Ouvrir le menu principal

Camille de Meaux

personnalité politique française
(Redirigé depuis Alfred de Meaux)

Camille de Meaux
Illustration.
Fonctions
Ministre français du Commerce et de l'Agriculture
Président Patrice de Mac Mahon
Gouvernement Broglie III
Prédécesseur Pierre-Edmond Teisserenc de Bort
Successeur Jules Ozenne
Sénateur de la Loire
Ministre français du Commerce et de l'Agriculture
Président Patrice de Mac Mahon
Gouvernement Buffet, Dufaure
Prédécesseur Louis Grivart
Successeur Pierre-Edmond Teisserenc de Bort
Député de la Loire
Biographie
Nom de naissance Marie-Camille-Alfred de Meaux
Date de naissance
Lieu de naissance Montbrison
Date de décès
Lieu de décès Écotay-l'Olme
Parti politique Centre-droit

Le vicomte Camille de Meaux, né à Montbrison (Loire) le et décédé au château de Écotay-l'Olme (Loire) le , est un homme politique français. Il fut ministre de l'Agriculture et du Commerce dans plusieurs gouvernements de la Troisième République (Buffet, Dufaure et de Broglie) du au et du 17 mai au .

BiographieModifier

Petit-fils de Camille-Augustin de Meaux, il collabora dans sa jeunesse au Correspondant, fut conseiller municipal de Montbrison et fut élu, le , représentant de la Loire à l'Assemblée nationale.

Il prit place au centre droit, devint secrétaire de l'Assemblée, fut rapporteur des préliminaires de paix, du projet pour la suppression de la garde nationale, du projet d'enquête sur le , de la loi sur la municipalité de Lyon, vota pour la paix, pour l'abrogation des lois d'exil, pour la pétition des évêques, contre le service de trois ans, pour la démission de Thiers, pour le septennat, pour la loi des maires, et, membre de la commission des lois constitutionnelles, les repoussa.

Ce ne fut donc pas sans un certain étonnement qu'on le vit entrer, le suivant, dans le cabinet chargé de les appliquer, avec le portefeuille de l'Agriculture et du Commerce; dans un discours qu'il prononça à la chambre de commerce de Saint-Étienne, un mois après, il parut du moins se résigner au gouvernement de fait ; aussi la droite refusa-t-elle de le porter sur la liste des sénateurs inamovibles. Il fut élu sénateur de la Loire, le . Lors des élections législatives du suivant, il recommanda, par une circulaire, à tous les agents sous ses ordres, de respecter et de faire respecter la liberté des suffrages. Il quitta le ministère le suivant, et, au Sénat, prit place à l'extrême droite.

Après l'acte du , il reprit son portefeuille dans le ministère de Broglie-Fourtou (jusqu'au ) et, cette fois, recommanda à ses agents de soutenir de tout leur pouvoir les candidats du Maréchal. Conseiller général de Saint-Georges-en-Couzan, le vicomte de Meaux échoua au renouvellement triennal du Sénat, le .

Membre de La Diana, il la préside de 1896 à sa mort.

Il épousa Élisabeth de Montalembert (1837-1913), fille de Charles de Montalembert et petite-fille de Félix de Merode.

PublicationsModifier

  • La Révolution et l'Empire 1789-1815 (1867 et 1868)
  • Les luttes religieuses au XVIe siècle (1879)
  • La Réforme et la politique française jusqu'au traité de Westphalie (2 vol., 1889)
  • L'Église catholique et la liberté aux États-Unis (1892)
  • Étude sur Montalembert (1892)
  • Ma Vie (1911)



ArmesModifier

Image Armoiries
 
 
Marie-Camille-Alfred († 1907), vicomte de Meaux, ministre, député.

D'azur au chevron d'or, accompagné en chef de deux étoiles d'argent et, en pointe, d'un trèfle du même[1]

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

Liens externesModifier