Ouvrir le menu principal

Alexain

commune française du département de la Mayenne

Alexain
Alexain
Église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Blason de Alexain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Canton Mayenne
Intercommunalité Mayenne Communauté
Maire
Mandat
Ernest Guihery
2014-2020
Code postal 53240
Code commune 53002
Démographie
Gentilé Alexinois
Population
municipale
599 hab. (2016 en augmentation de 0,84 % par rapport à 2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 44″ nord, 0° 46′ 05″ ouest
Altitude Min. 72 m
Max. 167 m
Superficie 16,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de la Mayenne
City locator 14.svg
Alexain

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Alexain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alexain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alexain

Alexain est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 599 habitants[Note 1].

GéographieModifier

Le territoire de la commune se trouve séparé en deux parties distinctes et égales (entre ces deux parties se situe Saint-Germain-d'Anxure). Elle est située à 140 mètres d'altitude, à 20 kilomètres de Laval et 14 kilomètres de Mayenne.

On y dénombrait 450 habitants au dernier recensement contre 546 en 1726, 1093 en 1831, 937 en 1881 et 710 en 1902. Son territoire recouvre une superficie de 1 624 ha.

Le bourg est implanté sur le côté est, l'autre partie appelée Grand Quartier et le hameau du Montgiroux sont à l'ouest sur la Mayenne. Ils se prolongent, au nord-ouest, par les massifs qui supportent la forêt de Mayenne et culminent à 180 voire 200 mètres d'altitude. Cette partie est arrosée par la Mayenne et cernée, sur deux côtés, par la tumultueuse Anxure. Les communes voisines de Saint-Germain-d'Anxure et de Contest se rejoignent là, dans l'intervalle restant libre, entre le canton du bourg et le Grand-Quartier. Les habitants de ce quartier ne peuvent se rendre à leur clocher qu'en passant par le bourg voisin.

Vers la fin du XVIIe siècle, ce territoire comptait quinze métairies. Miroménil y dénombrait « 40 journaux de bois », propriété des seigneurs de la Feuillée. Les prairies fournissaient « 300 charretées de foin », quant au reste, des terres médiocres, elles produisaient du seigle, de l'avoine et du sarrasin. En 1777, Le Paige notait la culture du seigle, du froment, de l'orge et du « carabin ». De nos jours, la commune est entourée de pâturages : ses agriculteurs s'adonnent à la pratique de la polyculture et élèvent des bovins et des porcins.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Attestations anciennesModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Presbyter de Alesain (1180),
  • Alesain (1180),
  • Ecclesia de Alexiono (XVe siècle),
  • Lexain (1577),
  • Alexin (1680),
  • Alessaim, Alexain (1777).

ÉtymologieModifier

La légende dit qu'Alexain doit son nom à une statue de la Vierge, découverte dans un hêtre avec un essaim d'abeilles. L'église fut construite à cet endroit et tout naturellement appelée Notre Dame à l'essaim et par la suite Notre Dame d'Alexain d'où le nom de la commune : Alexain.

D'après le dictionnaire de l'abbé Angot, l'origine de cette légende peut être attribuée à une fausse interprétation du nom d'Alexain qui viendrait du gaulois et signifierait « domaine d'Alisanos ».

Selon Xavier Delamarre[1], Alisanos serait un théonyme formé sur Alisia qui signifie alisier ou rocher (cf. vieil irlandais ail, rocher, grosse pierre). Le nom d'Alise et le dérivé hydronymique Alisontia ont la même origine.

Liste des toponymes[2]
  • Ardillère (l’) ou Hardillière, f.
  • Blanchardière (la), fief vassal du duché de Mayenne
  • Bordelière (la), f.
  • Brécinière (la) ou Bressinière, f.
  • Bricaudière (la), f.
  • Buissonnière (la) ou bussonnière, f.
  • Bussonnière du Houx (la), f.
  • Capelière (la),
  • Chalonge (le), f.
  • Chellerie (la), vill.
  • Chesnay (le), f.
  • Cocherie (la), f.; donne son nom a un ruiss. affl. de la Mayenne qui arrose aussi Saint-Germain-d'Anxure
  • Coulairie (la), f.
  • Créans-la-Motte, vill.;le min détruit à laissé son nom à une ferme
  • Davière (la), f.
  • Domaine (le), f.; donne son nom a un ruiss. affl. de celui de la Cocherie
  • Englècherie (l’) ou Anglécherie (l’), h.
  • Entredouzière (l’), f.; Lantredousière (Cassini)
  • Fay (le), f.
  • Fêterie (la), f.
  • Feuillée (la), h.
  • Fosse (la), f.
  • Fromenterie (la), h.
  • Gandelay (le), f.
  • Gérardière (la), f.
  • Halleray (le), vill.
  • Hambers (le Bas), h.; Hambais (Cassini) fief vassal du duché de Mayenne, Moulin aujourd’hui détruit
  • Hambers, f.
  • Heurtrie (la) ou Heurterie, f.
  • Houellerie (la) ou Houllerie, f.
  • Jeusserie (la), f.
  • Lardière (la), h.
  • Largerie (la), f.
  • Livet (le), h.
  • Livet (le Petit), éc.
  • Maillardière (la), f.
  • Maison-Neuve-de-la-Marie (la), f.
  • Maison-Neuve-de-Marigny (la), f.
  • Malgallerie (la),
  • Malvoisine (Ruisseau de), ruiss. affl. de la Mayenne qui arrose aussi Andouillé
  • Marie (la), chât.; fief vassal de la châtell. de Laval
  • Marigny ou Marigné, chât.; fief vassal du duché de Mayenne s’étendait sur Alexain, Placé, Saint-Germain-d'Anxure, Contest et La Bigottière
  • Masure (la), f.
  • Métairie (la), vill.
  • Métivage (le), f.
  • Mézeray (le), f.
  • Minerie (la), f.
  • Monchien (le Bas et le Haut), f.
  • Monnerie ou Mennerie (la), f.
  • Montgiroux, vill.; Gaufridus de Monte-Girulfi, 1241 (abb. de Savigny, Arch. nat. L 970); fief vassal du duché de Mayenne
  • Morinais (la), h.
  • Morinière (la), f.; donne son nom a un ruiss. affl. de celui de la Meslay
  • Motte-Crehen (la), fief vassal du duché de Mayenne
  • Moulin Neuf (le),
  • Pelardière (la), f.
  • Pommeraie (la), f.
  • Pont d’Anxure (le),
  • Primaudière (la), f.
  • Quetterie (la), f.
  • Rabotinière (la), vill.
  • Radiveaux ou Radivaud, f.
  • Ravardière (la), f.
  • Reveux (le Grand et le Petit), h.
  • Rochellerie (la), vill.
  • Rocher (le), h.
  • Rongère (la), f.
  • Ruaux, h.; étang dessécher et moulin détruit en 1808
  • Rubert, f.
  • Saulnerie (la), f.
  • Tannerie (la), éc.
  • Valette (la), f.
  • Vau-Martin, f.
  • Vieux-Créan (le), f.
  • Villette (la), f.;fief vassal du duché de Mayenne

HistoireModifier

La seigneurie paroissiale appartenait à la seigneurie de la Feuillée, une seigneurie située en bordure de la route qui relie Alexain à Andouillé, à 1,5 kilomètre de La Bigottière. Seigneur de Surgon et de Marigny, Jean de Fontenailles tenta bien d'élever des prétentions sur les droits honorifiques et sur le patronage de l'église vers les années 1615-1616. II en fut, bon gré mal gré, débouté en faveur de la dame de la Feuillée, Radegonde des Rotours, et dut se contenter de la seigneurie du grand cimetière.

En octobre 1433, ses habitants allèrent à Mayenne pour prendre des lettres de congé des Anglais. Au cours du XVIIe siècle, elle reçut « par reconnaissance » le hameau de Montgiroux (qui appartenait alors à Saint-Germain-d'Anxure), à la suite d'une épidémie de peste qui décima les habitants de Saint-Germain-d'Anxure et de Contest. En effet, ces derniers ne reçurent le réconfort et le secours de la religion que grâce au dévouement du curé d'Alexain qui vint lui-même leur apporter les sacrements et les soulager. En 1800, les administrateurs du département classèrent Alexain au nombre des communes ou les Chouans ne purent jamais pénétrer.

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
         
1840 1870 René-Marin Bouillé    
         
? 1988 Germain Bourguoin    
1988 mars 2008 Janine Chesneau    
mars 2008[3] En cours Ernest Guihery[4]   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

René-Marin Bouillé, maire de 1840 à 1870, veuf et sans enfants, fit don du bâtiment de l'actuelle maison de retraite, fondée en 1857, ainsi que de trois fermes pour subvenir aux besoins de l'hospice qu'il y fonda en même temps que l'école des filles (tenue par les sœurs d'Evron). Il fut récompensé par Napoléon III de la Légion d'honneur. L'hospice était ouvert à tous les vieillards d'Alexain, quatre de Placé, deux de Saint-Germain-d'Anxure, et un de La Chapelle-au-Grain.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 599 habitants[Note 2], en augmentation de 0,84 % par rapport à 2011 (Mayenne : +0,21 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0208651 0101 0031 0301 0321 1031 0701 087
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0451 0461 009940937888803741717
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
702676663614615546541536530
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
503468433410418402450594599
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption.
  • La stèle gauloise sise à la Pommeraie, sur la route de Mayenne, signalée en bordure de route.
  • Pierres armoriées à l'entrée du cimetière.
  • Croix votive à l'intérieur du cimetière.
  • Le hameau de Montgiroux sur la rivière la Mayenne est un site touristique où l'on peut découvrir à la fois les plaisirs de l'eau et de la campagne.
  • Château de la Feuillée : il existe toujours, mais après avoir été saccagé pendant la Révolution française, il a été reconstruit en 1809 (sauf les servitudes du XVIe siècle, qui ont subsisté). Il a longtemps appartenu à la famille d'Orange (ou plutôt d'Orenge) qui le possédait depuis le XIIe siècle.
  • Château de la Guitterie.
  • Château de la Marie.

Activité et manifestationsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason Parti d’azur et de gueules ; à une étoile d’argent, accompagnée de cinq abeilles d’or, aboutées par l’abdomen à chacune des pointes de l’étoile.
Détails
- Créé par Jean-Claude MOLINIER, héraldiste amateur, et adopté par la municipalité le 31 mai 2018:

Le parti d’azur et de gueules indique que le territoire de la commune est coupé en deux, ce qui est peu fréquent en France. Les couleurs choisies sont celles du département de la Mayenne.

De plus l’azur symbolise les nombreux cours d’eau communaux dont la Mayenne et l’Auxure, alors que le gueules représente la couleur de la terre qui est travaillée depuis des temps immémoriaux.

L’étoile est l’un des symboles qui représente la Vierge, sainte patronne de la paroisse sous le vocable de l’Assomption.

Les abeilles associées avec l’étoile reprennent la légende d’Alexain où une statue de la Vierge a été découverte auprès d’un essaim d’abeilles.

Les ornements sont deux gerbes de blé d'or, mises en sautoir par la pointe et liées de gueules, afin de rendre hommage au travail agricole.

Le listel d'argent porte le nom de la commune en lettres majuscules de sable.

La couronne de tours dit que l’écu est celui d’une commune ; elle n’a rien à voir avec des fortifications.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance 2003. p 38 et 39
  2. Base des toponymes aux archives en ligne de la Mayenne et Dictionnaire topographique du département de la Mayenne de Léon Auguste Maître
  3. « Politique. Alexain : le premier adjoint, Damien Foubert, a démissionné », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 27 février 2016)
  4. Réélection 2014 : « Ernest Guihéry a été réélu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 avril 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.