Adélaïde de Bourgogne

reine d'Italie, impératrice du saint empire romain et santa

Adélaïde de Bourgogne
Illustration.
Adélaïde de Bourgogne, selon un vitrail de l'église Saint-Denis de Toury, vers 1890, par l'atelier Lorin de Chartres.
Titre
Impératrice du Saint-Empire

(11 ans, 3 mois et 5 jours)
Prédécesseur Anne de Provence
Successeur Théophano Skleraina
Reine d'Italie

(3 ans, 7 mois et 12 jours)
Prédécesseur Berthe de Souabe
Successeur Willa de Toscane
Reine de Germanie

(21 ans, 6 mois et 27 jours)
Prédécesseur Édith d'Angleterre
Successeur Théophano Skleraina
Reine d'Italie

(21 ans, 6 mois et 27 jours)
Prédécesseur Willa de Toscane
Successeur Théophano Skleraina
Biographie
Dynastie Welf
Date de naissance
Lieu de naissance Orbe
Royaume de Haute-Bourgogne
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Selz (Alsace)
Duché de Souabe
Père Rodolphe II de Bourgogne
Mère Berthe de Souabe
Fratrie Conrad III de Bourgogne
Burchard Ier de Lyon
Conjoint Lothaire II
Otton Ier
Enfants Emma d'Italie
Mathilde de Quedlinbourg
Otton II

Sainte Adélaïde
Image illustrative de l’article Adélaïde de Bourgogne
Sainte Adélaïde et le roi Otton, sculptures du Maître de Naumbourg, dans la cathédrale de Meissen.
Canonisation 1097
par Urbain II
Vénéré par Église catholique
Église orthodoxe
Fête 16 décembre
Attributs impératrice donnant l’aumône et de la nourriture aux pauvres, souvent à côté d'un navire.
Sainte patronne des victimes d'abus, des mariées, des impératrices, des exilés, des problèmes en droit, de la parentalité, des parents de famille nombreuse, des princesses, des prisonniers, des seconds mariages, des beaux-parents, des veuves.

Adélaïde de Bourgogne[1], parfois nommée Alice[2], née à Orbe (Urba) en Haute-Bourgogne vers l'an 931 et morte à l'abbaye de Selz en Alsace le , est une princesse des Welf bourguignons, fille du roi Rodolphe II et de Berthe de Souabe. Elle fut reine d'Italie de 947 à 950 par son premier mariage avec le roi Lothaire II. Veuve, elle s'est remariée en 951 à Otton Ier, roi de Germanie, et elle devint reine de Germanie et à nouveau reine d'Italie, puis impératrice du Saint-Empire en 962.

Elle a été canonisée par le pape Urbain II en 1097 et est fêtée le 16 décembre.

BiographieModifier

Née en Haute-Bourgogne, Adélaïde est la fille du roi Rodolphe II (mort en 937) et de son épouse Berthe (morte en 966), fille du duc Burchard II de Souabe. En 947, à l'âge de seize ans, elle est mariée à Lothaire II, roi d'Italie issu de la dynastie des Bosonides. Selon une chronique, son beau-père, Hugues d'Arles, l'aurait aussi, semble-t-il, déshonorée « avant même qu'elle ne fût parvenue à la couche de son fils »...

La jeune reine acquit ainsi la réputation d'une grande bienfaitrice, toutefois, elle se retrouve bien vite veuve le , son mari ayant probablement été empoisonné par le puissant margrave Bérenger d'Ivrée. Ce dernier prend le pouvoir sur l'Italie à sa place et l'emprisonne après qu'elle eut refusé d'épouse son fils Aubert. Mais la reine réussit à appeler à son secours le roi de Germanie Otton Ier qui intervient, conquiert la ville de Pavie et détrône Bérenger en . Otton Ier, veuf depuis 946, l'épouse pour asseoir son influence sur l'Italie.

Le couple a quatre enfants, dont le futur empereur Otton II né en 955. Le , Adélaïde est couronnée impératrice du Saint-Empire avec son époux par le pape Jean XII à Rome. Elle met son influence auprès de l'empereur au service de l'Église et des pauvres. Elle favorise la réforme clunisienne.

Devenue une seconde fois veuve en mai 973, sa mésentente avec sa belle-fille Théophano provoque un premier éloignement de la cour par son fils Otton II. Après le décès de celui-ci, en décembre 983, elle doit pourtant s'allier avec sa bru pour arracher son petit-fils Otton III, encore mineur, à la garde d'Henri le Querelleur.

De la mort de Théophano en juin 991 à la majorité d'Otton III en 995, elle assure la régence de l'empire.

On lui doit la fondation du monastère double de Seltz, où elle se retire et meurt le , l'année où son ami Gerbert d'Aurillac devient pape sous le nom de Sylvestre II.

Devenue sainte Adélaïde, elle est fêtée le 16 décembre dans le calendrier catholique. On l'invoque pour résoudre les problèmes familiaux.

OpérasModifier

Antonio Salvi a écrit en 1722 le livret d'un opéra intitulé Adelaide qui fut mis en musique notamment par Giuseppe Maria Orlandini, Antonio Vivaldi, Nicola Porpora ainsi que par Georg Friedrich Haendel - ce dernier sous le nom de Lotario.

Rossini a composé l'opéra « Adelaide di Borgogna » sur un livret de Giovanni Federico Schmidt. Il a été joué pour la première fois au Teatro Argentina de Rome le .

Notes et référencesModifier

  1. (en) Charles Cawley, « Burgundy kingdom, kings », sur Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy, 2006-2016.
  2. « Sainte-Alice », sur cef.fr (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier