Sarah Ferguson

écrivaine britannique, ancien membre de la famille royale
Sarah Ferguson
Description de cette image, également commentée ci-après
Sarah Ferguson, en octobre 2017.
Biographie
Titulature Duchesse d'York
Comtesse d'Inverness
Baronne Killyleagh
Surnom « Fergie »
Naissance (62 ans)
Londres (Royaume-Uni)
Père Ronald Ferguson
Mère Susan Barrantes
Conjoint Andrew, duc d’York (1986-1996)
Enfants Beatrice d’York
Eugenie d’York
Résidence Sunninghill Park (1990-2006)
Royal Lodge (en) (depuis 2008)

Description de l'image Coat of Arms of Sarah Ferguson.svg.

Sarah Margaret Ferguson, duchesse d’York, née le à Londres, est un membre de la famille royale britannique[1]. De 1986 à 1996, elle a été l'épouse du prince Andrew, troisième enfant et second fils de la reine du Royaume-Uni Élisabeth II[2].

Elle est la mère des princesses Beatrice et Eugenie d’York, respectivement 9e et 11e dans l'ordre de succession au trône britannique.

BiographieModifier

FamilleModifier

Sarah Ferguson est la deuxième fille du major Ronald Ferguson (en) (1931-2003) et de sa première épouse, Susan Mary Wright (1937-1998), qui divorcent en 1974.

Après sa carrière militaire, Ronald Ferguson a été l'entraîneur de polo du Prince Philip, puis du prince Charles, au Guards Polo Club.

Sarah Ferguson descend à la fois des Stuart et des Tudor. Du côté de son père, elle est une descendante du roi Charles II d'Angleterre, par l'intermédiaire de deux de ses fils : Charles Lennox, 1er duc de Richmond, et James Scott, 1er duc de Monmouth.

Elle est apparentée également à son ex-belle-sœur, la princesse Diana, avec pour ancêtres communs : Georgiana Cavendish, duchesse de Devonshire et sa famille, via Eliza Courtney, fille naturelle de cette dernière et de Lord Grey, Premier ministre de 1830 à 1834.

L'arrière-arrière-grand-père paternel de Sarah Ferguson est William Montagu-Douglas-Scott, duc de Buccleuch et duc de Queensberry. Du côté maternel, son arrière-arrière grand-père est Mervyn Richard Wingfield, vicomte Powerscourt.

La grand-mère paternelle de Sarah Ferguson était cousine germaine avec la princesse Alice, duchesse de Gloucester, épouse du prince Henry, duc de Gloucester, oncle de la reine Élisabeth II.

Mariage avec le prince AndrewModifier

 
Le duc et la duchesse d'York le jour de leur mariage.

En , le palais de Buckingham annonce les fiançailles du prince et de Sarah Ferguson. La bague, un rubis avec dix diamants, est commandée à Garrard, joaillier de la reine.

La reine Élisabeth II octroie le titre de duc et duchesse d'York au prince Andrew et à Sarah Ferguson, avant la cérémonie.

Elle devient la 10e duchesse d'York, depuis 1372 (la première porteuse du titre est Isabelle de Castille). La dernière, avant elle, à avoir porté ce titre, est la reine-mère Elizabeth (née lady Elizabeth Bowes-Lyon) de 1923 à 1936, jusqu'à ce que son époux George VI accède au trône.

Le mariage a lieu le à l'abbaye de Westminster[3]. La cérémonie était retransmise à la télévision et a été suivie par 500 millions de téléspectateurs. Il est le quatorzième mariage princier de la célèbre abbaye.

La duchesse avait une traîne de 5,18 mètres. Les pâtissiers de la Royal Navy réalisent un gâteau de cinq étages[4].

Elle reçoit, en plus du titre de duchesse d'York, le prédicat d'altesse royale le jour de son mariage avec le prince Andrew.

DescendanceModifier

Le prince Andrew et Sarah Ferguson ont deux enfants[5] :

  1. S.A.R. la princesse Beatrice d'York, née le , épouse le le comte Edoardo Mapelli-Mozzi ;
  2. S.A.R. la princesse Eugenie d'York, née le , épouse le Jack Brooksbank.

Sarah Ferguson est grand-mère de deux petits-enfants : August Brooksbank (né le ) et Sienna Mapelli Mozzi (née le ).

