Ouvrir le menu principal
Bataille de Burkersdorf
Description de l'image Schlacht bei burkersdorf.jpg.
Informations générales
Date
Lieu Burkersdorf
(actuellement Burkatów en Pologne)
Issue Victoire prussienne
Belligérants
Drapeau du Saint-Empire Saint-EmpireDrapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Commandants
Leopold von DaunFrédéric II de Prusse
Forces en présence
30 000 hommes40 000 hommes
248 canons
58 obusiers
Pertes
202 morts
349 blessés
263 prisonniers
559 manquants
13 canons perdus
2 obusiers perdus[1]

Guerre de Sept Ans

Batailles

Europe

Amérique du Nord
Guerre de la Conquête (1754-1763)

Antilles

Asie
Troisième guerre carnatique (1757-1763)

Afrique de l'Ouest
Coordonnées 50° 47′ 35″ nord, 16° 27′ 58″ est

Géolocalisation sur la carte : Pologne

(Voir situation sur carte : Pologne)
Bataille de Burkersdorf

La bataille de Burkersdorf est un épisode de la guerre de Sept Ans qui eut lieu le à Burkersdorf (actuellement Burkatów en Pologne). Cette bataille constitue une victoire de la Prusse contre l'Autriche et assure au vainqueur la possession de la Silésie.

ContexteModifier

Après la mort d'Élisabeth de Russie, tzarine de Russie, son neveu Pierre III monte sur le trône. C'est un grand admirateur de Frédéric II et de la Prusse. Le nouveau tsar retire rapidement son armée, abandonnant les possessions russes en Prusse-Orientale et signe un traité de paix avec Frédéric II, puis il envoie une armée pour aider l'armée prussienne dans sa guerre contre l'Autriche.

Le règne de Pierre III est de courte durée. Il décède peu de temps après que son épouse Catherine II ne se soit emparée du trône. Catherine se retire de la guerre et envoie des ordres au comte Zakhar Tchernychev pour aider les Prussiens à se retirer à leur tour.

Frédéric se doit d'agir rapidement. Il réussit à convaincre le général russe de rester quelques jours de plus pour dissuader les Autrichiens, sans pour autant prendre part à la bataille. Le feld-maréchal autrichien Leopold von Daun maintient inutilement une partie de ses troupes face aux Russes et ne conserve que 30 000 hommes face à Frédéric II.

La batailleModifier

Dans la nuit du 21 juillet, Frédéric II dispose secrètement son artillerie devant les hauteurs occupées par les Autrichiens. Au début de la matinée, l’artillerie prussienne ouvre le feu sur la cavalerie autrichienne qui prend la fuite, mettant le désordre dans sa propre infanterie. Puis l’infanterie prussienne monte à l’assaut en trois colonnes et capture plusieurs canons. Les Autrichiens battent en retraite, ayant perdu environ 1 000 tués et 2 000 prisonniers.

ConséquencesModifier

Après leur victoire, les Prussiens mettent le siège devant la forteresse de Schweidnitz (Świdnica) enlevée l'année précédente par le général autrichien Laudon. Daun, soulagé par le départ des forces russes, rassemble l’ensemble de ses forces (47 000 hommes). Le 16 août, il tente de prendre sa revanche, mais la bataille de Reichenbach (de) se conclut sur une victoire prussienne (138 tués, 234 blessés et 614 disparus du côté prussien, 800 tués et blessés et 340 prisonniers du côté autrichien). Frédéric renonce à poursuivre les Autrichiens. Les Prussiens reprennent le siège de Schweidnitz qui capitule le 9 octobre. Cette série d’opérations laisse définitivement à la Prusse la possession de la Silésie.

RéférencesModifier

  1. Gazette de Vienne, 1762, tome VI, no 61, [lire en ligne]

Sources et bibliographieModifier