Bataille de Mossoul (2014)

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Mossoul.
Bataille de Mossoul
Description de cette image, également commentée ci-après
Un Humvee détruit à Mossoul, le .
Informations générales
Date -
(4 jours)
Lieu Mossoul
Issue Victoire décisive de l'EIIL et des rebelles sunnites
Belligérants
Drapeau de l'Irak IrakDrapeau de l'État islamique État islamique en Irak et au Levant
• Tribus sunnites insurgées
Flag of Iraq (1991–2004).svg Armée des hommes de la Naqshbandiyya
Flag of Ansar al-Islam.svg Ansar al-Islam
Drapeau de l'Armée islamique en Irak Armée islamique en Irak
Brigades de la révolution de 1920
• Front islamique pour la résistance irakienne
Commandants
• Aboud Qanbar
Ali Ghaidan Majid
• Mahdi Al-Ghrawi
Abou Abdel Rahman al-Bilaoui
Abou Mouslim al-Turkmeni
• Abou Laith
Forces en présence
10 000 à 79 000 hommes[1],[2]1 000 à 7 000 hommes[3],[4],[5]
Pertes
Inconnues
2 300 véhicules Humvee capturés[7]
Inconnues
Civils : 500 000 déplacés[6]
Total : Plusieurs centaines de morts[5]

Notes

1 200 à 2 400 prisonniers sunnites délivrés par les djihadistes[8],[4]

670 prisonniers chiites exécutés par les djihadistes lors du massacre de la prison de Badoush[9]

Seconde guerre civile irakienne

Coordonnées 36° 20′ 14″ nord, 43° 08′ 09″ est
Géolocalisation sur la carte : Monde
[[Fichier:|280px|(Voir situation sur carte : Monde)|class=noviewer]]
Bataille de Mossoul
Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient
(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Bataille de Mossoul
Géolocalisation sur la carte : Irak
(Voir situation sur carte : Irak)
Bataille de Mossoul

La bataille de Mossoul a lieu lors de la seconde guerre civile irakienne. Elle débute le , par une offensive de l'État islamique en Irak et au Levant, allié à des tribus et des groupes armés sunnites, contre la ville de Mossoul, qui est prise après quatre jours de combats[10].

ContexteModifier

À partir de décembre 2013, des combats ont éclaté impliquant des milices tribales, l'armée irakienne et l'État islamique en Irak et au Levant dans l'ensemble de l'ouest de l'Irak. Le 4 janvier 2014, plusieurs quartiers de Ramadi ont été conquis par les insurgés et la ville de Falloujah est entièrement tombée entre leurs mains. Les rebelles sunnites ont ainsi pris le contrôle d'une grande partie de la province d'Anbar[11]. L'armée irakienne intervient, elle reprend le contrôle de la plus grande partie de Ramadi mais n'ose lancer l'assaut sur Falloujah qui reste assiégée et bombardée[12].

Cependant, la participation de l'EIIL à la guerre civile syrienne a permis à cette organisation d'assurer un ravitaillement en armes via le pays voisin[13], ce qui a significativement amélioré sa situation en Irak. En mai 2014, l'EIIL a lancé une vaste offensive contre les rebelles syriens dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, qui lui permet de reprendre pied dans cette région frontalière de l'Irak[14].

Le 17 avril 2014, une attaque des insurgés à Mahallabiyah, à l'ouest de Mossoul, fait 12 morts et 15 blessés du côté des militaires tandis que les assaillants laissent huit morts, dont un kamikaze[15],[16].

En juin 2014, l'État islamique en Irak et au Levant lance une grande offensive dans le nord de l'Irak. Les premiers combats s'engagent le 5 juin, lorsque les jihadistes prennent pendant quelques heures le contrôle de la ville de Samarra, mais ils en sont expulsés le jour même par une contre-attaque de l'armée[17].

Le , les rebelles sunnites se lancent à l'assaut de Mossoul, la deuxième plus grande ville d'Irak, peuplée de deux millions d'habitants et capitale de la province de Ninive[8].

Forces en présenceModifier

L'offensive est lancée principalement par les djihadistes salafistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), mais des tribus sunnites insurgées prennent également part aux combats[18], ainsi que plusieurs autres groupes armés : les forces de l'Armée des hommes de la Naqshbandiyya (JRTN)[19],[20],[21], l'Armée islamique en Irak[20], Ansar al-Islam[22], les Brigades de la révolution de 1920[21], le Front islamique pour la résistance irakienne, proches des Frères musulmans[21]

Selon Gilles Chenève, « ce raid sur Mossoul est le fait de combattants djihadistes, de différentes obédiences. Mais les plus organisés et les plus nombreux sont ceux de l’État Islamique en Irak et au Levant ». Il estime que le contingent de l'EIIL compte probablement entre 1 000 et 3 000 hommes[3]. Le journal La Croix indique également que « d'après les chiffres non officiels », 7 000 hommes armés sont entrés dans Mossoul avec plus de 300 véhicules[5]. Riad Kahwaji, directeur de l'Institute for Near East and Gulf Military Analysis, estime quant à lui qu'au moins 10 000 à 15 000 jihadistes sont présents dans le nord irakien[23]. Entendu par un juge, le djihadiste français Nicolas Moreau, qui combattait en Irak au moment de l'attaque de Mossoul, affirmera que les hommes de l'EIIL n'étaient que 500, face à entre 7 000 et 12 000 soldats[24]. Les forces djihadistes sont commandées par Abou Abdel Rahman al-Bilaoui, mais ce dernier est tué au début de la bataille et est remplacé par Abou Mouslim al-Turkmeni[2].

Le forces gouvernementales irakiennes sont bien plus nombreuses[25]. À Mossoul, les forces armées irakiennes disposent de deux divisions, soit 25 000 à 30 000 hommes[26],[27] et la Police nationale irakienne compte 40 000 hommes, dont 10 000 paramilitaires de la police fédérale[26]. Selon Hisham al-Hashimi, chercheur en stratégie militaire, 53 000 soldats et 26 000 policiers défendent Mossoul[2]. Cependant selon Pierre-Jean Luizard, directeur de recherche au CNRS, ces chiffres de reflètent pas la réalité : « l'armée irakienne était en grande partie une armée fantôme, parce que c'est une armée de la corruption et une pratique s'était généralisée, à savoir que les soldats laissaient une partie de leur solde à leurs supérieurs pour ne pas être des soldats effectifs dans l'armée et que ce système là a abouti au fait que sur le papier il y avait 30 000 soldats qui défendaient Mossoul mais en réalité ils étaient moins de 10 000 »[28].

DéroulementModifier

Le 6 juin, les rebelles sunnites attaquent Mossoul depuis le nord-ouest et les combats ont lieu dans plusieurs quartiers de la ville[29],[30]. L'attaque est menée par Dar al-Islam, les forces spéciales de l'EIIL[2].

À l'ouest, 7 à 14 membres des forces de sécurité irakienne sont tués et 42 blessés lors des affrontements. Les insurgés perdent au moins 16 hommes de leur côté et cinq civils sont tués par des tirs de mortier et 15 autres blessés[29],[30],[31]. Au sud, un dépôt d'armes est attaqué par cinq kamikazes, certains sont tués par les soldats avant de pouvoir activer leurs charges mais d'autres parviennent à tuer 11 militaires[30],[29]. Des combats ont aussi lieu à l'est[29]. Au total, selon les déclarations à Reuters de Mohamed Ibrahim, un membre du comité de sécurité et de défense du conseil provincial de Ninive, 105 insurgés ont été tués et une vingtaine de leurs véhicules détruits lors des combats[30]. Par ailleurs, à Al-Mouwaffaqiyah, un village proche de Mossoul, des djihadistes effectuent un attentat-suicide contre la minorité Shabak. L'explosion de deux voitures conduites chacune par un kamikaze fait quatre à sept morts et 45 blessés[29],[30],[31]. Le soir du 6 juin, l'armée irakienne affirme avoir repris le contrôle de 90 % de la ville de Mossoul. La plupart des rebelles se replient dans le désert ou se fondent parmi la population locale[30].

Quelques bombardements ont encore lieu pendant la nuit et les combats reprennent le lendemain dans la matinée, à l'ouest de Mossoul. Au moins 21 policiers et 38 combattants de l'EIIL sont tués[32].

Des combats intermittents continuent d'avoir lieu le 8 juin à l'ouest de la ville. Une trentaine d'insurgés sont tués dont cinq snipers, des tirs de mortiers causent également la mort de huit civils et 15 autres sont blessés[33].

Le 9 juin, à l'Ouest de la ville, un kamikaze de l'EIIL conduisant un camion-citerne chargé d'explosifs se fait exploser devant un siège des forces conjointes de la police fédérale et de l'armée irakienne. Au moins 3 à 16 membres des forces de sécurité irakiennes sont tués et 6 à 13 autres blessés[34],[35].

Le même jour dans la soirée, plusieurs centaines d'insurgés prennent d'assaut le siège du gouvernement provincial. Athil al-Noujaïfi, le gouverneur de la province de Ninive ne s'échappe que de justesse[36]. Il trouve refuge à Erbil, une ville du Kurdistan irakien contrôlée par les Peshmergas[37].

Les rebelles font ensuite mouvement vers le sud, où se trouve une base importante de l'armée irakienne, mais aussi un aéroport et une prison de haute sécurité[36]. Les affrontements se poursuivent pendant la nuit, les insurgés ont l'avantage et au matin du 10 juin ils s'emparent de la totalité de la ville de Mossoul[38]. Au sud de la ville, la base militaire de Ghizlani est conquise et 200 prisonniers sont libérés par les djihadistes. Un millier d'autres prisonniers, principalement issus de l'EIIL, sont également délivrés à la prison de Badouch[8]. En revanche, les prisonniers chiites trouvés dans la prison de Badoush sont exécutés par les djihadistes[2]. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, ce massacre fait 670 morts[9].

Les militaires et les policiers irakiens sont complètement démoralisés et beaucoup prennent la fuite, les autorités donnent alors l'ordre d'évacuer la ville[8]. Les généraux s'enfuient en hélicoptères[37]. Pendant toute la journée du 10 juin, des djihadistes infiltrés font hurler dans les haut-parleurs de ville, le slogan : « Daoulat, Daoulat islamiyya [Etat, Etat islamique]. », ce qui pourrait avoir contribué à démoraliser les soldats, ces cris jaillissant de partout auraient pu leur faire croire les djihadistes plus nombreux qu'en réalité[2].

Après les combats, le drapeau noir de l'État islamique en Irak et au Levant flotte sur les bâtiments officiels de Mossoul[8], tandis que des hommes de la JRTN affichent les portraits de Saddam Hussein et Ezzat Ibrahim Al-Duri à l'entrée de la ville[20]. Cependant par la suite, les djihadistes exigent que ces portraits soient retirés. Le 13 juin, deux hommes de la JRTN sont abattus par des hommes de l'EIIL pour avoir refusé d'exécuter cet ordre[2].

ConséquencesModifier

 
Vue en 1999 de la tombe du prophète Jonas, construite entre le IVe et le VIIIe siècle et détruite par les djihadistes le .

Le 10 juin, Oussama al-Noujaïfi, chef du parlement irakien, annonce que la totalité de la province de Ninive est tombée aux mains des insurgés[39]. Selon des habitants, des centaines de cadavres ont été abandonnés à Mossoul[5]. D'après les autorités kurdes, plus de 10 000 soldats irakiens trouvent refuge au Kurdistan[40]. Les rebelles s'emparent également de véhicules pris à l'armée, de pièces d'artillerie lourde et d'hélicoptères[3].

À Mossoul, le consul de Turquie et 79 ressortissants turcs sont capturés par les djihadistes[6],[41]. Les rebelles s'emparent également des réserves d'argent liquide des banques de Mossoul[42].

