné dans un acte de vente qui remonte à l'année 1278. Par des titres de 1481 et 1497 , on voit que la désignation du curé appartenait aux seigneurs d'Apremont. Le moulin était franc, et le meunier exempt de taille (d’impôts) »

Époque contemporaineModifier

Pendant la seconde guerre mondiale, la 13 -ème batterie du 156 -ème régiment d'artillerie à pied est installée un temps à Bouillonville et participe aux combats de Saint-Mihiel[8]

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 16 avril 2014)
Gérard Renouard PS  

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2016, la commune comptait 151 habitants[Note 1], en augmentation de 17,97 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
303209238253253268284289300
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
274272225202205204191180167
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1431121621241109284114112
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
10285768091102127147151
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Les historiens s'accordent à décrire une économie essentiellement agricole et viticole, au XIXe siècle, 

« Surf. territ. :  531 hect.; 380 en terres lab., 40 en prés, 9 en bois, 75 en vignes. Ecart : Moulin de Hauche.. »[13]

H. Lepage le souligne d'ailleurs explicitement[14] :

« Bouillonville est renommé pour ses vins justement estimés. »

Secteur primaire ou AgricultureModifier

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs.

D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[15]), la commune de Bouillonville était majoritairement orientée [Note 2] sur la polyculture et le poly - élevage (auparavant même production ) sur une surface agricole utilisée[Note 3] d'environ 284 hectares (inférieure à la surface cultivable communale) quasi stable depuis 1988 - Le cheptel en unité de gros bétail s'est réduit de 191 à 132 entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus que 2 (contre 4 auparavant) exploitation(s) agricole(s) ayant leur siège dans la commune employant 4 unité(s) de travail[Note 4].(6 auparavant)

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Étienne de Rosières né en 1622, seigneur d'Euvezin et Bouillonville.
  • Charles Antoine de Rosières : né le 17 février 1641, décédé le  : capitaine de cavalerie au service du duc Charles IV ; comte de Rosières, seigneur d'Euvezin et de Bouillonville[16].
  • famille d'Apremont

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason De gueules à la croix d'argent cantonnée de quatre roses d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

La croix est celle de la famille d'Apremont, d'ancienne chevalerie, seigneur de Bouillonville au Moyen Âge. Les roses rappellent la famille Rosières qui y possédait la haute et basse justice au XVIIIe siècle.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. Orientation technico-économique de la commune :  production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  3. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  4. Unité de travail annuel : mesure  en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

RéférencesModifier

  1. Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Décret no 2015-73 du 27 janvier 2015 portant renouvellement du classement du parc naturel régional de Lorraine.
  2. « Fiche Ma Commune - SIGES Rhin-Meuse - ©2019 », sur sigesrm.brgm.fr (consulté le 12 novembre 2019)
  3. a b et c Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe : rédigé sous les auspices de la Société d'archéologie lorraine, (lire en ligne)
  4. Bouillonville 540 087 B030 K LA JUSTICE du fichier FANTOIR
  5. Jules (18-1921) Auteur du texte Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle : époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes / par le Cte J. Beaupré,..., (lire en ligne), p. 32
  6. Hamm, Gilles., La Meurthe-et-Moselle, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, (ISBN 2-87754-091-X et 978-2-87754-091-9, OCLC 890475393, lire en ligne)
  7. Henri (1814-1887) Auteur du texte Lepage, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département.... Volume 1 / par Henri Lepage,..., (lire en ligne), p. 181
  8. Historique du 156e régiment d'artillerie à pied : campagne 1914-1918, 19.. (lire en ligne), p. 24
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. E. Grosse, Dictionnaire statistique du département de la Meurthe : contenant une introduction historique sur le pays avec une notice sur chacune de ses villes, bourgs, villages..., Creusat, (OCLC 65309428, lire en ligne)
  14. Henri Lepage, Le département de la Meurthe. Deuxième partie : statistique historique et administrative, (lire en ligne), p. 83
  15. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 28 novembre 2019) : « Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip »
  16. Henri Lepage et Alexandre de Bonneval, Les Offices des duchés de Lorraine et de Bar et la maison des ducs de Lorraine, par Henri Lepage, avec la collaboration de M. Alexandre de Bonneval, L. Wiener, (lire en ligne)