Séparation puis divorceModifier

Le 19 mars 1992, le duc et la duchesse d'York annoncent leur séparation[6]. En août 1992, le tabloïd britannique Daily Mirror publie des photos volées d'elle et de son amant, le financier texan John Bryan, où elle se fait embrasser les pieds au bord d'une piscine et seins nus[7]. Ce scandale entraîne une rupture définitive entre elle et la famille royale.

Ces déboires de l'année 1992, rejoignant tous les autres nombreux problèmes endurés par la famille royale, pousse la reine à évoquer cette année comme l'Annus horribilis.

Le 30 mai 1996, quatre ans après sa séparation, son divorce du prince Andrew est prononcé[8]. Elle perd de ce fait son prédicat d'altesse royale, ne gardant que son titre de duchesse d'York (« Sarah, Duchess of York »).

Après le divorce, Sarah Ferguson et le prince Andrew continuent à partager le même domicile (d'abord à Sunninghill Park, puis à Royal Lodge). L'ex-couple honore des représentations publiques, et apparaît à des événements notables.

Bien qu'étant restée en excellents termes avec le prince Andrew, Sarah Ferguson entame après son divorce une nouvelle relation sentimentale, durant quelques années, avec un aristocrate italien et producteur de vin florentin[9], le comte Gaddo della Gherardesca[10],[11], qui prend néanmoins fin en 1999, Della Gherardesca demeurant cependant l'un de ses proches amis[10].

En 2006, Sarah Ferguson est présente auprès de son ex-époux lors de son intronisation dans l’ordre de la Jarretière. Elle lui manifeste également son soutien dans ses activités, comme en 2015, au palais Saint James, pour la tenue de l'événement Pitch@Palace, créé à l'initiative du prince Andrew, reliant des partenaires d'affaires avec de jeunes créateurs d'entreprises[12].

Le , alors que les médias sont rivés sur le palais de Buckingham, pour filmer l'entrée du Premier ministre David Cameron venant présenter sa démission à la reine Élisabeth II, puis l'arrivée de celle qui lui succède Theresa May, ils ont la surprise de voir arriver également la duchesse d'York, ex-belle-fille de la reine. Le motif de cette visite n'est toujours pas connu à ce jour[13].

Le , à l'occasion du trentième anniversaire du mariage de Sarah Ferguson et du prince Andrew, les médias retracent la vie de couple du duc et la duchesse d'York, qui perdure malgré leur divorce. Paris Match utilise la formule : « Divorcés pour le meilleur et pour le pire »[14].

Cette situation a alimenté de nombreuses rumeurs de remariage, ces dernières années (elles venaient toujours de leurs amis proches, les intéressés ne confirmant jamais)[15],[16],[17].

Depuis leur divorce en 1996, la période 2004-2008 a été la seule où le duc et la duchesse d'York n'habitaient pas ensemble. Cependant, depuis , Sarah Ferguson déclare que sa résidence officielle est le chalet de Verbier (qu'elle possède conjointement avec le prince Andrew, qui n'y vit pas à l'année), tout en conservant ses appartements à Royal Lodge (résidence officielle de son ex-époux, dans le parc du château de Windsor) [18],[19].

Royal AscotModifier

À l'instar de divers événements publics, Sarah Ferguson est présente officiellement auprès du prince Andrew, lors du traditionnel rendez-vous de la famille royale aux courses d'Ascot, même depuis leur divorce. Un lieu important dans l'histoire du couple, où en 1985 le prince Andrew décida d'afficher sa relation avec Sarah Ferguson, en lui tenant la main, pour la première fois en public.

Le , le duc et la duchesse d'York sont accompagnés par leurs deux filles et leurs petits amis, et forment une haie d'honneur à l'arrivée de la reine Élisabeth II en carrosse [20],[21],[22].

Le , le duc et la duchesse d'York forment de nouveau une haie d'honneur en famille, lors de l'arrivée de la reine, à l'instar de l'an passé. Sarah Ferguson fait la révérence à la reine. À la différence cette fois, que le couple n'est accompagné que de l'une de leurs filles [23]. Un mois plus tard, le , alors que le prince Andrew représente la reine Élisabeth II (qui est en Écosse), Sarah Ferguson est de nouveau à ses côtés, et invitée officielle à la loge royale. Les médias notent que cette journée est celle de la date anniversaire de leur 30 ans de mariage (s'ils n'avaient pas divorcé)[24],[25].

