Rodolphe II de Bourgogne

roi de Bourgogne et d’Italie au Xe siècle

Rodolphe II de Bourgogne
Image dans Infobox.
Rodolph de Bourgogne, Chroniken der Habsburger.
Fonction
Roi d'Italie (en)
Titres de noblesse
Roi de Bourgogne Transjurane
à partir de
Prédécesseur
Roi d'Italie (en)
-
Prédécesseur
Successeur
Roi de Bourgogne Cisjurane (Provence)
à partir de
Prédécesseur
Roi des Deux-Bourgogne
-
Successeur
Biographie
Naissance
Vers entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
ou entre le et le Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activités
Famille
Père
Mère
Fratrie
Willa de Bourgogne (en)
Waldrade de Bourgogne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants

Rodolphe II de Bourgogne, né à une date inconnue, souvent estimée vers 880 ou 885, et mort le 12 ou [1], est roi de Haute-Bourgogne (912-937), Basse-Bourgogne (Provence, 933-937) et d'Italie (en pratique de 922 à 925, prétention abandonnée en 933).

BiographieModifier

OriginesModifier

Rodolphe de Bourgogne est le fils de Rodolphe Ier de Bourgogne, roi de Haute-Bourgogne issu de la famille des Welfs ; et de Willa de Provence, fille du roi de Basse-Bourgogne Boson[2],[3]. Par sa mère, Rodolphe est le neveu de l'empereur Louis l'Aveugle, fils de Boson.

RègneModifier

Il accède au trône de Haute-Bourgogne en 912[2]. Il possède l'autorité sur l'abbaye de Saint-Maurice, dont il est abbé laïc[4].

Il se lie par un pacte d'amitié en 922 à Henri Ier de Germanie qui lui cède une partie du duché de Souabe en échange de la Sainte Lance, qui deviendra plus tard l'un des insignes impériaux[5]. La même année, plusieurs nobles italiens demandent en 922 à Rodolphe II d'intervenir en Italie dans le conflit qui les oppose à l'empereur Bérenger Ier de Frioul ; ils reprochent à Béranger d'utiliser des mercenaires hongrois. Après être entré en Italie, il est couronné roi d'Italie en 922[2] à Pavie[réf. nécessaire]. En 923, il vainc Bérenger à Firenzuola et le force à se retirer sur Vérone[2]. Bérenger est assassiné l'année suivante, meurtre peut-être commandité par Rodolphe. Rodolphe II dirige alors la Haute-Bourgogne et l'Italie, résidant alternativement dans chaque royaume.[réf. nécessaire]

Cependant, en 925, la noblesse italienne se retourne contre lui et demande à Hugues d'Arles, qui dirige la Provence en lieu et place du véritable roi Louis III l'Aveugle[réf. nécessaire], de prendre sa place sur le trône d'Italie[2]. Rodolphe revient en Haute-Bourgogne pour se protéger, et[réf. nécessaire] Hugues est couronné roi d'Italie. En 930 Hugues accorde à Rofolphe la Basse-Bourgogne, y compris la Provence, en échange de sa renonciation au trône d'Italie ; après quoi Arles devient la capitale du royaume bourguignon unifié, parfois appelé royaume d'Arles ; un traité est signé dans ce sens en 933[2].

À sa mort en 937, son fils Conrad III dit le Pacifique lui succède.

FamilleModifier

Marié avec Berthe de Souabe dite La Filandière, ils ont les enfants suivants :

Notes et référencesModifier

  1. (it) Romain Jurot, « Rodolfo II », sur Dictionnaire historique de la Suisse (consulté en ).
  2. a b c d e et f « Rudolf », dans « Burgundy kingdom, Kings », ch. 2.
  3. (en) Charles Cawley, « Willa [Guille] », dans « Provence - kings, counts », ch. 1 : « Kings of Provence 855-928 », section B : « Kings of Provence, Bosonid family 879-928 », sur Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy, 2006-2016 (consulté en )
  4. Léon Dupont Lachenal (version numérique Abbaye de Saint-Maurice 2012), « Les abbés de St-Maurice d'Agaune », Les Échos de Saint-Maurice, no t. 42,‎ , p. 85, « Mainmise des Rodolphiens et des Savoie — Les Prévôts » (lire en ligne [PDF]).
  5. Francis Rapp, Le Saint Empire romain germanique, Lonrai, Éditions du Seuil, coll. « Points Histoire », 2003, p. 47.
  6. (en) Charles Cawley, « Burgundy Kings », sur Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy, 2006-2016 (consulté le )

Liens externesModifier