BAE Systems

écrit par Boni Agbakotan Mariano

BAE Systems
logo de BAE Systems

Création 1999
Forme juridique PLC (Public Limited Company)
Action Bourse de Londres (BA.)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Real performance. Real advantage.
Siège social Drapeau du Royaume-Uni Farnborough,
Hampshire, Angleterre
Direction Charles Nicolas Woodburn (depuis 2017)
Directeurs Ian King (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Aéronautique, sécurité, défense, Cybersécurité
Filiales BAE Systems MAI
BAE Systems Inc. (en)
Effectif 78 000 personnes (environ) en 2018
Site web www.baesystems.com

Capitalisation 17 649 millions GBP en décembre 2019
Chiffre d'affaires 18 407 millions GBP en 2018
Résultat net 1 000 millions GBP en 2018[2]
Société précédente British AerospaceVoir et modifier les données sur Wikidata

BAE Systems est une entreprise britannique travaillant dans les secteurs de la défense et de l'aérospatial, dont le siège social se trouve à Farnborough (Hampshire). L'entreprise a également des intérêts en Amérique du Nord via sa filiale BAE Systems Inc. Dans le secteur de la défense, elle est en 2020 la septième entreprise mondiale et la première entreprise européenne[3]. L'entreprise est née le par le rapprochement de l'ancienne British Aerospace (BAe) et de Marconi Electronic Systems (en) (MES).

BAE Systems est l'héritier de nombreuses entreprises de la défense et de l'aéronautique, dont The Marconi Company, A. V. Roe Company, ou encore de Havilland, et British Aircraft Corporation, coréalisateur du Concorde. Depuis sa création BAE Systems s'est désengagé de certaines activités européennes en se retirant notamment d'Airbus, EADS Astrium, AMS (en), Atlas Elektronik.

BAE Systems participe à différents projets comme le F-35 Lightning II et l'Eurofighter Typhoon.

Histoire (1999-)Modifier

HéritageModifier

 
Supermarine, constructeur du Spitfire, rachetée par Vickers-Armstrongs, qui fusionna avec British Aircraft Corporation en 1960.

BAE Systems a été fondé le , produit de la fusion de British Aerospace (BAe) et de Marconi Electronic Systems (MES)[4]. BAE Systems est ainsi l'héritier de célèbres entreprises britanniques de l'aéronautique et de la défense. Ces entreprises produisirent le Comet, premier jet commercial ; l'Harrier dit le "jump jet", le premier appareil opérationnel à décollage vertical (Vertical/Short Take-Off and Landing); le radar "groundbreaking[5]" Blue Vixen équipant le AV-8B Harrier II et qui est la base du programme radar de l'Eurofighter CAPTOR ; et coréalisa, avec l'Aérospatiale, le Concorde, avion supersonique.

  • British Aerospace était un fabricant d'avions civils et militaires, mais il produisait également des systèmes d'armes terrestres. Cette société était le fruit de la consolidation par l'état britannique, le , des sociétés British Aircraft Corporation (BAC), de Hawker Siddeley Group et de Scottish Aviation[6]. BAC et Hawker Siddeley étaient elles-mêmes le fruit de diverses fusions[7].
  • Marconi Electronic Systems était la filiale britannique de The General Electric Company (GEC), opérant essentiellement dans le domaine de la défense (intégration de systèmes d'armes tant navales que terrestres). Marconi a pour ancêtre la Wireless Telegraph & Signal Company de Guglielmo Marconi, société fondée en 1897[8]. GEC racheta English Electric (y compris Marconi) en 1968 et reprit la marque Marconi sous le nom de GEC-Marconi, puis Marconi Electronic Systems. GEC's acquit ainsi un établissement dont les activités dans le domaine militaire et dans le domaine radiophonique furent initiées durant la première Guerre Mondiale. La seconde guerre mondiale consolida ce positionnement, et la compagnie conçut le magnetron pour radar[9]. Entre 1945 et 1999, GEC-Marconi/Marconi Electronic Systems devint l'un des plus grands acteurs du secteur de la défense.

GEC's fit également l'acquisition de Associated Electrical Industries (en) en 1967[10], de Yarrow Shipbuilders en 1985[10], de Plessey (en) en 1989[11], d'une partie du groupe de défense Ferranti en 1990[11], de Vickers Shipbuilding and Engineering en 1995[12] et de Kværner Govan (en) en 1999[13]. En , MES acquit Tracor (en), acteur américain[14].