Actions caritatives et charitéModifier

Œuvre pour l'enfanceModifier

En 1993, la duchesse d'York fonde Children in Crisis (en), une organisation qui intervient partout dans le monde, là où les enfants sont touchés par les conflits et la pauvreté, notamment. Sarah Ferguson est présidente-fondatrice à vie de l'association.

Gala en FranceModifier

Le , Sarah Ferguson était présente à Bassac, pour assister à un gala de charité organisé par le Bureau national interprofessionnel du cognac. Au profit de Children In Crisis et des Restos du cœur, le gala a fait l'objet d'un reportage de l'émission Place royale, où la duchesse donne une interview[26].

Actions caritatives familialesModifier

En 2013, la duchesse d'York avec le prince Andrew et leurs filles, les princesses Beatrice et Eugenie, fondent les Clefs de la liberté, pour aider les femmes en Inde à réussir sur le plan économique[27],[28].

Fondation Novak DjokovicModifier

En 2013, Sarah Ferguson devient l'ambassadrice de la Novak Djokovic Foundation qui œuvre dans le domaine de l'enfance. La fondation est celle du joueur de tennis, Novak Djokovic[29],[30].

Institut d'innovation en santé mondialeModifier

En 2014, Sarah Ferguson connaît un retentissement médiatique important au sujet de la réussite de son régime. Elle en fait alors un message personnel pour aider les autres, et devient l'ambassadrice de l'Institut d'innovation en santé mondiale de l'Imperial College London[31],[32].

Attentats du 11 septembre 2001Modifier

La duchesse d'York échappe aux attentats du 11 septembre. En retard pour la promotion de son association humanitaire, elle ne se rend pas dans les bureaux de la filiale de Cantor Fitzgerald, le matin des attentats[33]. L'œuvre caritative de Sarah Ferguson disposait de locaux situés dans l'une des tours du World Trade Center. Ils étaient prêtés par la filiale financière.

ÉcrivaineModifier

Sarah Ferguson est auteur de contes pour enfants. Une partie des bénéfices des ventes, est souvent reversée à son association caritative. Son dernier livre a pour titre Ballerina Rose. Il est illustré par la dessinatrice Diane Goode. Fin 2012, pour son lancement, la duchesse a fait une série importante de dédicaces caritatives, notamment dans l'État de New York, où elle est passée dans une célèbre émission TV[34], avant de se rendre dans le Connecticut[35].

Sarah Ferguson est également l'auteur d'une autobiographie coécrite avec Jeff Coplon, Mon histoire en 1985. Elle publia en 2021 son premier roman, À la conquête de sa liberté, une romance historique basée sur sa grande-grande-tante, Lady Margaret Montagu Douglas Scott, fille de Walter Francis Montagu-Douglas-Scott[36].

RésidencesModifier

SouthYork / Sunninghill ParkModifier

La reine offre en cadeau de mariage aux duc et à la duchesse, la construction d'une résidence sur le domaine de Sunninghill Park (en) (La demeure est baptisée familièrement SouthYork, notamment par les médias, en référence au ranch Southfork de la série Dallas, en plein succès à cette époque).

Après le divorce en 1996, Sarah Ferguson a continué d'y vivre, avec ses deux filles. Elles déménagent en 2006, et la demeure est vendue en 2007. Le duc d'York a continué d'y vivre également après le divorce, en y faisant toujours sa résidence officielle, jusqu'en 2004.

En 2014, la presse révèle qu'un ordre de démolition a été rendu, si le nouveau propriétaire ne consent pas à restaurer le bâtiment, qu'il a laissé à l'abandon depuis son acquisition en 2007[37].

Royal Lodge et BalmoralModifier

Bien que divorcés, le prince Andrew et la duchesse d'York vivent sous le même toit, avec leurs deux filles, à Royal Lodge, une des propriétés royales d'Angleterre[38]. En , Sarah Ferguson y conserve ses appartements, lorsqu'elle déclare sa résidence officielle au chalet de Verbier, qu'elle possède avec son ex-époux.

Sarah Ferguson a l'occasion également de séjourner au château de Balmoral, avec la famille royale, comme du temps où elle était l'épouse du prince Andrew.

La presse britannique s'en fait d'ailleurs souvent l'écho, comme lors de son passage en [39] à l'invitation de la reine Élisabeth II. Ou encore en [40].

Chalet à VerbierModifier

Entre fin 2014 et début 2015, le prince Andrew et Sarah Ferguson font l'acquisition d'un chalet à Verbier en Suisse. La station de ski de Verbier est celle où se rendent le duc et la duchesse d'York avec leurs deux filles, tous les hivers, y compris depuis 1996, date de leur divorce[38].

En , cette demeure devient la résidence officielle de Sarah Ferguson.

ControversesModifier

Affaire des écoutes téléphoniquesModifier

Sarah Ferguson a été mise sur écoutes entre 2000 et 2006, par le journal News of the World. Comme d'autres victimes, la duchesse d'York a porté l'affaire devant la justice. En 2013, elle reçoit des excuses et une indemnisation de la part du groupe Murdoch, à l'instar d'autres personnalités, comme l'acteur Hugh Grant ou encore l'ancien vice-premier ministre John Prescott[41].

Affaire de l'ancienne assistanteModifier

En , Jane Andrews, assistante personnelle de Sarah Ferguson de 1988 à 1997, tue son fiancé Tom Cressman, après son refus de l'épouser. En 2001, elle est condamnée à la prison à vie.

Jane Andrews s'échappe de prison en 2009. Le Premier ministre d'alors, Gordon Brown, craignant qu'elle s'en prenne (éventuellement) à la duchesse d'York et sa famille, met en place un important dispositif de sécurité autour de Royal Lodge (demeure du prince Andrew, de Sarah Ferguson, et de leurs filles). Cependant, il est révélé après, que tous les membres de la famille étaient absents à ce moment-là. Jane Andrews est reprise trois jours plus tard, dans un hôtel[42].

Jane Andrews est connue pour avoir conservé, dans un endroit secret, pendant son incarcération, des dessins des princesses Béatrice d'York et Eugénie d'York, qu'enfants elles lui offraient, ainsi que des mèches de cheveux de Sarah Ferguson (après le passage de sa coiffeuse). On lui prête l'intention de les vendre[43].

En , Jane Andrews est libérée après 14 ans de prison (malgré une condamnation à vie)[44].

Il a été découvert que durant les neuf années où Jane Andrews a été l'assistante de Sarah Ferguson, elle a détourné 10 000 £ des fonds qu'elle gérait pour le quotidien de la duchesse. Encore aujourd'hui, les médias britanniques ne manquent pas de rappeler ce détournement de fonds[45].

Affaire EpsteinModifier

Son ancien mari Andrew étant critiqué pour avoir entretenu des relations avec le criminel sexuel Jeffrey Epstein[46], en 2011 le journal Telegraph reporte qu'Epstein avait payé de sa poche l'assistant personnel de Sarah Ferguson, Johnny O'Sullivan, pour la somme de 15 000 £, toujours à la requête d'Andrew d'York[47]. Sarah Ferguson a présenté ses excuses publiques pour avoir été associée avec Epstein[48].

TitulatureModifier

Sarah, duchesse d’York
Formules de politesse
Indirecte Son Altesse Royale
Directe Votre Altesse Royale
Alternative Madame
  • -  : Miss Sarah Ferguson
  • -  : Son Altesse Royale la duchesse d’York
  • -  : Son Altesse Royale Sarah, duchesse d’York
  • depuis le  : Sarah, duchesse d’York
 
Armories de la duchesse d'York de 1986 à 1996

Une fois divorcée, à compter du , Sarah Ferguson a conservé son prédicat d'altesse royale, jusqu'au de la même année, date à laquelle la reine Élisabeth II a décidé par lettres patentes, que les ex-épouses de princes ne porteront plus ce prédicat. En effet, cette décision est actée également pour l'avenir (si le cas se représente), elle ne concernait pas uniquement Sarah Ferguson ou Diana Spencer.

Toutefois, la titulature de Sarah Ferguson présentait déjà une modification, dès la date de son divorce : son titre de duchesse devant se porter sous la forme de la courtoisie. En tant qu'ex-épouse, le déterminant LA (pour la possession), devant le titre, est remplacé par le prénom.

Durant son mariage, sa titulature complète était : Son Altesse Royale la princesse Andrew, duchesse d'York, comtesse d'Inverness, baronne Killyleagh.

Devise : « Ex adversis felicitas crescit » / « De l'adversité pousse le bonheur »

Notes et référencesModifier

  1. À chaque actualisation de la liste de la famille royale, publiée sur le site officiel de la Monarchie britannique, la duchesse y est toujours présente.
  2. Page sur la famille d'York - site officiel du duc d'York
  3. Archives photos AP
  4. Archive photo AP
  5. Page Mariage et famille du duc d'York - site officiel de la Monarchie britannique
  6. (en) « 1992: Fergie and Andrew split », sur BBC News,
  7. (en) « From outcast to US princess: Fergie at 40 », sur BBC News, (consulté le ) : « The infamous toe-sucking incident, which came while Sarah was still married to Prince Andrew, outraged the British public... »
  8. Clément Mathieu, « Dans les archives de Match - En 1996, le divorce tranquille d’Andrew et Fergie », sur Paris Match, (consulté le )
  9. (en) Mila Montagni, « Gaddo della Gherardesca Between Castagneto Carducci, Bolgheri and the Maremma. A millenary family history that intertwines with that of wine », sur Firenze Made in Tuscany, (consulté le )
  10. a et b (en) Dora Davies-Evitt, « Sarah, Duchess of York, joins stars at Venice Film Festival in emerald gown », sur Tatler, (consulté le )
  11. Jane Ridley, « Princess Eugenie’s wedding has scandal-plagued Fergie back in the royal spotlight », sur Page Six, (consulté le )
  12. Article du Daily Mail sur le soutien de Sarah Ferguson au palais Saint-James, pour Pitch Palace en novembre 2015
  13. Sarah, duchesse d'York à Buckingham, Daily Mail, juillet 2016
  14. [1]
  15. Daily Mail, 3 août 2015
  16. 9News 5 août 2015
  17. Gala, 4 août 2015
  18. Article du Daily Mail sur l'incendie de Dolphin House
  19. Article Purepeople sur l'incendie avec le détail de la vie commune après le divorce
  20. Article The Telegraph - 19/06/15 - La famille d'York à Ascot
  21. L'un des reportages GettyImages sur le prince Andrew et Sarah Ferguson à Ascot. 19/06/15
  22. Reportage du photographe Mark Stewart à Ascot, avec la révérence de la duchesse d'York à la reine. 19/06/15
  23. Daily Mail - Ascot 2016 17/06/16
  24. Daily Mail Acost juillet 2016 - 23/07/16
  25. Hello Magazine, juillet 2016
  26. reportage Place royale RTL-TVI
  27. Site de Key To Freedom
  28. Article The Telegraph India
  29. Journal Le Mag Eurosport
  30. page de Sarah Ferguson sur le site de Djokovic Fondation
  31. Mirror mars 2014
  32. Female first mars 2014
  33. DailyMail. Article sur le jour de l'attentat / la journée de Sarah Ferguson
  34. CBS New-York
  35. New Canaan News
  36. « « A la conquête de sa liberté »: « C’est une histoire de passage à l’âge adulte » estime Sarah Ferguson », sur 20 Minutes,
  37. Dossier complet sur SouthYork - journal Daily Mail - 2014
  38. a et b Article sur le chalet et sur Royal Lodge -BBC janvier 2015
  39. Express UK. Sarah Ferguson à Balmoral, l'invitation de la reine (2013)
  40. DailyMail. Séjour de Sarah Ferguson à Balmoral, en l'absence du prince Philip. (2014)
  41. Direct Matin - l'indemnisation pour Sarah Ferguson, dans l'affaire des écoutes. (2013)
  42. L'évasion de Jane Andrews - Telegraph novembre 2009
  43. Article sur Jane Andrews et les dommages pour Sarah Ferguson - Express UK
  44. Libération de Jane Andrews - Daily Mail juin 2015
  45. Article du Daily Mail sur la vie de Jane Andrews après la prison, et le rappel de son détournement de fonds
  46. Le prince Andrew reconnu dans la maison de Jeffrey Epstein, Daily Mail, 17 août 2019, article en anglais
  47. La duchesse d'York admet qu'Epstein a payé ses dettes, 2011, article en anglais
  48. « The Royal Family's Troubling Connection to Jeffrey Epstein », CAROLINE HALLEMANN, 26 mai 2020

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier