Alberto Natusch Busch

personnalité politique bolivien

Alberto Natusch Busch
Fonctions
Président de la République de Bolivie

(15 jours)
Prédécesseur Wálter Guevara Arze
Successeur Lidia Gueiler Tejada (intérim)
Luis García Meza Tejada (de facto)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Riberalta, Drapeau de la Bolivie Bolivie
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Santa Cruz de la Sierra, Drapeau de la Bolivie Bolivie
Nature du décès Cancer
Nationalité bolivienne
Parti politique Indépendant
Père Alberto Natusch Velasco
Mère Elisa Busch Becerra
Conjoint Elba Rubí
Famille Germán Busch Becerra (oncle)
Profession Militaire

Signature de Alberto Natusch Busch

Alberto Natusch Busch
Présidents de la Bolivie

Alberto Natusch Busch, né le à Riberalta (Beni) et décédé le à Santa Cruz de la Sierra (Santa Cruz), est un général bolivien. Il est un dictateur de son pays du au à la suite d'un coup d'État mais le Congrès national n'acceptant pas sa nomination, Lidia Gueiler Tejada est nommée présidente par intérim.

BiographieModifier

Coup d'ÉtatModifier

Le coup d'État du contre le gouvernement civil de Wálter Guevara Arze s'explique en raison du contexte politique des dernières années. La Bolivie est à un moment où les dictatures militaires se succèdent depuis une quinzaine d'années. Le pouvoir démocratique tente de se réimposer, toutefois plusieurs militaires refusent de se résigner et de renoncer à la gestion du pouvoir à laquelle ils étaient habitués depuis plusieurs années. Les partis politiques de l'époque sont en outre incapables d'en arriver à des consensus et il est d'usage pour eux de recourir à des factions militaires leur étant favorables pour faire valoir leur point de vue[1].

En effet, les résultats des élections générales de 1979 donnent pour vainqueur présidentiel le candidat de l'Unité démocratique et populaire (UDP), Hernán Siles Zuazo, alors que le Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR), parti arrivé en deuxième place, bénéficie d'une majorité absolue au Sénat et d'une majorité relative à la Chambre des députés. Dû à l'enlisement qui suit les élections, le Congrès national vote plutôt pour la nomination de Guevara Arze comme président provisoire en attente de la tenue de nouvelles élections. La formation par celui-ci d'un cabinet non partisan crée de l'insatisfaction dans son propre parti. Un groupe conspirateur se forme donc, constitué de membres des forces armées désirant revenir au pouvoir et de quelques membres du MNR et de l'UDP. Ceci conduit donc, le au coup d'État mené par le colonel Alberto Natusch Busch[1].

Bien que la réception du coup d'État par la population est majoritairement négative, certains groupes et personnes soutenaient le colonel Natusch Busch, principalement dans les milieux agricoles et les secteurs populaires des départements du Beni et de Pando où son souci de l'économie agricole et son origine régionale sont remarqués[1].

Présidence du paysModifier

Une fois au pouvoir, le gouvernement putschiste de Natusch Busch se trouve dans l'impossibilité de gagner la confiance des hommes d'affaires, de la classe moyenne et de peuple en général. Le Congrès national n'avalise pas le coup d'État et prend des mesures contre le régime dictatorial, ce qui pousse les auteurs du coup d'État à chercher à consolider leurs actions de manière violente. Ces derniers ne reçoivent pas le support de plusieurs factions de l'armée bolivienne et de la police nationale bolivienne qui refuse de tirer sur la population[1].

Dès les premiers jours, le combat entre les forces armées putschistes et la population se solde par d'importantes pertes du côté de la population qui n'était pas préparée contre l'armement dont disposait les forces armées. Il est estimé à 300 le nombre de personnes tuées, en plus de celles disparues[1],[2]. La Centrale ouvrière bolivienne a déclaré plusieurs grèves générales totalisant environ 5 jours afin de paralyser le gouvernement putschiste, celles-ci sont appuyées par l'ensemble des partis politiques et des travailleurs, notamment ceux œuvrant dans les secteurs miniers, des usines, banquiers et du commerce[1].

Faisant face au soulèvement incontrôlable de la population, le président Natusch Busch décrète le , la censure de la presse, l'interdiction de liberté des citoyens, la loi martiale, un état de siège ainsi qu'un couvre-feu. En contrepartie, le Syndicat des travailleurs de la presse de la ville de La Paz prend la résolution de décréter une grève générale de toutes les radios, journaux et autres médias afin de respecter le droit des citoyens à la libre expression et à leurs droits syndicaux et d'association[1].

Après 15 jours de violence, le , le colonel Natusch Busch s'échappe en catimini du palais présidentiel, ce qui permet au Congrès national de voter pour la présidente du Congrès, Lidia Gueiler Tejada, comme nouvelle présidente intérimaire dans l'attente de la tenue de nouvelles élections[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h (es) Espacio de la Memoria Histórica y Lucha del Pueblo por la Libertad y la Democracia, « Gobierno Natusch Busch », sur lapaz.bo/memoria (consulté le 20 décembre 2020)
  2. (es) Guillermo Lora, Ensenanas de la semana tragica - Se impidio a las masas resolver el problema político, La Paz, Ediciones Masas, , 48 p. (lire en ligne), p. 42

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier