Ouvrir le menu principal
Inscription en style coufique « il n'y a pas de dieu autre qu'Allah » gravée sur le fût d'une colonne de la Grande Mosquée de Kairouan.

Le tawḥīd (arabe : تَوْحيد [tawḥīd], monothéisme, unicité) est l'expression du dogme le plus important de l’islam, le monothéisme, compris comme la croyance en un Dieu unique, inaccessible à l'imagination, sans associé et sans égal[1]. Il en constitue le fondement (Asl ad Dîn) avec le rejet du Tâghoût (en).

Le Tawhid est considéré comme le premier pilier de la Foi musulmane Al-Îmâne (arabe : إيمان), tandis que la chahada, est l'expression du Tawhid, représentant ainsi le premier des cinq piliers de la pratique religieuse, en fonction des différentes interprétations de l'islam. Le concept qui s'oppose au tawhid est désigné par le terme de shirk (شِرْكْ) (ou association) et peut couvrir divers concepts contraires à l'islam comme l'association à des idoles par exemple..

DéfinitionModifier

ÉtymologieModifier

Son terme vient du verbe wahada (وَحَّدَ), qui signifie « rendre unique » ou encore « déclarer qu’Allah(Dieu) est le seul à posséder cette spécificité » dans un sens plus figuré[2]. La lutte de l'islam à ses origines contre les autres divinités s'observe dans le procédé de passer d'un nom propre divin à un nom unique et transcendant, Allah[3].

Définition et traductionModifier

Le Tawhid peut être défini comme « Unicité divine », « Dogme fondamental de l’islam, dont le refus entraîne la condamnation pour associationnisme ou shirk[4] ». Dans un recueil de textes publiés par l'Institut catholique, le tawhid est décrit comme notion d'unité-unicité de Dieu[5].

D'après La Grande encyclopédie Larousse de 1971, le terme Tawhid, traduit par « unitarisme », évoque la doctrine d'ibn Tūmart (XIIe siècle), qui comme Rhazālī (XIe-XIIe siècle), prône une lecture non littérale du Coran pour défendre une unicité divine. De cette doctrine dérive le nom almohades, à comprendre comme « ceux qui proclament l'unicité de Dieu[6]» . Dans le même ouvrage, en 1972, le tawhid est associé au mutazilisme, mouvement qui place l'unité divine comme l'un de ces cinq piliers fondamentaux[7]. Ce mouvement s'oppose à une conception littérale des attributs de Dieu (alors compris comme une forme de polythéisme)[8].

D'après la Revue de l'Institut catholique de Paris de 1986, les musulmans rejetteraient tout ce qui pourrait risquer de mettre en péril le tawhid sous le concept de polythéisme ou d'« associationisme »[9]. Le tawhid pourrait ainsi couvrir la notion de rejet de tout médiateur et de toute médiation dans la pratique de la religion.

Récupération politiqueModifier

Durant la guerre civile syrienne, de nombreux groupes terroristes d'inspiration takfiri, ont pris le nom d'Al-Tawhid comme Ansar al-Tawhid ou Liwa al-Tawhid, une des anciennes brigades de l'Armée syrienne libre[10].

Histoire du monothéisme musulmanModifier

Le monothéisme est une pratique ancienne, qui a été pratiquée ou influencée sous la forme de le religion juive; du mazdéisme; du zoroastrisme, ou du parsisme. L'élaboration de la doctrine juive monothéiste se fait dans un contexte propice à une telle idée : le roi babylonien Nabonide tente de faire du dieu lunaire Sîn le dieu unique de son empire, en Grèce, les présocratiques défendent l'unicité de la divinité contre le panthéon et les successeurs achéménides de Cyrus II le Grand, considéré lui-même comme un messie de Yahvé, influencent le monothéisme judéen en faisant d'Ahoura Mazda le dieu officiel de l'empire[11].

Les « nazaréens »Modifier

Le Coran affirme que le message original de tous les prophètes a été axé fondamentalement sur l’adoration exclusive d’Allah, le Dieu et Créateur unique. Initialement, toutes les communautés qui ont cru en leurs prophètes et ont voué un culte exclusif à Allah ont été Mouahidounes, des adeptes du Tawhid (monothéistes).[réf. nécessaire]

Ainsi, le Coran reprend l’appellation de Nasara « nazaréens » donné par la communauté juive à Jésus et aux premiers chrétiens[12].

Histoire du concept de TawhidModifier

Au XVIIIe siècle, Mohammed ibn Abdelwahhab écrit le Kitâb ut-Tawhîd (en français : Livre de l’unicité, Livre du monothéisme ou L’unicité de Dieu). Bien que critiqué pour sa sécheresse ou ses erreurs, il est un ouvrage critiqué négativement par le soufi Abdelwahab Meddeb qui estime qu'il serait « une de référence dont le radicalisme comble les attentes des djihadistes » (La Maladie de l'islam).

Au XVIIIe siècle, Muhammad Ibn Abd al-Wahhab a élaboré un manifeste du tawhid en se basant sur les écrits d'Ibn Hanbal et d’Ibn Taymiyya[13].

En 1925, est traduit en français un livre dont le titre contient le mot Tawhid : le mot Tawhid apparaît notamment dans le titre du livre Rissolai al-Tawhid (ISBN 2 7053 0083 X) (Traité de l'Unité de Dieu[14]), dont le titre de la traduction française est Exposé de la religion musulmane[15], livre écrit par Mohamed Abduh[16] et traduit en 1925[17],[18] puis en 1965[19].

En 1985, le livre Chemin de Dieu : Trois Traités Spirituels traduit du persan et de l'arabe présente le tawhid comme le 69e de 100 traités spirituels[20].

BibliographieModifier

Bibliographie scientifique

Bibliographie religieuse

  • (ar) Ibrahim Al-Yaqubi (trad. Abdallah Penot et Abdallah Di Sanza), La Doctrine de l'Unité, selon le sunnisme, Alif, , 85 p. (ISBN 9782908087178)
  • Mohamed Abduh, Rissolai al-Tawhid / Exposé de la religion musulmane : Traité de l'Unité de Dieu, 1897 / 1925 (ISBN 2 7053 0083 X)
  • Safiyyu Ar Rahman Al Mubarakfuri, Le nectar estampillé, in Dar al koutoub al ilmiyah, décembre 2008, p. 58-59
  • Mohammed Abed al-Jabri, Introduction au Coran. Les éditions maghrébines, 2010

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. From the article on Tawhid in Oxford Islamic Studies Online
  2. « Allah », dans Encyclopædia Britannica Online (lire en ligne)
  3. "Unité" dans Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p.885 et suiv.
  4. Sourdel, Dominique, et Janine Sourdel-Thomine. Vocabulaire de l'islam. Presses Universitaires de France, 2013, "Tawhid"
  5. [Nouvelles de l'Institut catholique de Paris] Éditeur : Institut catholique (Paris) Date d'édition : 1979 gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6504385s/f197.item
  6. La Grande encyclopédie. 1, Aalto-amidon / Larousse Auteur : Larousse Éditeur : Larousse (Paris) Date d'édition : 1971 gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1200512k/f452.image
  7. La Grande encyclopédie. 2, Amiens-Austen / Larousse Auteur : Larousse Éditeur : Larousse (Paris) Date d'édition : 1972 gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k12005130/f249.image
  8. Transversalités : revue de l'Institut catholique de Paris / [dir. publ. Joseph Doré] Auteur : Institut catholique de Paris. Auteur du texte Éditeur : Institut catholique (Paris) Date d'édition : 2000-07 gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6513602h/f65.item Une lecture rationnelle du Coran au IXe siècle:Les Mu'tazilites, F. JOURDAN
  9. Revue de l'Institut catholique de Paris / [dir. publ. Père Anthime Caron] Auteur : Institut catholique de Paris. Auteur du texte Éditeur : Institut catholique (Paris) Date d'édition : 1986-07 gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65084698/f8.item
  10. « brigade Al Tawhid | Études Géostratégiques » (consulté le 26 janvier 2019)
  11. Thomas Römer, « Exil à Babylone, creuset du monothéisme », in Enquête sur le Dieu unique, éd. Bayard, 2010, p.111
  12. « Eusèbe, Onomasticon 138, Jérôme, De situ 14 et Épiphane, Panarion 29, 6, 5 ont tous les trois compris le titre de « nazoréen » donné à Jésus et aux premiers chrétiens en relation avec Nazareth », Xavier Levieils, Contra Christianos : La critique sociale et religieuse du christianisme des origines au concile de Nicée (45-325), Berlin, Walter de Gruyter, , 548 p. (ISBN 9783110934892), p. 140-141
  13. Les 5 piliers du salafisme — 4 avr. 2016 — Hocine kerzazi — Blog : Le blog de Hocine kerzazi — blogs.mediapart.fr/hocine-kerzazi/blog/040416/les-icones-venerees-du-salafisme
  14. Le Phœnix : revue de la renaissance orientale / direction : V. de Saint-Point Éditeur : [s.n.] (Le Caire) Date d'édition : 1926-05-07 Contributeur : Saint-Point, Valentine de (1875-1953). Directeur de publication gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55295164/f66.item
  15. « Recueil des cours / Académie de droit international de La Haye (p. 503) », sur Gallica, (consulté le 31 janvier 2019)
  16. L'Echo d'Alger : journal républicain du matin Éditeur : [s.n.] (Alger) Date d'édition : 1926-12-24 gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75830549/f3.item
  17. Revue algérienne, tunisienne et marocaine de législation et de jurisprudence / publiée par la Faculté de droit d'Alger Auteur : Université d'Alger. Faculté de droit Éditeur : Typographie A. Jourdan (Alger) Éditeur : Librairie Ferraris (Alger) Date d'édition : 1929 gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k442528k/f74.item
  18. L'islam : croyances et institutions (3e éd. rev. et augm.) / H. Lammens Auteur : Lammens, Henri (1862-1937) Éditeur : Imp. catholique (Beyrouth) Date d'édition : 1943 gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k22369n/f331.image
  19. Hérodote : stratégies, géographies, idéologies / dir.-gérant Yves Lacoste Éditeur : F. Maspero (Paris) Éditeur : Ed. La Découverte (Paris) Date d'édition : 1984-10 gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5623993p/f38.item
  20. Études, revue fondée en 1856 par des Pères de la Compagnie de Jésus Auteur : Compagnie de Jésus. Éditeur : [s.n.] (Paris) Date d'édition : 1986-12 gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k442031q/f138.item