Des milliers d'autres d'habitants fuient la zone des combats, certains par crainte d'une contre-offensive de l'armée irakienne, d'autres et notamment les membres des minorités chrétiennes et chiites, étant « terrifiés » par les djihadistes de l'EIIL[43]. Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), environ 500 000 civils ont fui les combats[6].

Mais après leur victoire, les djihadistes sont bien accueillis par une grande partie de la population sunnite excédée par les exactions de l’armée irakienne, majoritairement chiite, qui se comportait en armée d’occupation[44]. Selon Pierre-Jean Luizard : « D'ailleurs, quand l'État islamique a décapité et crucifié quelques corrompus, la population a pu constater que la pénurie alimentaire avait disparu. Les marchés étaient de nouveau approvisionnés, les prix divisés par deux. La population de Mossoul n’était pas salafiste. Mais sa passivité s’est vite transformée en adhésion à un État de droit islamique qui remplaçait un État de non-droit »[45].

Avec la prise de la province de Ninive, l'EIIL réussit son objectif d'unifier ses fronts irakiens et syriens[8]. Les djihadistes n'arrêtent pas leur progression et s'emparent de plusieurs villes dans l'ouest de Kirkouk, ils entrent également dans la province de Salah ad-Din[46]. Le 11 juin, L'EIIL prend le contrôle de la raffinerie pétrolière de Baïji, la plus grande d'Irak[6], après que les 250 hommes chargés de sa défense aient accepté de se retirer après des négociations avec une délégation de chefs tribaux envoyés par les djihadistes[6]. C'est ensuite la ville de Tikrit qui est prise[47]. Le porte-parole de l'EIIL, Abou Mohammed al-Adnani, exhorte alors les rebelles à marcher sur Bagdad[48]. Mais leur progression est finalement arrêtée le même jour à Samarra, où pour la deuxième fois, l'armée irakienne repousse l'attaque des insurgés[49].

Les rebelles instaurent un conseil militaire à Mossoul avec des représentants de l'État islamique en Irak et au Levant, l'Armée des hommes de la Naqshbandiyya et Ansar al-Islam[22].

Des exactions sont commises après les combats. Avant d'abandonner Mossoul, les soldats irakiens exécutent sommairement plusieurs prisonniers dans des prisons[50]. Le 11 juin, 15 militaires et policiers sont exécutés par balle par des hommes de l'EIIL dans la province de Kirkouk[51]. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, 17 civils travaillant pour la police sont exécutés dans une rue de Mossoul le 11 juin[23].

L'EI commet également des destructions contre des sites religieux considérés comme « hérétiques ». Le 24 juillet, à Mossoul, la tombe du prophète Jonas, construite entre le IVe et le VIIIe siècle, est détruite[52],[53]. Quelques mois plus tard, le 22 février 2015, l'église de la Vierge Marie, le Théâtre de l'université et 8 000 livres rares de la bibliothèque de Mossoul sont livrés au flammes[54]. Peu après, le musée de Mossoul est vandalisé[55].

À la suite du départ des forces armées irakiennes, des combattants kurdes tentent d'établir une ligne afin de freiner la progression des djihadistes. Le gouvernement régional du Kurdistan mobilise 250 000 Peshmergas qui se déploient à l'est de la province mais qui empêchent également les réfugiés d'entrer au Kurdistan irakien[5],[40]. Le 12 juin, les Peshmergas prennent Kirkouk, abandonnée par l'armée irakienne[56]. Au nord-ouest, les YPG s'emparent également de quelques localités abandonnées par l'armée irakienne sur la frontière syrienne[57].

Certains otages turcs sont par la suite libérés, et finalement les 46 derniers otages sont délivrés le 20 septembre 2014. La Turquie évoque une opération de sauvetage de ses forces spéciales[58], mais selon la presse britannique, les otages pourraient avoir été échangés contre 180 djihadistes[59].

Selon le gouvernement irakien, 2 070 personnes sont exécutées par l'État islamique à Mossoul et dans l'ensemble de la province de Ninive de juin 2014 à août 2015[60].

