Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Angie David

actrice française
Angie David
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Angie David, née en 1978, est un écrivain français, éditrice de son métier, occasionnellement actrice.

Sommaire

BiographieModifier

Angie David, prénommée ainsi en référence à la chanson des Rolling Stones[1], est la fille d'un ingénieur météorologue et d'une directrice d'école qui ont pleinement vécue la libération sexuelle[1] de l'après mai 68 et s'exilent peu après sa naissance au Vanuatu dans le cadre de la coopération[1] de la France avec son ancienne colonie condominiale devenue indépendante en 1980, mais c'est en Nouvelle Calédonie, où ses parents doivent très vite se replier, qu'elle grandit jusqu'au divorce de ceux ci, en 1988[1]. A dix neuf ans, elle poursuit des études de droit à la faculté d'Aix en Provence, ville où travaille sa mère[1], puis à la faculté de Montpellier[2]. Nostalgique des îles, où son père est resté, elle ne voit plus celui ci qu'épisodiquement[1].

À vingt quatre ans, en 2002, Angie David part à Paris et trouve aux éditions Léo Scheer un emploi de stagiaire auprès de Chloé Delaume[1], jeune écrivain expérimental qui a alors déjà publié trois romans. Elle incarne dans sa maison et le monde de l'édition l'entrée de la génération Y[1]. En avril 2004, elle est choisie pour être secrétaire de rédaction du nouveau mensuel créé par son employeur, La Revue littéraire[2]. Elle y publie aux côtés des autres contributeurs de la revue des critiques ainsi que des entretiens qu'elle réalise avec une génération d'artistes en prise avec une littérature survivant entre fiction et réalité, Éric Rondepierre, Frédéric Beigbeder, Emmanuel Carrère, Camille Laurens, Marie NDiaye, Josyane Savigneau... Elle participe régulièrement à l'émission Tout arrive de France Culture en tant que critique littéraire, ce jusqu'en 2012.

En 2006, elle établit un florilège des écrits de Marc-Édouard Nabe[3] et elle est lauréate de deux prix littéraires pour la compilation et la synthèse d'informations biographiques en partie inédites relatives à la première femme à avoir, tout en menant une double vie, dirigé une maison d'édition, Dominique Aury. Nouvelle Galatée de Léo Scheer, elle entretient l'ambiguïté sur les rapports qu'elle entretient avec celui ci, partant ceux que lui même entretient avec sa femme et mécène[1] Nathalie Rheims, en publiant en 2008 un roman aux apparences autobiographiques qui revisite à travers l'héroïne, Marilou, et son Pygmalion d'éditeur, décrit comme un libertin, les rapports de domination et soumission que deux ans plus tôt elle documentait à propos de la liaison secrète entre Dominique Aury, auteur d'Histoire d'Ô, et Jean Paulhan, patron complice et spécialiste de Sade. Elle assiste le critique Antoine de Baecque dans la sélection de textes relatifs à Maurice Pialat puis Eustache qui permettent de cerner ces cinéastes et qui sont publiés respectivement en 2008 et 2010.

Mère célibataire d'une petite Diane que son père, musicien, rejoint parfois dans son foyer le soir, elle renonce à l'occasion de cette maternité à habiter les Paradis artificiels[1]. Depuis 2013, elle est directrice générale des éditions Léo Scheer[4], soit une équipe de trois ou quatre personnes. Elle récidive dans l'étude féministe de la femme de l'ombre en publiant un essai biographique sur Sylvia Bataille, épouse successive du sulfureux Georges Bataille et de l'énigmatique Jacques Lacan.

Œuvre écritModifier

FilmographieModifier

AnnexesModifier