Origine du groupeModifier

En 1997, la fusion des Américains Boeing et McDonnell Douglas, ayant suivi la création de Lockheed Martin, plus important groupe de défense, en 1995, encouragea les Européens à entrer dans la voie des restructurations dans le domaine de la défense. En , le directeur général de British Aerospace Defence John Weston (en) déclara "L'Europe... a trois fois plus d'acteurs et dispose d'un budget moitié inférieur à celui des États-Unis[15]." Les gouvernements européens favorisèrent le rapprochement de leurs industries de défense[16].

Début 1995, British Aerospace et l'Allemand DaimlerChrysler Aerospace (DASA) se disaient prêts à la création d'une société de défense transnationale[17]. Les deux sociétés envisagèrent d'inclure le Français Aérospatiale, mais seulement après privatisation[18]. La première étape de la constitution de ce nouveau groupe aurait pu être la transformation d'Airbus en un consortium liant British Aerospace, DASA, Aérospatiale et Construcciones Aeronáuticas SA; mais British Aerospace et DASA marquèrent un différend avec Aérospatiale[19]. Partenaires dans Airbus, British Aerospace et DASA l'étaient également dans le programme Panavia Tornado et l'Eurofighter Typhoon. Les discussions débutèrent entre British Aerospace et DASA en , peu avant l'annonce de la fusion entre Aérospatiale et Matra, faisant, de fait, baisser la part de l'état français dans la nouvelle société[20]. L'accord de fusion fut établi entre les présidents de British Aerospace (Richard Evans (en)) et de DASA (Jürgen Schrempp) en [21].

Par ailleurs GEC souhaitait également participer à la consolidation de l'industrie de la défense. Dès 1996 George Simpson, directeur général de GEC, indiqua dans The Independent « les analystes pensent que M. Simpson, de par ses connaissances de BAE, pourrait favoriser un accord avec GEC. Et bien, GEC souhaite créer un 'champion' national de la défense avec BAE afin d'être compétitifs en face des géants américains »[22]. Lorsque GEC mit en vente MES le , British Aerospace abandonna son projet de fusion avec DASA pour fusionner avec son rival britannique. La fusion de British Aerospace et de MES fut annoncée le [23]. Evans expliqua en 2004 ses craintes, à l'époque, que le secteur de la défense américain ne mette la main sur MES et ne soit alors en concurrence avec British Aerospace et DASA[21]. Ce regroupement constitue une société d'intégration verticale que The Scotsman décrit comme "association complémentaire entre la force de British Aerospace et les compétences en systèmes électroniques de Marconi[24]", avec par exemple le rôle de fabricant de l'Eurofighter pour BAE et le rôle de fournisseur de l'électronique embarquée de MES[25]. En réponse à l'abandon du projet de fusion avec BAE, DASA entama des discussions pour une fusion avec Aérospatiale, qui conduisit à la création de European Aeronautic Defence and Space Company (EADS). EADS songea dès lors à la fusion avec Thales afin de créer une société totalement intégrée.

BAE dispose d'une action "spéciale" mise en place chez British Aerospace à sa privatisation. Cette action dépend du secrétariat d'État au commerce et donne un droit de veto sur certaines ventes[6].

Évolutions et restructurationsModifier

Le premier rapport annuel de BAE Systems établit les cœurs de métier suivants : Airbus, les services aux armées l'intégration de systèmes d'armes pour les armées de l'air, de terre et la marine. Ce rapport indiqua également que la compagnie souhaitait se développer aux États-Unis et participer à la consolidation de l'industrie en Europe.

Pour BAE, 2001 était une année de restructuration pour ses activités en Europe. Par ailleurs, BAE explique sa stratégie de développement aux États-Unis: "il s'agit de loin du plus grand marché de la défense, en effet, le budget y est deux fois supérieur à celui de l'ensemble des États d'Europe de l'Ouest. Et surtout, l'investissement américain en recherche et développement est beaucoup plus important qu'en Europe[26]." À la nomination de Dick Olver (en) en , un audit fut ordonné. Celui-ci exclut de nouveaux développements en Europe et confirme la stratégie d'expansion en Amérique[27]. De plus, le secteur des systèmes d'armes pour la terre est privilégié ; avec deux acquisitions en 2004 et 2005, BAE devient le deuxième acteur mondial du secteur. Ce nouveau positionnement a été qualifié de "remarquable" par le Financial Times[28].

En 2000 Matra Marconi Space, associant BAE et Matra, et les activités Espace de DASA ont fusionné pour créer Astrium. En , BAE vend les 25 % qu'il possédait dans cette nouvelle société à EADS[29]. En , Airbus Industrie passa du statut de consortium à celui d'une société anonyme[30],[31]. En , BAE annonça l'arrêt de la production de l'Avro Regional Jet (Avro RJ) à Woodford (en) et l'arrêt du programme Avro RJX, l'activité n'étant plus jugée "viable[32]". En , Matra BAe Dynamics (en) et la division missile de Alenia Marconi Systems (AMS) ont fusionné pour former MBDA, second fabricant mondial de missiles[33]. Bien qu'EADS se soit dit intéressé à prendre le contrôle de MBDA, BAE indiqua qu'à l'instar d'Airbus, MBDA faisait partie de son "cœur de métier[34],[35]".

 
Sous-Marin Classe Astute a été la cause d'un profit warning de BAE en 2002.

En , BAE confirma être en discussion avec TRW, un acteur américain de l'équipement automobile, de l'espace et de la défense. Alors que Northrop Grumman a lancé une OPA hostile sur ce groupe en . La bataille entre BAE, Northrop and General Dynamics prit fin le quand l'offre améliorée de Northrop fut acceptée par le conseil d'administration de TRW. Le , BAE réalisa un profit warning en raison du dépassement de coût du Nimrod MRA4 ; un avion de reconnaissance et d'attaque navale et du sous-marin Classe Astute[36].

Le gouvernement britannique commanda 20 avions d'entraînement BAe Hawk avec 24 options en [37]. Ce contrat est significatif car il permit, en , la vente de 66 appareils à l'Inde[37],[38]. En BAE Systems and Finmeccanica ont annoncé la création de trois joint ventures, dont l'ensemble se nomme Eurosystems (en), dans le domaine de l'avionique (C4ISTAR) et de la télécommunication[39]. L'intégration est difficile et l'accord a été reconsidéré ; le rapport annuel de BAE en 2004 "reconnaît la complexité de la constitution de Eurosystems avec Finmeccanica et souhaite en simplifier le modèle d'intégration". BAE a vendu ses parts de 25 % de l'ensemble à Finmeccanica en [40].

En , la presse indiqua que BAE souhaitait vendre ses divisions navales, BAE Systems Naval Ships (en) et BAE Systems Submarines (en). General Dynamics souhaitait acquérir les installations de construction de sous-marins de Barrow-in-Furness, alors que VT Group (en) était intéressé par le chantier de River Clyde[41]. En 2008, BAE Systems fusionna ses chantiers navals avec ceux de VT Group pour constituer BVT Surface Fleet (en)[42],[43].

 
BAE acheta, pour 2,5 milliards de livres sterling, United Defense en 2005. Les M2/M3 Bradley ont rejoint le catalogue de BAE.

Le , BAE Systems évinça General Dynamics dans le rachat de Alvis Vickers (en), fabricant britannique de véhicules blindés[44]. Pour se renforcer par rapport à son concurrent General Dynamics, les dirigeants de BAE ont ciblé l'achat de United Defense Industries (en) (UDI)[28]. Le , BAE annonça cette acquisition pour 2,25 milliards de livres sterling[45]. UDI, devenu depuis BAE Systems Land and Armaments (en), fabrique des véhicules de combat, des systèmes d'artillerie, des canons navals, des lance-missiles et des munitions guidées.

En , BAE annonça la vente de sa filiale allemande, Atlas Elektronik, à ThyssenKrupp et EADS[46]. Le , BAE annonce la vente de BAE Systems Aerostructures à Spirit AeroSystems, Inc. (en)[47]. BAE a indiqué dès 2002 que cette société ne faisait pas partie de son "cœur de métier[48]".

Le , l'Arabie saoudite fit l'acquisition de 72 Eurofighter Typhoons, livrés par BAE[49]. Le , BAE obtint le contrat de mise à niveau de 80 Tornado IDS des forces aériennes saoudiennes[50]. L'un des objectifs principaux de BAE, en 2005, est de permettre d'accroître le transfert de technologie entre le Royaume-Uni et les États-Unis. Le programme F-35 (JSF) devint l'emblème de cette politique, avec l'aide de membres du gouvernement britannique Lord Drayson, ministre de la défense, en indiquant que le Royaume-Uni pourrait être exclu du projet sans transfert de technologie. Cependant, le , Lord Drayson signa un décret permettant "une chaîne de commande britannique intégrée" pour la réalisation de cet appareil[51]. Le , BAE signa un contrat avec la Royal Air Force (RAF) pour la mise à niveau de ses Tornados[52].

Le , BAE Systems Inc. lança l'acquisition de Armor Holdings (en) et compléta l'offre le [53],[54]. Cette société est un fabricant de véhicules tactiques et un fournisseur de blindages et de systèmes de protection[53]. BAE (et British Aerospace avant lui) est un partenaire technologique de l'écurie de Formule 1 McLaren de 1996 à [55],[56]. Ce partenariat portait sur l'aérodynamisme des F1 de McLaren, voire sur la technologie carbone, les systèmes sans fils et la gestion du carburant. L'intérêt de BAE résidait dans l'expérimentation de procédés fonctionnant à haute vitesse[55].

BAE systems annonça l'acquisition de Tenix Defence (en), acteur australien de la défense, en . L'acquisition fut finalisée le , faisant de BAE Systems Australia (en) le premier acteur de la défense[57].

BAE Systems se développa dans les systèmes de sécurité, en achetant Detica Group (en) en [58].

BAE Systems dispose des 35 % de British Aerospace dans SAAB AB, avec qui il fabrique et commercialise le chasseur Gripen. En 2005, BAE réduisit sa participation à 20,5 % et en annonça son intention de vendre le solde. The Times indiqua que cela marque la fin « d'une relation controversée avec le chasseur Gripen[59] ». En effet, certaines campagnes d'exportation sont entachées de soupçons de corruption[59].

Le , BAE Systems et EADS annoncent étudier un projet de fusion, qui, amènerait les actionnaires d'EADS à détenir 60 % de la « newco » (40 % revenant à ceux de BAE)[60]. Ce projet est abandonné le [61],[62].

En 2014, BAE Systems achève l'intégration de ses activités de systèmes de sécurité, de logiciels de conformité et anti-fraude bancaire et assurance et de conseil en renommant Detica par BAE Systems Applied Intelligence[63].

En , BAE Systems Applied Intelligence acquiert l'entreprise américaine de cyber-sécurité SilverSky pour 232,5 millions de dollars[64].

En septembre et , la nouvelle direction de BAE Systems procède à une restructuration ; la compagnie ferme son bureau au Danemark[65] et supprime par ailleurs 2 000 emplois principalement en Grande-Bretagne [66].

En , BAE annonce l'acquisition pour 1,9 milliard de dollars d'une filiale d'United Technologies spécialisée dans le GPS militaire et l'acquisition pour 275 millions de dollars d'une filiale de Raytheon, spécialisée dans les radios embarquées. Ces deux ventes sont liées à la fusion entre United Technologies et Raytheon[67].

Actionnaire d'AirbusModifier

BAE Systems était actionnaire d'Airbus Industrie en tant que successeur de British Aerospace. Deux de ses usines, Broughton et Filton, étaient consacrées à la fabrication des ailes des avions d'Airbus. En 2001, le consortium Airbus se fondait dans Airbus SAS, Société par actions simplifiée. En échange de 20 % des parts de la nouvelle société, BAE lui transféra la propriété de ses installations.

Malgré un certain nombre de recommandations de vente de ses parts dans Airbus, BAE rejetait cette solution[4],[68]. Cependant, le , BBC News reportait qu'il était possible que BAE puisse vendre cette part estimée à 2,4 milliards de livres sterling[69]. Devant les lentes négociations de désengagement, BAE confia son option de vente à la banque d'investissement Rothschild. Six jours après le début de ce processus, Airbus annonça le retard du programme A380 pesant fortement sur la valorisation d'Airbus. Le , Rothschild n'évalua plus la participation de BAE qu'à 1,87 milliard de livres sterling[70]. Le conseil d'administration de BAE recommanda la vente. Le , l'assemblée générale des actionnaires fut en faveur de la cession et celle-ci fut finalisée le 13 octobre de la même année[71]. Cette cession marqua la fin de la production britannique dans le domaine de l'aviation civile. Airbus UK reste le Centre d'Excellence d'Airbus pour la fabrication d'ailes, employant environ 140 000 personnes directement ou indirectement[72].

En , le Serious Fraud Office britannique a entamé des procédures judiciaires à l'encontre de BAE, l'accusant d'avoir versé des pots-de-vin en Tchécoslovaquie, en Roumanie, en Afrique du Sud et en Tanzanie[73]

Le projet TempestModifier

Au début du XXIe siècle, différentes études sont lancées par Dassault (programme Neuron) et BAE (programme Taranis). En 2010, les accords de Lancaster House, signés entre Paris et Londres prévoient une coopération militaire entre les deux pays. En , 13 millions d’euros sont débloqués pour le développement d'une « phase de préparation d’un programme de démonstration d’un futur système de combat aérien » (FCAS DPPP). Néanmoins le , quelques semaines après l'élection du président français Emmanuel Macron, une annonce est faite sur le développement d'un programme franco-allemand Système de combat aérien du futur (SCAF).

Le , le ministre britannique de la défense Gavin Williamson annonce à l'occasion du salon aéronautique de Farnborough le lancement du projet Tempest devant conduire au développement d'un nouvel avion de combat. Le projet, très majoritairement britannique puisque la motorisation devrait être assurée par Rolls-Royce, associe également l'entreprise italienne Leonardo et française MBDA.

ChronologieModifier

Elliott BrothersMarconi Electronic SystemsGeneral Electric CompanyCompagnie MarconiEnglish ElectricBAE SystemsHunting AircraftBristol Aeroplane CompanyBritish Aircraft CorporationSupermarineAirbus UKVickersVickers-ArmstrongsArmstrong WhitworthArmstrong SiddeleySiddeley-DeasyBritish AerospaceGloster Aircraft CompanyHawker SiddeleyHawker AircraftSopwith Aviation CompanyMBDAFolland Aircraftde Havilland Aircraft CompanyAircoBlackburn AircraftAvroScottish AviationHandley Page

DivisionsModifier

Filiales
Coentreprises

ProduitsModifier

BAE Systems, via sa division Military Air & Information joue un rôle important dans la production d'avions militaires : les Eurofighter Typhoon, Panavia Tornado et autres bombardiers AV-8B Harrier II font partie des principaux appareils de la RAF. C'est également un des premiers partenaires du projet F-35 Ligthning II. Son avion d'entraînement BAe Hawk a été exporté dans de nombreux pays. En , le gouvernement britannique a déclassifié le HERTI (en) (High Endurance Rapid Technology Insertion), avion sans pilote. L'entreprise a également des intérêts dans BAE Systems Regional Aircraft (en) : si cette entreprise ne produit plus d'avions, elle continue d'assurer le service après-vente sur des produits comme les BAe 146/Avro, BAE ATP, Jetstream et autres BAE 748.

BAE Systems Land & Armaments fabrique pour l'armée britannique le char de combat Challenger II, l'obusier M777 howitzer, le véhicule de commandement et liaison Panther et le fusil d'assaut L85. BAE Systems Land and Armaments, à la suite du rachat d'entreprises américaines, fabrique entre autres les véhicules de combat de la famille Bradley (M2 et M3), le système d'armement avancé (en) (AGS) de l'US Navy, le M113 et le M109 Paladin.

Les grands projets navals comprennent les sous-marins nucléaires de classe Astute ainsi que, au travers de BVT Surface Fleet (en), le destroyer anti-aérien type 45 ainsi que les porte-avions de classe Queen Elizabeth. BAE produit aussi le Mark 41 Vertical Launching System, un système de lancement vertical employé notamment par la US Marine.

BAE Systems, à travers sa division Applied Intelligence (ex Detica) est aussi très présent sur le marché de la Cyber Sécurité et de la lutte anti-fraude et anti-blanchissement d'argent pour les entreprises et les gouvernements[74].

Principaux actionnairesModifier

Au [75]:

Invesco Asset Management 4,46%
Barclays Bank Plc (Private Banking) 3,97%
Silchester International Investors 3,00%
Newton Investment Management 2,81%
The Vanguard Group 2,80%
Wellington Management 2,74%
BlackRock Fund Advisors 2,45%
Legal & General Investment Management 2,41%
Capital Research & Management (World Investors) 2,20%
Franklin Mutual Advisers 2,17%

ImplantationsModifier

Les marchés domestiques sont, pour BAE Systems, l'Australie, l'Inde, l'Arabie Saoudite, le Royaume-Uni et les États-Unis[76]

Royaume-UniModifier

BAE Systems est le fournisseur principal du ministère britannique de la défense[77].

En , BAE Systems remporte un contrat de 248 millions £ du ministère britannique de la défense pour construire trois nouveaux patrouilleurs[78]

En , BAE Systems et Babcock International remportent un contrat du ministère britannique de la défense d'un total de 3,2 milliards £ de maintenance des navires, sous-marins et bases navales pendant 5 ans[79].

En , BAE Systems remporte un contrat du ministère britannique de la défense d'un total de 472 millions £ pour continuer le développement des navires de future génération[80].

Principaux sites de la division BAE Systems Military Air & Information :

Principaux sites de la division BAE Systems Maritime :

Autres sites de BAE :

Filiale américaineModifier

BAE Systems Inc. est la filiale américaine, dont le siège est à Arlington (Virginie). la filiale américaine réalise 36 % du chiffre d'affaires global de la société[81] et emploie environ 32 300 personnes[82].

France[83]Modifier

BAE Systems et Nexter se sont rapprochées au début des années 1990 pour développer une arme capable de tirer un nouveau type de projectile, la munition télescopée. Une société commune est créée dans ce but le , Cased Telescoped Armament International. Son siège social est situé à Versailles et ses installations à Bourges comprennent une soixantaine d'employées. Le 40 CTAS[84] est un canon automatique conçu à partir de 1994 pour utiliser des munitions telescopées d’un calibre de 40 mm.

Arabie saouditeModifier

BAE Systems a vendu à l'Arabie saoudite, engagée dans une guerre au Yémen, du matériel militaire à hauteur de 17,6 milliards de livres entre 2015 et 2020[85].

Reste du mondeModifier

  • BAE Systems Australia est le premier acteur de la défense en Australie, ayant doublé sa taille avec l'acquisition de Tenix Defence[86].
  • L'accord de Al Yamamah entre le Royaume-Uni et l'Arabie Saoudite prévoit « la fourniture d'un package de défense complet pour le royaume saoudien » ; BAE emploie 4 600 personnes sur place[87].
  • BAE Systems Land Systems South Africa (en), détenu à 75 % par BAE, est le plus important fabricant de véhicules militaires d'Afrique du Sud, et participe au programme américain MRAP.
  • BAE est implanté en Suède depuis l'acquisition par Alvis Vickers (en) et d'UDI de Hägglunds et Bofors; Ces sociétés ont été intégrées dans la filiale suédoise BAE Systems AB et emploient 1 750 personnes.
  • Par ailleurs, BAE Systems détient 49 % de Air Astana, compagnie du Kazakhstan.


Notes et référencesModifier

  1. « http://www.londonstockexchange.com/exchange/prices-and-markets/stocks/summary/company-summary.html?fourWayKey=GB0002634946GBGBXSET1&lang=en »
  2. https://www.zonebourse.com/BAE-SYSTEMS-9583545/fondamentaux/
  3. [1] Les Etats-Unis et la Chine, premiers marchands d'armes au monde, Les Echos
  4. a et b (en) Andrew Turpin, « BAE Eyes US Targets After Profit Rockets », The Scotsman, The Scotsman Publications,‎ , p. 26
  5. (en) James Dow, « Edinburgh's first line of defence », The Scotsman,‎ (lire en ligne[archive], consulté le )
  6. a et b [PDF] (en) « BAE and Thomson-CSF SA: A report on the proposed merger », Competition Commission, (consulté le )
  7. « The BAE Systems Lineage (click on Air tab) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté en )
  8. « 1874 Guglielmo Marconi »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté en )
  9. (en) « A new industry », www.connected-earth.com (consulté le ) : « during the Second World War it developed the cavity magnetron for radar »
  10. a et b [PDF] (en) « The companies involved, and the merger situations », Competition Commission, (consulté le )
  11. a et b (en) Chris Leadbeater, « A marriage of convenience 'GEC and Siemens propose to create a major new European partnership. The acquisition of Plessey ... will be the springboard for further substantial expansion together.' », Financial Times,‎
  12. (en) Roger Cowe, « Weinstock's £1bn finale », The Guardian,‎
  13. (en) « Deal reached on shipyard future », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. (en) « GEC Completes Tracor Acquisition », Electronic News, Reed Business Information,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. (en) Andrea Rothman et Landberg, Reed, « Europe Defense Firms Feel Pressure to Unite », The Seattle Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. (en) « Business: The Company File: Defence merger on the radar », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. (en) Adam Jones, « Europe cries foul as New BAE emerges », The Times,‎
  18. (en) Pierre Sparaco et Morrocco, John D., « French Government Grapples With Aerospace Strategy », Aviation Week and Space Technology,‎
  19. (en) Bernard Gray et Skapinker, Michael, « Giant waiting in the wings: Bernard Gray and Michael Skapinker ask if Europe's defence industry can consolidate in time to challenge US dominance », Financial Times,‎
  20. (en) « BAE and Dasa discuss proposals for merger: Aerospace groups still have 'important issues to resolve' », Financial Times,‎ , p. 1
  21. a et b (en) Peter Spiegel, « The largest aerospace companies gather next week for the Farnborough air show but the event will be without its long-time unofficial host », Financial Times,‎ , p. 11
  22. (en) Russell Hotten, « GEC confirms Simpson job », The Independent,‎ , p. 17
  23. BAE Systems Annual Report 1999 22. BAE Systems plc (2000). Retrieved on 2006-10-27.
  24. (en) Louise Nevill, « BAe and Marconi moving toward merger », The Scotsman,‎ , p. 17
  25. (en) « Speculation Rises on GEC Merger », The Scotsman,‎
  26. [PDF] (en) « BAE Systems 2000 Annual Report »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), BAE Systems (consulté le ), p. 6
  27. (en) Peter Spiegel, « Oil or missiles, the constant is power », Financial Times,‎
  28. a et b (en) Peter Spiegel, « BAE prepares for increase land war spend », Financial Times,‎
  29. (en) Mark Odell, « BAE agrees new deal for Astrium », Financial Times,‎ , p. 15
  30. (en) « EADS and BAE SYSTEMS complete Airbus integration - Airbus SAS formally established », BAE Systems plc, (consulté le )
  31. (en) Pierre Sparaco, « Climate Conducive For Airbus Consolidation », Aviation Week & Space Technology,‎
  32. (en) « BAE SYSTEMS closes the RJX Programme », BAE Systems plc, (consulté le )
  33. (en) « EADS, BAE and Finmeccanica Complete MBDA Merger », Defense Daily International,‎ — the new MBDA, the world's second largest missile manufacturer behind Raytheon
  34. (en) « "MBDA prepares for consolidation" », Financial Times,‎
  35. (en) Douglas Barrie, Wall, Robert et Sparaco, Pierre, « High-Stakes Gamble; BAE Systems bets future on defense, using its Airbus share as ante », Aviation Week & Space Technology,‎
  36. (en) Mark Odell, « BAE warning sends share price to 7-year low: News of 'additional issues' on two big defence contracts takes market by surprise », Financial Times,‎
  37. a et b (en) Michael Evans et Benett, Rosemary, « Cabinet battle over British jet contract », The Times,‎
  38. (en) Russell Hotten, « Protests loom over Hawk deal with India », The Times,‎
  39. (en) « BAE ties up £2.6bn Italian deal », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. (en) Patricia J. Parmalee, « Selex Sale Sealed », Aviation Week & Space Technology,‎
  41. (en) « BAE shares rise after sales talk », BBC News, (consulté le )
  42. (en) David Robertson, « BAE-VT merger », The Times, London,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. (en) « Warship deal takes a step closer », BBC News,‎
  44. (en) « BAE triumphs in tank firm battle », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. (en) « BAE Systems to buy US rival UDI », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. (en) James Boxell, « BAE forced into cut-price sale », Financial Times,‎
  47. (en) « BAE sells Prestwick unit for £80m », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. (en) « Fears for future of BAE plant », BBC News, (consulté le )
  49. (en) « Saudi Arabia buys 72 Eurofighters », BBC News, (consulté le )
  50. (en) Rupert Steiner, « BAE clinches new £2.5bn Tornado deal with Saudis », The Business,‎
  51. (en) Tom Baldwin, « Britain in fighter deal with US », The Times,‎
  52. (en) David Robertson, « BAE emerges from the political storm with MoD Tornado contract », The Times,‎
  53. a et b (en) « BAE Systems plc announces proposed acquisition of Armor Holdings Inc. », BAE Systems plc, (consulté le ) [PDF]
  54. (en) « BAE Systems completes acquisition of Armor Holdings Inc. », BAE Systems plc, (consulté le ) [PDF]
  55. a et b (en) « Racing success as BAE Systems and Team McLaren Mercedes technology partnership celebrates 10 years », BAE Systems plc, (consulté le )
  56. (en) « 2008 Ultimate Season Review », F1 Racing, Haymarket,‎ , p. 99–101
  57. (en) David Robertson, « Ian King takes over at BAE Systems and promises to raise standards », The Times, London,‎ (lire en ligne, consulté le )
  58. (en) Miles Costello, « BAE makes agreed £531m cash offer for Detica », The Times, London,‎ (lire en ligne, consulté le )
  59. a et b (en) David Robertson, « BAE cuts links to Saab and ill-fated fighter », The Times, London, Times Newspapers Ltd.,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. (en) « EADS et son concurrent BAE Systems veulent se marier », Challenges, (consulté le )
  61. (en) Matthias Blamont, « Back to drawing board after Berlin halts BAE, EADS deal », sur reuters.com, (consulté le ).
  62. « Pourquoi Angela Merkel a bloqué le projet EADS-BAE », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  63. (en) « Our History », sur BAE Systems | Cyber Security & Intelligence (consulté le )
  64. « BAE Systems to buy U.S. cyber security firm SilverSky for $232.5 million », Reuters,
  65. (en) « Evertiq - BAE Systems closes shop in Denmark », sur evertiq.com (consulté le )
  66. (en-GB) « BAE Systems to streamline management and cut 2,000 jobs », sur Financial Times (consulté le )
  67. Sarah Young, « BAE spends $2.2 billion to boost U.S. electronic systems business », sur Reuters,
  68. (en) Peter Spiegel, « BAE denies Airbus sale plans », Financial Times,‎
  69. (en) « BAE confirms possible Airbus sale », BBC News, (consulté le )
  70. (en) David Gow, « BAE under pressure to hold Airbus stake », The Guardian, London, Guardian Newspapers,‎ (lire en ligne, consulté le )
  71. (en) « BAE Systems says completed sale of Airbus stake to EADS », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  72. (en) « Airbus in UK », www.airbus.com (consulté le )
  73. (en) Personnel de rédaction, « See you in court », The Economist,‎ (lire en ligne, consulté le )
  74. « Home | BAE Systems | Cyber Security & Intelligence », sur www.baesystems.com (consulté le )
  75. Zone Bourse, « BAE SYSTEMS : Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  76. (en) « About us », baesystems.com, BAE Systems, (consulté le )
  77. [PDF] (en) « The Guardian », The Guardian, (consulté le ), p. 1
  78. « BAE Systems wins 348 million pounds contract for new UK patrol ships », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  79. « Babcock, BAE Systems win $5.2 billion UK naval contracts », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  80. « UK Government extends commitment to the Royal Navy's Type 26 programme | BAE Systems | International », sur www.baesystems.com (consulté le )
  81. (en) « BAE Systems 2014 annual report »
  82. (en) « BAE Systems, Inc. », sur BAE Systems / United States (consulté le ).
  83. Ferrard 2013 : p. 92-93
  84. « CTA International » (consulté le )
  85. (en) Phil Miller, « DECLASSIFIED UK: BAE Systems sold weaponry worth £17.6bn to Saudis during Yemen war », sur Daily Maverick,
  86. (en) Bradley Perrett, « BAE completes acquisition of Tenix Defense », Aerospace Daily & Defense,‎
  87. (en) David Robertson, « Eurofighters head towards Saudi Arabia as BAE completes £4.4bn order », The Times, London,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

Liens externesModifier