SuitesModifier

Frappes aériennes contre l'EI à MossoulModifier

Dans l'après-midi du 6 août 2014, une soixantaine de personnes sont tuées à Mossoul dans un bombardement de l'aviation gouvernementale irakienne contre un tribunal établi par les combattants djihadistes de l'État islamique[61].

Le 18 septembre, les États-Unis bombardent un camp de l'EI près de Mossoul. Les pertes des djihadistes sont inconnues, une quarantaine de leurs hommes se trouvaient dans le camp[62].

Le 8 novembre, l'aviation américaine effectue un raid près de Mossoul contre un rassemblement de l'EI où se sont rendus plusieurs chefs. Un convoi de 10 camions armés est détruit et au moins une cinquantaine d'hommes sont tués[63],[64]. Parmi les morts figure Abou Laith, le premier gouverneur de l'EI à Mossoul, qui avait paradé à cheval lors de la prise de la ville le 10 juin 2014[65].

Mise en cause d'officiels irakiens dans la chute de MossoulModifier

La chute de Mossoul a donné lieu à la mise en cause de plusieurs responsables civils et militaires irakiens accusés d'incompétence et d'abandon de poste. L'ex-gouverneur de Mossoul, Athil Al-Nujaïfi, affirme que les chefs militaires ont fui en abandonnant leurs hommes et leur matériel[66]. En novembre 2014, le ministre irakien de la Défense annonce que plusieurs généraux qui commandaient à Mossoul ont été démis de leurs fonctions, seront jugés et éventuellement condamnés à mort[67]. Une commission parlementaire irakienne est formée en décembre 2014 et ouvre une enquête sur environ 100 chefs militaires et plusieurs hauts responsables civils[68]. Elle devrait rendre son rapport sur ces événements en juillet 2015[69].

Le 17 août 2015, ce rapport est rendu public et met en cause 30 hauts responsables dont l'ancien premier ministre Nouri al-Maliki[70]. Il accuse les responsables militaires d'incompétence et dénonce la corruption en vigueur au sein de l'armée. Selon ce rapport, le général Aboud Qanbar, chef d'état-major adjoint de l'armée, dépêché à Mossoul trois jours avant la prise de la ville, a mal estimé la situation et a causé une « grande confusion » : peu avant la chute de la ville, il s'est retiré à l'ouest avec « plus de 30 véhicules blindés, entamant considérablement le moral des troupes ». Le général Ghaidane avait quant à lui retiré des troupes de la province de Ninive, alors que la menace d'une attaque à Mossoul était connue, et n'a pas fait sécuriser les routes. Il est également reproché au premier ministre Nouri al-Maliki, alors commandant en chef, de s'être basé sur des « informations erronées » sans les faire vérifier et avoir laissé aux commandants la conduite des opérations[71].

