Andrew d'York

membre de la famille royale britannique, fils de la reine Élisabeth II, et duc d'York
Andrew d'York
Description de cette image, également commentée ci-après
Le duc d'York en 2013.
Biographie
Titulature Prince du Royaume-Uni
Duc d'York
Comte d'Inverness
Baron Killyleagh
Dynastie Maison Windsor
Nom de naissance Andrew Albert Christian Edward
Naissance (64 ans)
Londres (Royaume-Uni)
Père Philip, duc d'Édimbourg
Mère Élisabeth II
Fratrie Charles III
Anne, princesse royale
Edward, duc d'Édimbourg
Conjoint Sarah Ferguson (1986-1996)
Enfants Beatrice d'York
Eugenie d'York
Résidence Royal Lodge (Windsor)

Signature

Signature de Andrew d'York

Description de cette image, également commentée ci-après

Andrew d'York[1], né le au palais de Buckingham (Londres), est un membre de la famille royale britannique, duc d'York depuis 1986.

Troisième enfant et deuxième fils de la reine Élisabeth II et de son époux Philip, duc d'Édimbourg, il est à sa naissance deuxième dans l'ordre de succession au trône britannique, dont il occupe aujourd'hui la huitième place[2] depuis l'accession au trône de son frère aîné, le roi Charles III.

De 1979 à 1999, il sert dans la Royal Navy, dont il est vice-amiral honoraire depuis 2015.

Fin 2019, impliqué dans l'affaire Epstein, il se retire de ses engagements publics. Début 2022, il perd ses titres militaires et n'a plus le droit d'utiliser le prédicat d'altesse royale sur décision de sa mère.

Biographie modifier

Naissance et baptême modifier

Le prince Andrew Albert Christian Edward naît le au palais de Buckingham. Il est le fils de la reine Élisabeth II et du duc d'Édimbourg. Il est baptisé dans la salle de musique du palais le par l'archevêque de Cantorbéry Geoffrey Fisher. Son prénom rend hommage à son grand-père paternel, le prince André de Grèce et de Danemark. Le prince Andrew a pour parrains et marraines :

Enfance et éducation modifier

Comme avec ses frères et sœurs plus âgés, Andrew est éduqué par une gouvernante. En septembre 1973, il entre à la Gordonstoun School, dans le nord de l'Écosse, et devient le troisième membre de la famille royale à y être scolarisé après son père et son frère aîné, le prince de Galles. Pendant son séjour là-bas, il passe six mois, de janvier à juin 1977, à participer à un programme d'échange de correspondants à la Lakefield College School au Canada. Il quitte Gordonstoun en juillet 1979.

Carrière militaire modifier

Il entre dans la Royal Navy en 1979. Il y passe, entre autres, le All Arms Commando Course où il gagne son béret vert. Il sert pendant la guerre des Malouines en 1982 à bord du porte-avions HMS Invincible. À la fin 1983, le prince Andrew est transféré à RNAS Portland et suit une formation de pilote d'hélicoptères.

Il est promu au grade de lieutenant le , à la suite de quoi la Reine le nomme aide de camp personnel. Le prince Andrew sert à bord du HMS Brazen en tant que pilote jusqu'en 1986. Le , le duc d'York obtient le diplôme de moniteur et sert de à en tant qu'officier au 702 Squadron Air au RNAS Portland, ainsi que sur le HMS Edinburgh comme officier de pont et officier assistant à la navigation (assistant navigating officer) jusqu'en 1989. Le duc d'York est ensuite commandant de vol et pilote d'hélicoptère Lynx HAS.3 sur la frégate HMS Campbeltown de 1989 à 1991.

Il réussit l'examen de squadron command le et termine le cours major de l'armée, devenant lieutenant commander le et réussissant l'examen de commandement de navire le . L'année suivante, de 1993 à 1994, le prince Andrew commande le chasseur de mines de classe HMS Cottesmore. De 1995 à 1996, le duc est affecté comme pilote principal du 815 Naval Air Squadron — alors la plus grande unité de la Fleet Air Arm (Aéronautique navale) — son rôle à ce poste consistant à superviser les normes de vol et à garantir l'efficacité de la capacité opérationnelle.

Il est promu commander le et continue sa carrière au ministère de la Défense britannique jusqu'en 2001, comme officier à la direction diplomatique à l'état-major de la Marine. En juillet de la même année, le duc d'York est retiré de la liste des actifs de la Marine ; trois années plus tard, il est nommé Captain honoraire. Le , pour son 50e anniversaire, il est promu au grade de rear admiral honoraire. Cinq ans plus tard, il est promu vice admiral. Il décline sa promotion en tant qu' admiral à l'occasion de ses soixante ans[3].

En tant que membre de la famille royale, il est colonel d'un régiment, The Princess Louise Fusilliers (un régiment de l'infanterie canadienne créé en 1869 et nommé en hommage à la princesse Louise, fille de la reine Victoria).

En , il succède au duc d'Edimbourg comme colonel des Grenadier Guards[4].

Mariage et descendance modifier

En , le palais de Buckingham annonce les fiançailles du prince et de Sarah Ferguson. La bague, un rubis avec dix diamants, est commandée à Garrard, joaillier de la reine.

La reine Élisabeth II octroie le titre de duc et duchesse d'York au prince Andrew et à Sarah Ferguson, avant la cérémonie.

Il épouse le Sarah Ferguson. Le mariage a lieu à l'abbaye de Westminster[5]. La cérémonie est retransmise à la télévision et a été suivie par 500 millions de téléspectateurs. C'est le quatorzième mariage princier dans la célèbre abbaye. Les pâtissiers de la Royal Navy réalisent un gâteau de cinq étages[6].

Ils ont deux filles, portant le prédicat d'altesse royale :

  1. la princesse Beatrice d'York, née le , épouse le le comte Edoardo Mapelli-Mozzi ;
  2. la princesse Eugenie d'York, née le , épouse le Jack Brooksbank.

Le duc et la duchesse d'York se sont séparés en 1992 et ont divorcé en .

Andrew d'York est grand-père de trois petits-enfants : August Brooksbank (né le ), Sienna Mapelli Mozzi (née le ) et Ernest Brooksbank (né le ).

Rôle officiel dans la monarchie modifier

Après sa carrière militaire, le prince Andrew se met à temps plein au service de la Couronne britannique.

Dans le domaine économique, il a été le représentant spécial pour le commerce international et l'investissement du Royaume-Uni. En 2014, il a fondé Pitch Palace pour encourager les entrepreneurs (en cinq ans, Pitch Palace a soutenu 851 nouvelles entreprises et créé 3 669 nouveaux emplois).

Le duc d'York est parrain de la London Metropolitan University depuis 2013 (une fonction assumée auparavant par son père le duc d'Édimbourg pendant 60 ans), et chancelier de l'université de Huddersfield depuis 2015 (dans laquelle un Duke of York Young Entrepreneur Centre a été inauguré).

Il est colonel en chef de The Princess Louise Fusiliers (un régiment d'infanterie de l'armée canadienne créé en 1869 et nommé en hommage à la princesse Louise, fille de la reine Victoria).

C'est aussi un passionné de golf.

En 2006, la reine Élisabeth II l'a fait chevalier de l'ordre de la Jarretière, la plus haute récompense du Royaume-Uni.

En 2019, le prince Andrew rejoint son frère et sa belle-sœur, le comte et la comtesse de Wessex, comme vice-présidents du Windsor Horse Show (c'est le duc d'Edimbourg qui est le président de cette manifestation).

Dans le domaine culturel, le duc d'York est parrain de l'English National Ballet.

Divorce particulier modifier

Après le divorce, Sarah Ferguson et le prince Andrew continuent de vivre ensemble, d'honorer des représentations publiques ou d'apparaître à des événements notables. En 2006, son ex-épouse est à ses côtés lors de son intronisation dans l’ordre de la Jarretière, par exemple. Le duc et la duchesse d'York continuent également d'apparaître ensemble lors du traditionnel rendez-vous de la famille royale aux courses d'Ascot. Un lieu important dans l'histoire du couple, où en 1985 le prince Andrew décida d'afficher sa relation avec Sarah Ferguson, en lui tenant la main, pour la première fois en public.

À l'occasion de la date notable de la trentième année du mariage de Sarah Ferguson et du prince Andrew (s'ils n'avaient pas divorcé), les médias retracent la vie de couple du duc et la duchesse d'York, qui perdure malgré leur divorce. Le , Paris Match utilise la formule : Divorcés pour le meilleur et pour le pire[7].

Le , le duc et la duchesse d'York forment une haie d'honneur en famille, lors de l'arrivée de la reine[8]. Un mois plus tard, le , alors que le prince Andrew représente la reine Élisabeth II (qui est en Écosse), Sarah Ferguson est de nouveau à ses côtés, et invitée officielle à la loge royale. Les médias notent que cette journée aurait été celle de la date anniversaire de leurs 30 ans de mariage (s'ils n'avaient pas divorcé)[9],[10].

L'année précédente, le , le duc et la duchesse d'York sont accompagnés par leurs deux filles et leurs petits amis, et formaient également une haie d'honneur à l'arrivée de la reine Élisabeth II en carrosse[11],[12],[13],[14].

Depuis leur divorce en 1996, le duc et la duchesse d'York n'habitaient pas ensemble de 2004 à 2008, jusqu'au mois d'[pas clair][15],[16]. Sarah Ferguson conserve ses appartements dans leur demeure familiale de Royal Lodge. Depuis cette date[Laquelle ?], Sarah Ferguson est de nouveau présente officiellement auprès de son ex-époux au Palais St. James, pour la tenue d'un événement de Pitch Palace (mise en relations de partenaires d'affaires avec de jeunes créateurs d'entreprises) créé par ce dernier[17].

Affaire Epstein et retrait de la vie publique modifier

L'une des victimes de l'homme d’affaires et criminel sexuel Jeffrey Epstein, mis en cause dans plusieurs affaires de prostitution de mineurs, Virginia Roberts Giuffre, affirme avoir été à la fin des années 1990 « offerte à des personnalités politiques, à des professeurs d'université, à des gens issus de la royauté », et accuse nommément le prince Andrew. Celui-ci nie tout lien avec elle, bien que des photos et une vidéo indiquent clairement le contraire[18].

Le , il annonce qu'en raison de cette affaire, et avec la permission de la reine, il se retire de ses engagements publics[19].

Après cette décision, les 200 associations qui étaient sous son patronage sont réparties entre le prince de Galles et le duc de Cambridge.

Alors qu’il avait déclaré publiquement qu’il se tenait à disposition de la justice américaine, « le prince Andrew a complètement fermé la porte à une coopération volontaire », annonce la justice américaine en mars 2020[20].

En décembre 2020, lors de l'éclatement de l'affaire Peter Nygård, ses liens avec le prince Andrew ont rappelé ceux du prince avec Jeffrey Epstein[21]. Comme le prince Andrew a visité l'île d'Epstein à de nombreuses reprises, il s'est également déjà rendu au complexe luxueux de Peter Nygård, Nygård Cay, aux Bahamas.

Le , Virginia Roberts dépose une plainte contre le prince Andrew devant le tribunal fédéral de Manhattan, l'accusant de l'avoir agressée sexuellement lorsqu'elle avait 17 ans[22]. Le , le tribunal du district de Manhattan annonce que le prince Andrew devra se rendre disponible pour être auditionné par la justice américaine d'ici le [23]. Le , la justice américaine estime recevable la plainte pour agressions sexuelles déposée contre lui[24]. Le lendemain, le prince Andrew se voit retirer par la reine ses affiliations militaires et les parrainages royaux qui lui sont rétribués[25]. Excepté lors d'une veillée autour du cercueil de sa mère, il ne peut plus porter en public l'uniforme militaire[26].

