Ouvrir le menu principal
Bataille de Maxen
Description de cette image, également commentée ci-après
Reddition du général von Finck
(Hyacinthe de La Pegna, vers 1760)
Informations générales
Date
Lieu Maxen
Allemagne actuelle
Issue Victoire autrichienne décisive
Belligérants
Drapeau du Saint-Empire Saint-EmpireDrapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Commandants
Leopold Joseph von DaunFriedrich August von Finck
Forces en présence
32 000 hommes15 000 hommes
Pertes
304 morts
630 blessés
13 741 morts blessés ou prisonniers

Guerre de Sept Ans

Batailles

Europe

Amérique du Nord
Guerre de la Conquête (1754-1763)

Antilles

Asie
Troisième guerre carnatique (1757-1763)

Afrique de l'Ouest
Coordonnées 50° 55′ 25″ nord, 13° 48′ 10″ est

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Bataille de Maxen

La bataille de Maxen eut lieu le à Maxen en Saxe (Allemagne actuelle), pendant la guerre de Sept Ans. L'armée prussienne fut totalement anéantie par l'armée autrichienne.

L'armée prussienne forte de 14 000 hommes commandés par le général Friedrich August von Finck, un des généraux de Frédéric II les plus capables, est envoyée à l'arrière des troupes autrichiennes, afin de couper les lignes de communication avec la Bohême. Mais Leopold Joseph von Daun profite de l'isolement de Finck, et l'encercle totalement avec des forces bien supérieures en nombre.

Le 20 novembre, l'attaque autrichienne est lancée, obligeant Finck à battre en retraite sur Maxen et à se rendre le 21 novembre avec son armée tout entière. Finck est même obligé d'inclure dans sa capitulation son corps de cavalerie, qui avait pu échapper à l'encerclement[1]. C'est une écrasante victoire pour les Autrichiens, pourtant von Daun ne l'exploite pas davantage.

En 1763, après la guerre, Frédéric II traduit Finck et huit autres généraux devant un tribunal militaire. Finck et ses subordonnés sont condamnés pour leur capitulation de Maxen, à l'exception de l'un d'eux, Johann Jakob von Wunsch (de) qui avait tenté d'échapper aux Autrichiens : il est acquitté et reçoit le commandement du régiment de Finck.

Notes et référencesModifier

  1. Friedrich August von Retzow, Nouveaux mémoires historiques sur la Guerre de Sept Ans, Volume 2, 1803, p. 213-214.

SourcesModifier