Liens externesModifier

VidéographieModifier

ArticlesModifier


BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Pierre-Jean Luizard, Le piège Daech, l'État islamique ou le retour de l'Histoire, La Découverte, , p. 24
  2. a b c d e f et g Jean-Pierre Perrin, « Al-Baghdadi, les desseins d’un calife », Libération, (consulté le 14 février 2020)
  3. a b et c « Que se passe-t-il dans le nord de l’Irak ? », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  4. a et b « Al Jazeera : Iraqis flee Mosul after fighters seize city »
  5. a b c d et e « « À Mossoul, les cadavres sont abandonnés par centaines » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  6. a b c d et e « En Irak, les djihadistes de l'EIIL veulent « marcher sur Bagdad » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  7. « L'armée irakienne reconnaît avoir abandonné des milliers de véhicules blindés », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2019)
  8. a b c d e et f Ziad al Sinjary, « Mossoul, deuxième ville d'Irak, tombe aux mains de l'EIIL », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  9. a et b W.G. Dunlop (AFP), « L'EI accusé de «nettoyage ethnique et religieux» », sur La Presse, (consulté le 14 février 2020)
  10. Jean-Pierre Perrin, « Des jihadistes font main basse sur le nord de l’Irak », Libération,
  11. AFP, « L'Irak en ordre de bataille pour reprendre Fallouja », Libération, (consulté le 14 février 2020)
  12. « Irak : l'assaut contre Fallouja retardé »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), RFI
  13. AFP, « Une province irakienne entière aux mains des jihadistes », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2014)
  14. « Syrie : les civils fuient les combats à Deir Ezzor, Alep privée d'eau »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), France 24
  15. AFP, « Attaque dans le nord de l'Irak, 12 soldats tués », sur www.romandie.com, (consulté le 14 février 2020)
  16. AP, « Dix soldats irakiens sont tués par des insurgés »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  17. « REuters : L'armée irakienne reprend Samarra aux insurgés sunnites d'EIIL »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur nouvelobs.com
  18. Jean-Pierre Perrin, « Les jihadistes de l’EIIL maîtres de Mossoul », Libération, (consulté le 14 février 2020)
  19. Jean-Pierre Perrin, « Des jihadistes font main basse sur le nord de l’Irak », Libération, (consulté le 14 février 2020)
  20. a b et c Feurat Alani, « À Mossoul, une alliance contre nature entre le Baas et les djihadistes - La chute de la ville », Orient XXI, (consulté le 14 février 2020)
  21. a b et c Cécile Hennion., « Ces alliances hétéroclites qui renforcent l'EIIL en Irak », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  22. a et b Hélène Sallon., « La méthode EIIL en Syrie et en Irak : terreur et action sociale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  23. a et b AFP, « Obama n'enverra pas de troupes au sol en Irak », Libération, (consulté le 14 février 2020)
  24. Suc 2018, p. 111-115.
  25. « Le nord sunnite de l'Irak aux mains de l'EIIL », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  26. a et b (en) Mushreq Abbas, « ISIS weighs approach on Baghdad », sur Al-Monitor, (consulté le 14 février 2020)
  27. (en-GB) Martin Chulov Fazel Hawramy in Irbil et Spencer Ackerman in New York, « Iraq army capitulates to Isis militants in four cities », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  28. débat vidéo avec Pierre-Jean Luizard et David Thomson, « L'Irak, l'État islamique, les filières djihadistes - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion (consulté le 14 février 2020)
  29. a b c d et e AFP, « Au moins 45 morts dans des violences en Irak », sur www.romandie.com, (consulté le 14 février 2020)
  30. a b c d e et f Ziad al Sinjary, « Des dizaines de tués dans les combats à Mossoul en Irak », sur www.zonebourse.com, (consulté le 14 février 2020)
  31. a et b Li Zhijian, « Irak : des violences font 46 morts et 103 blessés dans le nord du pays », sur french.china.org.cn, (consulté le 14 février 2020)
  32. AFP, « Irak: 59 morts dans des heurts entre police et jihadistes à Mossoul », sur www.romandie.com, (consulté le 14 février 2020)
  33. xinhua, « Irak : les combats se poursuivent à Mossoul, 38 morts - china radio international », sur french.cri.cn, (consulté le 14 février 2020)
  34. Xinhua, « Irak : 16 membres des forces de sécurité tués dans un attentat suicide », sur french.china.org.cn (consulté le 14 février 2020)
  35. AFP, « Irak: 35 morts dans une vague d’attentats et des violences »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  36. a et b Ziad al-Sinjary, Benoît Van Overstraeten, « Irak-Des insurgés envahissent le siège du gvt local à Mossoul », sur www.zonebourse.com, (consulté le 14 février 2020)
  37. a et b « Réfugié au Kurdistan, le gouverneur de Mossoul raconte la chute de sa ville », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  38. AFP, « Une province irakienne entière aux mains des jihadistes », Libération, (consulté le 14 février 2020)
  39. L'Obs avec AFP, « Irak: des jihadistes prennent une province, le pouvoir veut armer les civils »,
  40. a et b « Dans le nord de l'Irak, le gouvernement autonome kurde déploie ses peshmergas », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  41. « En Irak, les djihadistes de l'EIIL veulent « marcher sur Bagdad » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  42. Joshua Keating, « L’Etat islamique en Irak et au Levant est-il devenu un vrai Etat? », sur Slate.fr, (consulté le 14 février 2020)
  43. « Mossoul et la province irakienne de Ninive aux mains des djihadistes », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  44. « IRAK. Pourquoi l'armée s'est effondrée », Courrier international, (consulté le 14 février 2020)
  45. « Les Etats du Moyen-Orient seront-ils bientôt rayés de la carte ? », sur Télérama.fr (consulté le 14 février 2020)
  46. Le Monde avec AFP, AP et Reuters, « Offensive sans précédent des djihadistes en Irak », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  47. Le Monde avec AFP et Reuters, « En Irak, les djihadistes de l'EIIL veulent « marcher sur Bagdad » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  48. « Offensive djihadiste en Irak: «Ils sont en train de mettre en place une partie de leur programme» », sur www.20minutes.fr, (consulté le 14 février 2020)
  49. AFP, « Les forces irakiennes empêchent les insurgés d'entrer dans Samarra », sur www.romandie.com, (consulté le 14 février 2020)
  50. Reuters, « Des hélicoptères irakiens bombardent Tikrit »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  51. Le Figaro fr avec AFP, « Irak: 15 exécutions par des djihadistes », Le Figaro, (consulté le 14 février 2020)
  52. Mathieu Dejean, « Irak: les djihadistes d'EIIL ont détruit la tombe du prophète Jonas à Mossoul, lieu de pèlerinage musulman », sur Slate.fr, (consulté le 14 février 2020)
  53. « Vidéo : l'EIIL détruit une mosquée vieille de plusieurs siècles à Mossoul », sur Les Observateurs de France 24, (consulté le 14 février 2020)
  54. « IRAK. L'Etat islamique brûle 8.000 livres rares à Mossoul », L'Obs,
  55. Allan Kaval, « A Mossoul, l’Etat islamique impose sa « politique éducative » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  56. « RFI : Irak : les Kurdes prennent le contrôle de Kirkouk après la fuite de l’armée irakienne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  57. Maxime-Azadi, « Les combattants kurdes syriens entrent en Irak pour combattre les 'djihadistes' », sur Club de Mediapart (consulté le 14 février 2020)
  58. « Le Nouvel Observateur avec AFP : Les 46 Turcs enlevés par l'État islamique ont été libérés »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  59. AFP, « Syrie : les Kurdes livrent une », Le Point, (consulté le 14 février 2020)
  60. AFP, « L'EI a enlevé 230 civils en Syrie, exécuté 2.000 personnes en 14 mois en Irak », sur Le Point, (consulté le 14 février 2020)
  61. Le figaro fr avec Reuters, « Mossoul/bombardement: environ 60 tués », sur Le Figaro.fr, (consulté le 14 février 2020)
  62. AFP, « Irak : les États-Unis bombardent un camp d'entraînement de l'EI », Le Point, (consulté le 14 février 2020)
  63. L'Obs avec AFP, « Irak: incertitudes autour du chef de l'EI après des raids de la coalition »,
  64. Le Monde avec AFP et Reuters, « Des raids de la coalition ciblent des dirigeants de l'EI en Irak », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  65. Madjid Zerrouky, « Mossoul, une machine à cash pour l’EI », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2020)
  66. « Réfugié au Kurdistan, le gouverneur de Mossoul raconte la chute de sa ville », Le Monde,
  67. "Iraq to Hang Army Generals Who Abandoned Mosul", Basnews, 25 novembre 2014.
  68. « "100 Iraqi Military Commanders Under Investigation" », Basnews,
  69. « Irak: l'enquête parlementaire sur la chute de Mossoul est terminée », RFI,
  70. (en) Mohammed A. Salih, « More than a year on, who is to blame for the fall of Mosul? », sur Al-Monitor, (consulté le 14 février 2020)
  71. Le Point avec AFP, « Irak : Mossoul aurait pu être sauvée des griffes de l'État islamique », (consulté le 14 février 2020)