Ouvrir le menu principal

Alfred Roques

joueur français de rugby à XV
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roques.
Alfred Roques

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance
à Cazes-Mondenard (France)
Décès (à 79 ans)
à Cahors (France)
Taille 1,78 m (5 10)
Surnom Le Pépé du Quercy
The Wild One (« le sauvage »)
The Rock (« le roc »)
Poste pilier
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
1951-1954
1954-19??
Avenir moissagais
Stade cadurcien
Entente gourdonnaise
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
1958-1963Drapeau : France France30 (0)[1]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.

Alfred Roques, né le à Cazes-Mondenard dans le Tarn-et-Garonne, mort le à Cahors dans le Lot, est un joueur de rugby à XV international français qui évolue au poste de pilier droit du milieu des années 1950 jusqu'au milieu des années 1960.

Il joue au football avant de changer de sport pour le rugby à XV à l'âge de 26 ans, s'engageant d'abord avec Moissac. Il est repéré et recruté par le Stade cadurcien qui joue à partir de 1955 au plus haut niveau.

Il compte trente sélections en équipe de France entre 1958 et 1963. Il est un des acteurs de la victoire française lors de quatre Tournois des Cinq Nations (1959, 1960, 1961 et 1962). Il participe aux tournées en Afrique du Sud en 1958 et en Argentine en 1960.

Carrière sportiveModifier

Jeunesse et footballModifier

 
L'église Saint-Pierre-de-Bruyères du village de Cazes-Mondenard, où Alfred Roques vit jusqu'à l'âge de 29 ans.

Alfred Roques naît le [2] à Cazes-Mondenard dans le Tarn-et-Garonne au nord du département près du Lot, dans une famille d'origine modeste, d'un père et d'une mère agriculteurs[3]. Il grandit avec ses sept frères et sœurs dans une ferme esseulée au milieu des vignes[4], appelée "Lou Boun Diou". C'est le sixième enfant d'Abel Roques, les plus grands se prénomment André, Alban, Armand, Albert, Adrienne[5] et les deux derniers Marcel et Sylvette[3].

Il pratique le football dans le club de son village, au poste de défenseur, c'est la seule activité sportive au village[6].

Rugby à XV, débuts à Moissac puis à CahorsModifier

À l'âge de 26 ans, Alfred Roques se laisse convaincre et prend une licence de rugby à XV en 1951[7] au club de l'Avenir moissagais[8]. Il brille rapidement et le docteur Vaysse, le médecin de la famille, le recommande au docteur Garnal, président du Stade cadurcien[9]. Il signe à Cahors s'il dispose d'un travail « stable et en plein air »[9]. Après avoir travaillé comme agriculteur à Cazes-Mondenard, il devient chef du service d'entretien du stade municipal de Cahors[9]. Il accepte et évolue à compter de la saison 1953-1954 à Cahors[10]. Le Stade cadurcien est champion de France de deuxième division à la fin de la saison 1954-1955 en s'imposant le contre le Stade hendayais sur le score de 14-0[10], et accède en première division[11].

Alfred Roques reçoit sa première cape à l'âge de 33 ans le contre les Wallabies[Note 1],[Note 2],[1].

En effet, lors de la deuxième journée du Tournoi des Cinq Nations 1958, la France s'incline 0-14[Note 3] au stade olympique Yves-du-Manoir de Colombes contre l'Angleterre[12] ; après avoir subi trois essais dont un transformé et un but de pénalité, soit le score le plus sévère concédé par les Français à Colombes depuis trente ans, et une sixième défaite consécutive dans le Tournoi — la France a perdu tous ses matchs, elle est dernière avec la cuillère de bois du Tournoi des Cinq Nations 1957[13],[14] — les sélectionneurs de l'équipe de France remplacent toute la ligne d'attaque par celle de Lourdes[15],[16]. De même, Marcel Laurent se laisse convaincre par Jean Prat et donne sa chance à Alfred Roques[17]. En effet, Lourdes s'est déplacé à Cahors quelques jours auparavant et a eu des difficultés pour s'imposer (16-12), le pilier cadurcien étant particulièrement impressionnant[18]. En quatre années, les coéquipiers lotois d'Alfred Roques sont passés de la deuxième division aux premiers rangs du rugby français sous la direction d'André Melet[18],[19], champion de France avec le Stade toulousain en 1946-1947[20].

 
Le stade Ellis Park de Johannesbourg, ici en 2010, est le stade où s'imposent 9-5 Alfred Roques et ses coéquipiers contre les Springboks.

Avec Roques et les Lourdais, la France s'impose largement 19-0, soit le plus grand écart de points concédé par les Australiens au cours de leur tournée européenne et le plus grand écart de points obtenu par la France contre une équipe anglo-saxonne[21]. Pour le journaliste du Monde, Alfred Roques a été excellent[21] ; pour Jérôme Prévôt, « il donne des cauchemars à son vis-à-vis australien alors qu'on annonçait les Wallabies très forts en première ligne »[22].

Alfred Roques fait ses débuts dans le Tournoi trois semaines après, le  ; il fait partie de l'équipe qui bat l'équipe du pays de Galles à l'Arms Park de Cardiff (16-6)[1],[Note 4]. C'est la deuxième victoire française au pays de Galles de toute l'histoire et la première victoire depuis six ans contre les Gallois. La France remporte les deux derniers matchs du Tournoi. La victoire contre l'Irlande est chanceuse ; Alfred Roques a convaincu les observateurs[23]. Contre le solide pilier gallois Ray Prosser, le pilier cadurcien a été solide[22]. Pour le match disputé contre l'Italie et l'Irlande, Alfred Roques a le soutien en deuxième ligne de son coéquipier de club Bernard Momméjat à son tour sélectionné ; c'est le premier joueur du XV de France à dépasser le mètre quatre-vingt-dix[24].

En championnat, Alfred Roques et ses coéquipiers ne parviennent pas à satisfaire les attentes nées de la première phase ; ils s'inclinent 3-0 à Périgueux contre Tulle en seizièmes de finale de la saison 1957-1958[25].

Tournée en Afrique du Sud, Petits ChelemsModifier

 
Pierre Albaladejo, ici en 2015, joue avec Alfred Roques en équipe nationale de 1960 à 1963.

Alfred Roques est sélectionné pour la tournée de l'équipe de France de rugby à XV en 1958 en Afrique du Sud ; il fait face aux avants Springboks[Note 5] Piet du Toit et Chris Koch sans souci[26],[7], la presse locale l'affuble du surnom de The Wild One (« le sauvage » en français) ou The Rock[22]. Chris Koch qualifie son vis-à-vis français de « meilleur pilier du monde » avant la rencontre[27]. La première tournée d'une équipe de rugby à XV représentant la France dans une nation du Commonwealth de l'hémisphère Sud a abouti sur une victoire finale dans la série de test matchs avec une victoire[28] et un match nul[29].

Quand le pilier de Cahors est félicité pour avoir joué sans un mot neuf des dix matchs de la tournée, il répond : « Bah ! quand on ne travaille pas, c'est facile ! »[30]. Pour la première fois, des joueurs français se consacrent uniquement, le temps de cette tournée de six semaines, au rugby à XV : entraînement quotidien. Pour un travailleur de force comme Alfred Roques — il est employé municipal dans le civil — cela s'apparente presque à des vacances[30].

Retenu cette fois pour l'entame du Tournoi des Cinq Nations 1959 contre l'Écosse comme la quasi-équipe complète victorieuse des Springboks, Alfred Roques souffre en première période d'un décollement de cartilage costal[31],[32]. La France concède le match nul 3-3 en Angleterre, le pilier lotois est de nouveau touché à la nuque et amoindri[33],[Note 6]. L'équipe de France parvient à gagner son premier tournoi en solitaire en 1959[34]. Les Français terminent seuls en tête du Tournoi, avec deux victoires, un nul et une défaite. C'est moins bien qu'en 1951, 1954 et 1955 (trois succès) mais les adversaires se sont neutralisés[34]. Pour le match décisif contre le pays de Galles, ce sont les avants qui sont à l'origine des deux essais[35].

François Moncla succède à Lucien Mias comme capitaine de l'équipe de France[36]. Lors de la deuxième rencontre du Tournoi 1960, l'équipe de France concède le match nul 3-3 à Colombes, contre l'Angleterre[37]. Les coéquipiers d'Alfred Roques s'imposent le 16-8 au pays de Galles à Cardiff[38] puis gagnent 23-6 contre les Irlandais, soit le plus large succès sur des Britanniques[39]. La France s'impose seule dans le Tournoi, c'est le Petit Chelem, une victoire sans défaite (trois matchs gagnés et un match nul). Les Français rééditent cette performance en Tournoi 1961, pour une nouvelle victoire avec le Petit Chelem. Entre-temps, le pilier lotois est sélectionné pour la tournée de l'équipe de France de rugby à XV en 1960 en Argentine et dispute trois test-matchs victorieux[1].

Le , un match très engagé oppose Français et Sud-Africains, les avants vont au combat et le score reste nul et vierge 0-0[40],[41].

 
Jean Gachassin, coéquipier d'Alfred Roques en équipe nationale de 1961 à 1963 et adversaire en club avec Lourdes depuis 1960.

En championnat en club, Alfred Roques et ses coéquipiers parviennent lors de la saison 1959-1960 à passer le cap des seizièmes de finale après s'être qualifiés lors de la première phase ; ils s'inclinent toutefois 10-3 contre Lourdes en huitième[42]. En 1961-1962, Alfred Roques et ses partenaires progressent encore en s'imposant 9-0 contre le Biarritz olympique en huitième[43] avant de s'incliner seulement 3-0, un but de Paul Dedieu, contre l'AS Béziers[44] futur finaliste[45].

Alfred Roques est sélectionné pour disputer les quatre rencontres du Tournoi des Cinq Nations 1962[1] ; après avoir gagné contre l'Écosse 11-3 à Murrayfield[46], l'Angleterre 13-0 à Colombes avec un bon travail des avants[47], la France et Alfred Roques s'inclinent 3-0 à Cardiff devant des avants gallois redoutables[48], ils battent les Irlandais 11-0 en France pour s'imposer de nouveau comme vainqueurs du Tournoi[49]. C'est le quatrième succès français consécutif[49] et le quatrième pour Alfred Roques.

Le , le Stade cadurcien et Alfred Roques s'inclinent 3-6 à Mont-de-Marsan en Challenge Béguère, pour une rentrée « satisfaisante » du pilier lotois avant le début du Tournoi des Cinq Nations 1963[50]. Alfred Roques connaît sa dernière sélection le , à l'âge de 37 ans et 10 mois ; il est le plus vieux joueur à jouer en équipe de France[51]. La France s'incline devant l'Écosse 11-6 et pour le journaliste du Monde, le pack d'avants est en cause, dominé par son vis-à-vis[52].

En 1962-1963, Alfred Roques et ses partenaires perdent 3-0 contre Lourdes dans un match sans jeu[53]. Alfred Roques obtient en 1963 l'Oscar du Midi olympique, récompensant le meilleur joueur français du championnat. Le , Alfred Roques retrouve le club de Lourdes en seizième de finale de la saison 1963-1964 et comme pour toutes les rencontres disputées depuis l'accession du club, les Lotois s'inclinent face au club de la cité mariale[54],[Note 7]. Malgré les charges d'Alfred Roques qui se met en évidence, ses coéquipiers subissent 2 essais transformés et 1 but de pénalité pour un essai transformé en faveur, soit un score de 13-5[54]

Il termine son parcours rugbystique à Gourdon[55],[2].

Palmarès en équipe nationaleModifier

Alfred Roques a remporté quatre Tournois en 1959, 1960, 1961 et 1962. En 1960 et en 1961, c'est le Petit Chelem, une victoire sans défaite (trois matchs gagnés et un match nul). Alfred Roques termine une fois à la deuxième et à la troisième place.

Détails du parcours d'Alfred Roques dans le Tournoi des Cinq Nations
Édition Rang Résultats France Résultats Roques Matchs Roques
Cinq Nations 1958 3 2 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 0 d 2/4
Cinq Nations 1959 1 2 v, 1 n, 1 d 2 v, 1 n, 1 d 4/4
Cinq Nations 1960 1 3 v, 1 n, 0 d 3 v, 1 n, 0 d 4/4
Cinq Nations 1961 1 3 v, 1 n, 0 d 3 v, 1 n, 0 d 4/4
Cinq Nations 1962 1 3 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/4
Cinq Nations 1963 2 2 v, 0 n, 2 d 0 v, 0 n, 1 d 1/4

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il y a Grand Chelem.

Statistiques en équipe nationaleModifier

De 1958 à 1963, Alfred Roques dispute 30 matchs avec l'équipe de France sans marquer de point[1]. Il participe notamment à six Tournois des Cinq nations de 1958 à 1963, disputant dix-neuf matchs consécutifs[2]. Il remporte quatre tournois. Il participe aux tournées en Afrique du Sud en 1958 et en Argentine en 1960.

Alfred Roques débute en équipe nationale à 33 ans le [1] et reste titulaire du poste de pilier droit jusqu'à l'année 1963[2].

Style, surnomsModifier

Dans un portrait, Robert Barran, rédacteur en chef du Miroir du rugby, écrit en  : « Pour qui le rugbyman est inséparable de l'homme, il (Alfred Roques) constitue un exemple. Ce qu'est la bonté chez un homme fort, il l'a exprimé. Ce qu'est un homme fort dans une mêlée, il l'a exprimé aussi. […] À Twickenham comme à Murrayfield, à Lansdowne Road de Dublin comme à l'Arms Park de Cardiff, son empreinte demeurera. Comme elle est gravée à Capetown et à Johannesburg à la suite de l'inoubliable épopée sud-africaine »[56]. Alfred Roques est un pilier solide, un « hercule rural et placide »[22] avec de la qualité cardiaque et musculaire[57]. En , il pèse 98 kilogrammes pour 1,78 m[7].

Il a 33 ans quand il fait ses débuts internationaux et un crâne dégarni qui le fait paraître encore plus vieux que son âge[22]. Aussi, est-il surnommé Le Pépé du Quercy[26]. Lors de la tournée de l'équipe de France de rugby à XV en 1958 en Afrique du Sud, il fait face aux avants Springboks sans problème[26],[7], la presse locale l'affuble du surnom de The Wild One (« le sauvage » en français) ou The Rock[22]. Il est aussi surnommé "Alfrédou", "Alfred le chauve", "l'homme tranquille", "le sanglier", "la montagne", "le sauvage", "Gibraltar" et "la Tour de béton"[58].

ReconnaissancesModifier

 
Le stade de Cahors et la plaine de jeux Alfred-Roques située derrière apparaissent en haut et à droite au bord du Lot (rive gauche du Lot).

En 1958, quand Alfred Roques rentre de la tournée en Afrique du Sud, lui et Bernard Momméjat sont faits citoyens d'honneur de la ville de Cahors[59].

Alfred Roques obtient l'Oscar du Midi olympique (meilleur joueur français du championnat) en 1963. En 1998, il reçoit un « Bélier d'Or » d'une association de premières lignes du « XV de France »[60].

Alfred Roques est décoré de l'ordre du Mérite sportif et de l'ordre national du Mérite[2].

La plaine de jeux située derrière le terrain officiel de rugby à XV du stade Lucien-Desprats de la ville de Cahors, porte le nom d'Alfred Roques depuis , dix ans après son décès[61],[62]. Un tournoi annuel de jeunes joueurs du rugby à XV est organisé par Cahors rugby et porte son nom[63].

Autres activitésModifier

Alfred Roques a vécu à Cahors[5] dans le Lot, où il s'établit avec Noëlle sa femme, qu'il épouse en [55]. Il a quatre filles[5],[55], dix petits enfants[55]. Il décède à l'âge de 79 ans le à l'hôpital de Cahors[26]. Son corps repose au cimetière de Martissan, dans le hameau de Cazes-Mondenard[réf. nécessaire].

En construisant sa maison à Cahors, il renonce à la tournée en Nouvelle-Zélande et en Australie en 1961[22].

Après avoir travaillé à la ferme paternelle comme agriculteur à Cazes-Mondenard dans le Tarn-et-Garonne, il est devenu chef du service d'entretien du stade municipal de Cahors[9]. Avec sa femme Noëlle, il a géré un restaurant à Cahors, La Poule au Pot[2] rue Saint-James[55].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Wallabies est le surnom donné à l'équipe d'Australie de rugby à XV.
  2. Une cape (de l'anglais cap, qui signifie casquette) est une casquette qui symbolise la sélection d'un sportif dans l'équipe nationale de son pays. Ce terme est particulièrement utilisé au rugby à XV.
  3. Voir aussi Décompte des points au rugby à XV. En 1958, l'essai transformé vaut cinq points, l'essai non transformé trois points, le drop goal (coup de pied tombé) trois points, la pénalité trois points. En 1973, après une période d'essai d'une année dans l'hémisphère nord, l'essai passe à 4 points, l'essai transformé à 6 points.
  4. Voir aussi France-Galles en rugby à XV.
  5. Springboks est le surnom donné à l'équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV.
  6. Le remplacement d'un joueur blessé et le changement tactique ne sont pas autorisés. En 1968-1969, la loi change et un joueur blessé peut être remplacé.
  7. Les années 1950 voient une nette domination du championnat par le Football club lourdais qui, avec à sa tête Jean Prat, remporte 6 titres de champion (en 1952, 1953, 1956, 1957, 1958, 1960). La domination est telle qu'entre 1952 et 1960, sur 174 matchs, les Lourdais ne connaissent que quatorze fois la défaite.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g et h (en) « Alfred Roques », sur espnscrum.com, ESPN (consulté le 13 juillet 2015).
  2. a b c d e et f « Roques Alfred », sur ffr-php4.as2.io, fédération française de rugby à XV (consulté le 13 juillet 2015).
  3. a et b Garcia 1962, p. 46.
  4. Garcia 1962, p. 41.
  5. a b et c Garcia 1962, p. 45.
  6. Garcia 1962, p. 47.
  7. a b c et d Lalanne 1959, p. 64.
  8. Garcia 1962, p. 48.
  9. a b c et d Garcia 1962, p. 49.
  10. a et b « Archives. Historique. 1952-1955 », sur cahors-rugby.fr, Cahors rugby (consulté le 17 juillet 2015)
  11. « Archives. Historique. Les matchs Cahors-Lourdes », sur cahors-rugby.fr, Cahors rugby (consulté le 13 juillet 2015)
  12. (en) « France 0 - 14 England Colombes, 1 March 1958 », sur espnscrum.com, ESPN (consulté le 12 juillet 2015)
  13. « XV de France: L'histoire n'incite pas à l'optimisme », sur rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 12 juillet 2015)
  14. Quentin Thomas, « Rugby : mais qu'est ce que la cuillère de bois ? », sur cuej.info, (consulté le 12 juillet 2015)
  15. Paul Haedens, « Mais à Bordeaux France B bat notre prochain adversaire l'Australie », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 12 juillet 2015)
  16. (en) « France 19 - 0 Australia Colombes, 9 March 1958 », sur espnscrum.com, ESPN (consulté le 12 juillet 2015)
  17. Garcia 1962, p. 52-53.
  18. a et b Paul Haedens, « Lourdes arrache une nouvelle fois la victoire à Cahors », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 13 juillet 2015)
  19. Garcia 1962, p. 50.
  20. Garcia 1962, p. 52.
  21. a et b Paul Haedens, « L'équipe de France inflige à l'Australie la plus sévère défaite de sa tournée (19-0) », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 12 juillet 2015)
  22. a b c d e f et g Prévôt 2006, p. 55.
  23. Paul Haedens, « L'équipe de france de rugby a retrouvé le goût de la victoire », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 14 juillet 2015)
  24. Collectif 2007, p. 82.
  25. Paul Haedens, « Mazamet, Lourdes, P.U.C., Mont-de-Marsan les plus brillants vainqueurs, mais Cahors éliminé par Tulle », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 18 juillet 2015)
  26. a b c et d J.-L.G., « Alfred Roques au paradis du rugby », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 13 juillet 2015)
  27. « Roques meilleur pilier du monde », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique, (consulté le 24 juillet 2015).
  28. (en) « South Africa 5 - 9 France (FT) », sur www.scrum.com (consulté le 14 juillet 2015)
  29. (en) « Mias inspires a famous French victory », sur www.scrum.com (consulté le 14 juillet 2015)
  30. a et b Denis Lalanne, « 16 août 1958 : « le grand combat du XV de France » », sur rugby-nomades.qc.ca (consulté le 21 octobre 2009).
  31. Lalanne 1961, p. 46-49.
  32. Robert Duthen, « Aux avants de France triomphants il faut donner des attaquants généreux », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 2 mai 2015)
  33. Lalanne 1961, p. 52.
  34. a et b Collectif 2007, p. 89.
  35. Robert Duthen, « Mias et ses avants ont conduit le quinze de France sur les chemins du triomphe », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 2 mai 2015)
  36. Lalanne 1961, p. 62.
  37. Lalanne 1961, p. 68-72.
  38. Lalanne 1961, p. 72-76.
  39. Lalanne 1961, p. 77-79.
  40. Lalanne 1961, p. 97-115.
  41. Collectif 2007, p. 120-121.
  42. Paul Haedens, « Les huitièmes de finale du championnat Résultats conformes au classement des poules de huit En quarts de finale : Stade Montois, Béziers, Dax, Vichy », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 18 juillet 2015)
  43. Robert Duthen, « Dax retrouvera La Rochelle en quart de finale », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 18 juillet 2015)
  44. Robert Duthen, « En demi-finale Agen-Dax et Lourdes-Béziers », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 18 juillet 2015)
  45. Robert Duthen, « Agen brillant vainqueur d'une grande finale », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 18 juillet 2015)
  46. Robert Duthen, « Le XV de France a neutralisé la domination du pack écossais », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 17 juillet 2015)
  47. Robert Duthen, « Magnifique victoire de la France sur l'Angleterre. André Boniface a ajouté sa propre démonstration à celle du « pack » de France », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 17 juillet 2015)
  48. Robert Duthen, « Surprise à Cardiff : la France battue (3-0). Un « pack » gallois étonnant de force et de vitesse », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 17 juillet 2015)
  49. a et b Robert Duthen, « Le XV de France remporte le « Tournoi » », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 17 juillet 2015)
  50. « Rentrée satisfaisante de Roques », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 17 juillet 2015)
  51. Collectif 2007, p. 102.
  52. « Après la victoire de l'Écosse (11-6) La faillite du « pack » de France », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 17 juillet 2015)
  53. Robert Duthen, « Stade montois - Lourdes et Dax-Grenoble en demi-finales du championnat », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 18 juillet 2015)
  54. a et b « Le F.C. Lourdes plus opportuniste », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 19 juillet 2015)
  55. a b c d et e Jean-Luc Garcia, « Alfred Roques, le «Pépé du Quercy», s'en est allé », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 13 juillet 2015).
  56. J-M. F., « La légende Alfred Roques aura un lieu à sa mémoire : Rugby XV - Amateurs - Disparu il y a dix ans », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 17 juillet 2015).
  57. Garcia 1962, p. 58.
  58. Télé 7 Jours n°102, semaine du 3 au 9 mars 1962, page 55, article de Michel Perrin intitulé "Roques : je serai encore international de rugby à quarante ans".
  59. « Cahors. Bernard Momméjat, grand monsieur du rugby, s'en est allé », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 30 juillet 2015).
  60. Philippe Broussard, « La confrérie des « forts en tronche » », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 17 juillet 2015)
  61. Jean-Luc Garcia, «Alfred Roques était le pilier de ma vie», sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 17 juillet 2015).
  62. « Une rue Haroun Tazzieff et une plaine de jeux Alfred Roques », sur fr.calameo.com, Ville de Cahors, magazine bimestriel page 4 Cahorsmag janvier 2015, n°65, (consulté le 17 juillet 2015).
  63. « Les tournois Alfred-Roques et Philippe Bénetton », sur mairie-cahors.fr, Site officiel de la Ville de Cahors, (consulté le 17 juillet 2015).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • [Garcia 1962] Henri Garcia, Les contes du rugby, Lagny sur Marne, La Table Ronde, , 215 p. (ISBN 978-2710305897), p. 39-60  
  • [Prévôt 2006] Jérôme Prévôt, Messieurs Rugby : les grands joueurs français, éditions Midi Olympique - Société Occitane de Presse, , 183 p. (ISBN 2-9524-731-3-7), p. 54-57  
  • [Collectif 2007] Collectif Midi olympique, Cent ans de XV de France, Midi olympique, , 239 p., relié (ISBN 2-9524-7310-2)  
  • [Lalanne 1959] Denis Lalanne, Le grand combat du XV de France, Lagny sur Marne, La Table Ronde, , 1re éd. (1re éd. 1959), 241 p. (ISBN 2-7103-0590-9), p. 64-65  
  • [Lalanne 1961] Denis Lalanne, La mêlée fantastique, Lagny sur Marne, La Table Ronde, , 1re éd. (1re éd. 1961), 243 p.  
  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, La Martinière, (ISBN 9782732445281)

Liens externesModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 4 septembre 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 4 septembre 2015 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.