Ses avocats concluent un accord avec Virginia Roberts en , stipulant que ce dernier devra verser 12 millions de livres sterling pour faire cesser les poursuites[27]. Alors que l'opinion publique s'interroge sur la provenance des fonds qui serviront à solder le litige, The Daily Telegraph affirme que la reine devrait « aider à payer cet accord ». L'accord serait donc financé en partie par la subvention à la famille royale, issue de l'argent du contribuable[28],[29].

En 2022, année du jubilé de platine et de la mort de sa mère, plusieurs spécialistes de la famille royale estiment que sa situation publique ne changera probablement pas sous le règne de son frère Charles III, qui aurait acté la fin définitive de son activité royale. Les sondages montrent un rejet massif à la proposition du retour du prince pour les devoirs royaux[30],[31],[32]. À l'annonce de la publication des mémoires de Virginia Guiffre début 2023, le roi Charles III lui retire ses appartements au palais de Buckingham[33],[34].

Relations avec le Moyen-Orient modifier

En 2014, Andrew a participé à une délégation à Bahreïn, un proche allié du Royaume-Uni. Selon le porte-parole de CAAT (Campaign Against Arms Trade), Andrew Smith, les membres de ce groupe ont appelé Andrew et le gouvernement britannique pour arrêter les ventes d'armes à Bahreïn[35].

En janvier 2014, Andrew s'est envolé pour Bahreïn et a rencontré Cheikh Abdullah, le deuxième fils du roi Hamed ben Issa Al Khalifa. Andrew a partagé une relation étroite avec Cheikh Abdullah qui a payé Michael Jackson des millions de dollars[évasif] pour vivre à Bahreïn pendant onze mois après son acquittement d'accusations d'agression sexuelle d'enfants[36].

En novembre 2022, Andrew fait un voyage secret à Bahreïn pour tenter d'être un intermédiaire entre les « États de l'Ouest » et ceux du Golfe pendant la crise énergétique. Il s'y est rendu dans un jet privé appartenant à un milliardaire suisse. Il est proche de la famille royale de Bahreïn et se trouvait avec le roi Hamed ben Issa Al Khalifa au Royal Windsor Horse Show en 2014, en 2018 et en 2019. Toutes les dépenses de son séjour cinq étoiles ont été payées par la famille royale du Bahreïn[37],[38],[39].

Ascendance modifier

Titres modifier

Titulature complète modifier

En tant que fils de la souveraine, il est prince du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord avec le prédicat d'altesse royale. Couramment appelé par son titre de duc d'York, sa titulature complète est : « Son Altesse Royale le prince Andrew Albert Christian Edward, duc d'York, comte d'Inverness, baron Killyleagh, chevalier compagnon royal de l'ordre très noble de la Jarretière, chevalier grand-croix de l'ordre royal de Victoria, aide de camp de sa Majesté ». Depuis le 13 janvier 2022, il n'utilise plus le prédicat d'altesse royale dans ses obligations publiques officielles[40].

Il est connu successivement sous les titres suivants :

  • 19 février 1960-23 juillet 1986 : Son Altesse Royale le prince Andrew (naissance) ;
  • depuis le 23 juillet 1986 : Son Altesse Royale le duc d'York (mariage).

Distinctions modifier

  •   -  : commandeur de l'ordre royal de Victoria (CVO)
  •   depuis le  : chevalier royal de l'ordre de la Jarretière (KG)
  •   -  : chevalier commandeur de l'ordre royal de Victoria (KCVO)
  •   depuis le  : chevalier grand-croix de l'ordre royal de Victoria (GCVO)

Notes et références modifier

  1. Portant un titre royal, Andrew n'est pas désigné par son nom de famille, Mountbatten-Windsor, bien que, selon les lettres patentes de février 1960, son nom de famille officiel soit Windsor
  2. depuis septembre 2022
  3. Dominique Bonnet, « Andrew refuse de devenir amiral pour protéger sa mère Elizabeth II », sur parismatch.com, (consulté le ).
  4. Royal UK
  5. Archives photos AP
  6. Archive photo AP
  7. [1]
  8. Daily Mail - Ascot 2016 17/06/16
  9. Daily Mail Acost juillet 2016 - 23/07/16
  10. Hello Magazine, juillet 2016
  11. Article The Telegraph - 19/06/15 - La famille d'York à Ascot
  12. L'un des reportages GettyImages sur le Prince Andrew et Sarah Ferguson à Ascot. 19/06/15
  13. Reportage du photographe Mark Stewart à Ascot, avec la révérence de la duchesse d'York à la reine. 19/06/15
  14. Le prince Andrew et son ex-épouse au Royal Ascott en présence de la reine. DailyMail - 19/06/15
  15. Article du Daily Mail sur l'incendie de Dolphin House
  16. Article Purepeople sur l'incendie avec le détail de la vie commune après le divorce
  17. Article du Daily Mail sur le soutien de Sarah Ferguson au Palais Saint-James, pour Pitch Palace en novembre 2015
  18. Paris Match, « Jeffrey Epstein, milliardaire ami des puissants, arrêté pour trafic sexuel », sur parismatch.com, .
  19. Le Point magazine, « Affaire Epstein : le prince Andrew se retire de la vie publique », sur Le Point, (consulté le ).
  20. « Le prince Andrew pas coopératif dans l’affaire Epstein, selon la justice », sur www.20minutes.fr, .
  21. https://madame.lefigaro.fr/societe/le-prince-andrew-serait-il-implique-dans-une-seconde-affaire-jeffrey-epstein-171220-194189
  22. (en-US) Lee Brown et Priscilla DeGregory, « Prince Andrew sued in New York by Virginia Roberts for alleged sex assault », sur New York Post, (consulté le ).
  23. Le Point.fr, « Agression sexuelle : le prince Andrew va devoir répondre à la justice », sur Le Point, (consulté le ).
  24. « Accusé d'agressions sexuelles, le prince Andrew n'échappera pas à la justice », sur BFMTV (consulté le ).
  25. « Royaume-Uni : le prince Andrew déchu de ses titres militaires », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  26. « Mort d’Elizabeth II : voici pourquoi Andrew est privé d’uniforme militaire », sur Le Point avec l'AFP, .
  27. « Royaume-Uni : qui va payer l'embarrassante transaction à 12 millions du Prince Andrew ? », sur Les Echos, (consulté le ).
  28. (en) Victoria Ward et Josie Ensor, « Queen to help pay for £12m Prince Andrew settlement », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne  , consulté le )
  29. (en) Gregor Young, « Queen to 'help Prince Andrew pay £12m Virginia Giuffre settlement' », The National,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. (en) « Prince Andrew Cannot Ever Return to Public Life, 83 Percent of Brits Say », sur Newsweek, .
  31. (en) « Prince Andrew unlikely to resume royal duties under King Charles », sur The Guardian, .
  32. « Le prince Andrew de retour à la vie publique ? Charles a tranché », sur Point de Vue, .
  33. Prisma Média, « Le prince Andrew accusé d’agression sexuelle : cette annonce qui ne va pas le réjouir… », sur Gala.fr, (consulté le ).
  34. (en) Kate Ng, « King Charles ‘tells Prince Andrew there is no place’ for him at Buckingham Palace », sur MSN, (consulté le ).
  35. (en) « Campaigners call for UK to halt arms exports to Bahrain as Prince Andrew joins sales drive »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur caat.org.uk (consulté le ).
  36. (en) « ANDY'S SECRET TRIP Prince Andrew secretly visits Bahrain ‘as he targets role as middleman between West and oil-rich Gulf states’ », sur The Sun (consulté le ).
  37. « Le prince Andrew s’est rendu secrètement à Bahreïn la semaine dernière en tant qu’invité personnel de leur famille royale », sur Dernieres Nouvelles (consulté le ).
  38. (en) « Prince Andrew targets new oil role in 'secret private jet visit' to Bahrain », sur Express (consulté le ).
  39. « Le prince Andrew dorloté dans un 5 étoiles ? Ce luxueux séjour secret qui fait jaser », sur Gala (consulté le ).
  40. « Prince Andrew loses military titles and use of HRH », BBC News, 14 janvier 2022.

Annexes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier