Ouvrir le menu principal

Calligraphie du nom d'Allah en arabe, dans un des huit médaillons ornant l'intérieur de Sainte-Sophie à Istanbul (se lit de droite à gauche).

Allah ( 'AllāhÉcouter, écrit الله) est le mot arabe qui désigne « Dieu », » et littéralement, « le Dieu »  avec un article défini. Par extension, Allah fait en général référence au Dieu unique dans l'islam, « créateur de l’univers ou ‘âlam, pourvu, dans le Coran, de qualificatifs tels que « puissant »,  « savant »,  « clément », etc. »[1]. À l’époque préislamique, un dieu nommé Allah existe au sein du panthéon polythéiste arabe et est un dieu créateur.

Depuis la fin du XXe siècle et l'exacerbation des revendications identitaires, le terme Allah est revendiqué comme étant uniquement musulman. L'exemple de la décision de la Cour malaise en 2009 contre son utilisation par les communautés malaises chrétiennes confirme ce passage d'un terme historiquement multiconfessionnel à un terme uniquement associé à l'islam.

Sommaire

Étymologie

Le terme Allah remonte « sans doute » étymologiquement aux termes désignant la divinité dans les langues sémitique : Il ou El[2]. Allah est la forme arabe de l'invocation divine générique de la Bible : « Élie », « Eli »[3] ou « Elôï » signifiant « Mon Dieu » en hébreu[4]. Les Akkadiens déjà utilisaient le mot ilu pour dire "dieu" entre 4000 et 2000 av. J.-C[5],[6]. À l’époque préislamique, le terme arabe Ilâh est utilisée pour désigner une divinité[2].

L’étymologie la plus répandue est que le terme Allah est une contraction de Al-Ilāh. Le mot se compose de l'article ال al, qui marque la détermination comme l'article français « le », et de إِلَاه ilāh, qui signifie « (un) dieu ». Al suivi de ilāh donnerait Allāh (« le Dieu »)[2] par apocope du deuxième terme, qui porterait donc une hamza (lettre) instable. Le mot aurait ensuite été univerbé[réf. nécessaire].

Le nom Allâhumma, parfois utilisé dans le cadre des prières, pourrait être le pendant du nom« Élohim » (pluriel de majesté d'Eloha signifiant « Dieu »[7] dans la Bible)[2].

 
Les composants du mot Allah en arabe":1. alif2. hamzat waṣl (همزة وصل) 3. lām4. lām5. shadda (شدة) 6. alif khanjariah (ألف خنجرية) 7. Ha

Etymologies traditionnelles

De nombreux lexicographes arabes se sont penchés sur la question de l'étymologie du mot Allah. Plusieurs hypothèses ont ainsi été avancées au cours de l’histoire.

La première est qu’il s’agit d’un « nom propre à Dieu qui ne le désigne par aucune qualité particulière, qui n’est pas dérivé et dont l’article ne peut être ôté ». Cette vision est a été largement diffusée parmi les théologiens sunnites[2]. Il s’agit de l’avis de Al-Fayrūz Abādī (xive siècle), dans Al-Qāmûs Al-Muh'īt. Un des arguments exposés est que lorsqu'on lui ajoute le mot d'interpellation, on dit yā Allāh, tandis que pour tous les mots portant un article, l'article est supprimé après le yā.[réf. nécessaire]

Une seconde serait de faire dérivée le nom d’Allah d’une racine. Pour certains, le nom dériverait de al et de lâh[8], ce qui signifie « voilé », « élevé », ce qui pourrait associer ce nom au sens du « Très-Haut ». D’autres le font dériver du pronom de la troisième personne du singulier hu, qui aurait servi à désigner Dieu.[réf. nécessaire]

Toutefois, la plupart des avis converge vers l'opinion selon laquelle le mot est composé de Al et Ilāh[2] et que la hamza a été supprimée à cause de la fréquence d'usage du mot. Cette opinion est aussi attribuée au célèbre grammairien Sībawayh (viiie siècle).[réf. nécessaire]

Typographie

Il possède un caractère dans le codage Unicode (FDF2)[9] dont la forme UTF-8 est (EF B7 B2): ﷲ.[réf. nécessaire]

À noter que certaines polices de caractères remplacent les caractères consécutifs ālif lām lām ha, par un glyphe de ligature ʾAlllāh, Ainsi les caractères saisis ne correspondent pas aux glyphes contenus dans la ligature : la shadda et l'ālif vertical apparaissent au rendu, mais n'existent pas au niveau de caractères. Un humain lira donc ʾAlllāh (avec shadda et ālif vertical) mais au niveau informatique il n'y aura dans le code que les caractères ālif lām lām ha.[réf. nécessaire]

« Allah » en Arabie pré-islamique

 
Représentation d'Allat, Palmyre.

Certains passages coraniques rappellent que le nom Allah désignait pour les mecquois avant la période islamique le Dieu créateur[Note 1],[10],[11]. Le terme Ilah apparaît, précédé de l’article, dans la poésie préislamique comme un nom divin impersonnel et signifie le dieu évoqué dans le contexte (déjà mentionné, par exemple...). Cette littérature montre aussi l’existence de la contraction en Allah[12].

La religion préislamique était d’ordre polythéiste et les arabes appelaient Ilâha le soleil que certains vénéraient[2] parmi plusieurs divinités. Allah, reconnu au viie siècle comme le « Seigneur du Temple » (la Ka‘ba de la Mekke)[13] avait des divinités associées, considérées par les Arabes comme divinités subordonnées, des fils et les divinités Al-ʿUzzā, Al-Manāt et Al-lāt étaient désignées comme ses filles[Note 2]. Al-Lat était une déesse de la fécondité et de la féminité vénérée en Arabie à l'époque préislamique[14]. Le nom de la divinité Al-lât serait le féminin d’Allah[2]. Le père de Mahomet aurait porté le nom d’Abdallah, le « serviteur d’Allah ». Le terme utilisé dans le Coran ne désigne alors pas un dieu unique[2]. Pour Dominique Sourdelle, « au IVe siècle, chez les semi-nomades de la steppe syrienne, Allâh restait loin derrière les autres divinités ». C’est à cette époque qu’il pourrait commencer à prendre la première place[13].

Ces divinités étaient vénérées par des rites de circonvolution autour des pierres –les bétyles- et des objets sacrés, tel, pour Sourdelle, la « pierre noire » ou le Maqam Ibrahim associées à la Ka’ba. Ces objets étaient placés dans des territoires considérés comme sacrée dans lesquels des prescriptions rituelles de pureté s’imposaient avant les sacrifices. De même, il y était interdit de tuer un animal ou de couper un arbre[13].

Le terme Allah est attesté dans les poèmes des tribus arabes chrétiennes d'Arabie comme les Ghassanides et les Tanukhides[15],[16],[17]. Une inscription du VIe siècle trouvée à Umm al-Jimal atteste de l’usage de ce nom[2],[18]. Dans une inscription chrétienne datant de 512, les références à Allah sont en arabe et en araméen, soit "Allah" et "Alaha". L'inscription commence par la déclaration "Par le secours d'Allah" [19],[20]. Le nom Allah était donc utilisé par les chrétiens avant l’islam[21].

Allah dans la tradition islamique

L’islam croit en un dieu unique, créateur et maître du Jugement Dernier[10]. Le Coran ayant été rédigé en langue arabe, c'est donc naturellement le terme Allah qui est utilisé pour désigner le dieu unique, créateur, omniprésent et omniscient[2]. En particulier, pour se convertir à l’islam, la profession de foi islamique, appelée la Chahada, énonce : « Il n'y a pas de vraie divinité si ce n'est Dieu (Allah) et Mahomet est Son messager » (Ashhadu an lâ ilâha illa-llâh wa Ashhadu ana Mouhammadan Rasûlu-l-llâh)[22].

Allah dans le Coran

Allah est présent dans le Coran mais ce texte n’a pas pour but d’exposer les attributs d’Allah. Il est regardé par les musulmans comme la Parole de Dieu,celui-ci y demeure inaccessible bien que ces « perfections transcendantes » soient évoquées[10].

Trois thèmes principaux apparaissent dans le Coran :

  • Allah est créateur, juge et est celui qui rétribue[10].
  • Allah est Un et est un dieu Unique. Le Coran insiste sur son unicité Tawhid (le monothéisme) et donc l'importance de ne rien lui associer. « Votre Dieu est en vérité unique » (Coran 37:4). Les sourate de la période mecquoise accentue cet aspect. « Certes, c’est Moi Allah: point de divinité que Moi. Adore-Moi donc et accomplis la Ṣalāt pour te souvenir de Moi. » (Coran 20:14)[10].
  • Allah est omnipotent et miséricordieux. Allah est « Seigneur des Levants et des Couchants » (Coran 70:49)[10].

Dans le Coran, certains versets montrent une description anthropomorphique d’Allah. Il a une face, des yeux... Ces descriptions ont fait l’objet de débats exégétiques et théologiques[10].

Le développement par la tradition

S’appuyant sur les hadiths d’une part et sur le tafsir de l’autre, la théologie (ou ‘ilm al-kalam), principalement d’origine mutazilite, s’est penchée sur la question du divin, de son unicité et de sa justice. La question du rapport entre l’essence divine et ses attributs est particulièrement sensible, certains traditionnistes refusant toutes recherches rationnelles[10].

Le Cheikh malékite Abdul Wahid Ibn Ashir (990 – 1040 H), a cité 13 attributs d’Allah: L'Existence (Al-Woujoûd), la Prééternité (Al-Qidam), la Pérennité (Al-Baqa'), l'Autosuffisance (Qiyâmouhou Bi Nafsihi), la Non-ressemblance à tout ce qui est contingent (Al-Moukhâlafatou li al-hawadith), l'Unicité (Al-Wahdaniyya), l'Omnipotence (Al-Qoudra), la Volonté (Al-Irâda), l'Omniscience (Al-`Ilm), la Vie (Al-Hayât), l'Ouïe (As-Sam), la Parole (Al-Kalâm), la Vue (Al-Basar)[23][réf. insuffisante]. Ces deux dernières ont été refusées par les Mutazilites[10]. Selon ceux-ci, quatre de ses attributs le distinguent clairement de tout être vivant[24]: Le créateur (Al Khaliq)[Note 3]', L'omniscient (Al Aalim)[Note 4]', Celui qui subsiste par lui-même (Al Qayyum)[Note 5]', L'inébranlable (Al Matine)[Note 6].

Le théologien musulman Ibn Taymiyya a soutenu qu'il existe une différence entre "la nécessité de la reconnaissance de la Seigneurie de Dieu" (robubiya) (Dieu, Seigneur et Gérant des mondes) et "la reconnaissance de sa Divinité absolue" (Uluhiya) (vocation exclusive de l’adoration à Dieu). Il affirme que l'apport de l'islam n'est pas dans la "rububiya" (Allah était déjà reconnu par tous, même par les polythéistes de la Mecque) mais "Uluhiya" (l'adoration unique). Cette thèse a largement été contestée par la plupart des savants musulmans qui affirment que les deux ne peuvent pas aller l'un sans l'autre[réf. nécessaire].

« Ce souci d'analyse devait disparaître dans les derniers manuels, qui, à partir du XVe siècle, ne faisaient que répéter les formules du passé. À la fin du XIXe siècle, Muhammad Abduh, désireux de se libérer de la dialectique du kalam, se borna à dire: "[...] chercher à percer les secrets du décret divin, il nous est interdit de plonger dans cet abîme et de nous inquiéter nous-mêmes avec ce que la raison est à peine capable d'atteindre »[10].

Si le Coran défend une unicité divine, S. Ali pose la question de l’application stricte du monothéisme à l’époque abbasside alors que certains textes montrent un tiraillement vers l’approche traditionnelle hénothéiste[25].

Différentes approches théologiques

Chiisme ismaélien

Selon l’ismaïlisme, Dieu est absolument transcendent et inconnaissable, étant au-delà de la matière, de l'énergie, de l'espace, du temps[26].... Puisque Dieu est au-delà de tous les libellés, l’ismaïlisme nie également le concept de Dieu comme cause première[27].

Mutazilisme

La question des attributs a soulevé de nombreux débats chez les penseurs musulmans des premiers siècles. Sont-ils « consubstantielles » au divin et donc éternels ou sont-ils extérieur à lui et donc créés [28]? Les Muʿtazilites rejettent les attributs anthropomorphiques de Dieu, car, pour eux, un être éternel "doit être unique". En conséquence, les attributs ferait de Dieu quelque chose pouvant être comparé. Les descriptions de Dieu dans le Coran sont considérées comme des allégories[29]. Néanmoins, pour les Muʿtazilites défendant l'unicité (tawhid), d'autres caractéristiques, comme la connaissance ne sont pas attribués à Dieu; au contraire, elles décrivent son essence. Sinon l’éternité des attributs de Dieu donnerait lieu à une multiplicité d'entités existantes éternelle en dehors de Dieu[30].

Soufisme

Comme en Islam, Dieu est transcendant et souverain, mais aussi immanent et omniprésent, le soufisme défend que, dans la réalité, seul Dieu existe. Ainsi, tout dans la création est un reflet d’un attribut des noms de Dieu. Pourtant, ces formes ne sont pas Dieu elles-mêmes[31]. Ibn Arabi  a déclaré: « Il n'y a rien, mais Dieu ». Cette déclaration a été, à tort, comprise comme un panthéisme par les critiques, cependant, Ibn Arabi toujours fait une distinction claire entre la Création et le créateur[32].

Asharisme et Maturidisme (sunnisme)

L’asharisme et le maturidisme sont d'accord sur l’éternité des attributs de Dieu, mais qui ne doivent être pris ni métaphoriquement, ni à la lettre[33]. Par conséquent, Dieu a des mains, mais elles ne ressemblent pas à des mains humaines[34]. Bien que l'existence de Dieu est considérée comme pouvant être connu par la raison, l'esprit humain ne peut pas comprendre pleinement les attributs de Dieu. Par exemple, quand l'homme dans le paradis voit Dieu, ils ne voient pas Dieu dans la façon dont les humains sont capables de voir sur la Terre[34].

Salafisme et Wahhabisme (sunnisme)

Le salafisme et le wahhabisme refusent les interprétations du Coran pour éviter d'altérer de son message. Ils prennent ainsi les descriptions de Dieu littéralement et s’opposent aux concepts théologiques, y compris ceux des asharites[35]. Par conséquent, les mains de Dieu doivent être prises littéralement et Allah est réellement assis sur ou au-dessus de son trône[36].

Vie quotidienne des musulmans et Allah

Le terme Allah s'utilise régulièrement dans la culture musulmane. Par exemple, certains musulmans commencent parfois leurs actes au nom d'Allah Bi Ismi Allah, ils expriment leur satisfaction en disant "Louange à Dieu" al hamdou li-Allah[37] ou déplorent le décès d'un proche "nous sommes à Dieu et à lui nous retournons" Ina li-Allahi wa ina ilayhi raji oun. S'ils commettent un péché ils demandent le pardon d’Allah astaghfir Allah. Lorsqu'ils expriment leurs intentions, prévisions ou leurs espérances: "Si Dieu le veut" In cha' Allah. L'expression Allahou Akbar "Dieu est le plus grand" marque également dans le comparatif, l'insistance de l'unicité divine[réf. nécessaire].

Les noms et désignations d'Allah

Article détaillé : Noms de Dieu en islam.
 
Panneau portant la bismillah - Syrie, Damas - fin du 16° -17 ° siècle - Musée du Louvre - céramique à décor peint sous glaçure - Numéro d'inventaire : AD 27745.1-5

D'un point de vue musulman, Allah est considéré comme le nom par excellence de Dieu en plus des quatre-vingt-dix-neuf noms[Note 7], celui qui les synthétisent[38]. Plusieurs listes de quatre-vingt-dix-neuf noms non concordantes existent[39],[38].M. Yahia soulève la difficulté de comprendre ces noms : « les commentateurs hésitent entre plusieurs sens possibles sur bon nombre d’entre eux. Il arrive même que leur racine connote des contenus différents, voir opposés sans que l’usage liturgique en soit affecté. Par ce biais, des signifiés purement rationnels, étrangers aux données scripturaires  ont pu pénétrer »[38].

Le Coran utilisent également le terme Rabb (Seigneur) pour désigner Dieu (parfois accompagné de l'objet: Rabb-ukka (Ton Seigneur), Rabb al samawati wa al ard (Le Seigneur des Cieux et de la Terre), etc. Ce terme semble déjà en usage en Arabie pré-islamique pour désigner le maître ou avec un substantif, un dieu[39].

Allah est en particulier évoqué par la formule bismi-llahi r-Rahmani r-Rahimi « Au nom de Dieu clément et miséricordieux », appelée Bismillah. Al Rahman est un terme araméen utilisé dans le judaïsme et probablement importé depuis l’Arabie du Sud[40] où il est le nom propre du dieu du monothéisme yéménite[41].Idem, pour Gardet, « Rahman doit être pris comme un nom propre divin »[42]. Pour Pregill, l'usage des deux noms Rahman/Allah pourrait être mis en parallèle avec le double usage YHWH/Elohim, les premiers étant particuliers et les seconds génériques[41].Ce terme acquiert à l’époque islamique la signification de clément, de celui qui fait pitié[42], absente du champs sémantique de Rahman dans le Coran[39]. Sur la digue de Marib, « Rah mânân est le nom de Dieu, à côté du Messie et du Saint-Esprit. »[39] Il en est de même dans une inscription sud-arabique datée d’environ 535 : "au nom du Miséricordieux (Rahman) et de son Fils le Christ (Krestos) le Victorieux (galiban) et du Saint Esprit (wa-nafs qudus)”. Pour Koscielniak, « le terme Rahman était utilisé par les chrétiens dans une longue période avant et après l’islam. »[21]. Pour Ch. Robin, le nom propre divin Rahman se développe dans le judaïsme arabe vers 460 avant d’être utilisé par l’islam. Pour lui, la bismillah a comme sens premier « au nom du dieu ar-Rahmàn le miséricordieux.» [43]

Représentation d’Allah

La représentation figurée dans les arts de l'Islam, c'est-à-dire, la production d'images figuratives d'êtres vivants (animaux et humains), et en particulier des prophètes, dont Mahomet, fait l'objet de débats complexes dans la civilisation islamique[44],[45]. Pour la Bibliothèque Nationale de France, « L'absence de la représentation de Dieu reste une constante, néanmoins des peintures de scènes religieuses existent dans d'autres œuvres, essentiellement en milieu persan et turc, jamais dans le monde arabe. »[46] d’autant plus que l’islam naît dans un monde sans image[47].

La diffusion en 2011 du  film d'animation franco-iranien Persepolis a été la cause de violences, en particulier de la part d’islamistes radicaux. Le directeur de la chaîne a été poursuivi pour « atteinte aux valeurs du sacré ». « En cause, une scène du film – qui raconte le régime iranien de Khomeiny à travers les yeux d'une petite fille – où le dieu musulman est représenté, ce que proscrit l'islam. »[48]. Allah y est représenté comme une figure géante, barbue et paternelle[49]. Amnesty Internationale y voit une « attaque contre la liberté d’expression »[50]. Le directeur a été condamné à une amende[51].

Allah est parfois représenté, en dehors du monde musulman. C’est le cas dans certaines caricatures, dont celle publiée dans le Bezbozhnik[52]. Ainsi, les campagnes antireligieuses menées en Union soviétique ont inclues l’islam comme cible[53].

Usage du nom « Allah » par les chrétiens et polémiques

Les chrétiens arabophones utilisent le mot « Allah » pour désigner « Dieu »[54]. C’est aussi le cas dans les Bibles[55] ou dans les liturgies[56] malaisiennes dans leur langue qui ne possède pas d’autre mot pour désigner Dieu[Note 8],[57]. Les chrétiens arabophones, par exemple, utiliser les termes « Allah Al Ab » (الله الأب) pour « Dieu le Père », «Allah al ibn » (الله الابن) pour « Dieu le Fils » (Jésus-Christ) et « Allah Ruh Al-Qods » (الروح القدس) pour « Dieu le Saint-Esprit »[Note 9]. À noter toutefois que de nombreux chrétiens arabophones utilisent le terme « Rab » (Seigneur) pour faire référence à Dieu.[réf. nécessaire]

Les chrétiens arabophones utilisent plusieurs formes d'invocation dont celle appelée bismillah et contenant le nom d’Allah. Certaines lettres des premiers siècles de l’islam portent de telles mentions. La bismillah peut alors être accompagnée d’ajouts chrétiens, sans confusion possible, comme bi-smi l-abi wa-l-bni wa-r-rūHi l-quddūsi l-wāHidi, « Au nom du seul Père, du Fils et du Saint-Esprit ». D'autres formules connaissent des variations pour être comprise comme des citations de l’Ancien Testament[Note 10],[58].

 
Fête de la Visitation à Seremban (Malaisie) avec un hymne projeté sur l'écran.

Depuis la fin du xxe siècle et l'exacerbation des revendications identitaires, le terme Allah est revendiqué comme étant uniquement musulman. L'exemple de la décision de la Cour malaise en 2009 contre son utilisation par les communautés malaises chrétiennes confirme ce passage d'un terme historiquement multiconfessionnel à un terme associé à l'islam[55]. Pour Sophie Lumière, « plus qu'une véritable controverse religieuse ou morale, il s'agit avant tout d'un problème linguistique et d'interprétation du terme "Allah", qui, en arabe, désigne "Dieu", indépendamment de la croyance religieuse, mais qui, en malais, semble avoir pris une connotation exclusivement islamique »[59],[57]. Amnesty international considère cette interdiction comme une « violation du droit à la liberté d’expression »[60].

Théologie comparative

Article connexe : Dieu (christianisme).

La théologie islamique identifie Allah, tel que décrit dans le Coran, comme le même dieu que celui d’Israël qui a fait alliance avec Abraham et le dieu des chrétiens. Pour Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris, «Chrétiens et musulmans ont le même Dieu. Ce sont des rites qui sont voisins, fraternels…»[61]. La position soufi du cheikh Ahmad Al-’Alawî « va plus loin encore dans la reconnaissance du christianisme et admet même la légitimité de l’adoration de Jésus et de sa divinisation »[62].

Pour l’Église catholique, « L’Église regarde aussi avec estime les Musulmans, qui adorent le Dieu un, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes. » (Nostra Aetate – 1965)[Note 11],[62]. L’historien Alain Besançon répond, à propos des musulmans, « qu'ils appartiennent à une religion qui est incompatible avec le christianisme. Ce sont des religions différentes. »[61]. Plusieurs différences théologiques importantes apparaissent entre l’Allah de l’islam et le Dieu du christianisme. L’islam rejette la Trinité du christianisme et reproche aux chrétiens un trithéisme[62]. Le concept islamique de Dieu est moins personnel que son aspect judéo-chrétien[63]. Allah n’y est pas considéré comme Père et l’idée de communion est absente de l’islam (excepté dans le soufisme)[64]. Enfin, pour Alain Besançon, «  il y a une matrice de compréhension commune au christianisme et au judaïsme. Cette matrice est la notion d'alliance entre Dieu et son peuple. Cette notion d'alliance n'existe pas dans l'islam. »[61].

Notes et références

Notes

  1. Le Coran, « Le Tonnerre », XIII, 16, (ar) الرعد , « L’Araignée », XXIX, 61-63, « Lokman », XXXI, 25, « Troupes », XXXIX, 38
  2. Le Coran, « L’Étoile », LIII, 19-22, (ar) النجم, « L’Abeille », XVI, 57 et « Les Rangs », XXXVII, 149.
  3. C'est-à-dire qu'Allah peut donner à toute chose une existence matérielle à partir du néant
  4. Son savoir embrasse toute chose. Il sait tout de tout temps.
  5. Allah ne dépend de rien pour subsister et, tout dépend de lui. De cet attribut, découle son immortalité. Alors que tout être vivant dans la nature dépend pour survivre d'éléments qui lui sont externes tels que l'eau, l'oxygène ou les aliments.
  6. Allah est inaltérable. Aucune défaillance ne peut le saisir. De ce fait, il n'a besoin ni de repos ni de sommeil et demeure immuable dans sa toute-puissance. Alors que tout être vivant dans la nature se fatigue, vieillit, ses facultés physiques et mentales s'altèrent avec le temps et finit par mourir
  7. Ar-Râzî, Traité sur les noms Divins, Traduction depuis l'arabe : Maurice Glotton. Héritage spirituel, édition al-Burak. p. 211-258 (669 pages).( (ISBN 978-2-84161-111-9)).
  8. Il est à noter que les sikh utilisent aussi en Malaisie le nom Allah
  9. Voir Trinité chrétienne pour le concept chrétien de Dieu.
  10. Ex 34.6 ou Ps111.4
  11. Pour A Besancon, « Il semble que dans Nostra Aetate le paragraphe sur l’islam n’ait été mis que pour faire passer le paragraphe suivant sur le judaïsme. Il était « inattendu » (Borrmans) et improvisé dans la hâte, juste avant la fin de la dernière session. ». Pour l’auteur, il est confus dans ses définitions.

Références

  1. Sourdel D., Sourdel-Thomine J., Vocabulaire de l'islam. Presses Universitaires de France, 2013, article « Allah ».
  2. a b c d e f g h i j et k Ballanfat P., « Allah » dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 40-43.
  3. La Bible de Jérusalem, éd. Du Cerf, Paris 1973. (ISBN 978-2-220-02015-0), Mathieu, 25, 45-47, p. 1474.
  4. La Bible de Jérusalem, éd. Du Cerf, Paris 1973. (ISBN 978-2-220-02015-0), Marc, 15, 33-34, p. 1503.
  5. « ePSD: ilu[god] », sur psd.museum.upenn.edu (consulté le 4 novembre 2018)
  6. Francesca Prescendi et Youri Volokhine, Dans le laboratoire de l'historien des religions: mélanges offerts à Philippe Borgeaud, Labor et Fides, (ISBN 9782830914283, lire en ligne)
  7. Encyclopedia Judaica, "God, Names of" , The Gale Group, 2008
  8. MacDonald D.B., « Ilah » dans Encyclopedie de l’islam, Tome 3, 1986 p. 1093-1094.
  9. « Characters → Keyboards », sur unicode.org (consulté le 4 novembre 2018)
  10. a b c d e f g h i et j L. Gardet, « Allah » dans Encyclopédie de l’islam, tome 1, p. 406 et suiv
  11. Sourdel D., « Les Arabes avant l'Islam », Histoire des Arabes. Presses Universitaires de France, 2007, p. 7-18.
  12. D.B. MacDonald, « Ilah » dans Encyclopedie de l’islam, Tome 3, 1986, p. 1093-1094.
  13. a b et c Sourdel, Dominique. « Mahomet et le coran », L’islam. Presses Universitaires de France, 2009, p. 5-17.
  14. Fahd T., “al-Lāt” dans Encyclopédie de l’Islam.
  15. A. Amin et A. Harun, Sharh Diwan Al-Hamasa, Le Caire, 1951, Vol. 1, p. 478-480.
  16. Al-Marzubani, Mu'jam Ash-Shu'araa, p. 302.
  17. Irfan Shahîd, Byzantium and the Arabs in the Fourth Century, Dumbarton Oaks Trustees for Harvard University-Washington DC, p.452.
  18. James A. Bellamy, « Two Pre-Islamic Arabic Inscriptions Revised: Jabal Ramm and Umm Al-Jimāl », Journal of the American Oriental Society, vol. 108, no 3,‎ , p. 369–378 (DOI 10.2307/603860, lire en ligne)
  19. Grohmann A., Arabische Paläographie II: Das Schriftwesen und die Lapidarschrift, Vienne, 1971,Hermann Böhlaus Nochfolger, p. 6-8.
  20. Gruendler B., The Development of the Arabic Scripts: From the Nabatean Era to the First Islamic Century according to Dated Texts, Atlanta, 1993, Scholars Press.
  21. a et b Koscielniak, « Quelques remarques sur la littérature pré-islamique arabe chrétienne », Rocznik orientalistyczny, LVII, 2004, p. 60-76.
  22. Clarck M., Chebel M., L'islam pour les nuls, First, 2008, p. 159.
  23. « Le Chaykh Ibn ‘Âchir cite les treize attributs de Allâh qu’il est un devoir de connaître », Islam Sunnite,‎ (lire en ligne)
  24. Talat Koçyiğit, Münakaşalar, éd. Türkiye Diyânet Vakfı Yayınları, Ankara 1989. (ISBN 978-975-389-019-9). p. 76 et suiv.
  25. Ali S. M., «  Early Islam-Monotheism or Henotheism? A View from the Court », Journal of Arabic Literature, Vol. 39, No. 1, In Honor of Jaroslav Stetkevych, Who First Made "The Mute Immortals Speak." Part II. (2008), p. 14-37.
  26. Farhad Daftary Ismaili History and Intellectual Traditions Routledge 2017 (ISBN 978-1-351-97503-2)
  27. Arzina R. Lalani Degrees of Excellence: A Fatimid Treatise on Leadership in Islam I.B.Tauris 2009 (ISBN 978-0-857-71202-8) page 3
  28. Yahia M., « Noms divins » dans dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 602 et suiv.
  29. Renard J., Islamic Theological Themes: A Primary Source Reader, Univ of California Press 2014 (ISBN 978-0-520-95771-8), p. 138.
  30. Hughes P., Dictionary of Islam, Asian Educational Services, 1995 (ISBN 978-8-120-60672-2) p. 425.
  31. Jironet K., The Image of Spiritual Liberty in the Western Sufi Movement Following Hazrat Inayat Khan, Peeters Publishers 2002 (ISBN 978-9-042-91205-2), p. 32.
  32. Laliwala J. I., Islamic Philosophy of Religion: Synthesis of Science Religion and Philosophy, Sarup & Sons 2005 (ISBN 978-8-176-25476-2), p. 39
  33. Saeed A., Islamic Thought: An Introduction, Routledge 2006 (ISBN 978-1-134-22564-4), chapitre "legal thought"
  34. a et b Rippin A., Muslims: Their Religious Beliefs and PracticesPsychology Press 2005 (ISBN 978-0-415-34888-1), p. 86.
  35. Thurston A., Salafism in Nigeria, Cambridge University Press 2016 (ISBN 978-1-107-15743-9), p. 6.
  36. Wiktorowicz Q., The Management of Islamic Activism: Salafis, the Muslim Brotherhood, and State Power in Jordan, SUNY Press, 2001, (ISBN 978-0-791-44835-9) p. 115.
  37. Sourdel, Dominique, et Janine Sourdel-Thomine. « Vocabulaire de l'islam », Vocabulaire de l'islam. Presses Universitaires de France, 2013.
  38. a b et c Mohyddin Yahia « Noms divins » dans dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 602 et suiv.
  39. a b c et d Gaudefroy-Demombynes Maurice. "Sur quelques noms d'Allah dans le Coran". dans École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses. Annuaire 1929-1930. 1928. p. 3-21.
  40. Azaiez, M. (Ed.), Reynolds, G. (Ed.), Tesei, T. (Ed.), et al. (2016). The Qur'an Seminar Commentary / Le Qur'an Seminar. A Collaborative Study of 50 Qur'anic Passages / Commentaire collaboratif de 50 passages coraniques. Berlin, Boston: De Gruyter, passage QS 35 Q 43:81–83
  41. a et b Azaiez, M. (Ed.), Reynolds, G. (Ed.), Tesei, T. (Ed.), et al. (2016). The Qur'an Seminar Commentary / Le Qur'an Seminar. A Collaborative Study of 50 Qur'anic Passages / Commentaire collaboratif de 50 passages coraniques. Berlin, Boston: De Gruyter., passage QS 1 Q1:1–7
  42. a et b Gardet L. , « Allah » dans Encyclopédie de l’islam, tome 1, 1986,  p. 406 et suiv.
  43. Robin Ch., "Du paganisme au monothéisme." dans Revue du monde musulman et de la Méditerranée, no 61, 1991, p. 139-155.
  44. Oleg Grabar, La formation de l'art islamique, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2000 ( (ISBN 978-2-08-081645-0)).
  45. François Bœspflug, « Le Prophète de l’islam serait-il irreprésentable ? », Revue des sciences religieuses, nos 87/2,‎ , p. 139–159 (ISSN 0035-2217 et 2259-0285, DOI 10.4000/rsr.1185, lire en ligne)
  46. « BNF - Torah, Bible, Coran », sur expositions.bnf.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  47. Chabbi J. , « Dire ou figurer le divin – débats dans l’islam » dans Le monde de la Bible 215, 2015.
  48. « Tunisie : report du procès du patron de la chaîne qui avait diffusé "Persepolis" », sur Le Monde.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  49. Isabelle Saint Martin « Dieu inspire-t-il l’art contemporain ?» dans Le monde de la Bible 215, 2015.
  50. « Le "procès Persepolis" interroge la liberté d'expression en Tunisie », sur Le Monde.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  51. « Procès Persepolis : le patron de Nessma TV condamné à une amende », sur Le Monde.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  52. (en) « Category:God in caricatures - Wikimedia Commons », sur commons.wikimedia.org (consulté le 4 novembre 2018)
  53. Kolarz W., Religion in the Soviet Union., St Martin's Press, New York, 1961, p. 415
  54. « Idées reçues (et fausses) sur l'islam », sur www.historia.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  55. a et b « MALAISIE. Touche pas à mon "Allah" ! », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  56. « Le combat des chrétiens pour utiliser le nom de Dieu n'en finit pas », sur www.lavie.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  57. a et b « Allah n'est pas chrétien », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  58. Karin Almbladh, « The “Basmala” in Medieval Letters in Arabic Written by Jews and Christians„, Orientalia Suecana LIX, 2010.
  59. Sophie Lumière, L'Asie du Sud-Est 2011. Les événements majeurs de l'année, ed. Les Indes savantes
  60. « Malaisie. Il faut lever l'interdiction pour les chrétiens de dire «Allah» », sur www.amnesty.org (consulté le 4 novembre 2018)
  61. a b et c « Alain Besançon : «Catholiques et musulmans,la même humanité, pas la même religion» », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  62. a b et c Ralph Stehly, « La familiarité islamo-chrétienne », Revue des sciences religieuses, nos 87/2,‎ , p. 161–177 (ISSN 0035-2217 et 2259-0285, DOI 10.4000/rsr.1194, lire en ligne)
  63. Leeming D., The Oxford Companion to World Mythology Oxford University Press 2005 (ISBN 978-0-195-15669-0), p. 209.
  64. Besançon, Alain. « Le Vatican et l’islam », Commentaire, 120, no. 4, 2007, p. 900-918.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Bibliographie

Recherche et exégèse scientifique

  • MacDonald D.B. , « Ilah » dans Encyclopedie de l’islam, Tome 3, 1986, p. 1093-1094.
  • Gardet L. , « Allah » dans Encyclopédie de l’islam, tome 1, 1986,  p. 406 et suiv.
  • Ballanfat P., « Allah » dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p. 40-43.

Source primaire

  • Ar-Râzî, Traité sur les noms Divins, Traduction depuis l'arabe : Maurice Glotton. Héritage spirituel, édition al-Burak. (669 pages). (ISBN 978-2-84161-111-9).