M108/M109

famille de canons automoteurs américains

M109
Image illustrative de l’article M108/M109
Canon automoteur de 155 millimètres M109A2 néerlandais le 27 mai 2005
Caractéristiques de service
Service 1963 à présent
Utilisateurs Plus de 33 pays
Production
Année de conception 1956-1961
Production Plus de 5000 exemplaires
Caractéristiques générales
Équipage M109 : 6 (un conducteur, un chef de pièce, deux canonniers et deux pourvoyeurs)
M109A6 : 4 (un conducteur, un chef de pièce, un canonnier et un pourvoyeur)
Longueur 9,12 m
M109A5 : 9,17 m
M109A6 : 9,80 m
Largeur 3,15 m
Hauteur
M109A5 : 3,28 m
M109A6 : 3,24 m
Masse au combat 24,9 tonnes
M109A6 : 28,8 tonnes
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage 31 mm d'aluminium[1] (doublé d'un pare-éclat sur la version A6)
Armement
Armement principal Canon d'artillerie M126 de 155 mm L/39 (28 obus)


M109A2 : M185 de 155 mm (34 obus)
M109A6 : M284 de 155 mm (39 obus) - Portée : de 18 km à 23,5 km (obus conventionnels) - 30 km (obus roquette)

Armement secondaire Mitrailleuse lourde M2 de 12,7 mm sur affût pivotant (500 cartouches)
Mobilité
Moteur Moteur diesel "Detroit Diesel 8V71T" de 8 cylindres turbocompressé
Puissance 405 ch (302 kW)


M109A6 : 440 ch (328 kW)

Transmission Allison XTG 411
Suspension Barre de torsion
Vitesse sur route 56 km/h sur route - 20 km/h en tout-terrain
M109A6 : 61 km/h sur route - 28 km/h en tout-terrain
Puissance massique 16 ch/tonne
Réservoir M109A5 : 511 ℓ[2]


M109A6 : 503 ℓ

Autonomie 350 km sur route
M109A6 : 300 km sur route

L'appellation M108/M109 désigne une famille de canons automoteurs américains développés après la Seconde Guerre mondiale.

Canon automoteur M109A2 du 1er régiment d'artillerie belge défilant lors du défilé des troupes le 21 juillet 1989 à Bruxelles.

HistoireModifier

ContexteModifier

À la fin de la Seconde guerre mondiale, le principal obusier automoteur en service dans l’armée des États-Unis est le M7, équipé d’un canon de 105 mm, mais son châssis de conception ancienne et la disposition en casemate du canon, qui ne permet pas d’offrir un champ de tir sur 360° comme une tourelle, commencent à le rendre obsolète. Bien qu’il ait commencé à être remplacé par le M37, la fin de la guerre a fortement ralenti les cadences de production et il se trouve en nombre insuffisant. Le besoin d’un obusier automoteur plus lourd émerge par ailleurs, les généraux américain estimant que les nouvelles divisions mécanisées devraient comporter au moins un bataillon équipé de canons de 155 mm. Le M41 existe pour remplir ce rôle, mais sa disponibilité est encore plus faible que le M37[3].

Afin de réduire le coût de production en standardisant un maximum d’éléments, deux nouveaux modèles sont produits dans les années 1950 sur la base du char léger M41 : le M52, équipé d’un canon de 105 mm et le M44, avec un canon de 155 mm. Les deux véhicules se révèlent toutefois être un échec cuisant[3].

DéveloppementModifier

Le M52 et le M44 ayant montré des problèmes avant même leur entrée en service, les études pour les remplacer débutent dès 1952 et donnent naissance en au T195 et au T196, deux obusiers automoteur dont les canons sont respectivement de 110 mm et 156 mm. Les deux modèles se heurtent toutefois rapidement à l’opposition des artilleurs, ces derniers étant très critiques vis-à-vis des calibres adoptés, différent de tout ce qui existe déjà dans l’arsenal américain[4].

En , un nouveau programme est finalement approuvé. Le mois suivant, une révision complète des caractéristiques décide que les futures conceptions du T196 seront basées sur le développement de l'obusier automoteur T195 de 110 mm, qui est en production à cette époque.

En , l'armée américaine opte donc pour le châssis et la tourelle du T195, mais le canon d'origine est remplacé par une pièce de 155 mm quand l'OTAN standardise tous les calibres.

En , la maquette du nouveau T196 est passée en revue et le Congrès des États-Unis autorise le développement du premier prototype. La principale différence avec le T195 est un accroissement de la puissance motrice et une tourelle redessinée avec des mécanismes transversaux renforcés, un nouveau magasin à munitions monté dans une cosse séparable à l'arrière de la tourelle.

Le prototype du T196 est terminé en 1959. Pendant la phase d'évaluation préliminaire menée à Fort Knox, les techniciens remarquent un certain nombre de défauts et de faiblesses dans la suspension et y remédient en ajoutant un septième galet de transmission. Ce prototype diffère des modèles de série développés ultérieurement par la forme du châssis et de la tourelle, et un moteur à essence Continental.

En 1959, une nouvelle politique est adoptée : le moteur diesel remplacera le moteur à essence sur tous les futurs modèles de véhicules de combat. Le prototype T196 est donc équipé d'un nouveau propulseur Detroit 8V71T Diesel (en) de 490 chevaux, et redésigné T196E1.

En , une commande est passée pour deux exemplaires de présérie, qui sont livrés six mois plus tard. Après une série de tests, une production de série limitée à un an débute en .

Entrée en service et premiers engagementsModifier

Les premiers exemplaires de série du T196E1, assemblés par la firme Cadillac dans son usine de Cleveland (Cleveland Army Tank Plant)[5], entrent en service en , et il est décidé de poursuivre la construction au-delà de la première année.

En , la nomenclature en service dans les forces armées américaines est complètement révisée. Le T196E1, suivant la Norme-A adoptée, est désigné Howitzer, Medium, Self-Propelled: 155 mm, M109. Le contrat portant sur la troisième année de production est signé en par la Chrysler Corporation, bien que la chaîne de production demeure à Cleveland. Les premiers M109 sont livrés à l'US Army en .

Le M109 est employé au combat pour la première fois par les États-Unis durant la guerre du Viêt Nam, au Sud-Viêt Nam à partir de 1965 puis durant la seconde guerre du Golfe de 1991, la guerre d'Afghanistan et la guerre d'Irak. Tsahal l'utilise également durant la guerre du Kippour en , et au Liban, en 1982 et 2006. L'Iran l'employa durant la guerre Iran-Irak et pour des opérations à l'intérieur de ses frontières.

L'avant-dernière version de série produite, le M109A6, rebaptisée Paladin construite dans les années 1990 par United Defense, est aujourd'hui l'obusier automoteur standard des forces mécanisées américaines et forme l'ossature des unités d'artillerie. En 1993, la British army commence le remplacement de ses M109 par des AS-90. Dans les années 2000, les M109 de plusieurs membres de l'OTAN sont en cours de remplacement par l'obusier automoteur allemand Panzerhaubitze 2000 (PzH 2000), qui sert aussi durant la guerre d'Afghanistan.

Évolution et remises à niveauModifier

 
Le M109A7 PIM des années 2010 n'a plus rien en commun avec les premières versions des années 1960.

Avec l'annulation du programme de développement Crusader, en , les 950 Paladin encore en service resteront au sein des unités mécanisées de l'US Army et de l'US Marine Corps jusqu'à leur remplacement par le M109A7 développé sous le nom de M109 PIM (Paladin Integrated Management), qui est basé sur le châssis du M2 Bradley. 580 exemplaires produits par BAE Systems Ground Systems Division à York sont prévus. Les premiers prototypes commencent leurs essais en 2011, la production en série limitée était prévue à partir de 2013 et une mise en service en 2015, mais ce programme a pris du retard. Fin décembre 2017, 37 obusiers et 36 porte-munitions ont été livrés à cette date pour des essais[6], Début 2020, l'US Army a retardé la décision de production à plein régime du PIM en raison de «problèmes de qualité et de capacité de production» car 68 obusiers PIM LRIP ont été rappelés pour « démontage complet, inspection, réparation et retest » en raison de la carence dans les soudures durant sa production par BAE à York[7]. Les premiers exemplaires en service opérationnelle entre en service en dans la 1re division de cavalerie[8],[9].

Il a une masse en ordre de combat de 38 tonnes et un moteur de 675 cv[10]. La cadence de tir d'un maximum de 4 coups par minute n'a pas été augmentée, mais l'électronique embarquée améliore grandement la précision[11].

En 2020, il est prévu qu'à partir de 2023, le M1299 (en), un obusier avec un canon de 58 calibres basé sur le châssis du M109A7 fabriqué par BAE Systems doit entrer en service avec 18 engins opérationnels. Il est équipé d'un système de chargement automatique avec une cadence de tir de 10 coups par minute. Sa portée avec des obus à portée additionnelle est de 70 km[12].

La Suisse a lancé un programme de remise à niveau et de modernisation de ses obusiers M109: KAWEST entre 1995 et 2004[13]. Ces modifications suisses sont également appliquées pour les M109 chiliens par la firme RUAG Land Systems.

VersionsModifier

 
Intérieur de la tourelle d'un M109 danois.

Plus de 10 000 exemplaires des nombreuses versions de cet engin ont été produits depuis 1962[14].

• M109 Self Propelled Howitzer : Version d'origine introduite en 1963. Équipée d'un moteur Diesel Detroit 8V71T de 450 chevaux (336 kW), ainsi que d'un canon M126 de 155 mm et un magasin de munitions de 28 obus M107. L'armement secondaire comprend une mitrailleuse Browning M2HB de 12,7 × 99 mm OTAN alimenté à raison de 500 cartouches. Portée maximale du canon M126: 22 km. 3 786 produits entre 1962 et 1969.

• M109A1 : Version améliorée équipée d'un canon M126A1 plus performant, avec une portée maximale et une capacité d'emport accrue d'obus M107. Variante destinée à l'exportation: M109A1B. 2 741 produits entre 1970 et 1978.

• M109A2 : Programme de modernisation Mid-life ("moitié de vie") dit Reliability, Availability, and Maintainability (RAM), comportant une série de vingt-sept modifications. Équipé d'un canon M185 de 155 mm et d'un magasin arrière avec 36 obus M107. Armement secondaire: une mitrailleuse lourde M2 de 12,7 mm. 1 501 produits entre 1978 et 1985.

• M109A3 et M109A3B : M109A1 et M109A1B mis aux standard M109A2.

• M109A4 : M109A2 et M109A3 avec les modifications Nuclear, Biological, and Chemical / Reliability, Availability, and Maintainability (NBC/RAM). Ajout de filtres et de purificateurs d'air. Équipée d'un embrayage hydraulique à la place de l'électrique sur les versions antérieures, et d'un démarrage moteur amélioré.

• M109A5 et M109A5+ : Remplacement du canon M185 par un M284 plus performant, disposant d'une portée maximale plus importante (30 km). Améliorations du contrôle de tir et de divers autres composants sur le M109A5+. 135 produits en 1993.

• M109A6 Paladin : Version disposant d'une plus grande survivabilité, et équipée d'une série d'améliorations technologiques: système de navigation inertielle, système de communication numérique par ordinateur, senseurs et détecteurs électroniques plus performants. Capacité de guerre électronique accrue dans de notables performances. Blindage plus épais pour la protection de l'équipage, tourelle et casiers de munitions arrière agrandis: 39 obus M107 au lieu des 36 sur la version M109A5. Version utilisée uniquement par les États-Unis et l'Arabie Saoudite. 965 produits à partir de 1999 avec un canon M284A1.

• M109 KAWEST (Kampwertsteigerung) : Série de modifications apportées sur le M109A5 de l'armée suisse. Canon suisse L47 de 155 mm à la place du M284 américain. Six hommes d'équipage, dont trois chargeurs au lieu des huit habituels. Accroissement de la capacité d'emport de charge (40 obus), modernisation des systèmes informatiques de bord. Amélioration également du moteur et de la boite de vitesses, etc.

• M109L5 : Développé en collaboration par les firmes allemande Rheinmetall et néerlandaise RDM Technology BV, cette dernière modernisant et fabricants des pièces de M109 depuis 1988[15]. Version révélée au public en 2002. La principale modification étant le remplacement du canon M126 par le L52 du PzH 2000, ce qui permet l’emploi des munitions MTLS de ce dernier. D'un coût de construction unitaire d'à peine 15 % à 30 % d'un PzH 2000, il s'agit d'une alternative pour le remplacement progressif des anciens M109A2/A3.

• K55 et K55A1 : Le K55 est une version sud-coréenne du M109A2, produite sous licence par la firme Samsung Techwin. Il est équipé de filtres NBC, d'un système automatique anti-incendie, et d'un module de réception de munitions modifié pour permettre le ravitaillement automatique à partir du véhicule K56. Une variante modernisée, le K55A1, est produite par Samsung Thales, comprenant un nouveau système informatique et des écrans de visualisation numériques. Le K55 et le K55A1 ont été produits respectivement à 1 040 et 1 180 exemplaires.

• M109A7 : Le programme de remplacement des M109A6 de l'US Army est désigné originellement M109 Paladin Integrated Management (PIM). Le M109A7 comprend des composants communs à ceux de la famille du M2 Bradley, tels que la transmission, les roulements et la propulsion. Cette similarité avec d'autres modèles permet de réduire le coût de production. Les systèmes électroniques de bord du A7 sont développés à l'origine pour équiper les Futur Combat Systems Manned Vehicles (MGV), qui devaient remplacer les M2/M3 Bradley, avant que le programme soit annulé. Première livraison en .

M992, version tracteur d'artillerie sans tourelle ni canon pour la logistique de munitions sur le champ de bataille.

UtilisateursModifier

 
Canons automoteurs M109A2 de l'armée belge défilant devant la tribune royale lors du défilé des troupes du 21 juillet 1989 à Bruxelles.
 
En bleu, utilisateurs en 2011; en rouge, anciens utilisateurs.

Le M109 est ou a été en dotation dans de nombreuses armées à travers le monde :

M109Modifier

  •   Suisse : 146 M109 (L23, M126) acquis entre 1968 et 1970, mise en service entre 1971 et 1973, retrait du service en 1979 et modification en M109 A1B.
  •   États-Unis

M109A1/A1BModifier

M109A2/A3Modifier

  •   Autriche : 80 A2/A5Ö (rachetés au Royaume-Uni), 30 A5 devraient rester en service en 2018.
  •   Allemagne : 570 M109A3GEA1/A2. Retirés du service en , remplacés par des PzH 2000, exemplaires cédés à la Grèce.
  •   Belgique : 127 M109A2 livrés entre aout 1984 et fin 1985: 64 unités mises au standard M109A4 retirés du service en 2007. 40 M109A3BE revendus au Brésil. 38 M109A4 vendu à l'Indonésie en 2015 - livraison entre 2017 et 2018 -[16], les 26 autres vendus à cette date 15 000 EUR l'unité a une société privée[17] qui les envoient l'Ukraine en 2022[18].
  •   Brésil : 40 M109A3BE (rachetés à la Belgique).
  •   Égypte : 279 M109A2.
  •   Grèce : 84 M109A2, 50 M109A3GEA1 et 196 M109A3GEA2.
  •   Jordanie : 121 M109A2 et 235 M109A3 (rachetés aux Pays-Bas). 253 M-109A1/A2 en service fin 2010[19]
  •   Lettonie :47 M109A5Oe (rachetés à l'Autriche) livrés à partir de 2017[20],
  •   Liban: 12 A3 + 22 TBD
  •   Maroc : 84 M109A2/A3.
  •   Norvège : 56 M109A3G achetés à l'Allemagne de l'Ouest entre 1969 et 1971 : 14 unités modernisées en M109A3GN et 9 en M109A3GNM, plus adaptées au climat arctique. 24 en ligne en 2021. 22 donnés à l'Ukraine en 2022[21].
  •   Pakistan : 150 M109A2.
  •   Portugal : 6 M109A2.
  •   Taïwan : 225 M109A2/A3.
  •   Thaïlande : 20 M109A2/A3.
  •   Pays-Bas : 126 M109A2/90 (remplacés par des PzH 2000). Plusieurs donnés à l'Ukraine en 2022.
  •   Ukraine : 22 norvégiens[22] et plusieurs néerlandais en date de juin 2022.

M109A4Modifier

  •   Brésil : 64 M109A4BE (achetés à la Belgique).
  •   Indonésie : 36 M109A4BE (achetés à la Belgique et livrés les 25 juin 2017[23] et le 9 juin 2018[16])
  •   Turquie : 100 M109A4+.
  •   Ukraine : Matériels déstockés acheté à une société belge (26 maximum) livrés à partir de mai 2022[24]

M109A5Modifier

M109A6 PaladinModifier

M109A7Modifier

  •   États-Unis : En service depuis . 580 prévus à terme devant servir jusqu'en 2050[26].

M109 KAWESTModifier

  •   Suisse : 348 M109 A1B revalorisés en version KAWEST[27]. Devrait être retiré en 2025[28].
  •   Chili : 24 KAWEST achetés à la Suisse, modifiés par RUAG Land Systems.

K55/K55A1Modifier

Notes et référencesModifier

  1. http://afvdb.50megs.com/usa/155mmsphm109.html
  2. http://www.inetres.com/gp/military/cv/arty/M109.html
  3. a et b Zaloga, p. 4.
  4. Zaloga, p. 4-5.
  5. « I-X CENTER », sur The Encyclopedia of Cleveland History, (consulté le )
  6. (en) « US Army awards BAE contract to build full-rate production howitzers », Defense News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. (en) « Struggles with BAE production lines produce low-hanging fruit for funding cuts in FY21 », Defense News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. https://militaryleak.com/2020/09/18/us-army-3rd-armored-brigade-combat-team-receives-m109a7-paladin-howitzer/
  9. https://raids.fr/premium/m109a7-pour-la-third-grey-wolf/
  10. (en) « M109A7 », sur BAE Systems / United States (consulté le ).
  11. Kris Osborn, « Army developing new self-propelled howitzer », sur US Army, (consulté le )
  12. « Analysis: M1299 155mm 58 caliber tracked self-propelled howitzer Extended Range Cannon Artillery », sur www.armyrecognition.com, .
  13. http://www.army-guide.com/eng/product1269.html
  14. « M 109 A2 UK Londres », sur Maquetland (consulté le )
  15. « Designation: M109 Info Manufactured by: RDM Technology BV », sur Army Guide (consulté le )
  16. a et b (en) « Indonesia takes delivery of 18 second-hand Belgian M109A4 155mm self-propelled howitzers », sur https://www.armyrecognition.com, (consulté le ).
  17. https://www.brusselstimes.com/belgium/231363/belgium-will-not-send-howitzers-to-ukraine-due-to-unreasonable-prices
  18. https://www.armyrecognition.com/defense_news_june_2022_global_security_army_industry/former_belgian_army_m109_self-propelled_howitzers_sold_to_ukraine_by_oip_private_company.html
  19. Défense et Sécurité internationale no 66, janvier 2011
  20. (en) « Latvia to procure nearly fifty used howitzers; first ones to be supplied in autumn », sur http://www.latviannews.lv, (consulté le ).
  21. https://www.armyrecognition.com/defense_news_june_2022_global_security_army_industry/m109_155mm_howitzers_donated_by_norway_are_now_into_service_with_ukrainian_army.html
  22. https://www.regjeringen.no/en/aktuelt/norge-har-donert-artilleriskyts-til-ukraina/id2917760/
  23. https://arcinc.id/2017/07/25/selamat-datang-m109-artileri-swagerak-terbaru-tni-ad/
  24. https://mil.in.ua/en/news/ukraine-has-already-received-m109-acs-reznikov/
  25. https://www.dsca.mil/press-media/major-arms-sales/taipei-economic-and-cultural-representative-office-united-states-20
  26. (en) Franz-Stefan Gady, « The US Army's Deadly New Gun », sur The Diplomat, (consulté le ).
  27. « Artillerie » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  28. https://www.forcesoperations.com/nexter-parie-sur-lartillerie-augmentee-pour-capter-dautres-marches/

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Steven J. Zaloga, M109 155mm Self-Propelled Howitzer 1960-2005, vol. 86, Oxford, Osprey Publishing, coll. « New Vanguard », (ISBN 978-1-8417-6631-7).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier